Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Consommation durable: consommer responsable, alimentation, trucs et astucesLa viande en France et dans le monde: production, conso...

Consommation et alimentation durables et responsables, trucs et astuces au quotidien pour réduire ses consommations d'énergie et d'eau, ses déchets...Mieux manger: préparations et recettes, trouver des aliments sains, de saison et locaux, informations sur la conservation alimentaire...
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6112
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 375

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar Ahmed » 23/02/17, 21:57

Ce qui me semblait intéressant dans les propos de Florence Burgat, c'est d'une part l'argument anthropologique d'une volonté de s'affirmer aux dépends de l'animal, d'autre part la remise en cause, ou au moins le questionnement, de l'importance de la chasse chez l'homme préhistorique (avec le grand flou que cette étiquette balise).
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5408
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 53

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar janic » 24/02/17, 09:07

Ahmed bonjour
Ce qui me semblait intéressant dans les propos de Florence Burgat, c'est d'une part l'argument anthropologique d'une volonté de s'affirmer aux dépends de l'animal, d'autre part la remise en cause, ou au moins le questionnement, de l'importance de la chasse chez l'homme préhistorique (avec le grand flou que cette étiquette balise).

effectivement ce flou sert des intérêts pseudo scientifiques servant à justifier notre comportement actuel dans le cadre, aussi flou, de l'évolution.

Florenc Burgat dit aussi:
L’une de mes thèses principales, c’est que l’institution de l’alimentation carnée pérennise une relation meurtrière avec les animaux.

Je ne partage pas vraiment ce point de vue ! En effet, dans certaines circonstances comme dans certaines régions où les végétaux manquent (déserts, régions glacières) la viande reste le seul produit alimentaire disponible et je ne crois pas à une relation meurtrière en ces circonstances là. De même le nomadisme oblige aussi à trouver sa subsistance dans des produits disponibles sur les pistes au long de leur périple et le plus facile reste la nourriture sur patte.
Par contre pour nos sociétés, ce n’est pas une relation meurtrière envers les animaux qui se constate, mais cette folie meurtrière est un substitut à l’envie de tuer, qui existe en chacun d’entre nous, envers : le patron, son conjoint, les milieux de vie, etc… et qui peut s’évacuer par ce moyen. Ce sont les holocaustes, les génocides, les guerres qui expriment aussi ce besoin de libération par la mort d’autrui.

Plus intéressant cet aspect:
C’était une mise à mort banale, sans cruauté particulière, mais quelque chose m’a sauté à la figure : j’ai réalisé qu’en mangeant de la viande, je participais à ce processus de mise à mort. Evidemment, je l’avais toujours su ! Mais c’est comme si jusque-là je n’en étais qu’à demi-consciente. Je mangeais et même achetais de la viande sans y penser. J’ai alors pris la décision de ne plus être complice. Et à la représentation festive de la viande s’est substituée dans mon esprit une réalité morbide.

Là je pense que se trouve la clé d’un changement de mœurs envers nos semblables que sont les autres animaux dont nous faisons partie, même si la culture religio-pseudo scientifique veut créer un distinguo qui sert juste à justifier notre esprit de domination sur autrui, en qualifiant ces autres d’inférieurs, et par la même s’autoqualifiant de supérieur, se faisant ainsi juge et partie. C'est tellement ancré que même toi utilise la formule: "c'est d'une part l'argument anthropologique d'une volonté de s'affirmer aux dépends de l'animal," sous entendu les animaux non humains comme si nous n'en faisions pas partie.
Cela peut paraitre un détail, mais qui a son importance puisqu'elle nous dissocie ou pas du reste des autres animaux.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5315
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 177

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar sen-no-sen » 24/02/17, 10:47

Ahmed a écrit :Ce qui me semblait intéressant dans les propos de Florence Burgat, c'est d'une part l'argument anthropologique d'une volonté de s'affirmer aux dépends de l'animal, d'autre part la remise en cause, ou au moins le questionnement, de l'importance de la chasse chez l'homme préhistorique (avec le grand flou que cette étiquette balise).


L'analyse de Florence Burgat est semble t-il basé sur une approche Freudienne.
J'ai beaucoup mal à penser que des personnes consommeraient de la viande pour asseoir leurs dominations avec une volonté(un plaisir?) à mastiquer ,digérer puis déféquer un animal.... :roll:
La plupart des gens aiment les animaux,mais leurs sympathie est très vite court circuité par leurs habitudes(programmation...),entrainant un phénomène de dissonance cognitive.
Comme l'a mentionné Janic, le fait de manger de la viande relève avant tout dans de nombreuses régions du monde de la nécessité alimentaire.
Dans les pays industrialisés la consommation de produit carnés est avant culturel,et est mettre en rapport avec l'augmentation du pouvoir d'achat.
Il s'agit d'un phénomène d'imitation des classes dominantes qui retombe très vite (marché économique oblige) dans la sphère des habitudes alimentaires et pratique de masse.

A l'échelle individuel il apparait que de nos jours les populations des pays industrialisé sont beaucoup plus attentive aux respect des animaux que de part le passé.
Ainsi un très grand nombre de citoyens sont opposé à la corrida à la vivisection ou à l'élevage industrielle.
Cela n'a pas toujours été le cas,notamment dans certaine régions ou il était coutume de jeter une chèvre du haut d'une tour,de bruler vivant des louveteau,d'attraper un chat par la queue et de le jeter contre un mur et autre abominations...
Pourtant ses époques pas si lointaine était caractérisés par une consommation de viande largement inférieurs à nos jours...
Dès lors on peut facilement en déduire que les pratiques barbare de l'élevage industrielle ,éminemment "oublié"par les populations,est une conséquence de l'économisme et des phénomènes d'imitation de masse,implémenter par le marché économique*,plus que de désirs inconscient.

Paradoxalement il n'y a jamais eu autant de sympathie pour les animaux que de nos jours et jamais eu autant de massacres tout azimut(élevage industriel,vivisection,déforestation,chasse),de même il n’y a jamais eu autant de sport et en même temps de personnes obèses,jamais autant d'émission de cuisine et.... de fast food, jamais autant de discours écolo et de pollution...ce qui correspond bien à la phase de subjectivation caractérisé par une dissonance cognitive de masse,prélude à l'effondrement.




*C'est d'ailleurs le même phénomène qui est à l’œuvre dans la pratique du ski...
Beaucoup de gens font du ski,pas par amour des sport alpins,mais parce que cela leurs à été insidieusement glisser dans le cerveau...
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6112
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 375

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar Ahmed » 25/02/17, 12:50

J'ignore (pour ne pas avoir lu le livre en question) s'il s'agit d'une approche freudienne ou tout simplement symbolique*, mais il est certain que notre rapport à l'animalité reste quelque chose de difficile, du fait précisément de notre irréductible part animale, pas facile à assumer (et qui trouve dans le transhumanisme une magnifique stratégie de contournement).
Bien entendu, j'entends tes arguments, mais je ne pense pas que ceux-ci soient en contradiction avec les propos de Florence Burgat. L'autre point qu'elle mettait en avant était l'incertitude quant à la consommation de viande durant la période très longue de la préhistoire et, j'ajoute, du rôle mal connu du rapport entre la chasse et la religion.
Je pense que la sympathie généralisée pour les animaux est à mettre en rapport, comme toutes les dissonances cognitives que tu mentionnes, avec la spécialisation: seul un petit nombre de personnes sont en contact avec la réalité du lien entre animal et viande. D'autre part, il faudrait distinguer entre la sympathie vague pour la faune sauvage qui se limite à ses éléments les plus visibles ou glamour (qui se soucie des crapauds, des vers de terre ou des serpents?) et les animaux domestiques pour lesquels se manifeste une projection anthropomorphique parfois ahurissante.

*Je trouve très pertinent sa remarque à propos de l'anthropophagie.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5408
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 53

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar janic » 25/02/17, 13:08

et, j'ajoute, du rôle mal connu du rapport entre la chasse et la religion.

malgré de nombreuses années d’études sur la BIBLE, je n’ai jamais remarqué ce rapport, en tant qu’enseignement évidement ! Peux-tu être plus précis ?
Pour d’autres religions que celles qui viennent de cette source, je n’ai pas d’avis bien entendu.
Je voulais aussi ajouter, plutôt répéter, concernant la tuerie sur les "animaux" que si chaque consommateur devait tuer ce qu'il consomme, les végétariens exploseraient en nombre brutalement et comme nous sommes à l'époque du salon de l'agriculture, il parait étrange qu'une partie importante de la filière n'y soit pas représentée, c'est à dire les abattoirs et leur mode d'abattage sur place. :evil:
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6112
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 375

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar Ahmed » 25/02/17, 14:00

Je parlais du rapport entre chasse et religion aux époques préhistoriques, rien à voir, donc, avec la Bible... Peut-être aurais-je dû plutôt parler de religiosité ou de pratiques religieuses/sacrées...

Ton "il parait étrange" est, bien sûr, ironique: je vois mal proposer aux enfants des écoles d'électrocuter chacun un cochon ou même simplement une poule... Le salon de l'agriculture est l'exposition d'animaux "heureux de nous être utiles"!
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5408
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 53

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar janic » 25/02/17, 15:04

Ton "il parait étrange" est, bien sûr, ironique:
pas du tout, c'est du premier degré.
Pour comparaison , le salon de l'agriculture présenté aux enfants, c'est comme l'histoire de la belle princesse et du valeureux chevalier, mais qui ne parle pas de règles de la dame, des maladies sexuellement transmissibles, de la pilule qui favorise des cancers, des grossesses difficiles, etc... qui n'est pas l'aspect enchanteur de la première partie, mais bel et bien la réalité.
je vois mal proposer aux enfants des écoles d'électrocuter chacun un cochon ou même simplement une poule...
C'est ce qui se faisait dans les campagnes sans ce salon qui en cache la réalité...sanguinolente![*]
Alors que cela ne gênerait aucun parent, éducateur, de leur proposer"d''électrocuter" chacun une salade ou même simplement une pomme....
Le salon de l'agriculture est l'exposition d'animaux "heureux de nous être utiles"!
C'est bien sûr ironique! :D
Car ces "chers animaux" (qui n'en ont rien à faire des médailles) finiront, sans la moindre émotion, ni reconnaissance, à l'abattoir.

[*]les carnivores éduquent leurs petits face à la réalité de la chasse et de la mort d'une proie qu'ils assument pleinement, ce qui leur permettra d'en faire autant. Les éducateurs devraient donc être heureux de préparer cette jeunesse à leur futur rôle assumé de "carnivore" plutôt que leur cacher, comme honteux, ce qu'ils prétendent pourtant être dans leur nature biologique: tuer pour se nourrir! :evil:
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5315
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 177

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar sen-no-sen » 25/02/17, 19:40

Ahmed a écrit : L'autre point qu'elle mettait en avant était l'incertitude quant à la consommation de viande durant la période très longue de la préhistoire et, j'ajoute, du rôle mal connu du rapport entre la chasse et la religion.


Il ne me semble pas nécessaire de remonter aussi loin,l'étude des tribus primitives nous démontre que la consommation de viande est une tendance globale,et ce, pour des raisons de nécessités alimentaire.
Dans la mesure ou les sociétés primitives sont peu dissipative d'énergie,il apparait que c'est l'animisme qui c'est imposé en tant que structure de croyance et que le rapport entre la chasse et l'animal tendait au rituel,principalement pour des raisons de respect.
Très tôt les sociétés primitives ont compris la notion de mort et les prélèvements étaient généralement accompagné d'un ensemble de rites afin de s'attirer les bons augures des esprits.
Il est difficile toutefois de préciser les toutes premières croyances (il y a plus de 100 000 ans) mais elles étaient semble t-il basé sur le culte des morts et des esprits de la nature,les premières formes de chamanismes aurait apparemment induites des phosphènes(images résiduelles induite par une lumière vive) ou la consommation de produit psychotropes favorisant les "contacts".
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6112
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 375

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar Ahmed » 27/02/17, 18:29

Sen-no-sen, tu écris:
J'ai beaucoup mal à penser que des personnes consommeraient de la viande pour asseoir leurs dominations avec une volonté (un plaisir?) à mastiquer ,digérer puis déféquer un animal.... :roll:

Sans doute cela ne se peut supposer consciemment, mais le succès des idées transhumanistes indiquent assez clairement le rejet de la part animale qui est la nôtre et, comme conséquence ultime, la destruction de l'humain au profit de la machine. Un homme "machinal" peut-il imaginer autre chose qu'un prolongement de la rationalité performative qui l'anime?
Je vois une continuité dans la détestation de la nature, des animaux et de ce qui en nous s'incarne d'elle et d'eux. Je précise que je ne fais référence ici qu'à l'aspect objectif de nos comportements et non à nos subjectivités individuelles...

Plus loin:
Il ne me semble pas nécessaire de remonter aussi loin, l'étude des tribus primitives nous démontre que la consommation de viande est une tendance globale, et ce, pour des raisons de nécessité alimentaire.

L'ennui, c'est que l'enfance de l'humanité représente une durée telle qu'il est bien présomptueux de se fonder sur le mode de vie des dernières sociétés primitives telles que nous les décrit la science récente de l'anthropologie et d'en tirer des conclusions pertinentes.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5408
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 53

Re: La viande en France et dans le monde: production, conso...

Message non lupar janic » 27/02/17, 18:40

L'ennui, c'est que l'enfance de l'humanité représente une durée telle qu'il est bien présomptueux de se fonder sur le mode de vie des dernières sociétés primitives telles que nous les décrit la science récente de l'anthropologie et d'en tirer des conclusions pertinentes.
effectivement! L 'anthropologie s'appuie, quasi uniquement, sur le discours de l'évolutionnisme et le transhumanisme n'en est que le prolongement au travers de la technique se substituant à une nature insuffisante et imparfaite, conduisant à une sorte d'immortalité "relative" qui n'est d'ailleurs, là aussi, que le prolongement des discours religieux. Bonnet blanc/ blanc bonnet! 8)
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Consommation durable: consommer responsable, alimentation, trucs et astuces »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités

Recherches populaires