Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsMon potager du Moindre effort

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1231
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 261

Mon potager du Moindre effort

Message non lupar Moindreffor » 22/06/18, 21:27

Salut, moi c’est Moindreffor,
Voici ma petite histoire, j’ai toujours jardiné, avec mon père, ma grand-mère, de façon plus ou moins assidue. Disons que j’ai toujours gratté la terre, jusqu’au jour où, paf la grosse tuile qui me tombe sur la tête, la maladie. Plus question pour moi de pouvoir bêcher…

Me voilà donc à 25 ans prendre mon indépendance, dans une maison sans potager, juste une petite pelouse car impossible pour moi de vivre sans verdure. Je squate alors le potager d’une de mes vieilles tantes, je fais bêcher, mais ce n’est pas top, j’arrête assez vite. J’ai ensuite fait bâtir ma maison, sur un terrain pas trop grand, et je me suis réservé un petit bout de potager.

2 planches de 2m sur 8 avec une petite allée au milieu. Là aussi je dépendais de quelqu’un pour retourner la terre, une terre en partie faite du remblais de la construction de ma maison, donc pas Top…, J’y plantais des trucs faciles, pommes, de terre, échalotes, oignons, courgettes, potiron, tomates, un peu de salade, quelques semis de radis, haricots…

la réussite n’était pas toujours là, surtout pour les tomates, la bouillie bordelaise ça marche, mais il ne faut pas louper un traitement, si le mildiou s’installe ce n’est pas curatif

Bref très vite de 2 je suis passé à une planche, et je me suis limité à pommes de terre, haricots, courgettes et quelques tomates.

Bref j’étais sur le point d’abandonner complètement, et puis au hasard d’une conversation entre collègues, le mot permaculture tombe, késako ? De retour à la maison, je demande à mon ami Google, et je tombe sur des mecs aux longs cheveux qui parlent de jardinage, dans des espèces de friches, au milieu de jungles où on peut voir quelques légumes plutôt ridicules en train d’essayer de pousser. Je zappe, une vidéo, puis une autre, qu’est-ce qu’il y a comme mecs aux cheveux longs qui font des vidéos, puis je tombe sur un titre qui m’interpelle « le potager du paresseux », pile le truc pour moi qui ne peut plus faire grand-chose, je découvre le fil, je commence à lire et je me retrouve un peu dans l’histoire de Didier, comme lui je ne peux plus travailler la terre…

Très vite je me dis c’est pour moi, je vais tenter le truc, on est début juillet, le jardin est bêché, quelques pommes de terre, mais presque encore vide, je cherche du foin, j’en trouve facilement, en petites bottes, pile ce qu’il me faut, et voilà l’aventure commence…

On me donne des pieds de tomates, j’achète les derniers plants de potimarron, concombre, de courgette et de chou que je trouve, bref je débute mi-juillet, sans aucune conviction, mais l’idée me plaît, je tente, je ne me pose même pas la question de savoir si ça va marcher ou pas, Didier me donne la possibilité de refaire du jardin en toute autonomie, donc je fonce, si ça marche chez lui, ça marchera chez moi

en parallèle je me lance dans la lecture des 500 pages de l’époque...

il n’y a de cela qu’un an.

bon c’est bon pour aujourd’hui, la suite un autre jour
2 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)

Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1231
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 261

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar Moindreffor » 25/06/18, 18:05

J’étale le foin, entre les pieds de tomate et sur la parcelle « vide » de légumes mais très encombrée par un énorme pied de mûrier.Je repique mes potimarrons, mes courgettes, mes choux, et puis paf la canicule, déjà que tous ces plants souffraient d’avoir tardé dans leur pots, ils étaient plus jaunes que verts… Pas grave j’ai de l’eau, j’arrose. Ils finiront par reprendre une belle couleur verte, mais ce fut long.

Suite à ma lecture du fil de Didier, je regarde autour de moi et je trouve, une énorme source de faux « BRF », j’en rapporte de quoi recharger mon paillis d’écorces de peins dans le jardin d’agrément et j’en mets dans le potager où il n’y a rien. Je me dis je mettrai des tontes de pelouses pour compenser le manque d’azote, sauf qu’avec la canicule, ben pas de tontes.

Je sème des haricots en pleine terre et en godets et je ne fais plus grand-chose à part arroser le mûrier, qui a besoin d’eau comme le dit Didier, ce qu’il décrit je l’avais vécu l’année précédente, grosse promesse de fleurs, mais récolte peu de chagrin, par manque d’eau, les fruits avortent.
Je prépare de laitues à repiquer en godet, et je me perfectionne en transat…

Au final, petite récolte de courgettes, 2 ou 3 potimarrons, les choux ont manqués de nourriture et ont longtemps été retardés par les invasions de chenilles. Les tomates planté très tardivement ont donné quelques fruits avant d’être atteintes du mildiou, récoltes comparables de haricots qu’ils aient été planté en pleine terre ou repiqués.

Le mois de septembre très froid, n’a pas permis un bon développement de mes salades, les scaroles et frisées repiquées elles aussi fin août sont restées ridicules, et mes essais de mâche et d’oignons blancs en godets n’ont rien donné non plus.

Bref un bilan, très médiocre au niveau récoltes, mais assez positif vis à vis de mes observations. Tout ce que Didier nous présente, ben ça se passe, on le voit au niveau du sol, au niveau des légumes. Mais quand on part de loin, surtout au niveau du sol, il ne faut pas attendre de miracles. Il faut juste se dire qu’on fera mieux l’année suivante…

Cette année j’ai le foin, j’ai lu le livre, je suis motivé et fin prêt ! Mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille et tout ne démarre pas comme prévu…

Là je rentre de l’hosto, faut que je me fasse une perfusion de café et un peu de transat, donc à suivre...
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13295
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4541

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar Did67 » 25/06/18, 19:02

Dis-moi : tu n'as pas eu moins qu'avant quand même ??? Même si cela n'a pas été tout ce que tu attendais...

J'ai quelques ratages aussi, bien sûr, même si en gros j'ai l'impression que l'essentiel réussit sans efforts... Sans doute n'ai-je pas conscience de la part d'apprentissage nécessaire pour certains qui essayent de faire comme moi. Chez moi, ce n'est pas inné, mais je raisonne immédiatement en fonction des mécanismes que je décris. Et souvent, probablement, j'anticipe sans même m'en rendre compte. Cela aide.
0 x
Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1231
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 261

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar Moindreffor » 25/06/18, 20:29

Did67 a écrit :Dis-moi : tu n'as pas eu moins qu'avant quand même ??? Même si cela n'a pas été tout ce que tu attendais...

J'ai quelques ratages aussi, bien sûr, même si en gros j'ai l'impression que l'essentiel réussit sans efforts... Sans doute n'ai-je pas conscience de la part d'apprentissage nécessaire pour certains qui essayent de faire comme moi. Chez moi, ce n'est pas inné, mais je raisonne immédiatement en fonction des mécanismes que je décris. Et souvent, probablement, j'anticipe sans même m'en rendre compte. Cela aide.

pas d'inquiétudes, si les résultats ont été médiocres c'est principalement parce que j'ai repiqué des plants qui m'avaient attendu longtemps en jardinerie, ils en étaient jaunes de peur de languir sur leur étalage, ce que je peux dire c'est qu'ils ont retrouvé une belle couleur verte et donné une petite production.

donc j'ai eu plus que l'année d'avant où je n'avais mis que 3 pieds de courgettes, qui ne m'avaient presque rien donné, là j'ai eu quelques belles courgettes et même si aucune n'est allée au congélo, c'est parce qu'on a tout mangé au fur et à mesure.

je n'espérais aucun résultat en fait, j'étais en observation, et j'ai été plus que satisfait, j'ai vu la vie revenir dans mon jardin et des légumes qui poussent, mais en partant de mi-juillet on ne peut pas espérer de miracles, après comme je l'ai dit la vie n'est pas un long fleuve tranquille et donc entre ce que tu prévois et ce que tu peux faire parfois y a un sacré décalage

dès que j'ai plus de temps je vous fais le début de cette véritable première année de phénoculture, bien que...
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 483
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 21

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar être chafoin » 26/06/18, 01:58

Did67 a écrit :Sans doute n'ai-je pas conscience de la part d'apprentissage nécessaire pour certains qui essayent de faire comme moi. Chez moi, ce n'est pas inné, mais je raisonne immédiatement en fonction des mécanismes que je décris. Et souvent, probablement, j'anticipe sans même m'en rendre compte. Cela aide.
Oui c'est surement vrai. En regardant les vidéos et en lisant le livre j'ai bien senti l'ensemble des connaissances et de l'expérience de ton vécu agronomique. Mais avec ta tactique provocante du "paresseux" que je caricature à dessein comme cela : je déroule du foin sur la prairie, je plante et je vais boire une bière sur le transat en attendant la récolte, je crains quelques déconvenues pour tout un public qui par exemple souhaite se lancer un peu "ingénument" dans un premier petit potager (je dis cela sans médisance) ou qui aborderait cela de loin. L'affect de la culture paresseuse à la mode que l'on retrouve ici ou là n'est pas nouvelle et elle s'apparente parfois, d'après moi, à de la pensée magique. C'est ce que j'ai appelé le hourra jardinage. Il faut dorénavant laisser faire la nature : je balance des graines et elles se démerderont bien !! ça peut marcher, c'est vrai mais sans vouloir faire l'oiseau de mauvaise augure, c'est peut-être tragique car ton approche me parait effectivement très éloignée de cela dans la pratique malgré les effets de discours en ce sens. De fait il pourrait y avoir un effet inverse obtenu : déceptions, ricanements et renforcements de pratiques traditionnelles ou nouvelles justement "combattues"...
0 x

Moindreffor
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1231
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 261

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar Moindreffor » 26/06/18, 08:10

Did67 a écrit :Dis-moi : tu n'as pas eu moins qu'avant quand même ??? Même si cela n'a pas été tout ce que tu attendais...

J'ai quelques ratages aussi, bien sûr, même si en gros j'ai l'impression que l'essentiel réussit sans efforts... Sans doute n'ai-je pas conscience de la part d'apprentissage nécessaire pour certains qui essayent de faire comme moi. Chez moi, ce n'est pas inné, mais je raisonne immédiatement en fonction des mécanismes que je décris. Et souvent, probablement, j'anticipe sans même m'en rendre compte. Cela aide.

je comprends la remarque de être chafoin, mais c'est là qu'il faut être un peu autonome, Didier nous présente une manière de collaborer avec les êtres vivants du sol, pour ne pas avoir à travailler la terre, en aucune façon il nous présente des techniques maraîchères.
je pense que l'amateur qui se lance dans le jardinage, que se soit en phénoculture ou en culture traditionnelle, aura les même déconvenues s'il ne s'investit pas un minimum intellectuellement et physiquement dans son potager.
intellectuellement car croire que jeter quelques graines dans le sol suffit pour obtenir de quoi remplir de pleins paniers est illusoire
physiquement, car même si en phénoculture on ne travaille pas le sol, il faut tout de même être présent pour gérer par exemple les limaces

jeter des graines en terre et avoir un développement magnifique, on est dans Jack et les haricots magiques (hier à la TV justement)
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13295
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4541

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar Did67 » 26/06/18, 10:17

être chafoin a écrit :.... Mais avec ta tactique provocante du "paresseux" que je caricature à dessein comme cela : je déroule du foin sur la prairie, je plante et je vais boire une bière sur le transat en attendant la récolte, je crains quelques déconvenues pour tout un public qui par exemple souhaite se lancer un peu "ingénument" dans un premier petit potager (je dis cela sans médisance) ou qui aborderait cela de loin. L'affect de la culture paresseuse à la mode que l'on retrouve ici ou là n'est pas nouvelle et elle s'apparente parfois, d'après moi, à de la pensée magique. C'est ce que j'ai appelé le hourra jardinage. Il faut dorénavant laisser faire la nature : je balance des graines et elles se démerderont bien !! ça peut marcher, c'est vrai mais sans vouloir faire l'oiseau de mauvaise augure, c'est peut-être tragique car ton approche me parait effectivement très éloignée de cela dans la pratique malgré les effets de discours en ce sens. De fait il pourrait y avoir un effet inverse obtenu : déceptions, ricanements et renforcements de pratiques traditionnelles ou nouvelles justement "combattues"...


Cela peut surprendre, mais je suis d'accord !!!

Je me suis trouvé embarqué, "à l'insu de mon plein gré", dans une aventure contradictoire. Les "anciens", mais ils se font rare, savent que le Potager du Paresseux était d'abord et avant tout mon potager, pour me nourrir. J'en ai parlé incidemment ici, sur un fil qui s'appelait "le semis direct en agriculture : possible ou pas" (ou quelque chose du genre). J'ai témoigné qu'on pouvait produire beaucoup en ne travaillant pas le sol. Cela a été détaché par remundo, et est devenu le fil principal "Le Potager du Paresseux : produire plus que bio sans travail du sol" avec le succès qu'on sait (dont j'étais très loin de me douter !). Et puis phil53 m'a suggéré de faire des vidéos, pour que les gens puissent voir. J'ai d'abord été réticent. Et puis cela a pris la tournure que l'on sait. Un jour steph72 me téléphone pour savoir si j'étais prêt à faire une conf à La Ferté-Bernard. Tiens, pourquoi pas ! Et me voilà sollicité ailleurs. Certains ici ou par "mp", me suggèrent de "mieux résumer mes idées dans un livre" car sur éconologie, c'est désordonné et "illisible". Je traine d'abord des pieds, puis me lance. L'été dernier, au retour des vacances, un commentaire sur YouTube attire mon attention"Je suis éditrice. Comment puis-je vous contacter ?". C'était la directrice de Tana.

Si je rappelle cela, c'est bien parce que j'ai le sentiment que tout cela m'est un peu tombé dessus. D'où le "Je me suis trouvé embarqué...". Et non pas une stratégie cohérente. Si j'avais eu, dès le départ, l'intention de faire des confs, écrire un livre, etc, j'aurais sans doute communiqué différemment ! Bien entendu, je l'ai cherché !!!

a) Pour être perçu, écouté, il m'a fallu provoquer. Provoquer les esprits, les façons conventionnelles de penser (dans conventionnel, dans mon esprit, il y a "conventionnel chimique", mais aussi "conventionnel bio - avec motoculteurs, pesticides "naturels donc autorisés en bio")... Cela tombait bien : vous l'avez remarqué, j'aime ça !

b) Du coup, j'ai forcé le trait. Caricaturé. J'ai "fait le show."

c) Ce qui m'a paradoxalement rapproché de certains "permaculteurs", dont je fustige par ailleurs la faiblesse de l’argumentation scientifique et le coté "mode" au mieux, "religion" au pire.

d) Et, en effet, je risque sans doute créer une vague de déçus...

Je suis donc en train de "recadrer" tout cela, de corriger le tir... Et maintenant que je n'ai plus à "frimer" pour être connu, je vais aller vers une "comm" plus juste, plus précise. Regardez la dernière vidéo, il y a presqu'autant de "négatif", de "problèmes" que de positif. Le recadrage est déjà en cours.

Donc nous sommes assez d'accord.
1 x
Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 483
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 21

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar être chafoin » 26/06/18, 11:05

Super... En ce qui me concerne je reste convaincu et de ta "bonne foi" et de ton approche en général, si elle est bien entendue. Même si je reste critique à certains égards, tu as réussi à me persuader de changer ma façon de jardiner et en plus je le fais avec un certain plaisir. Bien sûr je ne pourrais juger qu'aux "résultats" mais sachant que je considère que la difficulté principale du potager est le découragement qui vient régulièrement frapper le jardinier (devant l'ampleur de la tâche, après un échec ou un ravage quelconque climatique ou autre...), je trouve que pour moi c'est déjà gagné ! Cela est un peu paradoxal par rapport à ce que j'ai dit précédemment, mais il y a un versant positif déclencheur (même pour ces purs débutants dont on parlait : au moins ça leur fera une première expérience...). Par contre cela se fait avec certes un "moindre effort" (pour revenir au sujet de ce fil) physique qui est loin d'être négligeable, mais certainement pas avec moins d'investissement en temps ou autre. Mais ici ce n'est que ma vision, ma façon de m'approprier la phénoculture et ma courte expérience qui parlent...
0 x
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 267
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 60

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar guibnd » 27/06/18, 00:37

Moindreffor a écrit :... car croire que jeter quelques graines dans le sol suffit pour obtenir de quoi remplir de pleins paniers est illusoire ...
jeter des graines en terre et avoir un développement magnifique, on est dans Jack et les haricots magiques

Je ne sous-estime pas la chance du débutant !
Tiens, un truc marrant avec mes potimarrons que j'ai semé un à un en grands godets sur ma couche chaude et repiqué dans mon terrain, ils ont fini aux 3/4 bouffé par les limaces.
À 2 mètres de là, des potimarrons ont germé spontanément sur le foin; il s'agit des derniers potimarrons qui n' ont pas été mangé cet hiver et qui ont pourri et que j'ai balancé négligemment sur le foin au printemps... Et bin ceux là, les limaces n'y touchent même pas et ils ont belle allure à côté de mes plants que j'avais bichonné :roll:
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 267
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 60

Re: Mon potager du Moindre effort

Message non lupar guibnd » 27/06/18, 00:54

Did67 a écrit : Je me suis trouvé embarqué, "à l'insu de mon plein gré", dans une aventure contradictoire. Les "anciens", mais ils se font rare, savent que le Potager du Paresseux était d'abord et avant tout mon potager, pour me nourrir. J'en ai parlé incidemment ici, sur un fil qui s'appelait "le semis direct en agriculture : possible ou pas" (ou quelque chose du genre). J'ai témoigné qu'on pouvait produire beaucoup en ne travaillant pas le sol. Cela a été détaché par remundo, et est devenu le fil principal "Le Potager du Paresseux : produire plus que bio sans travail du sol" avec le succès qu'on sait (dont j'étais très loin de me douter !). Et puis phil53 m'a suggéré de faire des vidéos, pour que les gens puissent voir. J'ai d'abord été réticent. Et puis cela a pris la tournure que l'on sait. Un jour steph72 me téléphone pour savoir si j'étais prêt à faire une conf à La Ferté-Bernard. Tiens, pourquoi pas ! Et me voilà sollicité ailleurs. Certains ici ou par "mp", me suggèrent de "mieux résumer mes idées dans un livre" car sur éconologie, c'est désordonné et "illisible". Je traine d'abord des pieds, puis me lance. L'été dernier, au retour des vacances, un commentaire sur YouTube attire mon attention"Je suis éditrice. Comment puis-je vous contacter ?". C'était la directrice de Tana.

Si je rappelle cela, c'est bien parce que j'ai le sentiment que tout cela m'est un peu tombé dessus. D'où le "Je me suis trouvé embarqué...". Et non pas une stratégie cohérente. Si j'avais eu, dès le départ, l'intention de faire des confs, écrire un livre, etc, j'aurais sans doute communiqué différemment ! Bien entendu, je l'ai cherché !!!

a) Pour être perçu, écouté, il m'a fallu provoquer. Provoquer les esprits, les façons conventionnelles de penser (dans conventionnel, dans mon esprit, il y a "conventionnel chimique", mais aussi "conventionnel bio - avec motoculteurs, pesticides "naturels donc autorisés en bio")... Cela tombait bien : vous l'avez remarqué, j'aime ça !

b) Du coup, j'ai forcé le trait. Caricaturé. J'ai "fait le show."

c) Ce qui m'a paradoxalement rapproché de certains "permaculteurs", dont je fustige par ailleurs la faiblesse de l’argumentation scientifique et le coté "mode" au mieux, "religion" au pire.

d) Et, en effet, je risque sans doute créer une vague de déçus...

Je suis donc en train de "recadrer" tout cela, de corriger le tir... Et maintenant que je n'ai plus à "frimer" pour être connu, je vais aller vers une "comm" plus juste, plus précise. Regardez la dernière vidéo, il y a presqu'autant de "négatif", de "problèmes" que de positif. Le recadrage est déjà en cours.

Donc nous sommes assez d'accord.

Ce cheminement fait de concours de circonstances et de spontanéité, où tu t'es trouvé embarqué... et nous avec, c'est peut-être cela qui a plu justement.
Une com plus étudiée, une stratégie cohérente ... faut voir...
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités