Banc Refuge installé à Strasbourg Rivétoile © DEFI-Écologique

Une assise urbaine qui favorise la biodiversité : le banc Refuge

Donner une nouvelle fonction de biodiversité a un objet déjà existant pour ne convoquer ni de nouveaux budgets, ni de nouveaux besoins a été une des clefs du développement du banc Refuge. Si l’idée peut paraître simple de prime abord, il aura fallu pas loin de deux ans et demi de développement et de prototypage pour arriver à un dispositif qui soit cohérent à tous les niveaux : un vrai défi !

Qu’est-ce que le banc Refuge ?

Le banc Refuge est une assise urbaine de repos court sous laquelle sont disposés 15 refuges garnis de matériaux pour attirer et donc préserver des insectes spécifiquement ciblés. Destiné à se positionner sur les grilles autour des arbres, le banc Refuge peut aussi bien s’installer ailleurs et trouve ainsi sa place aussi bien dans les parcs que dans la rue, dans les écoles que dans les entreprises, dans les réserves naturelles que dans les hôtels.

Banc Refuge installé à Strasbourg Rivétoile © DEFI-Écologique
Banc Refuge installé à Strasbourg Rivétoile © DEFI-Écologique

Les objectifs du banc Refuge

Dissocier les différents objectifs du banc Refuge serait une erreur par rapport à un projet qui doit être lu dans son ensemble.

  • Apporter une réponse technique de qualité aux multitudes d’hôtels à insectes installés qui ont une vertu pédagogique indéniable, mais qui n’ont aucune véracité technique ni résistance à l’urbain.
  • Donner une nouvelle fonction de biodiversité a un objet déjà existant pour ne pas convoquer de nouveaux budgets ni de nouveau besoin,
  • Donner une fonction supplémentaire à la grille aux pieds des d’arbres même si le dispositif n’est pas inféodé aux pieds d’arbres,
  • Accompagner le retour de la nature en ville,
  • Interroger concrètement les citoyens sur la place de la Nature en ville,
  • Donner plus de relief à l’interdiction de l’utilisation des produits phytosanitaires,
  • Apporter de la médiation à l’environnement dans l’espace public pour parler des insectes dont le capital sympathie est encore bien maigre et ce à travers le panneau pédagogique (QRcode),
  • Déployer un dispositif standardisé d’accueil de l’entomofaune avec la possibilité, grâce au programme participatif lié à chaque banc Refuge par le même QRcode, pour tout un chacun de faire remonter des informations d’observations partout en France et ailleurs.
A lire aussi:  Transports électriques (Lipo) VS thermique (essence): critères de choix d'une batterie et calculs comparatifs

Est-ce que ça marche ?

Une question qui revient souvent en matière d’aménagements favorisants la biodiversité est « est-ce que ça marche » ? Si la question peut sembler légitime à première vue, elle sous-entend aussi une dichotomie que la Nature ne connait que peu.
Bien évidemment que tous projets écologiques de ce type nécessitent un suivi et une évaluation mais quels moyens colossaux il faudrait pour évaluer l’efficacité du dispositif au sens premier du terme (typologie du terrain, nombre de dispositifs installés, durée de l’installation, caractérisation des habitats à proximité, etc.) et pendant combien de temps faudrait-il réaliser cette étude au regard des caractéristiques de chaque espèce ?
Alors oui, les bancs suivis jusque-là accueillent des insectes, mais ces bancs accueillent aussi des usagers qui s’y reposent, des élèves qui participent à leur installation et des gens qui y observent la vie qui s’y installe, le banc Refuge ayant plusieurs niveaux de lecture pour « marcher » quoi qu’il arrive !
Et pour les puristes de la dichotomie naturaliste, réponse sera donnée dans le temps avec les retours, sur un dispositif entomofaune standardisé, à travers le programme participatif qui accompagne chaque dispositif.

Prix Entreprises et Environnement (PEE) 2019
DEFI-Écologique et son banc Refuge® ont remporté le Grand Prix du jury catégorie « Biodiversité » du concours Prix Entreprises et Environnement (PEE) 2019 du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire et de l’ADEME !
Distinction remise par les pairs d’un jury composé autant de l’AFB que de la LPO, de l’AFIE (Association Française d’Ingénieurs en Écologie) ou encore le Ministère et l’ADEME pour ne citer qu’eux et présidé par le Directeur adjoint de l’expertise du Museum Nationale d’Histoire Naturelle.

Prix Entreprises et Environnement

L’entomofaune ciblée par le banc Refuge®

Mise en place des matériaux Colmar © DEFI-Écologique
Mise en place des matériaux Colmar © DEFI-Écologique

Les insectes sont de petites bêtes très exigeantes, pour beaucoup d’entre elles. On trouvera en effet beaucoup d’insectes dans des milieux très spécifiques, que ce soit sur une plante particulière ou dans un biotope spécifique.
Il en va d’une certaine façon de même avec différents matériaux, qui vont attirer un type précis d’insectes.
Nous avons donc compilé une masse de données et de retours d’expériences pour finir par sélectionner toute une gamme de matériaux, selon les insectes présents en milieux urbains, qu’ils soient connus ou supposés attirer. Plusieurs expériences intermédiaires nous ont déjà permis de constater par nous-même, et avec un plaisir franchement non dissimulé, que nous sommes dans le juste.

A lire aussi:  Essais aviation sur le carburant Makhonine 1

Mais le travail consistant à viser des insectes présents en milieux urbains, non vulnérants (qui ne blessent pas) et intéressés par certains matériaux ne faisait pas tout. Nous avons également travaillé sur la forme et la dimension des ouvertures de façade après peinture afin de correspondre au mieux aux besoins des insectes visés allant jusqu’à définir la couleur terre de sienne comme potentiellement intéressante pour certains insectes ciblés et notamment les Chrysopes.
Ne reste plus alors qu’à respecter les préconisations d’installation aussi diverses que variée (contexte géographique, orientation, etc.), et le dispositif prend tout son sens dans l’espace public.

Éco-conception et solidarité

L’acier et le bois massif sont les deux matériaux principaux du banc Refuge®. Le souhait étant de proposer un dispositif pérenne, à l’épreuve de la ville, tant pour une qualité d’usage que pour une durabilité accrue.
Ainsi l’acier, traité par une technique Powder Blast qui ne met en œuvre aucun produit nocif pour l’environnement (étant exempt d’acides ou de métaux lourds), assure la solidité mécanique et la durabilité du banc Refuge®. La technique Powder Blast permet une juste utilisation des quantités de matériel de finition et assure la récupération des poudres pour une réutilisation.
Le bois du robinier est quant à lui un bois naturellement classe 4, permettant une tenue en extérieur sans aucun traitement. Les copeaux de bois sont stockés en silo et assurent le chauffage du site en valorisation énergétique.
Le choix de finitions joue également son rôle dans le projet. Tout d’abord, le choix d’une peinture texturée permet de contrer les problèmes de glissage sur la surface au sol. Ensuite, le choix de la couleur est à mesurer dans le contraste qu’apporte le noir avec le terre de sienne.

Panneau pédagogique d’un banc Refuge à Mulhouse © DEFI-Écologique
Panneau pédagogique d’un banc Refuge à Mulhouse © DEFI-Écologique

Une attention a également été portée à la provenance des matériaux et aux principes d’éco-conception. Possédant une unité de production de menuiserie, serrurerie et chaîne de peinture, Sineu Graff, le partenaire industriel de DEFI-Écologique, assure l’ensemble de la production sur un seul site.
Les 15 matériaux choisis pour garnir les banc Refuge ont été sélectionné de manière à travailler avec des petits producteur, récolteur ou fabricant le plus proche possible du site de conditionnement qui n’est autre qu’un ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail) et tous les travaux de menuiserie sur ces mêmes matériaux sont réalisés par un Institut de réinsertion de jeune déscolarisés.

Descriptif complet du banc Refuge en .pdf

Et la suite ?

DEFI-Écologique est un collectif d’entrepreneurs de l’Économie Sociale et Solidaire réuni sous forme de bureau d’études en environnement. Le bureau d’études est composé d’« entrepreneurs-salariés » car tous membres d’une Coopérative d’Activité et d’Emploi (CAE). Le principe de coopérative répond à plusieurs besoins politiques et économiques urgents :

  • Trouver du sens à son travail,
  • Organiser l’entreprise autrement,
  • Créer un nouveau mode de vie commune.
A lire aussi:  Makhonine: explications scientifiques de son carburant

Ainsi chaque banc Refuge installé est une victoire à la fois pour le dispositif en tant que tel, mais aussi pour notre aptitude à investir dans tous les projets de terrain que nous souhaitons concrétiser, pour notre capacité à faire vivre notre blog Défi-Ecologique et celle de vivre dignement de la protection de la biodiversité.

Aller plus loin ? Visitez le forum biodiversité et jardinage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *