Catastrophes humanitaires, naturelles, climatiques et industriellesLa fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Les catastrophes humanitaires (dont les guerres et conflits liés aux ressources), naturelles, du climat et industrielles (sauf accident nucléaire ou pétrolier qui sont dans le forum énergies fossiles et nucléaire). Pollution de la mer et des océans.
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6284
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 409

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar sen-no-sen » 22/11/18, 18:16

J'aimerais que notre ami Exnihilo réponde à la question suivante:
Si le réchauffement climatique anthropique est une "fable",quelles sont les priorités en matière écologique à mettre en place?
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1408
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 71

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar Exnihiloest » 22/11/18, 21:01

Il n'y a strictement rien à faire concernant le climat.
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6284
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 409

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar sen-no-sen » 22/11/18, 21:39

Exnihiloest a écrit :Il n'y a strictement rien à faire concernant le climat.


Dans le cadre d'une négation de la thèse du RCA j'avais bien compris cela...mais ça ne réponds pas à la question.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1408
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 71

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar Exnihiloest » 22/11/18, 22:04

sen-no-sen a écrit :
Exnihiloest a écrit :Il n'y a strictement rien à faire concernant le climat.


Dans le cadre d'une négation de la thèse du RCA j'avais bien compris cela...mais ça ne réponds pas à la question.

Si ta question concerne autre chose que le réchauffement, c'est HS dans ce fil.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1408
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 71

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar Exnihiloest » 28/11/18, 21:18

moinsdewatt a écrit :...
C'est votre rôle de modérateur de changer les titres et d'empêcher les negationistes d'agir.......

Le genre de remarque qui devait plaire quand on postulait à la Stasi ou au Kgb, à l'époque communiste où le conditionnement était de mise.
Avec le réchauffement, c'est toujours le cas, mais heureusement des voix dissidentes peuvent encore s'élèver, dont celles de scientifiques de plus haut niveau.

Cette intervention du Professor Richard Lindzen lors de la conférence d'octobre du GWPF à Londres est édifiante à ce sujet.
Il faut l'envoyer au goulag, nous dira peut-être ce partisan de la baisse énergétique qui affiche son militantisme jusque dans son pseudo.

Après avoir rappelé les pincipes de base qui régissent le climat, et préciser l'inculture en physique de nos contemporains dont les climatogues et les politiques (il est physicien),et montré que l'idée que l'activité humaine aurait un impact significatif sur le climat est de la pensée magique, Richard Lindzen explique comment le sujet du climat est devenu politique au début des années 90, et ce qui sous-tend son instrumentalisation : le profit d'élites.

Il signale que depuis les années 90, le nombre de climatologues a été multiplié par 15, ceux-ci suivant la voie des fonds publics qui accompagnent l'"hystérie", et comment beaucoup utilisent leur position scientifique pour promouvoir leur position politique.
Il soutient que la proclamation que "97% de scientifiques" seraient en accord avec la thèse du réchauffement, est complètement ridicule (ce qui est clair quand on lit les avis scientifiques critiques un peu partout, de ceux qui n'ont pourtant aucun intérêt personnel à le faire, ce qu'on ne voit dans aucun autre domaine scientifique).

Il s'amuse du GIEC, chez qui il y a autant de modèles que de cas, et comment a posteriori on ressort le bon pour prétendre qu'on avait raison.

Il montre le mélange que font les climatologues entre météo et climat, notamment quand ils confondent les extrêmes climatiques avec la météo, contredisant les lois de la physique, et soutenus par aucune donnée. La météo est essentiellement pilotée par les vents qui déplacent des masses de zones chaudes vers des zones froides, et inversement. Par ex. les climatologues prétendent que les pôles se réchauffent mais pas les tropiques, ce qui tend à réduire les différences donc les raisons des phénomènes extrêmes, contrairement à ce qu'ils nous disent.
Autre fable, la réduction des glaces du Groenland quand les données de la NOAA montre leur augmentation en 2018, avec pour conséquence que les glaces périphériques repoussées cassent et se séparent, ce qui est prétendu signe de réchauffement alors que c'est le contraire.

Sa conclusion :
Une conjecture non plausible cuisinée à partir de fausses évidences, de fake news et de politiquement correct régulièrement et incessament répété est devenu la connaissance politique.
Nous allons vers un suicide de la société industrielle.
Les dispositions contre le CO2 n'auront pas d'impact. Le GIEC veut combattre un demi degré quand le degré de plus qu'on a eu auparavant a amené la prospérité.
Nous inculquer que 97% des scientifiques soutiendraient le réchauffement aura un impact négatif considérable sur la confiance des gens dans la science, car la fable finira bien un jour ou l'autre.
Ce qu'on laisse à nos petits enfants ne sera pas une planète endommagée par le progrès inductriel, mais un "record d'absurdité insondable", un paysage dégradé par des éoliennes rouillées et des panneaux solaires usées.

Je n'ai pas trouvé la conférence en français. Mais c'est en anglais facile :
0 x

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6284
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 409

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar sen-no-sen » 28/11/18, 21:48

Exnihiloest a écrit :(...)Nous allons vers un suicide de la société industrielle.


Ce point est suffisamment fallacieux pour être relevé.
Bien au contraire le réchauffement climatique est une fantastique opportunité pour le secteur industriel,et ceux pour deux raisons systémiques:
-Premièrement la consommation d'énergies fossiles se portent à merveille et n'est pas près de se terminer dans la mesure ou aucun autre moyen ne permet à brève échéance de prendre le relais.
-Deuxièmement la déplétion de ses ressources accolé aux risques de réchauffement induit un développement important de l’innovation dans le domaine des ENR et du nucléaire 4G afin de garantir un maintient de la production mondiale d'énergie.
Aucunes décisions sérieuses n'est envisagées pour mettre fin à la recherche de croissance économique ,"the show must go on".

Ce qu'on laisse à nos petits enfants ne sera pas une planète endommagée par le progrès inductriel, mais un "record d'absurdité insondable", un paysage dégradé par des éoliennes rouillées et des panneaux solaires usées.


Tu peut y rajouter des mines de charbon ,des puits de pétroles et de gaz non conventionnels et des centrales nucléaires... :lol:
Aucune prévision sérieuse n'envisage un monde 100% ENR, la propagande environnementaliste vise uniquement à transférer des capitaux d'un milieu à l'autre...par les mêmes!
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8065
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 676

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar Ahmed » 28/11/18, 22:32

Effectivement, si les médias font la promotion des "vertus" environnementales alors que leurs riches propriétaires semblent avoir des intérêts diamétralement opposés, c'est bien que le secteur industriel traditionnel se poursuit mais n'est plus suffisant pour valoriser l'énorme accumulation de capital: il s'agit donc de lui trouver d'urgence d'autres débouchés. Pas seulement dans le développement des ENR (qui conforte l'industrie classique dont elle dépend pour sa fabrication), mais par le biais de normes rendant caduques un nombre croissant de matériels en bon état, ceci afin de les retirer du circuit et d'obliger à leur remplacement par de nouveaux appareils (comme les automobiles, les habitations...) susceptibles d'être à leur tour touchés par une rapide obsolescence normative.
Même en admettant cette contre-vérité que les ENR vont se substituer aux énergies classiques (alors qu'elles ne vont que s'y ajouter), la bonne question à se poser est celle-ci: en quoi une énergie "propre" serait de nature à remédier aux problèmes engendrés par l'usage de l'énergie? Y aura-t-il moins de plastiques dispersés? Moins de substances chimiques épandues? Moins d'habitats de non-humains détruits? Moins d'inégalités sociales? Moins de terres éventrées par les mines?
Il conviendrait, plutôt que de parler de l'ère anthropocène, de la requalifier en entropocène.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1408
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 71

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar Exnihiloest » 28/11/18, 22:34

sen-no-sen a écrit :
Exnihiloest a écrit :(...)Nous allons vers un suicide de la société industrielle.


Ce point est suffisamment fallacieux pour être relevé.
...

"fallacieux" est un procès d'intention. Quelle preuve as-tu que Richard Lindzen veuille nous tromper ?!

Par exemple il peut penser comme moi que même si "le réchauffement climatique est une fantastique opportunité pour le secteur industriel", il ne l'est pas pour les populations qui doivent en payer le prix fort et donc qu'on court à la catastrophe.

Pénible cet état d'esprit consistant à prétendre qu'un avis opposé au sien serait dû à l'absence d'éthique chez ceux qui le tiennent. J'ai toujours vu ça comme une marque d'intolérance, et de revendication du monopole de la morale, en plus d'être un argument ad personam.
Dernière édition par Exnihiloest le 28/11/18, 22:41, édité 1 fois.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1408
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 71

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar Exnihiloest » 28/11/18, 22:41

Ahmed a écrit :Effectivement, si les médias font la promotion des "vertus" environnementales alors que leurs riches propriétaires semblent avoir des intérêts diamétralement opposés, c'est bien que le secteur industriel traditionnel se poursuit mais n'est plus suffisant pour valoriser l'énorme accumulation de capital: il s'agit donc de lui trouver d'urgence d'autres débouchés. Pas seulement dans le développement des ENR (qui conforte l'industrie classique dont elle dépend pour sa fabrication), mais par le biais de normes rendant caduques un nombre croissant de matériels en bon état, ceci afin de les retirer du circuit et d'obliger à leur remplacement par de nouveaux appareils (comme les automobiles, les habitations...) susceptibles d'être à leur tour touchés par une rapide obsolescence normative.
...

Pas impossible. Pourquoi alors les mouvements écologistes marchent-ils dans la combine et encouragent-ils ça ?
Qui restent-ils de crédible dans ce bas-monde ?
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8065
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 676

Re: La fable du réchauffement anthropique et de la lutte contre le CO2

Message non lupar Ahmed » 28/11/18, 23:32

Pourquoi alors les mouvements écologistes marchent-ils dans la combine et encouragent-ils ça ?

Les mouvements de contestation écologiques sont des dupliquas mémétiques d'opposition à leur société: ils peinent à produire une analyse pertinente et détachée des catégories de ce qu'ils critiquent. Assez naïvement, la majorité intègre les causes dont ils déplorent seulement les conséquences. Il en était ainsi de la gauche d'avant 1914 et de son délitement progressif, de son ralliement progressif puis massif à des améliorations du capitalisme dans sa phase d'expansion de la classe moyenne. Depuis que cette classe est menacée, elle ne peut plus penser que les regards dirigés vers les débuts de la période antérieure...
Outre la duplication idéologique, l'environnementalisme est lié financièrement aux subventions qui sont le produit de l'activité source des dégâts qu'il est censé combattre, mais pas trop... :mrgreen:
On voit bien ici le mécanisme qui conduit subrepticement à l'instrumentalisation de cette mouvance (s'y ajoute un différentialisme en termes d'actions à l'international: ce qui est considéré comme vertueux ici peut être utilisé comme moyen de pression sur un autre pays aux ressources différentes et donc affecté d'une autre vision).

Fallacieux signifie "trompeur ou illusoire": ce terme visait, à mon avis, l'affirmation et non son auteur (plutôt donc dans le second sens).
1 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."


Revenir vers « Catastrophes humanitaires, naturelles, climatiques et industrielles »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité