Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Société et philosophieFrançois Roddier, thermodynamique et société

Débats philosophiques et de sociétés.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6359
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 414

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Ahmed » 13/05/18, 14:05

Si je te suis, je trouve toujours ta phrase mal fichue, car si les cornucopiens ne sont pas en mesure de comprendre (par définition), les incompétents ne le sont pas plus en vertu de cette même incompétence...
Je pense cependant qu'ils sont tous, à des degrés divers, cornucopiens, puisqu'ils jurent tous par la croissance, l’emploi et plus ou moins à la "start up nation" (bon, peut-être n'y croient-ils pas?).
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5451
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 195

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 13/05/18, 14:31

Ahmed a écrit :Si je te suis, je trouve toujours ta phrase mal fichue, car si les cornucopiens ne sont pas en mesure de comprendre (par définition), les incompétents ne le sont pas plus en vertu de cette même incompétence...
Je pense cependant qu'ils sont tous, à des degrés divers, cornucopiens, puisqu'ils jurent tous par la croissance, l’emploi et plus ou moins à la "start up nation" (bon, peut-être n'y croient-ils pas?).


Ce que je dis c'est qu'un croyant dans le culte du technologisme ne peut pas comprendre que celui ci puisse faillir,ne disposant pas, le plus souvent, de la grille de lecture approprié.
Les incompétents encore moins...vu qu'ils ne pigent rien.
Toutefois je pense que ce terme pour qu'il soit pertinent ne dois être utilisé qu'a bonne escient,à moins d'utiliser alors une "échelle cornucopienne".
François Hollande dans sa façon de vivre et de travailler ou dans ses discours ne reflétait pas cette idéologie.
C'est beaucoup moins vrai pour l'actuel Président et encore moins pour un Jean Luc Mélenchon dont les propos se rapproche de vrai cornucopien comme Laurent Alexandre ou Ray Kurzweil.

Maintenant il est clair qu'au sein d'une société technologique et donc intriqué dans l’économisme le discours politicien (et il fait distinguer le discours de l'humain qui le prononce)soit logiquement tourné vers l'innovation technologique puisque c'est la seul solution pour permettre au système de continuer à survivre.
Si demain un président champion de la décroissance arrivait au pouvoir,il se devrait (notamment pour entourlouper les monopoles) de discourir sur l'innovation dans la décroissance! :lol:
Toutefois cela est très lointain de la croyances acharné dans la mort de la mort ou du refroidissement de la planète avec des nano-particules!
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6359
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 414

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Ahmed » 13/05/18, 14:58

Oui, je comprends bien! Pardonne ma taquinerie de départ, mais elle vaut par la réponse qu'elle a suscité... 8)

Tu écris:
...un croyant dans le culte du technologisme ne peut pas comprendre que celui-ci puisse faillir

Bien sûr, puisqu'il se situe dans la logique de ce système...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5451
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 195

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 18/05/18, 19:33

123 – L’efficience et la résilience.
16 mai 2018GénéralFrançois Roddier

Nous avons vu que les sociétés humaines évoluent suivant des cycles de transformations au cours desquels elles mémorisent de l’information qui leur permet d’améliorer leur bien être en dissipant davantage d’énergie. C’est le progrès scientifique et technique. Dans mon billet 121, j’ai montré que ce processus a un rendement analogue au rendement de Carnot d’une machine thermique. Il est d’autant plus grand que l’accroissement d’énergie dissipée par bit d’information mémorisée est élevé. Ce rapport mesure le progrès dit technique. Il exprime la température de sa « source chaude ».

Mais plus une société dissipe de l’énergie, plus elle fait évoluer son environnement. Elle ne peut se maintenir qu’en mémorisant constamment de l’information nouvelle. Elle le fait grâce à la recherche dite fondamentale. L’énergie requise par bit d’information nouvelle supplémentaire représente la température de sa source froide. Plus celle-ci croît, plus le rendement de Carnot de la société décroît. Pour maintenir un bon rendement de Carnot, une société doit développer sa recherche fondamentale tout en évitant de dissiper trop d’énergie, c’est-à-dire en limitant ses développements techniques aux besoins fondamentaux: ceux qui améliorent le bien-être de chacun.

Pour les lecteurs qui trouve ce raisonnement trop abstrait, j’ai décrit mon expérience personnelle dans mon billet 122. Bien qu’ayant effectué mes recherches au sol, j’ai toujours été en contact étroit avec la recherche spatiale, et j’ai montré à quel point je trouvais le coût de cette recherche excessivement élevé. D’autres lecteurs trouveront cette approche trop personnelle et subjective.

Je propose aujourd’hui une troisième approche intermédiaire entre la physique (le rendement de Carnot) et la vie de tous les jours (mon expérience personnelle). Cette approche repose sur la biologie. Tous les écosystèmes oscillent entre l’efficience et la résilience. Cela correspond à deux types de sélection naturelle appelés sélection K et sélection r [1]. La sélection K favorise les organismes les plus efficients, tandis que la sélection r favorise les plus résilients. Le physicien danois Per Bak a montré que c’est une propriété générale de tous les systèmes auto-organisés qu’il a baptisée « criticalité auto-organisée ». Cette propriété s’applique aux sociétés humaines.

Je pense que nos sociétés occidentales viennent de traverser une période de sélection K. Celle-ci favorise les sociétés qui dissipent l’énergie avec le plus d’efficacité. Elle a favorisé l’essor de l’aviation, puis de la recherche spatiale. La sélection K favorise la formation de gros organisme, ceux-ci dissipant plus d’énergie que les petits. Elle a ainsi favorisé la création de la communauté européenne. De telles sociétés ne peuvent se maintenir qu’en mémorisant toujours plus d’information. Cela explique le développement de l’informatique et la loi de Moore. Mais plus une société mémorise d’information, plus elle devient complexe et nous avons vu que plus une société devient complexe, plus elle a tendance à s’effondrer.

En s’effondrant, une société se divise en sociétés plus petites et plus adaptables. Les exemples abondent depuis l’effondrement de l’empire romain jusqu’à l’effondrement du bloc soviétique, en passant par l’effondrement des empires coloniaux. Le même processus s’applique aux sociétés occidentales. Ayant dissipé plus d’énergie que les autres, elles sont plus susceptibles de s’effondrer. C’est hélas le cas de l’union européenne qui, plus récente, reste plus fragile que les autres. On le voit déjà: face au réchauffement climatique, la France et l’Allemagne ont des stratégies différentes.

Du point de vue biologique, l’effondrement d’une société correspond au passage de la sélection K à la sélection r. La première favorise son efficience, la seconde favorise sa résilience, c’est-à-dire sa faculté d’adaptation. Cela s’applique aux sources d’énergie. Pour des raisons d’efficacité, l’énergie nucléaire conduit à la création d’une centaine d’usines tout à fait performantes, mais très peu résilientes: elles sont à la fois couteuses à installer et couteuses à entretenir. En cas d’incident, des régions étendues peuvent se retrouver privées d’électricité.

Potentiellement beaucoup plus nombreuses et dispersées, les éoliennes sont bien plus résilientes. Faciles à entretenir et à remplacer, elles s’adaptent à la demande. Le développement récent d’éoliennes maritimes flottantes améliore encore leur efficacité et leur résilience. Il est curieux de constater que la France, qui dispose de côtes étendues, s’attache à l’énergie nucléaire alors que l’Allemagne, qui n’en dispose pas, y renonce. Enfin les partisans de l’énergie nucléaire mentionnent que les éoliennes utilisent des aimants permanents contenant des terres rares alors qu’il s’agit de matériaux recyclables tandis que l’uranium, dont l’approvisionnement pose tout autant de problèmes, est un matériau consommable.

Cela nous conduit au cœur du débat politique qui est celui de la croissance économique face à un mouvement encore très minoritaire, dit de la « décroissance ». Je reviendrai sur ce débat dans un prochain billet.

[1] Voir mon livre: « Thermodynamique de l’évolution », section 6.4.


http://www.francois-roddier.fr/
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5451
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 195

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 18/05/18, 19:36

124 – Le mouvement de la décroissance.
18 mai 2018GénéralFrançois Roddier

Mon précédent billet a suscité trop de réactions pour que je puisse y répondre individuellement. J’ai en effet eu tort d’appliquer les notions d’efficience et de résilience à des technologies comme le nucléaire ou les éoliennes. Pour être plus exact, ces notions s’appliquent non pas aux technologies mais à leurs utilisateurs.

Dans mon livre intitulé « Thermodynamique de l’évolution », j’explique longuement comment, chez l’homme, l’évolution génétique a été supplantée par une évolution beaucoup plus rapide, dite culturelle. Il existe donc des cultures K et des cultures r. En période de croissance, la sélection naturelle favorise les cultures les plus efficientes, les cultures K. En période de crise, elle favorise des cultures plus résilientes, les cultures r. Vous pouvez aisément déterminer de quel type est votre propre culture. Suivant que vous préférez l’énergie nucléaire ou les éoliennes, vous êtes de culture K ou de culture r.

Grâce aux technologies pétrolières, la population du globe va bientôt d’atteindre 8 milliards d’habitants. Les prévisions du Club de Rome prévoient 9 milliards en 2030. Cet accroissement a non seulement provoqué un réchauffement climatique dont beaucoup s’inquiètent, mais aussi une perte de biodiversité dont on oublie trop facilement la gravité. Nous entrons clairement dans une phase de crises dont un nombre croissant d’individus pensent qu’elle peut conduire à un effondrement de civilisation.

Supposons maintenant que les centrales nucléaires se multiplient et remplacent nos sources d’énergie actuelles ou même les surpassent. Si c’est le cas, que deviendra la population mondiale en 2030? Que deviendra la biodiversité? Les énergies éoliennes sont soutenues par une association appelée Négawatt. Le nom de l’association en indique clairement la philosophie. C’est ce que j’appelle une culture r. Les lois de la biologie nous disent qu’en phase de crises les mouvements de culture r ont plus de chance de survie que ceux de culture K.

Un bon exemple de mouvement de culture r est le mouvement de la « décroissance ». Ce mot peut malheureusement prêter à confusion: individuellement, un être vivant, plante ou animal, ne décroit jamais: il croit puis il meurt pour être remplacé par d’autres. Il en est de même des entreprises économiques. Par contre une population, ou un certain nombre d’entreprises indépendantes peuvent décroître. Il est clair que le débat entre la croissance et la décroissance est en fait un débat entre la culture K et la culture r.

La philosophie de la culture r est parfaitement décrite dans un mensuel qui porte le nom de « La décroissance ». Il n’est donc pas surprenant que ce mensuel comporte une rubrique contre l’énergie nucléaire. Une autre rubrique, intitulée « La simplicité volontaire », illustre très bien la différence entre une société complexe, optimisée pour son efficience et une société plus simple, optimisée pour sa résilience. Alors que la première est susceptible d’effondrement, la seconde a plus de chances de survivre durant une phase de crises.

Parmi les ouvrages publiés dans la mouvance de la « décroissance », j’aimerais en citer un auquel j’ai personellement participé. Il s’intitule « Le progrès m’a tuer ». Je trouve ce titre particulièrement bien choisi. D’abord il désigne clairement le coupable qu’on appelle communément le « progrès », c’est-à-dire le progrès technique. En évoquant le « Omar m’a tuer » de l’affaire Omar Raddad, il montre aussi l’inculture de la victime. Bien que celle-ci soit née dans une société capable d’aller dans l’espace, cette même société n’a pas jugé rentable de l’éduquer.

J’ai personnellement contribué à ce livre sous la forme d’un petit texte intitulé « La poule aux œufs d’or » (voir billet 84). Ce texte exprime mon inquiétude de toujours face au financement de la recherche scientifique et technique. Je pense que, comme dans la fable de Jean de La Fontaine, on est en train de tuer la poule aux d’œufs d’or. J’en ai explicité les raisons dans mon billet 122. La fable de La Fontaine est une fable sur l’avarice: on veut éviter le coût de l’éducation, jugée trop chère. Mais sans éducation et recherche fondamentale, on tue la poule qui a engendré le progrès technique.

Le coût de l’information apparait comme une variable fondamentale. Dans toute structure dissipative, l’avantage est à l’élément qui possède le plus d’information. Plus on possède d’information plus on est capable d’en acquérir. Il s’en suit rapidement une très grande disparité des connaissances comme des richesses: ce sont les inégalités sociales. Elles excluent rapidement de l’économie une bonne partie de la population.

Il y a bien des façons de manipuler l’information en sa faveur. L’une d’entre elles est très bien décrite par le grammairien américain Noam Chomsky dans son livre intitulé « The manufacture of consent » (La manufacture du consentement). Une autre, tout aussi insidieuse, est la publicité. Le mouvement de la décroissance est lui-même issu d’un mouvement contre la publicité, né aux États-Unis (pub-busters) puis venu en France sous le nom de « casseurs de pub ».

Le lecteur pourra illustrer ce billet en visionnant l’intervention de Sylvestre Huet, juste avant ma présentation à l’école des mines, puis en lisant la chronique de Stéphane Lhomme dans le numéro 149 du mensuel « La Décroissance » (mai 2018).

http://www.francois-roddier.fr/
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6359
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 414

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Ahmed » 18/05/18, 20:59

Les sociétés que l'on qualifie, de façon injustifiée*, de précapitalistes étaient évidemment de type "r". En ajoutant de l'information, la société est devenue plus efficace en utilisant mieux et plus de travail humain. L'efficacité devait croître encore longtemps, bien que l'investissement en information devienne plus lourd. Arrivé à un certain point, le poids de l'information surpasse celui du travail humain et tend à supprimer ce dernier au profit des machines: c'est un raccourci logique pour optimiser l'efficacité de l'information. Ce faisant, elle ralenti le flux financier en retour (comme récemment évoqué) et tend à l'effondrement du système, puisque les machines ne peuvent transmettre à leurs productions que leur propre valeur de travail-mort.
Dans la mesure où notre société ne travaille pas directement pour les besoins des hommes, il apparaît que son objectif est directement menacé, ce qui menace également l'effet secondaire, qui est la survie des hommes.
En ce moment, les gens de la ZAD de NDDL mobilisent contre eux des forces militaires colossales, alors qu'ils ne représentent aucun danger objectif pour quiconque, mais incarnent une volonté de se situer dans le cadre d'une sélection r..., c'est cependant une posture symboliquement intolérable aux forces du "K"!**

* C'est bien sûr exact chronologiquement parlant, mais cela insinue que des éléments capitalistes immatures étaient déjà présents et devait immanquablement conduire à l'évolution que l'on sait.
** Rien à voir avec Dino Buzzati!
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5451
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 195

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 18/05/18, 21:51

Ahmed a écrit :En ce moment, les gens de la ZAD de NDDL mobilisent contre eux des forces militaires colossales, alors qu'ils ne représentent aucun danger objectif pour quiconque, mais incarnent une volonté de se situer dans le cadre d'une sélection r..., c'est cependant une posture symboliquement intolérable aux forces du "K"!**


En effet, mais il est important de noter que la sélection K et la sélection r sont issu d'un même processus qui se déploie à une échelle différente.
C'est exactement le même principe entre l’égoïsme et l’altruisme.

A titre d'exemple le mouvement des "zadistes" à Notre Dame des Landes est en réalité consubstantiel à un projet monopolistique,c'est donc en raison d'un principe de réaction(1) que celui est apparut.
Pour rappel le projet d’aéroport dans cette zone a été initié par des gens issus de la bourgeoisie socialiste Nantaise.
La présence de l'ultra-gauche est également présente dans cette région en raison du fait que celle ci(la bourgeoisie du PS) est très tolérante avec eux.
C'est donc en raison de la présence des premiers que les seconds sont là,et c'est la volonté des premiers (qui sont partisans du projet) qui a initié l'opposition des seconds(!)
Sans les deux entités ils n'y aurait eu ni promoteurs ni opposants....


Concernant la remarque de F.Roddier sur les éoliennes/nucléaire il oublie d'apporter à sont analyse une notion importante:l'univers est fractale.
Si il est évident que l’éolien obéit à la sélection r dans un premier temps,c'est vite oublier que dans une période propice celui ci est destiné à obéir à la sélection K.
Les premières éoliennes étaient de faible puissances,les projets étaient principalement portées par des start up,toutefois,désormais que celle ci ont le "vent en poupe"(et surtout les capitaux!) celles ci sont des plus en plus puissantes, passant de quelque centaine de KW à plusieurs dizaines de MW ,projet portée par des entreprises monopolistiques(2),c'est de la sélection K...


(1)Selon le principe de contradiction tout ce qui va dans un sens va nécessairement et à un moment donné dans l'autre...
(2)Général électrics a pour projet de construire de éoliennes de 12MW et de 260m de hauts!
https://www.actu-environnement.com/ae/news/general-electric-eolienne-haliadex-30758.php4
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6359
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 414

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Ahmed » 18/05/18, 22:33

Je suis d'accord avec ton analyse, mais il est important de constater que l'opposition à l'aéroport, initiée par antagonisme, dépasse désormais ce cadre (principalement du fait de l'abandon du projet, je le reconnais!) purement négatif, pour s'inscrire dans des projets de vie alternatifs positifs.

Ta remarque sur la tendance de l'éolien est tout à fait pertinente: une éolienne plus haute et plus puissante est plus efficace sur les deux plans que sont le rendement énergétique et la quantité de capitaux utilisés. Ce dernier point est important dans une période où des masses d'argent inutilisées cherchent désespérément à rentrer dans le processus de valorisation*.

* Ce qui ne s'oppose en rien à l'asséchement des budgets de fonctionnement, au contraire. En effet, les dépenses de fonctionnement ne peuvent générer de profit direct, à la différence des investissements productifs, si rares désormais.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5451
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 195

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 19/05/18, 10:06

Ahmed a écrit :Je suis d'accord avec ton analyse, mais il est important de constater que l'opposition à l'aéroport, initiée par antagonisme, dépasse désormais ce cadre (principalement du fait de l'abandon du projet, je le reconnais!) purement négatif, pour s'inscrire dans des projets de vie alternatifs positifs.


Je serais un peu moins optimiste que toi sur le sujet.
Bien qu'il y est des projets intéressant autour de Notre Dame des Landes,j'ai surtout l'impression que l'écologie est encore une fois prise en otage,par les uns comme par les autres.
Les projets de vie alternatifs ont globalement servis de paravent pour cristalliser une lutte.
Pour l'ultra gauche le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes représentait le Saint Graal:un projet capitaliste porté par une multinationale protégé par des hordes de CRS et de Gendarmes mobile. N’y a t-il pas plus beau tableau pour ses groupes politiques*?
En abandonnant le projet (sous la pression de la cour des comptes) le gouvernement Macron coupait l'herbe sous le pieds des Zadistes,faisant disparaitre un moyen de lutte efficace:plus d’aéroport=plus de médias,le grands soir n'aurait plus lieu...plus moyen d'exister.

Le déploiement militaro-policier de ses derniers temps est une erreur politique majeur de la part de l’exécutif.
Sous la pression du PS et de LR,E.Macron a voulu montré la fermeté de l'état et surtout qu'il pouvait "pisser plus loin que les autres",c'est avant tout une affaire d'égo.
En ce sens il a (re)donner à l'ultra gauche exactement ce qu'elle voulait:la lutte.
Il en demeure un déploiement militaire et policier extrêmement couteux pour le contribuable(plusieurs millions d'euros de grenades lacrymogène en une seule "campagne") et une pérennisation des mesures sécuritaires dans la zone nantaise...pourtant la solution était très simple:il ne fallait RIEN FAIRE,et moyennant deux ans plus aucun zadistes n'auraient été présent sur les lieux,ne serait rester que quelques projets néo-paysans digne de ce nom.
De l'autre coté le gouvernement applique cette bonne tradition française de la démagogie en donnant des autorisations de projets agricoles qui d'en d'autre circonstances aurait été bien difficiles (et couteuse!) à se procurer.
Quel message envoie t-on à la majorité silencieuse qui se lance dans le bio mais qui galère avec d'interminable tracasserie administrative?



*Au même titre que lorsqu'un terroriste islamiste mitraille un terrasse de café bondée de monde,le FN se frotte les mains,à chacun ses fantasmagorie politique!
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5594
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 56

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar janic » 19/05/18, 10:18

Le déploiement militaro-policier de ses derniers temps est une erreur politique majeur de la part de l’exécutif.
Sous la pression du PS et de LR,E.Macron a voulu montré la fermeté de l'état et surtout qu'il pouvait "pisser plus loin que les autres",c'est avant tout une affaire d'égo.
En ce sens il a (re)donner à l'ultra gauche exactement ce qu'elle voulait:la lutte.
Il en demeure un déploiement militaire et policier extrêmement couteux pour le contribuable(plusieurs millions d'euros de grenades lacrymogène en une seule "campagne") et une pérennisation des mesures sécuritaires dans la zone nantaise...pourtant la solution était très simple:il ne fallait RIEN FAIRE,et moyennant deux ans plus aucun zadistes n'auraient été présent sur les lieux,ne serait rester que quelques projets néo-paysans digne de ce nom.
De l'autre coté le gouvernement applique cette bonne tradition française de la démagogie en donnant des autorisations de projets agricoles qui d'en d'autre circonstances aurait été bien difficiles (et couteuse!) à se procurer.
Quel message envoie t-on à la majorité silencieuse qui se lance dans le bio mais qui galère avec d'interminable tracasserie administrative?


tout à fait d'accord avec cette analyse! Il fallait laisser tomber la pression comme pour le plateau de Larzac. Mais ce gouvernement veut asseoir son autorité avec sa majorité absolue, ce qui en fait un système totalitaire et donc anti démocratique (pour autant que ce terme ait encore un sens quelconque dans ce cas là). Pour autant la contestation ne fait que se déplacer ailleurs!
Cette démagogie basée sur la peur que l'on retrouve dans l'imposition d'autres vaccins obligatoires plutôt que de s'occuper réellement de la situation sanitaire de notre pays.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Société et philosophie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

Recherches populaires