Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxLevothyrox et ses victimes

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5712
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar janic » 07/06/18, 10:18

Chacun jugera de la véracité de tes sources
Exactement! Les seules sources crédibles sont les jugements rendus( et donc cité par un canal qui n'est pas la source en question, mais y renvoie, comme le font les revues spécialisés, les médias en général et même des pseudo-pseudoscience) et donc que n'importe qui peut consulter (si l'on connait l'anglais évidemment!) Les sources que tu indiques ne font justement pas référence à ces jugements parce que cela ne soutien pas leurs discours précédents, ce qui les disqualifierait vis à vis de l'opinion. Mais, heureusement, il en existe encore quelques uns qui le font. :D
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest

Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2746
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 148
Contact :

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar izentrop » 08/06/18, 09:20

Des jugements de tribunaux ne sont pas des preuves scientifiques et tu le sais bien.
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
Avatar de l’utilisateur
phil12
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 152
Inscription : 05/10/09, 13:58
Localisation : Occitanie
x 23
Contact :

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar phil12 » 08/06/18, 10:13

izentrop a écrit :Des jugements de tribunaux ne sont pas des preuves scientifiques et tu le sais bien.


Bonjour sauf :

- que les tribunaux s'appuient sur les experts et donc les scientifiques
- que veux dire scientifique ? la science à toujours montré ses limites !
0 x
Conseil en énergie durable de la construction
http://www.philippeservices.net/
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2746
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 148
Contact :

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar izentrop » 08/06/18, 11:14

Les preuves scientifiques sont analysées par des comités de lecture indépendants et il faut qu'elles fassent consensus auprès de la communauté scientifique concernée pour être valides.
Les experts ne sont pas exempts de conflits d'intérêts.
Souvent les tribunaux accordent des dédommagements aux plaignants pour palier aux insuffisances des services sociaux dans certains domaines, ça n'en fait pas des preuves scientifiques.
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5712
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar janic » 08/06/18, 13:04

Des jugements de tribunaux ne sont pas des preuves scientifiques et tu le sais bien.
C’est exact ! Mais les tribunaux qui sont réellement indépendants, eux, de groupements scientifiques ou non, ne jugent pas sur la validité scientifique de tel ou tel sujet, mais sur des faits.

Dans une récente décision de justice publiée le 13 décembre 2012, le tribunal attribue des centaines de milliers de dollars à Ryan Mojabi [1] dont les parents avaient expliqué comment le vaccin ROR (Rougeole, Oreillons Rubéole) avait provoqué chez leur enfant « de graves et débilitants dommages cérébraux qui avaient finalement été diagnostiqués comme « Désordres du Spectre Autistique (ASD) ».
Plus tard, au cours du même mois, le gouvernement a subi une deuxième défaite majeure quand la jeune Emily de Houston a été dédommagée à la suite des lésions cérébrales qui avaient, une fois de plus, fait suite au vaccin ROR et avaient entraîné l’autisme de la jeune fille.


Pour Wakefied là non plus ce n’est pas un jugement scientifique, mais il porte uniquement sur les diffamations subites par les parties concernées.

car il était démontré qu’elles étaient sans aucun fondement. Ce juge a ajouté que les conclusions étaient basées sur « un raisonnement inadéquat et superficiel à de nombreux points de vue et que la conclusion finale était fausse. »
L'équipe de Wakefield qui a travaillé sur le sujet (et non Wakefield seul) a conclu que lien pouvait être établi entre les problèmes des enfants et de la vaccination qu'ils avaient subie et donc le tribunal en a tenu compte, bien plus que des dires du journaliste (qui n'est justement pas un scientifique, lui). Enfin W a été radié, non pas pour faute professionnelle, mais pour délit d'opinion

Quand aux preuves dites scientifiques, il faut parfois des décennies pour parvenir à un consensus, souvent contesté par d’autres scientifiques, et c’est sans fin parce que derrière il y a toujours des intérêts économiques importants. Genre Servier ou l’amiante, le Lévothyrox sous l’actualité ou le ROR et tout le reste!
Les preuves scientifiques sont analysées par des comités de lecture indépendants et il faut qu'elles fassent consensus auprès de la communauté scientifique concernée pour être valides.
les comités indépendants c'est un mythe que reconnaissent nombre de scientifiques dont notre ministre actuelle de la santé. Pour la communauté scientifique, elle non plus n'est pas indépendante car la plupart de ses crédits vient de l'industrie qui les concerne
Les experts ne sont pas exempts de conflits d'intérêts.
Exactement et toi qui a la science infuse comment discernes-tu ceux qui sont ou non en conflit d'intérêts?
Souvent les tribunaux accordent des dédommagements aux plaignants pour palier aux insuffisances des services sociaux dans certains domaines, ça n'en fait pas des preuves scientifiques.
En science comme dans le domaine juridique, faute de preuves directes incontestables qui dépend de l'état présent de la science (par exemple les empreintes digitales, l'ADN qui sont récents), ce sont les indices concordants qui sont pris en considération qui permettent de construire une théorie ou un jugement. Rien à voir avec des services sociaux!

Les dessous du film sur l’autisme dans l’affaire De Niro

Les dessous du film sur l’autisme dans l’affaire De Niro
Le Dr Andrew Wakefield, ancien gastro-entérologue britannique et chercheur sur les vaccins, et le professeur John Walker-Smith, pédiatre gastro-entérologue de renommée mondiale – qui auraient effectué sur des enfants des tests frauduleux ayant montré un lien possible entre le populaire vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et l'apparition de l'autisme et d'autres symptômes graves –, ont été entièrement disculpés des charges qui leur étaient reprochées. Le plus remarquable, c’est que malgré le blanchiment des faits par une Cour britannique, il y a plus de quatre ans, en 2012, les grands médias du Royaume-Uni et des États-Unis ont, de facto, choisi délibérément d'ignorer cette réalité. Ils l'ont fait pour cacher le contenu explosif du documentaire Vaxxed de Wakefield.

En avril dernier, Robert de Niro, acteur hollywoodien et fondateur du festival du film de Tribeca, a annoncé lors d’une interview avec le New York Times, que, dans l’intention d'ouvrir un débat national sur le sujet, il avait personnellement prévu de projeter le nouveau documentaire Vaxxed, sur les liens entre autisme et vaccination, le 24 avril à son festival. Environ 48 heures plus tard, le site Internet de Tribeca a annoncé avoir retiré le documentaire. La pression avait été énorme. Au crédit de De Niro, quelques jours plus tard, lors de la plus populaire émission matinale des États-Unis, bien qu’il ne soit pas opposé aux vaccins, il a répété vouloir un débat ouvert sur le sujet, son propre fils étant autiste.


Innocentés
En février 2012, à la Haute Cour de Justice, Division du Banc de la Reine, la Cour administrative de Grande-Bretagne, le juge Mitting a tenu des audiences sur les charges portées contre le pédiatre gastro-entérologue de renommée mondiale, le professeur John Walker-Smith, chercheur associé au Dr Wakefield.
La justice a statué que les accusations portées contre Walker-Smith à « la décision du Groupe d'experts du General Medical Council britannique, ne peuvent tenir. Elles sont donc annulées. » Walker-Smith a gagné son appel contre l’organisme de réglementation General Medical Council qui avait statué contre lui et Andrew Wakefield pour leur rôle d’auteurs d'un article sur le vaccin ROR, paru en 1998 dans la revue The Lancet. Cet article avait soulevé des questions sur le lien entre le vaccin ROR et l'autisme. Cette victoire complète signifie que Walker-Smith a totalement retrouvé son statut de médecin attitré...


Chose étonnante, le juge a fait remarquer que les conclusions du General Medical Council, qui avait privé à la fois Walker-Smith et Wakefield de leur patente médicale au Royaume-Uni, étaient fondées sur « une motivation insuffisante et superficielle et, dans un certain nombre de requêtes, sur des conclusions fausses... » Cela implique en fin de compte que le constat de faute professionnelle grave et la sanction de privation d’exercer la médecine ont été toutes deux annulées. Le juge a noté qu’au procès du General Medical Council contre Walker-Smith et Wakefield, il n’y avait pas de vrais plaignants, aucun mal n’avait été fait aux enfants étudiés, et des parents, témoignant du fait que leurs enfants avaient médicalement bénéficié du traitement reçu au Royal Free Hospital, ont soutenu Walker-Smith et Wakefield tout au long du procès.

En 2012, apprenant la disculpation de Walker-Smith depuis son nouveau domicile au Texas, Wakefield a intenté un procès en diffamation contre le British Medical Journal et trois individus qui l’avaient trompeusement accusé de « fraude ».


L'étude de The Lancet, que le professeur Walker-Smith et le Dr Andrew Wakefield avaient écrite en collaboration, n'a jamais affirmé de lien de causalité entre le vaccin ROR de Glaxo SmithKline et l'autisme. Elle suggérait plutôt qu’il faille lancer une sérieuse étude. L’article de The Lancet a été rétracté en 2010, après le procès du General Medical Council britannique. The Lancet appartient au grand groupe Elsevier, dont le président avait été nommé au conseil d'administration de Glaxo SmithKline, grand fabriquant de vaccins ROR en 2003.

Lors de la dernière campagne d'attaque médiatique dirigée par le New York Times, The Guardian au Royaume-Uni et d'autres grands médias, l’attention portait sur un fait unique : Robert de Niro avait organisé la projection du documentaire Vaxxed, dirigé par Wakefield. The Guardian avait sous-titré son article, « L’acteur est critiqué pour avoir mêlé le toubib Andrew Wakefield, qui a été radié du corps médical du Royaume-Uni... »
Les tests frauduleux du CDC sur l'autisme – La grave dissimulation médiatique

Toutefois, la dissimulation la plus grave, fut le refus de la presse traditionnelle d'écrire un seul mot sur les données explosives révélées par le documentaire de Wakefield. Si la presse n'avait pas dissimulé les faits, il est fort possible que Glaxo SmithKline, plus grand vendeur mondial de vaccins, et d'autres fabricants de vaccins ROR, soient aujourd'hui en procédure de faillite.

Présentés par Vaxxed de Wakefield, les documents montrent que « Le CDC (Centres de contrôle et de prévention des maladies du gouvernement US) a délibérément et volontairement dissimulé le risque considérablement accru d'autisme associé à la vaccination ROR, qui découle du calendrier vaccinal qu’il recommande (à 18 mois) pour les sous-groupes d'enfants vulnérables, c’est-à-dire les garçons afro-américains et les « rares » enfants atteints d'autisme qui, pour l’essentiel, présentaient auparavant un développement normal. Il en résulte que des millions d'enfants ont été poussés à une pratique néfaste. » (Mis en relief par nous.)
Le documentaire, qui met en vedette des « entretiens avec des initiés pharmaceutiques, des médecins, des politiciens et des parents d'enfants handicapés par la vaccination, » présente le témoignage du sonneur d’alerte du CDC, le Dr William Thompson, maître de recherche, qui a dirigé en 2004 l’étude du Centre sur le vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) et son lien avec l'autisme. Le documentaire de Wakefield détaille l'affaire depuis 2013, quand Thompson, manifestement pris de conscience, a contacté par téléphone le Dr Brian Hooker, biologiste. Thompson « a avoué que, dans son rapport final, le CDC avait omis des données cruciales révélant un lien causal entre vaccin ROR et autisme. » (Mis en relief par nous.)

En 2015, lors d’une série de discussions téléphoniques avec Bill Posey, membre du Congrès US, Thompson a signalé (tout cela est enregistré) que pendant qu'il était maître de recherche au CDC, après l’achèvement d’une étude sur le lien entre vaccins et incidence d'autisme chez les petits garçons noirs, lui et ses collègues « ont prévu de se réunir pour détruire des documents liés à l'étude. Les quatre coauteurs restants se sont tous réunis, ont apporté une grande poubelle dans la salle de réunion, ont passé au crible toute la documentation papier, et ont jeté dans la grande poubelle tout ce qu’ils pensaient devoir éliminer. » D’après une citation, Thompson avoue : « Oh mon Dieu ! Je ne puis croire que nous avons fait cela. Pourtant, nous l’avons fait. »

Dans le documentaire, le Dr Hooker dit avoir enregistré pendant plusieurs mois les conversations téléphoniques qu’il a eues avec le Dr Thompson. Ces communications ont dévoilé les données confidentielles détruites par les collègues de ce dernier au CDC. Le documentaire demande instamment au Congrès d'assigner le Dr William Thompson à comparaître ; d’enquêter sur la malversation du CDC ; et d'abroger la loi National Childhood Vaccine Injury de 1986, qui affranchit l’industrie vaccinale de toute responsabilité et de sa désinvolture envers les dommages causés par ses vaccins.

Cette duplicité criminelle du CDC, le Centre gouvernemental chargé de protéger la santé et la salubrité des Étasuniens, est le vrai centre du drame de Robert De Niro et de Vaxxed de Wakefield. Avant de décider d'inclure Vaxxed dans son festival du film, De Niro a dit s’être familiarisé de manière détaillée avec l'affaire de William Thompson du CDC. De Niro avait parlé longuement avec Bill Posey du Congrès, au sujet des conversations téléphoniques enregistrées qu’il avait eues avec Thompson, le lanceur d’alerte du CDC.

La Commission (pas du tout) sanitaire des Rockefeller

En 2009, le site Internet de la fondation Rockefeller a placardé le centenaire de la fondation de la Commission sanitaire Rockefeller. À l’origine, John D. Rockefeller, magnat de Standard Oil, a fondé cette Commission en 1909. Ils expliquent, « ... occasionner un mouvement coopératif entre profession médicale, responsables de la santé publique, chambres de commerce, églises, écoles, presse et autres organismes, pour la guérison et la prévention de la maladies de l'ankylostome. » Comme l’admet aujourd'hui la fondation Rockefeller, l'éradication de l'ankylostome n’était qu’un "artifice favorable" permettant à la Commission sanitaire des Rockefeller de promouvoir la création d'un réseau sanitaire public bien organisé et financé... »

Aux États-Unis, dans les années 1920, la fondation Rockefeller a lancé la réorganisation complète de la formation médicale. Tout en discréditant et diabolisant nombre d’approches alternatives, elle a orienté celle-ci vers la chimie pharmaceutique et la chirurgie. En réalité, elle faisait dans le domaine médical ce que le groupe Standard Oil avait fait dans le monde pétrolier : Avoir barre.

D’après ce qu’expose la fondation Rockefeller sur son site Internet, elle est responsable de la révolution majeure OMS, CDC et autres des années 1980, visant à prescrire très tôt les multiples vaccinations de masse pour nourrissons :
Visant à fournir les vaccins infantiles, les efforts de la fondation Rockefeller dans le monde débutèrent en 1984, à la suite d'une réunion internationale sur la protection des enfants du monde, organisée à son centre de conférence de Bellagio, en Italie. Délégués internationaux du domaine médical, gouvernement et philanthropes, se réunirent pour discuter de l’idée d'un programme mondial de vaccination infantile comme moyen de fournir les premiers soins de santé et réduire la mortalité infantile dans le monde en développement. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait déjà initié le Programme de Vaccination Élargi en 1980 ; toutefois, dans les années suivantes, ce programme subit des contraintes financières. La réunion à Bellagio permit le lever des centaines de millions de dollars pour le financement de ce programme.

Quoi qu’il en soit, l’événement vraiment explosif pour la petite enfance, les multiples vaccinations infantiles, s’est produit quand la fondation Rockefeller et son Children’s Vaccine Initiative ont fait équipe avec les milliards de dollars de la fondation Bill et Melinda Gates, fondée en 1994. En 1999, lors d'un sommet de la Banque Mondiale, toujours au centre de Bellagio des Rockefeller, se réunirent des cadres supérieurs de la fondation Rockefeller, la fondation Gates, l'OMS, la Banque mondiale et l'UNICEF. En 2000, ils convinrent de créer et financer une nouvelle organisation, Global Alliance for Vaccines and Immunization, en remplacement de Children’s Vaccine Initiative.

Ce bref historique est crucial dans le contexte du nombre faramineux de vaccins administrés sur recommandation de l'OMS et des CDC depuis précisément le milieu des années 1980, époque où la fondation Rockefeller lança le projet. Par ailleurs, à la même époque, cette même fondation fut profondément impliquée dans le lancement du projet OGM, en collaboration avec la compagnie Monsanto, au conseil d’administration de laquelle siégeait Rockefeller.


C’est précisément depuis les années 1980, moment où fut lancée l'initiative vaccinale des Rockefeller, que la montée alarmante de l'autisme infantile commença à se manifester. Plus récemment, entre 2008 et 2010, aux États-Unis, le taux d'autisme est passé à près de 30%. Les cas d'autisme infantiles ont plus que doublé depuis 2000. Selon une nouvelle étude des Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies US, parmi les enfants de 8 ans, un sur 68 est autiste. Il y a trente ans, l'autisme était pratiquement inconnu aux États-Unis. En 1943, quand il fut décrit pour la première par Leo Kanner, on pensait qu’il se produisait au taux de 4 à 5 enfants sur 10.000. Aujourd'hui, c’est 1 sur 68 !

Le CDC affirme n’en point connaître la cause !
Ce n’est manifestement pas dû à l’évolution génétique, puisque ces changements n’apparaissent qu’au bout de nombreuses générations. Il doit donc y avoir une grave modification dans l'environnement des enfants. Le changement environnemental le plus important depuis les années 1980 aux États-Unis, où il est bien établi, fut l'intensité et la fréquence des vaccinations multiples – toutes, ROR compris – pour les jeunes et maintenant les très jeunes.
Les études alarmantes de Mme Ratajczak
En 2011, le Dr Helen Ratajczak, elle-même ancienne maître de recherche dans l'industrie pharmaceutique, a publié dans la revue Journal of Immunotoxicology, un article révolutionnaire intitulé Aspects théoriques de l'autisme : Un examen des causes. Mme Ratajczak a fait ce qu’apparemment aucun chercheur ne s’était cru obligé de faire : Passer au crible toutes les publications scientifiques sorties depuis que l'autisme a été décrit pour la première en 1943. Elle n’a pas juste étudié les théories avancées par la recherche, comme le rôle des piqûres ROR ou du conservateur mercuriel thimérosal, mais la totalité des publications.

L’article de Ratajczak indique, en partie, que « les causes établies de l'autisme incluent des mutations génétiques et/ou des délétions, des infections virales et l'encéphalite [lésion cérébrale] consécutive à la vaccination. L’autisme est donc la conséquence de défauts génétiques et/ou d’une inflammation cérébrale. » (Mis en relief par nous.)

Lors d’une interview détaillée avec Vactruth.com, le Dr Ratajczak a dit que la situation actuelle est due à l'exposition infantile à plusieurs vaccins, l'ordre du jour même du CDC qui a truqué les données vaccinales sur autisme pour être aimable avec l’industrie pharmaceutique.

Elle a constaté, « Aux États-Unis, en 2010, 50 doses de 14 vaccins sont administrés à l'âge de six ans, avec le Hip B fait à la naissance, et à nouveau à 2 mois le Rotavirus, Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (trois vaccins en une injection), grippes de type B homophiles, pneumocoque et antipoliomyélitique inactivé. Du point de vue de l’immunologie, deux mois est d'âge le plus vulnérable. La mortalité de la plupart des nourrissons survient à deux mois parce que la protection immunitaire transmise par la mère décline, et leur immunité est encore immature. »

Le Dr Ratajczak poursuit en parlant du constat alarmant de ses années de recherche, « De cette façon, le système immunitaire est compromis à deux mois. Un combat singulier mené par autant de vaccins, alors que le système immunitaire est compromis, pourrait bien contribuer à l'apparition de l'autisme (Ratajczak, 2011). L'inflammation crée par les vaccins pourrait endommager le système nerveux central et le cerveau. »

Elle montre plusieurs études avérées sur l'effet de retarder la vaccination infantile après 2 ans : « Au Japon, certains médecins n’administrent aucun vaccin aux nourrissons pendant deux mois, et commencent à vacciner seulement les enfants de 2 ans ou plus. Avant 17ème, le Japon a alors obtenu la plus faible mortalité infantile du monde (Vaccine Awareness Network, 5 mai 2011). Des résultats similaires sont apparus dans d'autres pays, comme au Royaume-Uni. La mortalité post-néonatale a baissé en 1976, quand parut une publicité sur les dégâts au cerveau faits par vaccin de la coqueluche. Le taux de vaccination est alors tombé à seulement 10 à 30%, avec une baisse simultanée du taux de mortalité infantile. »


Une vidéo compromettante

Dans « Envoyé spécial » de la télévision française, un documentaire récent a révélé que depuis 2015, en France, les parents qui sont obligés de par la loi de vacciner leurs enfants contre la diphtérie, le tétanos et la polio, ne peuvent le faire qu’en administrant à leurs enfants des vaccins polyvalents commercialisés par Glaxo SmithKline, comme le vaccin hexavalent, ou l’Hexavac sous forme liquide de Sanofi Pasteur.

Cette émission télévisée s’est procuré une vidéo explosive datant de juin 2012. Elle montre Jean Stéphenne, ancien directeur du département des vaccins de Glaxo SmithKline, se vantant de son succès lors d’un exposé. Il expliquait alors la stratégie de Glaxo SmithKline : « Nous avons acheté tous les brevets sur l'hépatite B. C’est la première fois qu'un vaccin est protégée par des brevets, nous avons donc tous les brevets. Et maintenant, vous les concurrents, si vous voulez venir sur le marché, vous devez négocier avec nous... Nous incluons l'hépatite B [brevetée] à d'autres "produits" libres de brevets, et ce faisant, le vaccin fabriqué est entièrement protégé. La stratégie n’est donc pas si compliquée [applaudissements]. » Le vaccin DTP (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite) antérieur coûtait 24 euros. Le vaccin « hexavalent », 120 euros. L’émission télévisée française a demandé si la stratégie de brevet de Glaxo SmithKline a été poussée par des problèmes de santé réels ou par le profit.

Aujourd'hui, il n’y a peut-être pas de plus grand torts faits aux êtres humains que ce qui est promu par l'industrie pharmaceutique, et sa capacité à se faire des amis, influencer les politiciens pour qu’ils adoptent des lois en sa faveur, et persuader les médias traditionnels de cacher le bilan horrible et le nombre de victimes handicapées par les vaccins pour nourrissons. En Allemagne, j'ai eu l'occasion personnelle de voir dans des cliniques ce que peuvent faire aux enfants les dommages vaccinaux. Ils sont étouffés. C’est la réalité même.

Malgré le fait que Vaxxed d’Andrew Wakefield ait été retiré à la dernière minute, Robert De Niro, seul dans la tempête médiatique, a rendu un grand service au monde. En portant l’attention sur les travaux de Wakefield et le besoin urgent d'une organisation internationale, le documentaire a mis sous les feux des projecteurs les liens possibles entre les vaccins, en particulier le ROR multiple, et les affections du spectre autistique. Au lieu de tirer sur le porteur de nouvelles, Andrew Wakefield, le journalisme honnête pourrait traiter du contenu du documentaire de Wakefield. Il fait réfléchir.

William F. Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier. Titulaire d’un diplôme en politique de l’université de Princeton, il est auteur de best-sellers sur le pétrole et la géopolitique. Article écrit à l’origine pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.


NEO, William Engdahl, 8 juin 2016

Original : journal-neo.org/2016/06/08/what-media-hid-in-de-niro-autism-film-affair/
Traduction Petrus Lombard

http://www.alterinfo.net/Les-dessous-du ... 23404.html
Dernière édition par janic le 08/06/18, 13:32, édité 1 fois.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest

Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2746
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 148
Contact :

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar izentrop » 08/06/18, 13:25

Les sites antivax racontent ce qu'ils ont envie de raconter, la vérité vient d'ailleurs.
Par exemple, même si ce n'est pas un journal médical
Dans les deux cas mentionnés dans l’article, les parents ont pu démontrer que leur enfant a subi une encéphalopathie dans les semaines suivant un vaccin, mais il n’y a aucun lien avec l’autisme.

Comment l’inspecteur viral sait-il cela? Il est allé voir les documents de cour! (censurés pour le public, mon œil).

D’après ces documents, Ryan Mojabi a reçu son vaccin le 10 décembre 2003. Il a subi ce qui semble être une encéphalopathie dans les semaines suivantes. Les premiers indicateurs que Ryan avait des troubles cognitifs se sont manifestés le 27 mai 2005, et un diagnostic de trouble de spectre de l’autisme lui a été conféré le 28 décembre 2005.

En fait, un test de dépistage de l’autisme a été administré à Ryan avant son diagnostic, le 10 mai 2004, et encore le 25 janvier 2005. Les deux fois, le résultat était normal. Difficile de voir comment un vaccin pourrait subitement causer l’autisme deux ans plus tard. De plus, la cour ne reconnait d’aucune manière que le vaccin a causé son autisme.

Pour Emily Lowrie, il n’y absolument aucune mention d’autisme dans la décision. Zéro puis une barre. On ne parle que d’encéphalopathie. http://journalmetro.com/opinions/inspec ... -lautisme/
Non, ils ne l'ont pas fait. Ils n'ont même pas décidé que le ROR causait la blessure de Ryan, mais seulement qu'une indemnisation est appropriée en vertu de leurs règles. De plus, Ryan n'avait pas d'autisme. Il avait une encéphalite (inflammation du cerveau) qui causait des lésions cérébrales. Cela peut causer des symptômes qui ressemblent superficiellement à l'autisme (à un non-expert), mais ce n'est pas l'autisme.

Natural News rapporte en outre ceci comme une justification d'Andrew Wakefield, quand ce n'est rien du tout. La science falsifiée de Wakefield reste complètement discréditée.

Les faits réels entourant l'encéphalite, la rougeole et les vaccins sont également absents des articles alarmistes. https://sciencebasedmedicine.org/mmr-an ... -the-dead/
Alors arrête ta propagande. J'espère qu'un jour tu comprendras que tu fais beaucoup de mal avec tes rumeurs. :(
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5712
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar janic » 08/06/18, 14:15

Les sites antivax racontent ce qu'ils ont envie de raconter, la vérité vient d'ailleurs.
La vérité venant d’un provacx qui aurait plus de valeur de ceux des supposés antivax :?: [*]
Pour Emily Lowrie, il n’y absolument aucune mention d’autisme dans la décision. Zéro puis une barre. On ne parle que d’encéphalopathie. http://journalmetro.com/opinions/inspec ... -lautisme/
C’est encore une fois exact ! Mais aussi, encore une fois, la justice ne se déclare pas comme compétente en matière scientifique, les experts sont partagés sur ces questions, mais sur des faits et de leur relation.
Or l’équipe de Wakefield n’a jamais dit que le ROR était la cause unique de l’autisme, mais que le lien demandait à être étudié. Emily devrait relire ses classiques.
Maintenant dès que ce problème sera examiné de près, de façon réellement indépendante, si jamais cela a lieu car il faut y accorder des crédits…absents, on verra sur quoi cela débouche!
Alors arrête ta propagande. J'espère qu'un jour tu comprendras que tu fais beaucoup de mal avec tes rumeurs.
question propagande tu es mal placé pour faire le procès du sujet!
Tu te prends pour qui pour te faire critère de ce qui est bien ou mal ?
Quand aux rumeurs, tes références habituelles ne sont faites que de ça !

[*]encore une fois de plus, les "antivax" ne sont pas antivax, mais au contraire sont pour le respect des choix individuels. Les non fumeurs ne sont pas des antifumeurs, mais des antitabac pour eux mêmes, pas pour les autres; les non buveurs ne sont pas contre les buveurs mais contre l'alcool, pour eux mêmes, laissant chacun libre de ses choix.
Mais quant un individu, un groupe, un Etat veulent imposer, contraindre à subir une violence sans consentement, celle-ci est condamnée par la loi, par l'éthique. C'est malheureusement ce que font tous les systèmes totalitaires!
Mais libre à toi et à tous ceux qui le désirent de se faire empoisonner comme ils l'entendent. C'est ça la liberté de conscience que, selon tes interventions, tu voudrais interdire!
Mais vouloir que les autres prennent des risques pour protéger ta petite personne hypocondriaque et tes semblables, faut pas rêver! :evil:
On est là devant le même problème que ce qui sépare l'AB de l'agriculture chimique, de l'A vis à vis des médecines alternatives, où c'est le plus gros, le plus riche, le plus puissant qui veut s'imposer aux autres, ce qui est antinomique à la démocratie, dont Amhed parle beaucoup mieux que moi.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2746
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 148
Contact :

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar izentrop » 08/06/18, 14:31

janic a écrit :Pour Emily Lowrie, il n’y absolument aucune mention d’autisme dans la décision. Zéro puis une barre. On ne parle que d’encéphalopathie. http://journalmetro.com/opinions/inspec ... -lautisme/
C’est encore une fois exact !
Tu as la mémoire courte
le même Janic a écrit : le Dr Andrew Wakefield, directeur de l’AMC, ainsi que les parents d’enfants autistes avaient raison sur toute la ligne.

Dans une récente décision de justice publiée le 13 décembre 2012, le tribunal attribue des centaines de milliers de dollars à Ryan Mojabi [1] dont les parents avaient expliqué comment le vaccin ROR (Rougeole, Oreillons Rubéole) avait provoqué chez leur enfant « de graves et débilitants dommages cérébraux qui avaient finalement été diagnostiqués comme « Désordres du Spectre Autistique (ASD) ».

Plus tard, au cours du même mois, le gouvernement a subi une deuxième défaite majeure quand la jeune Emily de Houston a été dédommagée à la suite des lésions cérébrales qui avaient, une fois de plus, fait suite au vaccin ROR et avaient entraîné l’autisme de la jeune fille.

http://expovaccins.over-blog.com/articl ... 31469.html
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5712
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar janic » 08/06/18, 17:04

Tu as la mémoire courte
tiens donc!
le même Janic a écrit :
le Dr Andrew Wakefield, directeur de l’AMC, ainsi que les parents d’enfants autistes avaient raison sur toute la ligne.
Eh, non! Il y a une différence fondamentale entre écrire et citer en copier coller et il s'agit ici d'une citation qui n'engage que son auteur sur la forme comme sur le fond, ce qui tu fais allègrement avec tes pseudo-pseudoscience. Ce qui est leur droit et toi le tien de les citer comme pour le dernier.

maintenant es-tu pour le droit de conscience ou pas?
As-tu vu le film Vaxxed qui développe le sujet en détail?
reconnais-tu les décisions de justice pour valables?
reconnais-tu ceci pour valable: "Le CDC (Centres de contrôle et de prévention des maladies du gouvernement US) a délibérément et volontairement dissimulé le risque considérablement accru d'autisme associé à la vaccination ROR, qui découle du calendrier vaccinal qu’il recommande (à 18 mois) pour les sous-groupes d'enfants vulnérables, c’est-à-dire les garçons afro-américains et les « rares » enfants atteints d'autisme qui, pour l’essentiel, présentaient auparavant un développement normal. Il en résulte que des millions d'enfants ont été poussés à une pratique néfaste. »

et encore cela?
Le documentaire, qui met en vedette des « entretiens avec des initiés pharmaceutiques, des médecins, des politiciens et des parents d'enfants handicapés par la vaccination, » présente le témoignage du sonneur d’alerte du CDC, le Dr William Thompson, maître de recherche, qui a dirigé en 2004 l’étude du Centre sur le vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) et son lien avec l'autisme. Le documentaire de Wakefield détaille l'affaire depuis 2013, quand Thompson, manifestement pris de conscience, a contacté par téléphone le Dr Brian Hooker, biologiste. Thompson « a avoué que, dans son rapport final, le CDC avait omis des données cruciales révélant un lien causal entre vaccin ROR et autisme.

et encore ça:
Lors d’une interview détaillée avec Vactruth.com, le Dr Ratajczak a dit que la situation actuelle est due à l'exposition infantile à plusieurs vaccins, l'ordre du jour même du CDC qui a truqué les données vaccinales sur autisme pour être aimable avec l’industrie pharmaceutique.
et toujours ça:
Elle montre plusieurs études avérées sur l'effet de retarder la vaccination infantile après 2 ans : « Au Japon, certains médecins n’administrent aucun vaccin aux nourrissons pendant deux mois, et commencent à vacciner seulement les enfants de 2 ans ou plus. Avant 17ème, (Vaccine Awareness Network, 5 mai 2011). Des résultats similaires sont apparus dans d'autres pays, comme au Royaume-Uni. La mortalité post-néonatale a baissé en 1976, quand parut une publicité sur les dégâts au cerveau faits par vaccin de la coqueluche. Le taux de vaccination est alors tombé à seulement 10 à 30%, avec une baisse simultanée du taux de mortalité infantile.
le Japon a alors obtenu la plus faible mortalité infantile du monde

etc...
Alors arrête ta propagande. J'espère qu'un jour tu comprendras que tu fais beaucoup de mal avec tes rumeurs.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
phil12
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 152
Inscription : 05/10/09, 13:58
Localisation : Occitanie
x 23
Contact :

Re: Levothyrox et ses victimes

Message non lupar phil12 » 08/06/18, 21:07

izentrop a écrit :Les preuves scientifiques sont analysées par des comités de lecture indépendants et il faut qu'elles fassent consensus auprès de la communauté scientifique concernée pour être valides.


On sait que ce qui est validé à un moment est souvent infirmé par la suite, l'histoire est jalonnée de grosses conneries validées par les autorités scientifiques du moment ./
https://fr.wikipedia.org/wiki/Erreur_scientifique
0 x
Conseil en énergie durable de la construction
http://www.philippeservices.net/


Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités

Recherches populaires