Solaire photovoltaïque: électricité solaireDemande d'info sur section de câble 24V solaire

Forum solaire photovoltaïque PV et génération d'électricité solaire à partir d'énergie solaire en rayonnement direct.
kirra33
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 22
Inscription : 23/09/15, 10:09

Message non lupar kirra33 » 24/09/15, 12:07

Merci a tous , et désolé pour le bug des messages !! alors oui effectivement, il existe une commande déportée en rj45 je crois , il faudrait que je traverse un mur de 70 cm en pierre , c'est faisable mais il faut que je me renseigne sur la longueur de câbles disponible et possible ;)
0 x

Avatar de l’utilisateur
elephant
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6646
Inscription : 28/07/06, 21:25
Localisation : Charleroi, centre du monde....
x 4

Message non lupar elephant » 24/09/15, 17:35

et pas pour passer tes fils de 70 mm² ?

Au prix où ils sont, louer une foreuse et une mèche ad hoc peut s'avérer rentable ( ou faire le tour avec ton UTP data )
0 x
éléphant: suprême éconologue honoraire..... pcq je suis trop frileux, pas assez riche et trop paresseux pour économiser vraiment le CO2 ! http://www.caroloo.be
kirra33
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 22
Inscription : 23/09/15, 10:09

Message non lupar kirra33 » 26/09/15, 18:09

Alors, je suis dans le vif du sujet !! les panneaux sont sur le toit ouf !! j'en reviens donc a cette section de câble, la donne à changée, j'ai réussis a réduire la distance entre batteries et onduleur à 2.5 mètres, je compte mettre du 35mm2 , pensez vous que c'est correct ? Et autre question à la noix , est ce que je peux faire passer les câbles des pv dans la même gaine que les câbles batteries ? voila, c'est tout pour le moment, il faut encore que je regarde la section de câbles entre la sortie AC et mon tableau électrique, ça n'as pas l'air d'avoir été prévu trop gros au niveau de l'onduleur ... Encore merci pour vos réponses,elles me sont précieuses 8)
0 x
Avatar de l’utilisateur
elephant
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6646
Inscription : 28/07/06, 21:25
Localisation : Charleroi, centre du monde....
x 4

Message non lupar elephant » 26/09/15, 19:06

Surtout pas ! les câbles en provenance des panneaux doivent être séparés du reste et séparés entre eux ( c'est pourquoi on utilise 2 câbles séparés ). Si on utilise une BD pour les prolonger ou changer de type de câbles, elle doit comporter une séparation physique entre le + et le -. ( ou 2 boîtes différentes )

Les fils de descente doivent être en double isolation et UV-proof

C'est réglementaire

Rappelle toi que tu n'as aucun fusible en aval et que, même en court circuit, un panneaux débite un courant de 5 à 6 ampères, à peine moins fort que son courant de régime optimal

De plus, le règlement électrique précise que des conducteurs de circuits différent ne peuvent se trouver dans le même conduit ! ( pas question, par exemple de mettre des fils en provenance de 2 disjoncteurs différents dans le même tube ou de placer des fils 230 v avec ceux de l'alarme ou du parlophone )

il faut encore que je regarde la section de câbles entre la sortie AC et mon tableau électrique,


Là, pas de problème. Vu la puissance ( 3000 VA, c'est bien ça ? ) . Câble réglementaire de 2,5 mm² avec terre ( en Belgique: XVB 3G2,5 ) avec un disjoncteur 16 ou 20 A après la sortie de l'onduleur
0 x
éléphant: suprême éconologue honoraire..... pcq je suis trop frileux, pas assez riche et trop paresseux pour économiser vraiment le CO2 ! http://www.caroloo.be
kirra33
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 22
Inscription : 23/09/15, 10:09

Message non lupar kirra33 » 27/09/15, 09:12

re merci :D bon entre temps j'ai anticipé ta réponse parce que j'avoue que ça ne me plaisais pas ... pour encore plus de sécurité, je vais passer chaque câble de la batterie dans des gaines icta séparée !! ta remarque sur la séparation séparée du + et du - en provenance des panneaux est aussi à travailler étant donné que j'ai une seule bd !! il serais peut être aussi intéressant d'y poser des fusibles ... Quand à la sortie AC la notice n'indique pas de section, mais recommande un disjoncteur 32 A
0 x

Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1878
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 36

Message non lupar Forhorse » 27/09/15, 09:15

elephant a écrit :Surtout pas ! les câbles en provenance des panneaux doivent être séparés du reste et séparés entre eux ( c'est pourquoi on utilise 2 câbles séparés ). Si on utilise une BD pour les prolonger ou changer de type de câbles, elle doit comporter une séparation physique entre le + et le -. ( ou 2 boîtes différentes )


C'est peut être la règle pour un string de 3Kwc avec un contrat de vente mais là on est sur une installation de 750Wc en 24V.
Faut pas abuser non plus !
J'ai une installation qui est cablée avec du H07RNF depuis plusieurs années, et j'ai aucun probleme avec.
Si l'isolation est prévue pour 700V AC (H07....) elle peut très bien tenir au 24VDC
Même choses au niveau des boites de dérivation.
Ce qu'il faut surtout soigner, c'est le serrage des connections. Avec le recul on sait maintenant que la majorités des "feux" de panneaux solaires proviennent d'un mauvais sertissage d'un connecteur.

elephant a écrit :Les fils de descente doivent être en double isolation et UV-proof

C'est réglementaire

Même remarque que ci-dessus.
A noter qu'on a pas attendu d'avoir des panneaux PV pour placer des câbles en extérieur. La majorité des câbles d'installations fixes (H07RNF, R02V, etc...) tiendront aux UV au moins aussi longtemps que les panneaux auront un rendement correcte.

elephant a écrit :Rappelle toi que tu n'as aucun fusible en aval et que, même en court circuit, un panneaux débite un courant de 5 à 6 ampères, à peine moins fort que son courant de régime optimal


Ouais c'est un court-circuit qui dans le meilleur des cas (ou plutôt le pire : temps froid et ensoleillé, orientation optimale, contact franc...) provoquera une dissipation de 750W, la puissance d'un séchè serviette de salle de bain, dont une bonne partie sera dissipée par le panneau lui-même, qui s'échauffera et dont la puissance diminuera proportionnellement.

Le risques c'est surtout un échauffement important à l'endroit même du court-circuit, genre métal chauffé au rouge, qui suivant où ça se produit peut provoquer un incendie.
Mais si on utilise du matériel adapté, en bon état, et utilisé correctement (serrage/sertissage correct) peut de risques à ce niveau. On est en 24V donc pas de risque d'amorçage a cause d'un isolant percé ou fendu comme c'est le cas en 230V

Par contre l'ennemi c'est l'eau (infiltration ou condensation) qui corrodent les connexions, provoquent des mauvais contacts et donc un échauffement, échauffement qui accentue le phénomène jusqu’à la panne, ou l'incendie... Et là, ça se produira que les câbles et connexions soient séparé ou non.
L'eau arrivera presque toujours à rentrer, parfois simplement sous forme de condensation. Il est plus facile de prévoir une évacuation de cette eau plutôt que l'empêcher de rentrer.
Il vaut mieux un trou d’évacuation judicieusement placé, plutôt qu'une boite de dérivation supposée étanche et qui en réalité se rempli d'eau à chaque pluie.



elephant a écrit :De plus, le règlement électrique précise que des conducteurs de circuits différent ne peuvent se trouver dans le même conduit ! ( pas question, par exemple de mettre des fils en provenance de 2 disjoncteurs différents dans le même tube ou de placer des fils 230 v avec ceux de l'alarme ou du parlophone )


Ah ouais ? en Belgique peut être, mais pas en France.
Même en domestique, on peut placer autant de circuit différent que l'on veut sous le même conduit. Heureusement d'ailleurs, vu le nombre de circuit différent qu'impose la norme, ça ferrait un sacré paquet de tubes à caser au niveau du tableau de distribution... et dans le reste de la maison, sans parler du nombre de boites de dérivations nécessaire (là ou le système de "pieuvre" très utilisé dans les grand ensemble, permet généralement 1 à 2 grosses boites par logement)

D’ailleurs comment faire pour respecter à la lettre ce règlement au niveau du tableau de distribution ? dans celui-ci les différent circuits se retrouvent obligatoirement plus au moins mélangé. A moins de faire arriver le tube jusqu'au disjoncteur ? mais dans ce cas le tableau doit être énorme !

En France, et en domestique, il est effectivement interdit de mélanger les câbles courant fort (230V) et courant faible (téléphone/informatique) sous le même conduit. Mais c'est surtout pour éviter les mauvaises manœuvres et les perturbations électromagnétiques.
En industrie, on le fait souvent pour des problèmes de perturbations électromagnétiques mais il n'y a pas d'obligations et souvent tout est mélangé.
Dans ce cas la règle à respecter c'est que l'isolation des câbles et conducteurs utilisé doit être au moins égale à la valeur de la tension la plus haute présente dans le conduit.
Par exemple j'ai un circuit 24V et un circuit 400V présent dans le même conduit : l'isolation du câble pour le 24V doit être de 400V (tout comme celle pour le câble pour le 400V bien sûr)
Dans le cas présent, s'il n'y pas d'autre choix, on peut appliquer cette règle.


elephant a écrit :Là, pas de problème. Vu la puissance ( 3000 VA, c'est bien ça ? ) . Câble réglementaire de 2,5 mm² avec terre ( en Belgique: XVB 3G2,5 ) avec un disjoncteur 16 ou 20 A après la sortie de l'onduleur


Il y a de grande chances que l'onduleur se mette en défaut avant que le disjoncteur déclenche pour cour-circuit (et je ne parle même pas de surcharge) mais en mettre un ne peut pas nuir et permet au moins d'assurer le sectionnement de l'installation.

Par contre, il serait prudent de créer un régime de neutre (schéma de liaison à la terre) à la sortie de l'onduleur et de mettre un dispositif de protection adapté contre les contacts indirects. ça me parait au moins aussi indispensables que les autres mesures de protection annoncées plus haut.
Suivant la marque et le modèle de l'onduleur, different schéma de liaison à la terre peuvent déjà être mis en place en interne à l'onduleur. Mais par défaut le plus souvent ils sont en IT, et ce schéma est interdit en domestique (sauf pour alimenter directement un seul et unique appareil de classe 2)
0 x
kirra33
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 22
Inscription : 23/09/15, 10:09

Message non lupar kirra33 » 27/09/15, 09:29

ok , ça modère quelque peu le problème, il faut dire qu'en terme de sécurité il est difficile de s'y retrouver et ce selon la sensibilité de chacun ... j'écoute chacun de vos avis avec grand intérêt,en // je vais aller prendre conseil chez un amis qui est en site isolé depuis plus de 20 ans et qui a expérimenté pas mal de choses :D Je n'ai pas l'expérience requise pour faire des choix sans avis extérieur,j'en suis conscient et c'est pour cela que je me pose plein de question !!! encore merci a vous d'y répondre, même si parfois elles paraissent peut être stupide :cheesy:
0 x
Avatar de l’utilisateur
elephant
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6646
Inscription : 28/07/06, 21:25
Localisation : Charleroi, centre du monde....
x 4

Message non lupar elephant » 27/09/15, 17:18

Forhorse,

Peut me chaut que le règlement français soit si peu exigeant ! Les normes belges sont excellentes, calquées sur les allemandes et malgré cela on a quand même des incendies chez nous. Je frémis parfois d'horreur quand je loue un appart ou une chambre d'hotel en France .

1) je n'avais aucune idée de l'endroit où étaient installés les panneaux de notre ami. Qui peut le plus peut le moins.

2) les normes sont là pour se protéger des inconscients. Peut être que maintenant, quand notre ami habite la maison, c'est bien. Mais quid de l'innocent ( ceci n'est pas péjoratif ) qui l'habitera dans quelques années ? Et y entamera des travaux comme un sauvage !

La sécurité, c'est NE PAS ADMETTRE L'EXCEPTION !

En fait, si on fait des raccords de changement de câbles, nos professeurs nous conseillaient des les souder en utilisant la borne comme support. Quant à mettre une plaquette de plastique pour diviser la BD, ça ne mange pas de pain !

ça ferrait un sacré paquet de tubes à caser au niveau du tableau de distribution


Ben ouais, chez nous en neuf ou en grosse rénovation, quinze à vingt tubes qui arrivent au tableau, c'est courant ( sans jeu de mots :D ). par exemple, pour une buanderie ou une cave tu va avoir :

- 1 ligne pour le lave linge
- 1 ligne pour le séchoir
- 1 ligne pour le boiler électrique
- 1 ligne pour les autres prises
- 1 ligne pour la chaudière
- 1 ligne pour l'éclairage

même genre dans la cuisine

et le nouvel arrêté royal précise qu'il faut une ligne indépendante avec disjoncteur 6 ampères pour l'alarme.

Tout ça en bipolaire, bien sûr.....

et les BD's dans les murs appartiennent au passé ou presque. On fait généralement les dérivations dans les blochets.

Le client fait grise mine quand il voit arriver le devis, mais quand ça merde....qu'est ce qu'on est content !
0 x
éléphant: suprême éconologue honoraire..... pcq je suis trop frileux, pas assez riche et trop paresseux pour économiser vraiment le CO2 ! http://www.caroloo.be
Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1878
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 36

Message non lupar Forhorse » 27/09/15, 22:32

Je ne crois pas que les normes française soient moins bonnes que les normes belges. Surtout qu'en Europe, beaucoup de normes sont en fait calquée sur des normes européenne ou internationale (EN ou IEC)

Avec les normes et les technologies actuelle, les incendies qui ont pour origine un court-circuit ça n'existe plus que dans les journaux télévisé.
L'ennemi d'une installation électrique, c'est les mauvais contact, oxydé, ou qui se desserrent avec le temps et les vibrations. Et ça malheureusement aucun disjoncteur ni fusible ne permet de s'en protéger.

Pour quelqu'un qui semble tellement se soucier de la sécurité, c'est quand même dommage de se focaliser sur les court-circuit, et d'oublier complètement les problèmes de contact directs et indirects.

Quoi qu'il en soit, a la base cette installation est de toutes façons complètement bancale.
Je suis tombé sur la même question sur un autre forum et sur les caractéristiques de l'onduleur/chargeur/régulateur solaire qui est utilisé.

Le regulateur est de type MPPT qui accepte (de memoire) un UMP de 66V.
Dommage, avec 3 panneaux "24V" en serie on se retrouve avec un UMP de 108, donc pas possible de mettre les panneaux en serie.
Des strings de 2 en serie ne collent pas non plus.
Donc pour "bien" utiliser le MPPT de ce regulateur, il faudrait des strings de 3 panneaux "12v" en série.
Donc premier problème, le choix des panneaux n'est pas judicieux.

Ensuite on à un onduleur 3KVA sur 200AH de batterie.
C'est juste n'importe quoi ! pour respecter la règle de C/10 (quasi indispensable avec des batteries stationnaires si on veut pas les flinguer en moins de 2) avec un onduleur de 3KVA il faut pratiquement 1400Ah de batterie.
Ou alors, avec 200Ah de batteries on se contente d'un onduleur de 500VA

Bref, chipoter si c'est la norme belge ou française qu'il faut appliquer sur une installation à la base si mal pensée, c'est loin d'être capital.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1878
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 36

Message non lupar Forhorse » 27/09/15, 22:44

elephant a écrit :

Ben ouais, chez nous en neuf ou en grosse rénovation, quinze à vingt tubes qui arrivent au tableau, c'est courant ( sans jeu de mots :D ). par exemple, pour une buanderie ou une cave tu va avoir :

- 1 ligne pour le lave linge
- 1 ligne pour le séchoir
- 1 ligne pour le boiler électrique
- 1 ligne pour les autres prises
- 1 ligne pour la chaudière
- 1 ligne pour l'éclairage

même genre dans la cuisine

et le nouvel arrêté royal précise qu'il faut une ligne indépendante avec disjoncteur 6 ampères pour l'alarme.

Tout ça en bipolaire, bien sûr.....

et les BD's dans les murs appartiennent au passé ou presque. On fait généralement les dérivations dans les blochets.



Seulement 15 à 20 tubes ? pour 1 tubes par circuit ? ça fait donc 15 à 20 circuits pour toutes une maison ?
c'est pour ça que vous pouvez vous permettre de mettre chaque circuit sous un tube différent.
En France, pour un logement de 60m², sans chauffage électrique, j'ai déjà une trentaine de circuit.
Et pour les plus grosse surface, et si en plus on a du chauffage electrique, on monte vite à 40 ou 50 circuits.
Je me vois mal faire arriver 50 tube ICT dans un tableau de distribution...

Pour ton exemple de la buanderie, on a approximativement la même chose en France, un circuit prise généraliste, et un circuit d’éclairage, auquel il faut ajouter un ou plusieurs circuits spécialisés en fonction des équipements prévu, donc en peu en compter 3 ou 4 (Lave Linge, sèche linge, chauffe-eau, éventuellement congélateur)
Sauf que pour mes 5 ou 6 circuits je ne suis pas obligé de passer 5 ou 6 gaines, j'en passe une grosse, éventuellement 2, et tous les fils passent dedans.
Je ne vois vraiment pas en quoi ça pose un problème de sécurité à ce point choquant.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Solaire photovoltaïque: électricité solaire »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google Adsense [Bot] et 3 invités