Chauffage, isolation, ventilation, VMC, refroidissement...Isoler des murs verticaux avec une lame d'air et lattage?

Le chauffage, l'isolation, la ventilation, les VMC, le refroidissement...bref le confort thermique. Isolation, bois énergie, pompe à chaleur mais aussi électricité, gaz ou mazout, VMC...Aide au choix et à la réalisation, solution de problèmes, optimisations, conseils et astuces...
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 52868
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1298

Message non lupar Christophe » 17/12/09, 23:13

aerialcastor a écrit :Avant de perdre ton temps je te conseille de lire ceci.
http://www.cstc.be/homepage/download.cfm?dtype=publ&doc=CSTC_Rapport_9.pdf&lang=fr

Qui va répondre à nombres de tes questions.
Notamment que les performances d'une lame d'air dépend beaucoup de l'émissivité des surfaces emprisonnent cette lame.
La manière dont est mesuré le lambda d'un matériaux...


Super doc, encore merci.

Je viens de finir la partie "thérorique" (1ere partie avant essais sur couches minces) dont voici un résumé :

- pour qu'un isolant mince "fonctionne" il faut obligatoirement une lame d'air non ventillée (idéalement 2), je pense que bon nombre de mécontents n'ont pas mis ces lames...mais attention ca veut pas dire qu'on arrive aux 200 mm équivalent de laine isolante pour autant ! Seulement on améliore largement les performances (quasi nulles sans cette ou ces lames!!)

- une lame d'air non ventillée est un espace "étanche" dont l'épaisseur est au moins 10 fois inférieur à chacune des autres dimensions

- lame d'air idéale verticale (le cas qui nous intéresse pour des mur) = 20 mm d'épaisseur (contredit le graphique ci dessus)

- dimension maxi d'une lame d'air = 30 cm

Bref idéalement il faudrait faire un lattage "carré" de 2 cm d'épaisseur et 30 cm. Au final le lattage (pas mal de temps) et le prix de l'isolant mince, même 1er prix risque de dépasser celui d'un isolant classique posé beaucoup plus rapidement !

J'ai pas pu m'empêcher de lire la conclusion dont voici l'essentiel :

Vu sa faible épaisseur, un PMR possède une résistance thermique intrinsèque peu élevée, les valeurs mesurées variant de 0,2 à 0,6 m².K/W selon le type de produit. Pour pouvoir bénéficier de l’effet réfléchissant des couches superficielles, le produit doit être placé en vis-à-vis d’une ou, mieux, de deux lames d’air non ventilées. Dans ces conditions, la valeur d’émissivité des faces externes du produit est un paramètre important, qui détermine la réduction du transfert de chaleur par rayonnement à travers la lame d’air. Les valeurs d’émissivité mesurées s’échelonnent de 0,05 à 0,20.

La résistance thermique totale mesurée de chaque produit associé à deux lames d’air non ventilées de 20 mm d’épaisseur varie de 1,0 à 1,7 m².K/W suivant le type de produit et le sens du flux thermique qui le traverse.
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités

Avatar de l’utilisateur
elephant
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6646
Inscription : 28/07/06, 21:25
Localisation : Charleroi, centre du monde....
x 6

Message non lupar elephant » 18/12/09, 10:02

Christophe a écrit:

Il y a quelques jours, tu étais pourtant pro "feuille reflecteur" sur ce sujet là


Tout à fait: quand la feuille réfléchissante est le plus près possible de la source de chaleur: derrière la plaque de gyproc de finition, par exemple, voire derrière le papier peint.

L'effet physiologique renforce la réflexion théorique.
0 x
éléphant: suprême éconologue honoraire..... pcq je suis trop frileux, pas assez riche et trop paresseux pour économiser vraiment le CO2 ! http://www.caroloo.be
bernardd
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2278
Inscription : 12/12/09, 10:10

Message non lupar bernardd » 18/12/09, 10:22

Merci, en plus je viens de comprendre le pouvoir isolant de la neige, alors que l'eau est un très bon conducteur de chaleur :

la neige est de l'eau qui emprisonne de l'air, et dont la blancheur renvoie la lumière.

Il faudrait donc ajouter une couche brillante dans les bulles de gaz de nos isolants classiques :-)

Ou remettre à la mode les tapis sur les murs, qui font une parois chaude, avec une seconde couche en isolant mince brillant derrière, entre le tapis et le mur !

ce doit aussi être le principe des anoraks de ski récents,avec leurs couches brillantes. Et en plus les nouveaux que l'on peut gonfler pour créer la lame d'air... Il faudrait donc des isolants minces gonflables :-)
0 x
A bientôt !
Avatar de l’utilisateur
elephant
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6646
Inscription : 28/07/06, 21:25
Localisation : Charleroi, centre du monde....
x 6

Message non lupar elephant » 18/12/09, 10:49

Tout à fait, bernard ! D'ailleurs certains isolants épais ( isover, par exemple) existent avec une feuille d'alu sur la feuille de Kraft ! Et depuis ???? les bouteilles thermos comprennent une couche réfléchissante.

Expérience intéressante: mettez votre main dans une feuille d'alu ménager.
0 x
éléphant: suprême éconologue honoraire..... pcq je suis trop frileux, pas assez riche et trop paresseux pour économiser vraiment le CO2 ! http://www.caroloo.be
quovadis
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 34
Inscription : 28/08/09, 15:42

Message non lupar quovadis » 18/12/09, 11:22

:?: Quelles sont les références de cette doc technique:

- pour qu'un isolant mince "fonctionne" il faut obligatoirement une lame d'air non ventillée (idéalement 2),

et comment faire? L'air se brasse tout seul, non.

- une lame d'air non ventillée est un espace "étanche"

etanche? :mrgreen:

- lame d'air idéale verticale (le cas qui nous intéresse pour des mur) = 20 mm d'épaisseur (contredit le graphique ci dessus)

la lame d'air idéale c'est quand y'en n'a pas. Pkoi faire simple q on peut faire cplqué

Bref idéalement il faudrait faire un lattage "carré" de 2 cm d'épaisseur et 30 cm. Au final le lattage (pas mal de temps) et le prix de l'isolant mince, même 1er prix risque de dépasser celui d'un isolant classique posé beaucoup plus rapidement !


discours d'architecte? A la fac ca vaudrait un zéro pointé :roll: non
0 x

Avatar de l’utilisateur
elephant
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6646
Inscription : 28/07/06, 21:25
Localisation : Charleroi, centre du monde....
x 6

Message non lupar elephant » 18/12/09, 12:36

Bref idéalement il faudrait faire un lattage "carré" de 2 cm d'épaisseur et 30 cm. Au final le lattage (pas mal de temps) et le prix de l'isolant mince, même 1er prix risque de dépasser celui d'un isolant classique posé beaucoup plus rapidement !


Ben oui, le bois coûte cher, les vis et les chevilles aussi et c'est fastidieux à faire. A l'extrême rigueur , si la surface le permet, certains isolants se collent.
0 x
éléphant: suprême éconologue honoraire..... pcq je suis trop frileux, pas assez riche et trop paresseux pour économiser vraiment le CO2 ! http://www.caroloo.be
quovadis
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 34
Inscription : 28/08/09, 15:42

Message non lupar quovadis » 18/12/09, 12:45

du lattage, cher? Faut pas exagérer, après l'air est gratuit
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 52868
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1298

Message non lupar Christophe » 18/12/09, 12:53

quovadis a écrit :du lattage, cher? Faut pas exagérer, après l'air est gratuit


Déjà tu va te calmer avec ton "ton", arreter de poser des questions à la con...

Donc tu vas lire le .pdf en question stp avant de l'ouvrir (mais t'es peut être trop paresseux pour cliquer dessus? Ou bien plus malin que les experts du CTSC ? :evil: )

Oui un lattage croisillon en 30 x 30 cm coute cher au m² notamment en temps ou main d'oeuvre si tu le fais faire (car tout le monde ne sait ou ne veut pas bricoler...) dans tous les cas c'est bien plus cher qu'une pose d'isolant épais (où il y a quasi rien à faire) donc l'intéret des isolants minces n'est surement pas économique!

Ce prix est encore plus élevé si on veut une "double" lame d'air donc double lattage...qui est obligatoire si on veut un "minimum" de performances...

Comme suis un minimum bricoleur je vais tester...la simple lame pour commencer...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
quovadis
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 34
Inscription : 28/08/09, 15:42

Message non lupar quovadis » 18/12/09, 13:19

confusion. Tout dépend de ce qu'on appelle "lame d'air". Une lame d'air ne peut pas être un espace clos, par definition non? Sinon ça devient une poche d'air prisonnière entre deux films (enfin c'est comme ça que j'avais compris le truc). Mais c'est juste mon avis et franchement ça donnait pas vraiment envie de lire le lien.
0 x
Alain G
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3044
Inscription : 03/10/08, 04:24
x 1

Message non lupar Alain G » 18/12/09, 13:24

quovadis a écrit :confusion. Tout dépend de ce qu'on appelle "lame d'air". Une lame d'air ne peut pas être un espace clos, par definition non? Sinon ça devient une poche d'air prisonnière entre deux films (enfin c'est comme ça que j'avais compris le truc). Mais c'est juste mon avis et franchement ça donnait pas vraiment envie de lire le lien.


La lame d'air est utilisé ici au Canada depuis au moins 30 ans, c'est incontestable que ça améliore l'isolation.

Tu devrais le lire ce document au lieu d'argumenter!

Sans rancune!
:|
0 x
Faire un pas derrière parfois peut permettre de renforcer l'amitié.
La critique est une bonne chose si ajouté a quelque compliments.
Alain


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Chauffage, isolation, ventilation, VMC, refroidissement... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités