les maisons écologiques

Quelle maison écologique ou à basse consommation construire ou acheter en 2021 ?

Depuis le 1er janvier 2021, vous devez vous assurer de respecter les nouveaux standards de construction de la réglementation thermique 2020 (RT2020). L’objectif de cette démarche est de rendre votre bâtiment plus respectueux de l’environnement et plus performant sur le plan énergétique. Voici quelques exemples de maisons écologiques existant bien avant la RT2020 et à envisager pour atteindre les objectifs de la RT2020 en 2021…

Ces différents types de maisons écologiques sont encore malheureusement trop rares et trop méconnues en France. Les promoteurs prennent rarement des risques technologiques donc sur l’investissement. Ils se contentent d’appliquer les normes de la réglementation thermique en vigueur. Et ces normes ne sont malheureusement pas toujours bien appliquées pour des raisons de surcoûts ou de délais.

N’oubliez pas également qu’un logement ancien, rénové de manière intelligente et performante, sera souvent globalement plus écologique que toute construction neuve car l’énergie et le CO2 lié à sa construction ont déjà été amortis. Il peut-être ainsi intéressant de faire de l’éco rénovation plutôt que d’envisager une construction neuve….à condition que le potentiel de rénovation soit là. Faites vous conseiller par des professionnels et ne restez jamais sur le premier avis que vous avez reçu. Autrement dit, cherchez le maximum de conseils de professionnels.

Nous pensons qu’il est très important de connaître (et faire connaître) ces différents types de maisons écologiques et les techniques pour tout bon professionnel de l’immobilier, notamment si vous voulez devenir négociateur immobilier

Tour d’horizon des habitations ou maisons écologiques qui existent en 2021…On parle ici de maisons vraiment écologiques, pas de pseudo écologi ou de greenwashing immobilier !

La maison passive

C’est le top de la maison écologique d’un point de vue factures énergétiques. Une maison est dite passive si elle consomme moins de 15 kWh par an et par m² d’énergie primaire ! Ce qui est très  peu !

Par exemple, une maison passive sans aucune autre source d’énergie (pas de bois, pas de gaz, pas de mazout…) de 150 m² en France devrait ne pas consommer plus de 15 * 150 / 2,58 =  872 kWh d’électricité par an (2,58 est le coefficient pour la France de conversion des kWh EdF en kWh primaires). Et ceci quel que soit le nombre de personnes qui y vivent.

En effet, grâce à sa structure, son orientation, son étanchéité et son isolation thermique, la maison passive permet de profiter au maximum des apports gratuits du rayonnement solaire dans une maison tout au long de l’année. Son isolation thermique et sa conception globale est telle que les apports énergétiques des occupants suffisent à se passer de chauffage central. Et ceci même dans le Nord de la France !  En construisant une maison passive, vous permettez au Soleil de réchauffer diverses parties de votre maison comme les murs, les planchers ainsi que certains objets, réduisant par la même occasion vos besoins en chauffage. La passivité d’une maison concerne également son système de climatisation et cela risque de poser des soucis avec les canicules à répétition.

A lire aussi:  Utilisation de la paille en parois de maisons individuelles à ossatures bois

La maison passive a donc été conçue pour avoir une consommation très basse et génère peu de gaz à effet de serre, grâce à sa consommation réduite d’énergie. Mais elle a souvent généré plus de gaz à effet de serre lors de sa construction qui est plus complexe et plus couteuse que les autres.

La maison solaire

La maison solaire est une appellation quelque peu exagérée d’une habitation équipée d’au moins deux panneaux solaires. Dans les faits, les logements qui disposent de panneaux photovoltaïque ou thermiques peuvent aussi obtenir cette appellation.

Voici une réelle maison solaire dont le toit sud est entièrement recouvert de panneaux solaires : 70 m² de panneaux solaires thermiques avec un stockage inter saisonnier d’énergie dans un tampon solaire de plusieurs dizaines de milliers de litres d’eau et 16 m² de panneaux solaires photovoltaïques.

maison solaire

Cette maison solaire est autonome à 80% en énergie : c’est-à-dire qu’elle consomme réellement en énergie le 1/5 de ce qu’une maison équivalente classique consommerait dans la même région. Cette maison dispose également d’un tampon thermique de stockage d’énergie voir explications plus bas dans cet article.

Vous pouvez échanger avec son propriétaire ici : maison solaire à grande puissance et surface

Il existe également des panneaux solaires hybrides ou PVT (PhotoVoltaïque Thermique) qui combinent Photovoltaïque et Solaire Thermique (à air ou à eau), cela permet d’utiliser globalement une surface moins grande et optimise, un peu, la production d’électricité solaire.

L’habitat HQE

Le concept apporté par le label Haute Qualité Environnementale vise à réduire la consommation d’énergie au sein des nouveaux bâtiments tout en améliorant le confort des habitants. Pour ce faire, il s’appuie sur les 3 piliers du développement durable :

  • L’apport écologique
  • La qualité de vie
  • La performance sur le plan économique

Bien que le prix d’un habitat HQE soit généralement entre 10 et 25% plus élevé que celui d’une maison classique, si vous décidez de vous lancer dans ce projet, vous pourrez le rentabiliser sur le long terme. En outre, il existe de nombreux programmes qui permettent de bénéficier d’aides à la construction.

La maison BBC en bois

Le bâtiment basse consommation ou BBC en bois est un habitat qui s’inscrit dans les enjeux de performance énergétique et de développement durable. Grâce au choix du bois, ce type de logement permet de profiter d’une consommation en énergie réduite tout au long de l’année.

A lire aussi:  Crédit d'impot: pompe à chaleur et énergie renouvelable solaire, bois

Pour respecter la RT 2020, vous pouvez faire ce choix qui était déjà en accord avec les normes de la RT 2012. Pour labelliser votre maison, il suffira de faire réaliser un contrôle des matériaux de construction, de déposer un rapport thermique et d’effectuer un test de perméabilité à l’air.

La maison en paille

Parmi les matériaux les plus écologiques qui permettent de construire une maison, il existe la paille. C’est finalement un retour partiel aux maisons en torchis du Moyen Âge dont certaines sont encore debout…contrairement aux châteaux forts de la même époque !

Entièrement renouvelable et offrant des capacités d’isolation très intéressantes, ce matériau permet également de réduire votre facture lors de la construction et de l’habitation. La paille coûte moins cher que les matériaux de construction classique. Mais la technique nécessite de bonnes connaissances et est très peu proposée par les promoteurs immobiliers.

Dans un style classique, on retrouve généralement dans ces maisons des murs extérieurs faits de bottes de paille de céréales (seigle, blé ou orge). À l’intérieur, la paille permet également de fabriquer les cloisons et sert d’isolant pour les combles et les toitures. Pour améliorer l’isolation thermique, phonique et pour réguler naturellement la chaleur et l’humidité de votre logement, ce choix de construction est idéal.

Malheureusement les maisons en pailles sont assez peu répandues sans doute pour des craintes psychologiques…

La maison à stockage d’énergie

Faire le choix de matériaux naturels permet de faire baisser le bilan carbone de votre construction.

Appliquer une isolation respectant la RT2020 vous permettra de réduire largement vos factures de chauffage et vous fournira un confort thermique intéressant.

Utiliser le bio-climatisme vous donnera de l’énergie gratuite tout au long de la vie de l’habitation.

Mais toutes ces techniques ne suffiront probablement pas à vous rendre réellement autonome en énergie, du moins dans la partie Nord de la France ou de l’Europe…

Certains ont imaginé des  techniques de stockage de l’énergie, électrique bien sûr, via des batteries…mais également de stockage d’énergie thermique solaire inter saisonnier, c’est-à-dire sur plusieurs semaines ou mois. Du stockage d’énergie à moyen terme. Ceci peut être réalisé via différentes solutions technologiques de stockage d’énergie thermique.

Ainsi, on peut stocker la chaleur dans des matériaux à changement de phase, comme l’huile de Palme, ou dans le sol comme c’est le cas pour tout un quartier au Canada avec le projet de stockage de chaleur de l’été pour l’hiver à Drake Landing Solar Community

C’est un projet pilote et unique au monde qui stocke de l’énergie de l’été pour l’hiver pour plus de 40 maisons

A lire aussi:  Cogénération Stirling aux pellets de bois par SunMachine

Ces  techniques de stockage d’énergie, chaleur ou électrique, permettent de faire baisser de manière conséquente la consommation en énergie annuelle de l’habitation. Attention, l’investissement initial en stockage d’énergie est souvent assez conséquent mais, si il est fiable, il se rentabilise tout seul avec les années ! C’est le prix à payer vers la réelle autonomie énergétique.

Vidéo d’une maison solaire à stockage d’énergie à Fribourg :

L’Earthship, la maison autonome recyclée

Prônant une construction à base de matériaux recyclés et entièrement autonome en énergie et en eau, le concept de la maison earthship a été inventé aux USA par Mickael Reynolds dans les années 70. Elle fait de plus en plus d’adeptes en France et ailleurs dans le monde mais se heurte souvent à la législation en vigueur vue ses formes architecturales particulières et les matériaux de construction qu’elle utilise !

earthship concept

En dehors de l’architecture généralement hors du commun de ces habitations, vous pouvez y trouver des pneus usagés, des bouteilles de verre et des cannettes. Cependant, il n’est pas rare de retrouver de très belles habitations fabriquées avec du bois, de la paille ou encore de la chaux, des matériaux qui conviennent mieux aux habitats ruraux qu’aux maisons en ville.

Vous pouvez télécharger ici un guide sur les maisons EarthShip et regarder 3 vidéos de présentation sur les Earthship

Les maisons imprimées en 3D

Pour finir ce comparatif, il convient de parler des toutes nouvelles techniques constructives, c’est à dire les maisons imprimées en 3D qui peuvent être tout à fait écologiques sur certains aspects !

L’arrivée des imprimantes 3D et leur capacité à concevoir des structures toujours plus grandes ont aussi touché le secteur de la construction. Grâce à des techniques innovantes, ces machines sont aujourd’hui capables de fabriquer des maisons à partir de mélanges de ciment, de béton, de terre et d’argile ou autres matériau malléable naturel. Ceci dans  un minimum de temps et avec un minimum d’efforts humains. C’est  une technique de construction particulièrement rapide et écologique si elle emploie des bons matériaux. Sans compter les fondations ni les finitions, une maison peut être imprimée en moins de 48h.

L’impression 3D en construction permet également d’obtenir des formes originales permettant des avantages thermiques et écologiques certains, comme des maisons de Hobbit, une variante moderne et plus naturelle des maisons earthlink.

Vous pouvez voir ici la vidéo d’une maison imprimée en 3D

Sur le long terme, la fabrication en 3D pourrait remplacer les méthodes traditionnelles plus coûteuses en matière et énergie et pourrait même servir à ériger les premières fondations de la conquête lunaire et de la planète Mars selon des ingénieurs de l’Agence Spatiale Européenne et de la NASA.

Une question sur une de ces techniques ? Utilisez le forum du développement durable ou le moteur de recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *