Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion)Le gaz non conventionnel bouleverse la donne énergétique

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire, REP, EPR, fusion chaude, ITER, centrales thermiques, cogénération, trigénération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques.
Avatar de l’utilisateur
plasmanu
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1780
Inscription : 21/11/04, 06:05
Localisation : 07170.635le viaduc.41ans
x 4

Message non lupar plasmanu » 16/05/12, 08:57

:mrgreen:
Le refrain est un lourd à force.
Mais il y a du vrai ladedans
:mrgreen:

Greenanarchy au pouvoir !!!
0 x

moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3651
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 323

Message non lupar moinsdewatt » 13/10/12, 11:59

Les gaz de schiste font bondir l’investissement industriel aux Etats-Unis

Usine Nouvelle 11 Oct 2012

Les Etats-Unis vont investir 400 milliards de dollars dans les cinq années à venir grâce aux gaz de schiste et créer jusqu’à 5 millions d’emplois.

Les chiffres ont de quoi faire rêver un Vieux Continent à l’économie atone. Selon le cabinet de conseil américain ATKearney, les gaz de schiste vont stimuler 400 milliards d’euros d’investissements industriels d’ici à 5 ans aux Etats-Unis, principalement répartis entre l’énergie et la chimie.

Ces deux secteurs sont les premiers bénéficiaires car la production d’un puits de gaz de schiste se décompose en gaz naturel (90% environ), éthane, propane, butane et pétrole. Si les trois derniers sont indexés sur les cours mondiaux du brut et suivent donc une tendance haussière, les deux premiers, le gaz et l’éthane, voient leur prix chuter. Le gaz, c’est l’énergie. L’éthane, la chimie.

La production d’électricité connaît un véritable retournement. Le parc américain de centrales au charbon affiche une puissance de 305,7 gigawatts (GW), dont près de la moitié est issue d’installations âgées de 40 à 80 ans. Les électriciens doivent arbitrer entre l’engagement de lourds travaux de rénovation ou la construction de nouvelles centrales… au gaz. Un arbitrage devenu facile : 40 milliards de dollars de nouveaux projets de centrales à gaz sont déjà en cours. Et comme le gaz émet moins de CO2 que le charbon, "les Etats-Unis vont respecter les engagements de Kyoto (sur les réductions d’émissions de CO2) sans rien faire pour", s’amuse Hervé Wilczynski, responsable du bureau de Dallas.

Plus compétitif que la Chine !

Dans la chimie, le prix de l’éthane est en dessous de 10 dollars le MBTU (l’unité de mesure standard de volume de gaz) outre-Atlantique, contre presque 5 dollars au Moyen-Orient et 14 dollars en Chine. "Les Etats-Unis sont plus compétitifs que la Chine sur une matière première !", s'exclame David Richards, responsable du bureau de Paris. 40 milliards d’euros d’investissements dans des craqueurs d’éthylène sont déjà d’actualité. "La chimie européenne va être noyée entre la compétitivité du Moyen-Orient et celle des Etats-Unis", alerte Hervé Wilczynski.

Au total, le gaz de schiste américain va générer 200 milliards de dollars d’investissements dans l’amont (forage, exploitation…) et presque 200 milliards dans l’aval, répartis comme suit : 75 milliards dans la production d’électricité, 50 milliards pour la liquéfaction de gaz, 40 milliards dans l’industrie chimique, et 20 milliards dans les infrastructures gazières. Avec, à la clé, selon ATKearney, 250 milliards d’euros de valeur économique ajoutée d’ici à 2020 et la création de 1,8 million emplois directs. En comptant les emplois induits dans toute l’industrie, ce chiffre grimpe à 5 millions.

Des prix du gaz intenables pour les pétroliers

Ces prévisions sont toutefois soumises à une certaine incertitude : l’évolution des prix du gaz en Amérique du Nord, aujourd’hui intenables pour l’industrie pétrolière. L’afflux de gaz de schiste a fait tomber les cours en-deçà de 3 dollars le MBTU. Un prix bien inférieur au seuil de rentabilité des producteurs. Seuls les puits coproduisant du pétrole et des huiles liquéfiées gagnent de l’argent. "C’est la coproduction qui maintient l’activité gaz de schiste aux Etats-Unis", lance même Hervé Wilczynski. Ce déséquilibre économique persiste alors que les pétroliers américains ont diminué de 60 % en deux ans leurs frais de forage.

Les prix devraient doucement remonter grâce à l’exportation de gaz à partir de terminaux de liquéfaction. Ils pourraient se stabiliser en 2020 autour de 6 à 8 dollars le MBTU. Mais aujourd’hui, la fabrication de ces terminaux de liquéfaction fait débat. Les pétroliers poussent en ce sens, les chimistes s’y opposent pour maintenir des prix bas. Par ailleurs, une partie de la classe politique considère que le gaz naturel, comme le pétrole brut, est une ressource stratégique qui ne doit pas être exportée. Le résultat de l’élection présidentielle sera déterminant. Les Républicains poussent vers l’exportation alors que les Démocrates visent un maintien des prix bas sur le territoire national. Un dilemme auquel nombre de dirigeants européens aimeraient être confrontés.


http://www.usinenouvelle.com/article/le ... is.N183863]
0 x
Avatar de l’utilisateur
Flytox
Modérateur
Modérateur
Messages : 13558
Inscription : 13/02/07, 22:38
Localisation : Bayonne
x 468

Message non lupar Flytox » 13/10/12, 14:43

Allez ! , une nouvelle couche de désinformation, merci moinsdewatt:

Les gaz de schiste font bondir l’investissement industriel aux Etats-Unis

Usine Nouvelle 11 Oct 2012

http://www.usinenouvelle.com/article/le ... N183863%5D


Les Etats-Unis vont investir 400 milliards de dollars dans les cinq années à venir grâce aux gaz de schiste et créer jusqu’à 5 millions d’emplois.


Et ceci est sans compter le coup de fouet à l'industrie des hôpitaux, des morgues et autres fossoyeurs vus le nombre de morts induit par la destruction des nappes phréatiques de régions entières, de l'agriculture, des écosystèmes etc.... 8) :P

Les chiffres ont de quoi faire rêver un Vieux Continent à l’économie atone. Selon le cabinet de conseil américain ATKearney, les gaz de schiste vont stimuler 400 milliards d’euros d’investissements industriels d’ici à 5 ans aux Etats-Unis, principalement répartis entre l’énergie et la chimie.


C'est beau les rêves, tu t'imagines, cette poignée de type qui vont s'engraisser de manière astronomique (le rève Américain quoi...)Image et qui vont sauver notre vieux continent, en exportant leurs méthodes de destruction et soutenir les plus gros pollueurs. On peut comprendre tout ceux qui envient notre monde / civilisation.... 8) 8) 8) 8) :P

La production d’électricité connaît un véritable retournement. Le parc américain de centrales au charbon affiche une puissance de 305,7 gigawatts (GW), dont près de la moitié est issue d’installations âgées de 40 à 80 ans. Les électriciens doivent arbitrer entre l’engagement de lourds travaux de rénovation ou la construction de nouvelles centrales… au gaz. Un arbitrage devenu facile : 40 milliards de dollars de nouveaux projets de centrales à gaz sont déjà en cours.
Et comme le gaz émet moins de CO2 que le charbon, "les Etats-Unis vont respecter les engagements de Kyoto (sur les réductions d’émissions de CO2) sans rien faire pour", s’amuse Hervé Wilczynski, responsable du bureau de Dallas
.


Si en plus c'est un geste pour émettre moins de gaz à effet de serre......mettre les Ricains sur le chemin des engagements de kyoto, alors on est sauvé !!!! 8) 8) 8) :P

Dans la chimie, le prix de l’éthane est en dessous de 10 dollars le MBTU (l’unité de mesure standard de volume de gaz) outre-Atlantique, contre presque 5 dollars au Moyen-Orient et 14 dollars en Chine. "Les Etats-Unis sont plus compétitifs que la Chine sur une matière première !", s'exclame David Richards, responsable du bureau de Paris. 40 milliards d’euros d’investissements dans des craqueurs d’éthylène sont déjà d’actualité. "La chimie européenne va être noyée entre la compétitivité du Moyen-Orient et celle des Etats-Unis", alerte Hervé Wilczynski.


Effectivement la course à la destruction de la biosphère est sévère entre la Chine, les USA et l'Europe....Quel suspense ! Qui va gagner ? :P

Au total, le gaz de schiste américain va générer 200 milliards de dollars d’investissements dans l’amont (forage, exploitation…) et presque 200 milliards dans l’aval, répartis comme suit : 75 milliards dans la production d’électricité, 50 milliards pour la liquéfaction de gaz, 40 milliards dans l’industrie chimique, et 20 milliards dans les infrastructures gazières. Avec, à la clé, selon ATKearney, 250 milliards d’euros de valeur économique ajoutée d’ici à 2020 et la création de 1,8 million emplois directs. En comptant les emplois induits dans toute l’industrie, ce chiffre grimpe à 5 millions.


Ils oublient de compter, la destruction des emplois dans l'industrie pétrolière correspondante, mais de toutes les façons vu la mortalité qui va monter en flèche, cela va nettement participer à résorber nos taux de chômage vraiment excessif en Europe. :P


Les prix devraient doucement remonter grâce à l’exportation de gaz à partir de terminaux de liquéfaction. Ils pourraient se stabiliser en 2020 autour de 6 à 8 dollars le MBTU. Mais aujourd’hui, la fabrication de ces terminaux de liquéfaction fait débat. Les pétroliers poussent en ce sens, les chimistes s’y opposent pour maintenir des prix bas. Par ailleurs, une partie de la classe politique considère que le gaz naturel, comme le pétrole brut, est une ressource stratégique qui ne doit pas être exportée. Le résultat de l’élection présidentielle sera déterminant. Les Républicains poussent vers l’exportation alors que les Démocrates visent un maintien des prix bas sur le territoire national. Un dilemme auquel nombre de dirigeants européens aimeraient être confrontés.


Effectivement, le seul vrai problème qui peut rester , c'est le prix du MBTU et si le prochain président étasunien le considèrera comme un joujou d'exportation stratégique....

Vraiment ce canard tombe tous les jours un peu plus bas "L'usine sans avenir" devrait mieux lui convenir. :mrgreen:
0 x
La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.
[Eugène Ionesco]
http://www.editions-harmattan.fr/index. ... te&no=4132
Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6960
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 232
Contact :

Message non lupar chatelot16 » 13/10/12, 15:24

avec le petrole ou le gaz simple , on le pompe et quand il n'y en a plus on a pas trop fait de mal a la terre

avec cette cochonerie de schiste on envoie des tonne de saloperie pour faire sortir un peu de petrole pendant quelques année ... et ensuite pendant les siecles suivant la cochonerie qu'on a envoyé diffusera dans les nappes phreatiques ... non seulement il n'auront plus de petrole mais plus d'eau potable !
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 4
Contact :

Message non lupar dedeleco » 14/10/12, 14:00

Et oui, la terre est bourré de carburants fossiles, accumulés depuis 600 millions d'années d'enfouissement du carbone des êtres vivants, qui ont assuré l'oxygène (19% et plus parfois ) qui a permis de respirer, oxygène renouvelé tous les 200 milles ans environ, ce qui fait que la vie à fait 600/0,2=3000 fois plus de carbone, qu'il n'en faut pour bruler tout l'oxygène de notre atmosphère, maintenu par la vie, pendant ces 600millions d'années !!

Donc, il en reste en terre pas mal, et nous avons avec certitude, sous terre bien plus, qu'il n'en faut pour bruler tout cet oxygène et nous asphyxier, après avoir multiplié le CO2 par 10 (très facile vu que cela s'est produit spontanément il y a 56 millions d'années en dégageant une partie du CH4 du fond des mers ), après avoir fait monter les mers de 70m en un millénaire, c'est à dire avoir noyé toutes nos grandes villes, sauf des rares comme Mexico !!
C'est aussi une réalité qui s'est produite il y a entre 18000 ans et 8000 ans, faisant remonter les mers de 120m et il reste encore en réserve 70m pour revenir au niveau d'il y a 10 millions d'années !!

Aussi continuer à exploiter sans vergogne ces carburants fossiles, comme des dingues, shadoks obsédés, est de la pure folie à long terme, de négationistes de la réalité, pour nos enfants, avec les pollutions irrécupérables de notre terre, en profondeur et en surface.

Vous avez une vraie solution à multiplier, fonctionnant à www.dlsc.ca qui noue évite cette folie et ce n'est pas radoter que d'insister sur cette solution efficace sans CO2, sans pollution, gratuite à perpétuité, à bon rendement, etc..
0 x

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5769
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 268

Message non lupar sen-no-sen » 14/10/12, 14:32

chatelot16 a écrit :avec cette cochonerie de schiste on envoie des tonne de saloperie pour faire sortir un peu de petrole pendant quelques année ... et ensuite pendant les siecles suivant la cochonerie qu'on a envoyé diffusera dans les nappes phreatiques ... non seulement il n'auront plus de petrole mais plus d'eau potable !


C'est le but!
Une fois les nappes phréatique polluées,les sociétés de traitement des eaux s'en donneront à cœur joie!
Le business du 21 siècles consistera à vendre des pseudo-solutions($$$) aux problème fabriqués...la banque gagne dans les deux cas!
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 4
Contact :

Message non lupar dedeleco » 14/10/12, 19:53

Et on fera seulement trop tard, au 22ième siècle, voire 23, la solution de www.dlsc.ca, simple, perpétuelle sans CO2, gratuite,
pour sauver la planète, avec les Pays Bas sou l'eau, New York disparu,, le Blangadesh disparu, etc... trop tard, comme l'Atlantide, avec 10 fois plus de C02 qu'actuellement, les mers montant inexorablement sur ce millénaire de 30 à 70m, sans pouvoir rien faire !!, similaire à ce qui s'est passé il y a 14000 ans, sans CO2, juste avec un pouième déclencheur de CO2 en plus !!
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 4
Contact :

Message non lupar dedeleco » 14/10/12, 20:05

Et on commence à avoir de vraies tornades US qui traversent des villes en France sur de belles longueurs, qui deviennent moins rares !!!
Marseille , et ailleurs .
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3651
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 323

Message non lupar moinsdewatt » 15/10/12, 20:03

ah ca vous fait réagir......

encore une autre pour la soirée :

Officiel : la Pologne se lance dans l'exploitation du gaz de schiste

15 Oct 2012 enerzine

Le ministre du Trésor polonais, Mikolaj Budzanowski, a annoncé samedi que son pays allait consacrer 5 milliards de zlotys (près de 1,2 milliard d'euros) aux gaz de schiste pendant les deux prochaines années.
Parmi ces investissements, "409 millions d'euros proviennent d'un accord signé en juillet dernier par 5 grands groupes polonais du secteur énergétique et minier pour l'exploitation de gisements de gaz de schiste", a commenté le ministre.

"Compte tenu de la fin en 2022 du contrat gazier russe, nous devons être préparés très concrètement trois ans plus tôt à accroître sensiblement l'exploitation de nos propres gisements de gaz. Ceci requiert des dépenses de la part de l'Etat, mais aussi des investisseurs privés", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, on apprend que d'ici 2020, les investissements dans le gaz de schiste en Pologne se chiffreront à 50 milliards de zlotys, soit 12,5 milliards d'euros. La Pologne consomme environ 14 milliards de mètres cubes de gaz par an, dont les 2/3 sont importés de la Russie.

Si les estimations récentes s'avèrent exactes, le pays posséderait des gisements exploitables évalués à 1.920 milliards de mètres cubes. Selon l'Institut national de géologie, ces gisements feraient de la Pologne le troisième pays européens le plus riche en gaz, derrière la Norvège et les Pays-Bas. Ces ressources de gaz de schiste pourraient accroître considérablement les réserves prouvées de l'Union Européenne, et réduire les importations de gaz en provenance de Russie.

L'exploitation commerciale de ces gisements pourrait commencer à partir de 2014.

Cette annonce intervient alors même que la controverse continue de faire rage sur la méthode d'extraction. En effet, la fracturation hydraulique est pointée du doigt pour ses impacts environnementaux qui semblent plus importants que prévus (pollution de l'eau, de l'air et des sols, et impacts sur la santé et le climat).

Cette méthode consiste à injecter dans le puits, à très haute pression et via un conduit adapté, un mélange d'eau, de sable et d'additifs. Couramment employée aux Etats-Unis, la fracturation hydraulique a été interdite dans d'autres pays européens comme la France et la Bulgarie, tandis que la Roumanie a annoncé un moratoire.



http://www.enerzine.com/12/14589+offici ... iste+.html
0 x
Avatar de l’utilisateur
Flytox
Modérateur
Modérateur
Messages : 13558
Inscription : 13/02/07, 22:38
Localisation : Bayonne
x 468

Message non lupar Flytox » 15/10/12, 22:28

Cette Pologne, entre les guerres , le communisme et bientôt la pollution .....c'est un pays maudit par les Dieux.... :cry: :frown: :|
0 x
La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.

[Eugène Ionesco]

http://www.editions-harmattan.fr/index. ... te&no=4132


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité