Hydraulique, éoliennes, géothermie, énergies marines, biogaz...Combien de biogaz produit 1 m3 de déchets, au moins, au plus

Les énergies renouvelables sauf solaire électrique ou thermique (voir sous-forums dédiés ci-dessous) : éoliennes, énergies de la mer, hydraulique et hydroélectricité, biomasse, biogaz, géothermie profonde...
Avatar de l’utilisateur
antoinet111
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 874
Inscription : 19/02/06, 18:17
Localisation : 29 - Landivisiau

Message non lupar antoinet111 » 30/10/11, 09:48

clasou a écrit :Sinon oui c'est bien complquè,bon ce qui est sur c'est que ma terre c'est nettement amélioré (vivante)
a+claude


Salut, tu pourrais nous dire comment tu te rend compte de cela?
0 x
Je vote pour l'écriture de post concret et de sens pratique.
A bas les beaux parleurs et les brasseurs d'air !

clasou
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 553
Inscription : 05/05/08, 11:33

Message non lupar clasou » 30/10/11, 10:09

Bonjour Antoine111.
Pour ma part ,ma terre a la base est trés argileuse ,du coup des qu'il commence a faire chaud ,elle se fend .Si par hasard je prenais la béche je me retrouvais avec un bloc disons stérile et en la regardant rien.
Maintenant je dirai qu'ellle ressemble un peu a de la terre de forêt,tu peux la gratter a la main ,tu vois tous un tas de bestiole qu'avant je ne voyais pas araigné et autre dont je ne connais pas le nom.cette été elle resté humide ,il y a plein de débris végétaux ,elle a pris une couleur plus noir.
Et ça pousse merveilleusement bien.
Pour compléter ça fait 5 ans ,je crois que je ne me sers que d'une aéro béche et bien sur aucun traitement (pesticide ,insecticide ,engrais) que des espèces naturelle (kokopelli),tous les déchets ou plante qui pousse autre que celle que je plante sont arraché de temps en temps et laissé sur place ,et il y a aussi ce que j'appel mon brf.
j 'espéres avoir répondu a ta question.
a+claude
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 30/10/11, 11:15

Il suffit de compter le nombre de vers de terre par litre ou seau pour mesurer la fertilité de la terre avec son humus !!
C'est pour cela que les terres avec des herbicides, des pesticides et trop d'engrais deviennent stériles à la fin.

En complément lire terra preta bien connu il y a plus de 600ans en Amazonie avec une terre quasi stérile si le fin humus disparait et enrichie avec du charbon de bois au départ :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Terra_preta
comment la faire :
http://jardinons.wordpress.com/2008/03/ ... -la-faire/
http://www.liberterre.fr/gaiasophia/gai ... preta.html

La terra preta est un mélange complexe de terrain "naturel" (jaune ou rougeâtre et aride, dans le cas de l'Amazonie), de charbon, de fragments d’objets de poterie, de déchets organiques tels que les résidus de récolte, déjections animales et des os de poisson, et enfin de milliers d'organismes différents6.

La terra preta est très fertile, ce qui est une anomalie par rapport aux sols peu productifs de la forêt amazonienne7. Bien que les sols amazoniens exigent normalement des périodes de jachère entre 8 et 10 ans, six mois de repos peuvent suffire avec la terra preta au sol pour récupérer7. Dans au moins un cas, on sait qu’un sol de ce type a été en culture continue depuis plus de 40 ans sans apport externe d'engrais8.
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 30/10/11, 12:25

pour le CO2 relâché sur terre et bilans lire en détail avec nos responsabilités visibles :
http://www.jma.go.jp/jma/en/NMHS/indexe_ccmr.html
http://www.jma.go.jp/jma/en/NMHS/ccmr/CCMR2010_low.pdf
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16718
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7033

Message non lupar Did67 » 30/10/11, 14:41

clasou a écrit :Bonjour did67.
Oui j'ai par abus de langage tendance a appele la matière organique du brf
Par contre si tu peux m'éclairai,on dit bien que la plante capte le co2 de l'air pour croitre,et qu'on appel ça aussi de la matière carbonée.
Or dans ton explication ,j'ai l'impression qu'une fois digéré par le sol ,donc transformé en humus tous le co2 aurait été rejeté.
Tous ou une partie.
a+claude


1) Appelle cela du "mulch", ce sera moins faux. Le BRF est quelque chose de précis : des rameaux de bois pas trop épais (maxi épaisseur du pouce en gros), broyés. Il s'agit donc d'un mélange de lignine et de cellulose par ailleurs encore assez riche en sucres et minéraux (le "vieux bois" étant très pauvre et très "inerte", d'où son usage : consctruction, feu...).

Ce BRF va à la fois couvrir le sol et éviter l'évaporation, réguler la température, abriter de la vie, apporter par sa partie décomposable rapidement de la "nourriture" à tes plantes, s'humifier en partie (donc constituer une "réserve longue durée") et en attendant, aérer ton sol...

Donc effectivement, que du bénéf !

[le seul hic est que s'il fallait traiter comme cela les surfaces cultivées en France, la forêt n'y suffirait pas ; ce n'est donc pas généralisable à grande échelle ; mais concentrer de la fertilité sur un petit bout de jardin, c'est parfait ; je le dis car les fanas du BRF s'meballent des fois un peu vite, sans réfléchir !].

2° Alors là, il faudrait faire un cours de biochimie !

En très gros (je vais évidemment me faire voler dans les plumes !) :

- les végétaux "fabriquent" leur matière (dite organique) à partir du CO² et de l'eau et de l'energie solaire ; cela devient toujours en très très gros, des molécules organiques faites de C et de H ; l'O du CO² et de l'eau se dégage sous fome d'O²

- cette matière organique tu l'utilises sous différentes formes :

a) tu la brules : tu recombines brutalement et à haute température le C et l'H avec de l'O² ; tu récupères de l'énergie (chauffage par ex) ;: tu dégages le CO² aborbé par le végétaux ; c'est neutre en CO² au bout du cycle...

b) tu la manges : tu fais la même chose de façon très douce, dans les cellules, à température très basse (37,2 ° le matin)... Tous les animaux font ça...

c) tu méthanises : en l'absence d'O², certaine bactéries n'ont pas le choix, elles décomposent incomplètement cette matière organique et combinent le C et l'H pour former le plus petit bout possible, le CH4 = méthane ; cette molécule contient encore pas mal d'énergie, c'est le gaz naturel !

CH4 + O² : c'est la fameuse flamme bleu (mais tu peux aussi faire tourner des moteurs et produire de l'électricité)...

d) tu carbonises : tu chauffes à l'abri d'O² ; l'H se dégage sous forme de plein de saloperies dont le CH4 ; il te reste du C "tout nu" ; c'est le charbon ; que tu peux oxyder avec l'O² et...récupérer de l'énergie... en dégageant le CO²

e) tu laisses se décomposer : voir b) - sauf que ce sont des microorganismes

Sauf si le milieu n'est pas favorable (pas assez aéré, trop acide) : la matière s'accumule. C'est une tourbière. C'et aussi le cas de sols "noirs", très riches en matière organiques, dans par ex les fonds de vallées avec des sols acides... ou en montagne (sols trop froids, la matière organique ne se décompose pas non plus)...

Voilà le cadre.

Dans un sol, la matière organique fraiche que tu apportes va :

a) en partie se décomposer, en surface, par voie aérobie (en présence d'O²) ; cela permet à toutes ces bestioles de vivre, proliférer ; le C repart sous forme de CO², la boucle est bouclée...

Tu noteras au passage qu'une forêt naturelle en équilibre est tout sauf "un poumon" ! Les arbres grandissent, meurent, se décomposent... Une forêt en équilibre, dont on n'extraie rien, est une forêt qui respire autant qu'elle ne rejette ! Et pan pour les "écolos émotifs"...

b) en partie (la cellulose, la lignine) se transforment en un produit organique complexe, l'humus...

Il y a entre 2 et 5 % d'humus dans un sol cultivé. Cela fait des tonnes et des tonnes de C par ha. Et c'est donc autant de C qui n'est pas retourné dans l'air sous forme de CO².

c) mais cet humus lui-même se décompose très lentement, sinon, au fil du temps, il n'y aurait plus que ça... Donc il s'oxyde sous forme de CO², encore une fois...

C'est donc le biln qu'ilf aut regadre : si le bilan est posistif, la richesse en humus du sol s'élève, le sol séquestre du C (donc du CO²). S'il s'abaisse, c'est le contraire ! Or, l'agriculure chimique de ces 40 dernières annes n'a cessé de "piller" le stock d'humus des sols... Donc a enrichi l'atmosphère en CO² !

Je crois que je l'avais déjà abordé, donc tout se résume à suivre le devenir du C :

- oxydé, sous forme de CO², c'est un "déchet" (énergétique) et un poison climatique au-delà d'une certaine teneur qui rend la terre habitable (réchauffement) ; c'est aussi un aliment pour les plantes

- quand tu "planques" du C (construire en bois - ne pas le bruler !, tourbières, humus dans le sol, etc), tu appauvris l'atmosphère en CO², donc tu combats le réchauffement... Tu séquestres du C (donc moins de CO²)

- quand tu "consommes" de la matière organique (manger, composter, BRF, biométhaniser, ...) tu rejettes le CO² que la plante à absorbé auparavent ; donc tu "vis" tout en restant "neutre" du point de vue CO² (mais en récupérant plein d'énergie, qui était, à l'origine, de l'énergie solaire, mise en "barre" par les végétaux)...

Voilà très schématiquement de quoi il s'agit.
0 x

clasou
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 553
Inscription : 05/05/08, 11:33

Message non lupar clasou » 30/10/11, 15:06

Ok ,merci pour les infos,
Par contre il va falloir que je relise plusieurs fois ,car pas tous ingéré.
Sinon ,bon de la théorie qui relie un peu la question sur 1 milliards de personne qui meure de faim.
En ce moment un de mes dada est le sorgho ,que j'ai planté pour la première fois.cette année et que je vais étendre cette année.
Bon difficile d'évaluer le rendement car c'est anarchique mon jardin.

Mais vu la facilité avec la quelle ça pousse ,si on en semé sur pas mal de terre en jachère ou lieu qui n'ont rien ,bien sur avec des maniéres respectueuses,
Imagine le volume qu'on pourrait séquestré ainsi que le stock de grain qu'on pourrait récolté.
C'est un peu comme quand j'abordai le chanvre ,tous ce c ou co2 qu'on pourrait capturé et dont la laine pourrait servir a isoler ,ça serait autant de gaz fioul ou autre qu'on économiserai ,sans compter l'impact sur la balance extérieur de la france.
a+claude
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16718
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7033

Message non lupar Did67 » 30/10/11, 17:56

clasou a écrit :.

Mais vu la facilité avec la quelle ça pousse ,si on en semé sur pas mal de terre en jachère ou lieu qui n'ont rien ,bien sur avec des maniéres respectueuses,
Imagine le volume qu'on pourrait séquestré ainsi que le stock de grain qu'on pourrait récolté.
C'est un peu comme quand j'abordai le chanvre ,tous ce c ou co2 qu'on pourrait capturé et dont la laine pourrait servir a isoler ,ça serait autant de gaz fioul ou autre qu'on économiserai ,sans compter l'impact sur la balance extérieur de la france.
a+claude


1) Non. Car tu vas en faire quoi ? Incorporer au sol, ce sera surtout une matière à décomposition rapide (car peu de cellulose)... Donc tout repartira sous forme de CO² très très vite.

Le sorgho est une plante d'origine tropicale, très sensible au froid. Il gèle physiologiquement dès + 8 ° !!! Donc ne rêve pas trop.

C'est un bon "aliment" pour la méthanisation.

Pour produire de la biomasse, dans nos contrées, rien ne dépasse la luzerne. Qui en plus ne légumineuse qui fixe l'azote de l'air. Bine plus intéressant. Pas la peine de "fantasmer" sur les plantes exotiques.

Mais encore une fois, si tu relis mon post ci-dessus, c'est de la biomasse à dégradation rapide, sans grand intérêt pour la séquestration du CO². Tu veux mettre où ce montagnes de foin de luzerne ou de tiges de sorgho ??? Et si tu fais manger ou tu mets dans le sol, la quasi totalité est décompoésée en CO² (très peu d'humus stable formé car trop pauvre en cellulose et lignine).

2° Le chanvre est déjà en production industrielle. Rien de neuf à l'horizon. Là, comme on stocke la biomasse (utilisée comme isolant), on séquestre effectivement du Co² !

Par exemple, regarder :http://www.eurochanvre.eu/

Plusieurs chambres d'agriculture ont des progammes allant dans ce sens.
0 x
clasou
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 553
Inscription : 05/05/08, 11:33

Message non lupar clasou » 30/10/11, 18:46

Bon ce qu'on m'avait expliquer a propos du sorgho,c'est que schématiquement il prélevé une unité de carbone pour sa croissance et la plante équivalait a 7 unité.

Quand je parlais des champs,l'idée serait on se plaint que des gens meures de faim,si les grands qui dirige décidé de décider que toutes les terres en jachére ,devenait disons utile a la lutte contre la faim ,et qu'on trouve un systéme sans intérêt financier ,on pourrait en tiré une grande quantité de sorgho ,qu'on peut faire en farine ou cuire comme du riz ,jamais tenté mais info venant d'un ami malien.

Maintenant si tu dis que niveau humus du sol peut d'intérêt évidemment,mais on peut faire la même chose avec la laine de chanvre qui servirait a isoler les batiments administratif,donc gain en terme d'énergie et de co2, et la canne peut toujours servir de biomasse mulch ,ou autre.

voila les rêves du dimanche.
a+claude
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 30/10/11, 19:39

Amusant :
Il gèle physiologiquement dès + 8 ° !!!

et il dégèle à -8°C !!! Donc rêvez de trop !!

Sinon bases sur le sorgho plante miracle, dépolluante, de plus sans gluten bonne pour certains avec problèmes avec le gluten :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sorgho_commun
http://www.web-libre.org/dossiers/sorgho,2202.html

http://www.maine-et-loire.chambagri.fr/ ... sorgho.pdf
http://www.ird.fr/la-mediatheque/fiches ... odiversite
http://africamix.blog.lemonde.fr/2009/0 ... ls-arides/
http://www.ledevoir.com/economie/actual ... re-miracle
http://www.lafaimdesdelices.fr/pain-vie ... au-sorgho/
http://moulindelamousquere.pagesperso-o ... frique.htm


Le sorgho une plante herbacée de la famille des Poacées (Graminées) qui porte le nom scientifique de Sorghum bicolor ou Sorghum vulgare. Il est appelé également gros mil en Afrique, Mil du Fou au Burkina Faso, maïs guinéen, millet indien ou blé égyptien. Il existe plusieurs sortes de sorgho dont les deux principaux sont le sorgho-grain dont on cultive de nombreuses variétés et qui est adapté à l'alimentation humaine et le sorgho fourrager utilisé pour l'alimentation animale.
D'autres types de sorgho possèdent des appellations qui déterminent ses usages multiples : le sorgho sucrier, le sorgho à papier et le sorgho à balais. Il est cultivé depuis au moins 3000 ans. On retrouve la culture de cette graminée 900 ans avant Jésus-Christ, en Inde. On note sa présence à Rome, en Italie au temps de Pline. Il tire son nom de l'italien « sorgo ou surgo» qui signifie « je pousse », mais il est certainement originaire d'Afrique, et plus précisément d'Éthiopie, d'où il s'est répandu dans toute l'Afrique.

Comme le manioc, le sorgho contient un élément toxique qui se transforme en acide. Il est donc préférable de cuire les grains à la vapeur avant de les consommer.
Son système de racines très profondes lui permet de très bien résister à la sécheresse. La plante résiste bien aussi à la chaleur, à la sécheresse et à la pauvreté des sols. Le sorgho s'acclimate aussi dans les sols salins, calcaires ou même gorgés d'eau et sous les climats tempérés.
En Afrique, il fait partie des éléments nutritionnels de base et s'utilise dans la composition de beaucoup de plats comme des galettes ou beignets. Au Mali, on en fait un type de couscous. Les fibres de la plante servent à fabriquer des panneaux de revêtement utilisés dans la construction, des emballages biodégradables ou des balais. Le sorgho serait-t-il la plante de l'avenir ? Peut-être pour les indiens qui vont l'expérimenter comme biocarburant. Et peut-être pour tout le monde, si l'on en croit l'expérience menée en 2007 à Chanteloup-les-vignes dans les Yvelines. La céréale a été plantée dans un champ incultivable à cause d'une station d'épuration. La terre était chargée de métaux lourds. Or, le sorgho se nourrit de cuivre, de mercure, de plomb et de nickel. La plante pourrait donc dépolluer la terre en profondeur et le sorgho pourrait devenir la nouvelle plante miracle. A suivre....
0 x
clasou
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 553
Inscription : 05/05/08, 11:33

Message non lupar clasou » 30/10/11, 19:46

En ce qui me concerne c'est une vieille espece black amber canne ,donc les tiges monte a pas loin de 3 métres,et dont il est dit qu'on peut faire de la mélasse?.
a+claude
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Hydraulique, éoliennes, géothermie, énergies marines, biogaz... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités