Stratégie de la défaite: comprendre le passé pour l'avenir?

Débats philosophiques et de sociétés.
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 7




par dedeleco » 09/12/11, 01:25

Certain, ce que rappelle Ahmed, en y ajoutant que l'hyperinflation de l'année 1923, a été voulue et entretenue par les alliés contre l'Allemagne,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperinflation
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperinfla ... _de_Weimar
http://de.wikipedia.org/wiki/Deutsche_I ... 4_bis_1923
http://en.wikipedia.org/wiki/Hyperinfla ... r_Republic
http://en.wikipedia.org/wiki/Hyperinflation
http://de.wikipedia.org/wiki/Hyperinflation

Les allemands en sont marqués encore et ont imposé à l'Euro et ils continuent encore, tout, ce qui peut éviter la multiplication des billets, même en faisant écrouler l'€ !!

« L'Allemagne paiera...»
une logique revancharde selon laquelle « le Boche doit payer ». Les pays vainqueurs évaluent ainsi la dette allemande à 132 milliards de marks-or de 1914, dont 52% versés au seul profit de la France, alors que la richesse du pays n'atteint que 3 milliards de marks
L'économiste John Maynard Keynes dans ....un ouvrage prophétique, Les Conséquences économiques de la paix. Il y écrit ainsi : « Si nous cherchons délibérément à appauvrir, j'ose prédire que la vengeance sera terrible. », ce que confirmera la montée de l'extrémisme nationaliste allemand et le succès du mouvement nazi.

L’occupation de la Ruhr a d’abord pour effet de donner un nouvel élan au nationalisme et au revanchisme allemands.
Le financement par l'étranger :
Les Alliés ne prêtaient pas à l'Allemagne. L'Allemagne dut recourir au marché monétaire international. Elle n'eut aucun mal à le faire. Selon Laursen et Karsten9 les spéculateurs avaient confiance dans le redressement de l'Allemagne. Ils prévoyaient un retour du mark à sa valeur-or de 1913. Mais par prudence les capitaux étaient prêtés à court terme. C'est ici que se trouve la source de l'inflation. Les capitaux se retiraient lorsque la situation économique ou politique se détériorait. Ce retrait faisait chuter la valeur du mark et augmentait le coût des importations.
Le déclenchement inflationniste[modifier]

Entre 1920 et 1922, les mauvaises nouvelles succédaient aux périodes de stabilisation. À chaque mauvaise nouvelle, le mark perdait de sa valeur. La chute se précipite à partir de la mi-1922. En juin 1922 la conférence pour la fourniture d'un prêt par les Alliés échoue. Les prêteurs étrangers perdent totalement confiance. Un dollar valait 420 marks en juillet 1922 et 49 000 en janvier 1923. Pendant l'année 1923, le cours du dollar par rapport au Papiermark augmente ainsi de 5,79 × 1010. Le prix au détail passe de l'indice 1 en 1913 à 750 000 000 000 en novembre 1923. Les prix des repas servis au restaurant varient selon l'heure de la commande et l'heure à laquelle l'addition est présentée, si bien que les restaurateurs doivent offrir des plats en plus à leurs clients10, ou leur faire payer l'addition en début de repas. Les ménagères souhaitant faire leurs courses amènent des liasses de billets en landau[réf. nécessaire], les salariés se font payer deux fois par jour.
La vitesse de circulation de la monnaie[modifier]

La confiance dans la monnaie avait totalement disparu. L'argent brûlait les doigts, donc la monnaie circulait plus vite. Faire circuler plus vite la monnaie a le même effet sur l'économie qu'augmenter sa quantité. Gabriel Galand et Alain Grandjean8 établissent que c'est la vitesse de circulation de la monnaie et non pas l'émission excessive de monnaie qui a provoqué l'inflation. Ils s'appuient sur les études de Wagemann11 et sur les travaux de Hugues12. En 1920 et 1921, la création monétaire ne sert qu'à fournir les liquidités indispensables aux échanges compte tenu de l'augmentation des prix. Après 1921, c'est-à-dire lorsque l'inflation a commencé à s'amplifier, et surtout au premier semestre 1922 lorsqu'elle s'est accélérée, la quantité de monnaie disponible s'est réduite, preuve que la planche à billets ne fonctionnait pas. La masse monétaire ne représentait alors que 5 jours de dépenses, ce qui est très faible8. Les auteurs, citant Castellan13, signalent que la spéculation a aussi joué un certain rôle dans la dépréciation de la monnaie.
L'indexation des salaires[modifier]

L'écroulement de l'empire avait ouvert une période prérévolutionnaire à l'instar de la Russie. La République de Weimar était fragile. Elle résultait d'un compromis entre les socialistes et les communistes. L'accord imposait une indexation des salaires sur les prix. Les salaires n'ont pas été à l'origine de l'hyperinflation. Ils suivaient les prix avec retard. Mais leur indexation sur les prix a eu un effet "boule de neige" qui a débouché sur l'hyperinflation. L'hyperinflation est apparue lorsque la confiance dans la monnaie a disparu, d'abord chez les prêteurs étrangers, ensuite chez les Allemands eux-mêmes et qu'il y a eu fuite devant la monnaie.
L'effondrement du Mark ....
L’occupation de la Ruhr a d’abord pour effet de donner un nouvel élan au nationalisme et au revanchisme allemands.
l’hyperinflation de 1923 est un moment-clé dans la carrière du Führer : « La crise, sans laquelle Hitler n’aurait jamais été Hitler, s’aggravait de jour en jour. Dans son sillage, le mouvement nazi s’étoffait à vue d’œil. Quelque trente-cinq mille personnes le rejoignirent entre février et novembre, ce qui porta ses effectifs autour de cinquante-cinq mille militants18 à la veille du putsch. Les recrues affluèrent de toutes les couches de la société " ......


Les décisions justes évidentes à première vue, ont des effets pervers à très long terme.

L'inflation pourrait réapparaitre avec l'écroulement de l€, voulu par Goldman Sachs, qui a placé un de ses dirigeants à la tête de la Banque Centrale Européenne, après celle de l'Italie, qu'il n' a pas laissé en bon état !!
0 x

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10445
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1475




par Ahmed » 09/12/11, 19:39

Non, l'hyperinflation allemande n'a pas été voulue et entretenue par les alliés.
Les clauses du traité de Versailles prévoyait un remboursement des dommages de guerres disproportionné aux capacités de financement allemand, mais correspondant au ressenti traumatique français.
La France avait tout intérêt à ce que l'Allemagne soit solvable et l'invasion de la Rhur était une décision maladroite qui, bien que compatible avec la politique intérieure française, n'allait pas dans ce sens...

Quant aux américains, ils contribuèrent par le plan Dawes à calmer le jeu, en restructurant la dette et en apportant une aide qui mis fin à l'inflation galopante; le plan Young devait conforter le dispositif mais fut interrompu par la crise US de 1929...

A l'heure actuelle les allemands bénéficient de l'€, puisqu'elle conforte leur position économique dominante, en empêchant leurs voisins de recourir à des dévaluations compétitives.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 7




par dedeleco » 10/12/11, 16:36

Difficile de séparer volontaire, d'involontaire, mais certains, conscients, ont informé de ce fait, protestés, et donc ceux qui n'ont pas écouté et décidé une telle absurdité, l'ont fait volontairement, et les effets pervers ont été dramatiques avec la seconde guerre mondiale !!
L'économiste John Maynard Keynes dans ....un ouvrage prophétique, Les Conséquences économiques de la paix. Il y écrit ainsi : « Si nous cherchons délibérément à appauvrir, j'ose prédire que la vengeance sera terrible. », ce que confirmera la montée de l'extrémisme nationaliste allemand


A l'heure actuelle les allemands bénéficient de l'€, puisqu'elle conforte leur position économique dominante, en empêchant leurs voisins de recourir à des dévaluations compétitives.

mais ils sont riches des dettes de leur voisins qui ne peuvent pas rembourser vite, situation extrêmement instable, de quasi faillite des allemands par insolvabilité des emprunteurs !!!!, phénomène de dominos, toujours pas compris !!

Idem pire entre Chinois et USA !!!!

Et pour sauver et essayer de rétablir l'équilibre, on ne fait que augmenter l'instabilité !!!

Je ne fais que reprendre les déclarations actuelles, même sur A2 le 20h, de ce vendredi dernier 9 décembre, stabilité que pour 2 semaines !!!
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10445
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1475




par Ahmed » 10/12/11, 18:20

La politique est l'art du possible, et les propos lucides de Keynes étaient plus faciles à tenir hors du contexte français, où le ressentiment et les souffrances endurées devaient trouver une certaine contrepartie dans ces "dommages de guerre".

Il est difficile d'ajouter un crédit (sic) quelconque aux journaux télévisés qui font dans la surenchère.
L'économie est probablement bien malade...de son succès.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 7




par dedeleco » 10/12/11, 18:56

C'était un interview d'un lucide sur A2 !

Mais le bon sens élémentaire, indique le temps nécessaire pour rembourser les dettes actuelles des gouvernements, même en se serrant la ceinture à fond, (récession explosive qui amplifie tout et piège les gouvernements ), ce qui justifie les inquiétudes, que nous aurions du avoir, au tout début de l'€, pour pouvoir l'éviter.

Pareil pour les Allemands, riches des dettes liées à leurs ventes à des pays à qui ils ont prêté cet argent.

La crise de 2008 aux USA est du même type, dettes en apparences solides, qui s'écroulent comme des dominos appuyés les uns sur les autres, instabilité presque jamais envisagée dans les modèles économiques des banques (elles prêteraient bien moins) et déclenchée par quelques escrocs dans les dominos .
0 x

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10445
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1475




par Ahmed » 10/12/11, 19:11

Les lucides ne sont jamais que ceux qui abondent dans notre sens!

Le bon sens élémentaire indique que les dettes ne seront jamais remboursées, mais qu'elle constituent un nouvel outil pour agir sur l'opinion publique.
Outil qui tire son efficacité de son opacité et des multiples significations que des imaginatifs ambitieux peuvent en tirer.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Société et philosophie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités