tourisme

Kevin Rivaton, expert en tourisme durable

Impossible de parler des figures emblématiques du secteur du tourisme responsable sans mentionner Kevin Rivaton. Ce type de tourisme préconise le respect de l’environnement tout en contribuant au développement social, économique et patrimonial de la région concernée. Découvrez le portrait de cet acteur influant du secteur du tourisme éthique dans cet article.

Biographie

Kevin Rivaton est né le 30 août en 1982 à Beyrouth. Il vient d’une famille musulmane de deux enfants. Son père, Jacques Rivaton, est chef de chantier et sa mère, Myriam, est standardiste. Il a passé une partie de son enfance au Liban notamment à Beyrouth. Ses liens très forts avec sa mère ont fait naître en lui sa passion pour le tourisme et son amour pour la culture libanaise. D’ailleurs, il garde de précieux souvenirs des récits de missions que sa mère lui racontait tous les soirs étant petit. Kevin Rivaton est marié avec sa femme depuis 2011. Le couple est aujourd’hui parent d’une petite fille de 8 ans et d’un petit garçon de 5 ans. La famille réside à Belleville dans le 19e arrondissement de Paris.

Le parcours académique de Kevin Rivaton

Kevin Rivaton est entré au collège Notre Dame de la Providence à Vincennes une fois sa scolarité à Beyrouth terminée. Il y est resté tout au long de ses années de lycée. Après l’obtention de son bac ES en économie en 1998, Kevin Rivaton décide de passer les concours ACCES et SESA. Par la suite, il entre à l’école de commerce de Toulouse afin de préparer sa licence en Économie et en Gestion. Ses études supérieures à Toulouse le contraignent à quitter le nid familial pour s’y installer. Kevin Rivaton trouve sa voie dans le secteur du tourisme après 3 années de formation universitaire. Il décide alors de décrocher un master en Science Internationale du Tourisme, Marketing et Management. Pour lui, poursuivre ses études dans un domaine qui le passionne et dans lequel il souhaite faire carrière était déjà une évidence à l’époque. Ce choix se confirme à l’occasion d’un échange universitaire durant la dernière année de master. Accompagné d’un camarade de classe passionné par la culture de l’Amérique Latine, il découvre de nombreux pays dont la Colombie, le Pérou et le Venezuela.

tourisme vert

Ses débuts

C’est à son retour en France que Kevin Rivaton entame sa carrière professionnelle. Il intègre le cabinet de consulting en tourisme Marinat Voyages à Paris et y travaille pendant une durée de 2 ans. Il décide de renforcer et d’approfondir ses acquis pendant six ans au sein du cabinet Opodo avant de se mettre à son compte.

A lire aussi:  Le développement durable

Consultant en ingénierie touristique et culturelle

Aujourd’hui, Kevin Rivaton est totalement épanoui en tant que consultant en ingénierie touristique et culturelle à Paris. Il exerce un métier qu’il aime et qu’il trouve passionnant. Il a toujours accordé beaucoup d’importance à l’écologie dans l’exercice de ses fonctions. Il prend plaisir à transmettre ses idées et ses conseils. Kevin Rivaton a été très touché par les événements du 11 septembre 2001 et le racisme qui en a découlé et a été témoigné envers la communauté musulmane à laquelle il appartient. Il se considère comme étant un compatriote français à part entière. Il était très enthousiaste à l’idée d’accueillir le projet Euromed de Nicolas Sarkozy destiné à optimiser le développement des pays méditerranéens et le tourisme en général. Malheureusement, ce dernier n’a pas abouti. Tout au long de sa carrière, Kevin Rivaton a eu l’opportunité de travailler avec de grandes enseignes comme PMU, Sodexho Alliance, Flunch, Euro Disney, Club Méditerranée, Accor, Club MED, Pierre et Vacances ainsi que la société du Louvre.

Kevin Rivaton : un fervent défenseur du tourisme éthique

Kevin Rivaton a toujours été un fervent défenseur du tourisme éthique. Il est d’ailleurs engagé pour la cause du développement durable. En effet, le consultant en ingénierie touristique et culturelle est contre le tourisme de masse. C’est, pour lui, l’un des premiers facteurs de la dégradation de la planète. Son objectif est de préserver les ressources naturelles du territoire au mieux tout en améliorant les conditions de vie des habitants. Il encourage ses clients à faire preuve d’un maximum de respect envers la nature. Pour ce faire, il suggère différentes manières responsables et respectueuses de l’environnement de découvrir les destinations paradisiaques. Comme lui, les gouvernements, les ONG, les communautés et conseillers en tourisme favorisent l’expansion du tourisme éthique. En plus de contribuer à la protection de l’environnement, ce concept permet de créer des emplois pour les résidents.

carte et femmes

Un sportif passionné

Sportif, Kevin Rivaton est passionné de cyclisme. Il consacre beaucoup de temps à la pratique de cette activité sportive. En plus de pratiquer régulièrement du sport en semaine, il ne rate jamais l’occasion de faire du vélo : vacances en famille, promenades entre amis, etc. Le vélo lui permet de découvrir des endroits difficiles d’accès via d’autres moyens de locomotion. Durant l’été 2009, Kevin Rivaton décide de partir au Moyen-Orient à bicyclette avec son meilleur ami. Durant ce périple qui a duré deux ans, les deux amis ont parcouru le Liban et l’Israël où ils ont pu apprendre l’arabe. L’apprentissage de cette langue ne s’est pas arrêté avec ce voyage. En effet, Kevin Rivaton a décidé de se perfectionner à son retour en France, et ce, pendant plusieurs années.

Un amoureux de la culture libanaise

Kevin Rivaton a toujours été passionné par la culture libanaise. Il tient cet amour de sa mère. Sa femme et lui décident de partir en lune de miel en Argentine. Deux ans plus tard, il choisit de partir au Liban avec toute sa famille. Il affirme son intérêt particulier pour cette destination qu’il a visitée à plusieurs reprises. Kevin Rivaton avoue, cependant, avoir une préférence pour Beyrouth, sa ville natale, et Tyr, la ville d’origine de sa mère. Les magnifiques plages de sable blanc, les moments inoubliables passés dans la ville de Tyr ainsi que les randonnées en famille au Mont Liban resteront à jamais gravés dans son cœur. Par ailleurs, ses enfants ont pu améliorer leur maîtrise de l’arabe durant ce voyage au Liban grâce à une immersion linguistique totale. Actuellement, toute la famille de Kevin Rivaton parle couramment le français et l’arabe.

A lire aussi:  Aider les restaurateurs après la crise du coronavirus

Ses projets au Liban

Passionné par la culture libanaise, Kevin Rivaton s’intéresse particulièrement au développement du tourisme responsable local. Il est persuadé que le développement de l’écotourisme est tout à fait envisageable dans le pays à condition de savoir jouer la carte de l’éthique et de la qualité. Il aime conseiller sa clientèle à participer activement au développement durable et économique du pays.

rivaton

Le Liban, une mine d’or pour l’écotourisme

Selon Kevin Rivaton, le Liban est une vraie mine d’or pour l’écotourisme. Le pays regorge de ressources illimitées et exploitables.

Pour information, c’est dans les années 90 que l’expansion du tourisme éthique a commencé au Liban, notamment avec la création de sentiers dédiés aux promenades et découvertes. Cela est dû au fait que le pays est célèbre pour ses randonnées et ses treks. À titre d’exemple, de nombreux chemins permettant la visite des paysages de la région existent dans le Barouk. Ce développement massif a donné naissance à de nouveaux emplois pour les communautés locales. On note, par exemple, l’apparition de nombreux restaurants et de petites maisons d’hôtes comme celle du village d’Ammiq et The Orange House à Tyr. Toutes ces structures ont permis d’offrir du travail à la population locale.

A lire aussi:  Solution à la crise? Relancer la croissance et surtout la confiance: exemple argentin de 2001

En plus de ses villages traditionnels, ses vignobles familiaux et sa délicieuse cuisine locale, le Liban propose d’innombrables activités à faire avec les proches et dans le respect de l’environnement. Il est, par exemple, possible de peindre dans un atelier de peinture murale en banlieue de Beyrouth, de visiter les ateliers des artisans locaux, de cueillir des olives dans le Sud, etc. Le pays abrite également de nombreuses réserves naturelles. Il est, par exemple, possible de se rendre au domaine de Taanayel à vélo.

Le tourisme éthique en France selon Kevin Rivaton

Kevin Rivaton maintient que le développement du tourisme éthique est tout à fait possible en France. Dans le sud, par exemple, il est possible de visiter de nombreux vignobles. Certains domaines proposent même des séances de dégustation à leurs clients. Ce concept présente de nombreux avantages. En plus d’éviter le tourisme de masse et de permettre les voyages en petit comité, il fait vivre les vignerons. Par ailleurs, la France possède le même potentiel que le Liban. En effet, le pays offre aussi la possibilité de faire de belles et inoubliables randonnées. Les montagnes de l’Hexagone offrent de beaux paysages à couper le souffle, que ce soit dans les Pyrénées, dans les Alpes ou dans les Vosges. De plus, la visite guidée est possible. En outre, il existe de nombreux lacs qui constituent des sources de revenus pour plusieurs personnes. Le lac d’Annecy, par exemple, fait vivre les loueurs de bateaux, le personnel des petits restaurants avoisinants, etc.

Consultant en Ingénierie touristique et culturelle, Kevin Rivaton prône une forme de tourisme éthique respectueux de l’environnement et des populations. Né à Beyrouth et amoureux de la culture libanaise, il envisage de développer l’écotourisme dans son pays natal.

Pour aller plus loin, comment consommer responsable ses envies de tourisme ?

1 commentaire sur “Kevin Rivaton, expert en tourisme durable”

  1. Bonjour,
    Je suis dans ce secteur depuis 39 ans, c’est-à-dire depuis le jour où cet « expert » est né…
    Et l’auteur de 4 ouvrages sur le tourisme durable, dont celui-ci : Tourisme durable – de l’utopie à la réalité », Jean-Pierre Lamic, éditions Kalo Taxidi, 2019.
    Pourtant, je ne connais pas cette personne !
    Il fait partie d’une génération qui réinvente chaque jour ce que nous tentons de développer depuis 40 ans…
    Alors, dites lui bien que s’il s’aperçoit de notre existence, nous sommes ouverts à tout échange constructif…
    Cordialement.
    Jean-Pierre Lamic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *