norme ecologie maison

Immobilier : zoom sur les normes environnementales en 2021

À l’ère de l’économie durable, les normes environnementales tiennent une place importante dans le secteur de l’immobilier. Au-delà de la réduction des charges dont ils permettent de profiter, les travaux de rénovation énergétique ont un grand intérêt écologique, que ce soit pour les logements individuels ou les copropriétés et leur permettent de s’inscrire dans le respect total de ces normes. Focus sur les différentes normes environnementales.

Entreprendre des travaux énergétiques pour réduire vos charges

Les bâtiments construits récemment sont presque tous respectueux des normes environnementales en vigueur. En revanche, des travaux pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments sont nécessaires pour les immeubles construits avant les réglementations. Les travaux de rénovation énergétique ou le changement de fournisseur d’énergie présentent plusieurs avantages.

D’abord, les travaux permettant d’améliorer l’efficacité énergétique d’un immeuble vont contribuer à faire baisser les frais de copropriété. Grâce aux différentes aides, comme le dispositif MaPrim’Rénov Copropriété, la prime énergie pour les Copropriétés et l’éco-PTZ copropriété, les travaux peuvent être pris en charge jusqu’à 100%. Vous pouvez ainsi profiter de tous les avantages de travaux énergétiques comme le calorifugeage, l’isolation des vannes, l’isolation des combles et l’isolation des murs sans débourser 1 €. Ces aides cumulables vont prendre en charge le financement des travaux et le prix des équipements pour que vous puissiez entamer l’amélioration énergétique sans vous ruiner.

Les spécialistes en efficacité énergétique, en qualité de partenaire en maîtrise de l’énergie, vous accompagnent dans toutes les étapes de la rénovation énergétique : l’audit et le diagnostic, la mobilisation des aides financières et la réalisation des chantiers. Ils s’occupent également de la renégociation de votre contrat d’énergie, en électricité et en gaz pour réduire encore plus vos charges.

Par ailleurs, un immeuble à haute performance énergétique est un bâtiment respectueux de l’environnement. Vous allez avoir un immeuble qui respecte toutes les réglementations, ce qui augmentera sûrement sa valeur. Un bâtiment performant sur le plan énergétique est d’ailleurs plus intéressant pour les locataires et les acheteurs. Votre immeuble ne risquera donc pas de rester inoccupé longtemps.

A lire aussi:  La laine de mouton pour isoler

diagnostic maison

L’isolation

Pour réduire la consommation en énergie de votre bâtiment, il faut toujours commencer par vérifier l’isolation. En effet, une mauvaise isolation va causer des déperditions de chaleur et va rendre inefficaces tous les travaux que vous pourrez entreprendre. L’isolation thermique est ainsi la base de la réussite des travaux énergétiques.

Généralement, l’isolation consiste à réaliser de petits travaux tendant à limiter les déperditions thermiques. Il peut s’agir d’une isolation des combles, celle de la toiture, des murs, des sols et des caves, ou encore des tuyaux de chauffage en copropriété. Il appartient au professionnel de déterminer le type de travaux nécessaires et le budget requis pour leur réalisation.

Le chauffage et la climatisation

Après avoir amélioré l’isolation, il faut installer un dispositif de chauffage, de ventilation et de climatisation moins énergivores. Parmi les chauffages les plus performants et écologiques, nous retrouvons la chaudière gaz à condensation, la pompe à chaleur et la chaudière biomasse.

Pour que le système de chauffage soit plus performant, vous pourrez avoir besoin d’ajouter des chauffages d’appoint comme un chauffe-eau solaire pour l’eau chaude, un poêle à bois et des capteurs solaires photovoltaïques pour qu’une partie de l’énergie nécessaire (lumières extérieures ou dans le garage, par exemple) soit obtenue gratuitement.

La réorganisation de l’espace

L’optimisation de la performance énergétique du bâtiment peut également passer par une réorganisation de l’espace intérieur. En effet, cette étape implique l’adoption d’une architecture bioclimatique qui permet de réduire la chaleur en réduisant les apports solaires et limiter les déperditions de chaleur.

Ainsi, l’installation de dispositifs écologiques tels que les stores banne est préconisée afin de réduire l’utilisation de la climatisation. En effet, en réduisant l’entrée des rayons UV dans l’immeuble en été, vous allez éviter que la température grimpe et bénéficier d’une ombre salvatrice lors des périodes de canicule, ce qui va impacter l’utilisation de la climatisation par les occupants.

Le respect de l’environnement, une obligation réglementaire

Depuis le Grenelle de l’environnement, le respect de l’environnement est devenu une obligation qui incombe aux propriétaires. En effet, au cours de la vente ou de la location d’un bien immobilier, le propriétaire doit fournir un DPE (diagnostic de performance énergétique). Il s’agit d’un document qui donne au locataire ou à l’acquéreur un aperçu des performances énergétiques du bâtiment. L’intéressé doit y trouver la consommation énergétique du bâtiment et son taux d’émission de gaz à effet de serre sur une année.

A lire aussi:  L'énergie grise de la construction, la face cachée du secteur!

Ce document est dressé uniquement par un diagnostiqueur professionnel. Il va donner au bâtiment une note entre A et G (la plus mauvaise note), selon des critères précis. L’immeuble va obtenir deux étiquettes :

  • L’étiquette climat pour le taux d’émission de gaz à effet de serre par an
  • L’étiquette énergie pour la consommation énergétique par an

Les réglementations thermiques : RT 2012 et RT 2020

La réglementation thermique 2012 est entrée en vigueur au 1er janvier 2013. La RT 2012 a pour objectif de réduire la consommation des ressources naturelles comme le pétrole, le bois et le gaz dans les bâtiments construits en France. La RT 2012 indique ainsi la quantité maximale d’énergie que devrait consommer l’immeuble pour son chauffage, la totalité de son éclairage et l’eau chaude. En respectant la RT 2012, les bâtiments vont être plus performants et faire réaliser des économies d’énergie aux occupants.

En 2018, la RT 2012 a été remplacée par la RT 2020 qui concerne les bâtiments publics neufs. Appliquée depuis 2020, cette réglementation a pour objectif de favoriser la construction de bâtiments à énergie positive qui vont produire plus d’énergie que ce dont ils ont besoin. Afin de créer un bâtiment capable de fournir un surplus d’énergie, les constructeurs doivent utiliser des matériaux de qualité, bien entendu écologiques, tels que le bois et le chanvre. Ce type de matériaux est connu pour leur capacité d’isolation optimale.

Ils sont également amenés à étudier l’orientation des immeubles selon le climat local. De même, les ouvertures, les balcons et les baies vitrées seront étudiés spécifiquement pour profiter de la chaleur naturelle par l’exposition aux UV.

A lire aussi:  Cogénération Stirling aux pellets de bois par SunMachine

Enfin, il faut miser sur l’installation des dispositifs qui créent de l’énergie naturelle comme les panneaux solaires, les puits canadiens et le chauffe-eau solaire.

éco habitat

Le label BBC ou Bâtiment Basse Consommation

Ce label est issu de la réglementation RT 2012. Le label BBC figure parmi les exigences du Grenelle de l’environnement. Il a pour objectif de diminuer la consommation énergétique des bâtiments récemment construits et des anciens bâtiments en France. Ce label est attribué aux bâtiments dont la consommation en énergie ne dépasse pas les 50 kWh/m² par an (la consommation d’énergie incluant le chauffage, l’éclairage, l’eau chaude, la climatisation et la ventilation).

La certification HQE ou Haute Qualité Environnementale

La certification HQE est une norme environnementale mise en place en 2004 dans le secteur de l’immobilier. La Haute qualité environnementale est instaurée pour mesurer la durabilité d’un bâtiment sur tous les plans (économique, écologique, sociétal…). Un bâtiment HQE doit répondre à une préoccupation responsable afin de garantir un impact environnemental moindre et une qualité de vie optimale à ses occupants. Cette certification HQE va étiqueter un bâtiment selon 4 niveaux : bon, très bon, excellent ou exceptionnel.

En France, ce label est le leader des certifications qui mesurent la durabilité d’un bâtiment. Il domine largement le marché avec 82% des certifications, loin devant le label britannique BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method). Il s’agit d’un label créé en 1997 et qui dispose des 16 % des certifications en France en 2015.

Le label LEED ou Leadership in Energy and Environmental Design est un autre label qui mesure la durabilité des bâtiments. Créé en 1998, ce label représente près de 2 % des certifications en France.

Une question ou pour plus de détails techniques, voir le forum de l’immobilier écologique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *