Géothermie: pompes à chaleur et CO2

Partagez cet article avec vos amis:

Géothermie: pompes à chaleur et CO2, économies d’énergie et émissions de CO2

A notre goût, la géothermie est bien trop souvent présentée comme une énergie renouvelable et « verte ».

Cet article concerne la géothermie de surface, dite des pompes à chaleur, et non la géothermie profonde ou les captages de réseaux de chaleur profonds qui eux sont tout à fait renouvelables.

Alors si énergétiquement la géothermie est moins pire que le chauffage électrique, le mode de chauffage par pompe à chaleur reste d’origine électrique. En ce sens il reste une aberration écologique et technologique puisqu’il faut, en France, en moyenne 2,58 unités de chaleur énergie primaire pour faire 1 unité électrique. Quand on produit un kWh électrique, on en rejette donc 1,58 dans la nature, en perte « sèche »!

En toute honnêteté il faudrait donc diviser par 2,58 les fameux COP qui font la fierté des représentants et installateur de systèmes géothermiques.

Le coefficient 2,58 est d’ailleurs appliqué pour tout DPE, comme le montre cet exemple de Diagnostic de Performances énergétiques.

Voila pour l’aspect énergétique, regardons maintenant l’aspect CO2.

Pompe à chaleur et CO2: comparaison avec les autres sources d’énergie

Voici un comparatif issu d’un site suisse pour le développement de la géothermie.

Pompe à chaleur, PAC et CO2

Que peut-on en déduire?

a) Que l’intérêt, sur le critère CO2, d’une pompe à chaleur alimentée par de l’électricité « européenne » est assez réduit, pour ne pas dire nul (voir négatif) cf b) et c).

b) Une pompe à chaleur n’émet, sur la moyenne européenne, que 25% de CO2 en moins (vous avez dit propre?) qu’une chaudière gaz.

c) Le surcoût financier (donc CO2: toute activité professionelle émet du CO2) d’une pompe à chaleur en comparaison d’une chaudière gaz doit être pris en compte dans le bilan CO2 global sur la durée de vie de l’installation. Pour nous il est clair qu’une pompe à chaleur, vendue 3 à 4 fois le prix d’une installation gaz et dépassant souvent les 20 000€, a très peu chance d’etre rentabilisé sur le CO2.

d) En France le nucléaire permet de largement baisser les émissions des PAC mais, en Allemagne une pompe à chaleur de COPA de 2 émettra plus de CO2 qu’une chaudière mazout!

e) Finalement seule une PAC alimentée par une énergie verte peut être considérée comme de l’énergie renouvelable. Mais peu de gens ont actuellement des contrats verts.

f) Peut on utiliser ces données pour déterminer la moyenne des emissions européennes ? Et donc le COPA moyen retenu pour l’installation?

– 5500 kg de CO2 emis par du mazout correspondent à une consommation mazout de 2150 L soit avec rendement de 90% une énergie utile de 19 000kWh.

– On suppose un COPA (et non COP voir définition ici: géothermie COPA et COP ) de 3

– Il faut donc 19 000/3 = 6333 kWh electriques par an pour alimenter la PAC.

– Soit des émissions de 3050 / 6333 = 480 g/kWh.

Ceci semble cohérent (voir emissions de CO2 en Europe), le COPA retenu est donc de l’ordre de 3.

Edf, vous nous devrez bientôt bien plus que la lumière!

Actuellement en France il y a une réelle course à la l’installation des pompes à chaleur, sous pression d’Edf et de son allié l’ADEME. Les agruments écologiques et économiques avancés sont falacieux (nous venons d’en développer au moins un…)…

Nous osons affirmer que c’est une escroquerie éconologique pure et simple et présage une catastrophe éconologique à venir pour ceux qui ont décidé de s’équiper de cette énergie…

Une PAC est actuellement économiquement « intéressante » simplement car le prix de l’électricité est France est sous évalué. Comme cela ne durera pas et que la durée de retour sur investissement d’une PAC est assez longue, il y a de fortes chances que: choisir une pac c’est perdre de l’argent au final!

Nous en avions déjà largement parlé et cela a fait l’objet d’une précédente nouvelle que nous vous invitons à lire: pompe à chaleur = énergie renouvelable?

Conclusion: oui mais que choisir alors?

Si vous avez à faire le choix d’un équipement prochainement, réfléchissez à 2 fois avant de signer pour la géothermie!
Et tournez vous plutôt une énergie vraiment verte, renouvelable, produite localement et indépendante des volontés politiques: les pellets de bois.

L’alliance du bois et du solaire reste pour nous la meilleure solution éconologiquement parlant actuellement. C’est d’ailleurs cette solution que nous avons chez nous: une chaudière bois en complément du solaire!

En savoir plus:
Emissions de CO2 d’une PAC
Evolution du prix des énergies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *