Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementauxLes peurs alimentaires, marketing juteux de la grande distribution

Comment rester en bonne santé et prévenir les risques et ses conséquences sur votre santé et la santé publique. Maladies professionnelles, risques industriels (amiante, pollutions de l'air, les ondes électromagnétiques...), risques de société (stress au travail, surconsommation de médicaments...) et individuels (tabac, alcool...).
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2856
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 152
Contact :

Les peurs alimentaires, marketing juteux de la grande distribution

Message non lupar izentrop » 12/02/18, 00:56

Le marketing du "sans" fleurit dans les linéaires des supermarchés et la publicité accrocheuse s'empare du "sans OGM", "sans huile de palme", "sans gluten", "sans parabène", "sans conservateur"...

Paranoïa alimentaire
Toutes ces allégations négatives entretiennent la paranoïa alimentaire et développent un climat de méfiance chez les consommateurs susceptible de se retourner à terme contre la grande distribution alimentaire ! Cette dernière prend le risque de financer des associations militantes opposées aux pesticides et aux OGM pour contribuer au développement du marché bio plus rémunérateur. Carrefour et Auchan financent le CRIIGEN* dont les études médiatisées et à charge contre les OGM et le désherbant Roundup® sont régulièrement contestées par la communauté scientifique.

Plusieurs sociétés de distribution de produits bio, comme Biocoop, participent au financement de l'association Générations futures, fer de lance de l'opposition aux pesticides.

En octobre 2010, Carrefour lançait une grande opération marketing "nourri sans OGM" sur 300 produits de sa marque issus de l'élevage. Opération saluée par José Bové, Greenpeace et WWF. Cette initiative se voulait rassurante pour les consommateurs. Mais combien de consommateurs savent-ils qu'aucun produit alimentaire issu d'animaux nourris avec des OGM (viande, lait, œufs) ne peut en contenir des traces (ADN ou protéines) ?

Les aliments bio perçus sans pesticides ni OGM sont considérés bénéfiques pour la santé et l'environnement et sont indéniablement devenus un secteur de marché porteur et rentable pour l'ensemble des grands groupes alimentaires.
Autant d'acteurs qui préfèrent effacer les réels risques sanitaires des produits estampillés AB, en particulier les contaminants biologiques tels que les mycotoxines, les salmonelles ou les bactéries. Qui ose oublier qu'une souche mutante et pathogène d'Escherichia coli a causé une cinquantaine de décès en Allemagne en 2011 ?

L'opération marketing lancée à grand renfort de publicité en janvier 2017 par le groupe Système U, visant l'éradication de "90 substances controversées" dans les produits de sa marque, constitue une nouvelle et inquiétante dérive de la grande distribution alimentaire. Le PDG de Système U affirme que ces 90 substances incriminées sont le fruit de 5 ans de recherches d'experts. Quels experts ? Leurs identités ne sont pas communiquées. Pas plus que leurs études. https://www.latribune.fr/opinions/tribu ... 61603.html

J'en passe et des m ...
1 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5820
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: Les peurs alimentaires, marketing juteux de la grande distribution

Message non lupar janic » 12/02/18, 07:56

C'est l'exemple caractéristique des lobbies qui après la négation du danger de leurs produits (genre industrie du tabac) essaient de se rattraper aux branches en utilisant des arguments fallacieux (dont certains justifiés comme pour toutes choses) qui ne tiennent pas devant la réalité du monde. Les supers marchés ne font que suivre une tendance de la société civile dont les consommateurs en ont marre d'être les cobayes et les victimes de l'empoisonnement des produits dont l'intérêt n'est pas celui des consommateurs, mais uniquement des industriels.
Il ne s'agit donc pas de faire peur, mais de prendre conscience d'un problème déjà existant et que les lobbies de l'industrie alimentaire ont tout fait pour en cacher les risques aux consommateurs.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2856
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 152
Contact :

Re: Les peurs alimentaires, marketing juteux de la grande distribution

Message non lupar izentrop » 12/02/18, 08:19

Salut Janic, je me doutais bien de ta réponse, tu fais une généralité de cas exceptionnels. Vérifie honnêtement ces affaires au cas par cas, comparé aux progrès et au professionnalisme du reste de la profession concernée par cette affaire.
janic a écrit :après la négation du danger de leurs produits (genre industrie du tabac) essaient de se rattraper aux branches en utilisant des arguments fallacieux (dont certains justifiés comme pour toutes choses) qui ne tiennent pas devant la réalité du monde
Oui, ça c'est le marketing ! A chacun de décrypter avec son enseignement et d'aider les jeunes à ne pas se laisser entraîner.
Quand j'ai été militaire, on nous offrait gratuitement notre ration de cigarettes troupe, avoue qu'il y a eu du progrès, même si ce n'est pas parfait.
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5820
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: Les peurs alimentaires, marketing juteux de la grande distribution

Message non lupar janic » 12/02/18, 09:43

Salut Janic, je me doutais bien de ta réponse, tu fais une généralité de cas exceptionnels. Vérifie honnêtement ces affaires au cas par cas, comparé aux progrès et au professionnalisme du reste de la profession concernée par cette affaire.

Ca veut dire quoi : au cas par cas ?
Cet article, rédigé par un anti bio qui voit vaciller la main mise de l’agrochimie sur un secteur où elle régnait en maitre, incontestable (sinon incontesté !), et qui utilise ses contre vérités habituelles. On ne peut s’attendre à ce qu’il se tire une balle dans le pied (même si ça leur arrive par inadvertance !). Or, il me semble, que tu confonds la profession d'agriculteur, avec ses soucis de survie quel que soit le mode agraire utilisé, et l'agrochimie qui est une industrie libérale qui doit faire des profits pour alimenter ses actionnaires qui se moquent éperdument d'où viendront les gros sous qu'ils pourront toucher, et si demain c'était la bio qui les leurs fournissent, ils laisseraient tomber ce que tu défends et tant pis pour la casse!
La grande distribution est aussi du même genre et elle prend le virage qu'elle perçoit au sein de notre société.
janic a écrit :après la négation du danger de leurs produits (genre industrie du tabac) essaient de se rattraper aux branches en utilisant des arguments fallacieux (dont certains justifiés comme pour toutes choses) qui ne tiennent pas devant la réalité du monde
Oui, ça c'est le marketing ! A chacun de décrypter avec son enseignement et d'aider les jeunes à ne pas se laisser entraîner.
Ne pas se laisser entrainer, ce n’est qu’une vue de l’esprit !
Nous vivons dans un type de société basée sur le profit, pas sur un discours philosophique.
L’agriculture n’y échappe pas et les agriculteurs finissent par se rendre compte, un peu tard, qu’ils se sont faits « piégés » par le système économique qui les a poussés à s’endetter à fond, à ne plus pouvoir vivre de leur travail, (même en bio) et ainsi que le disait un agriculteur « si ça continue, la France devra se fournir en denrées alimentaires chez nos voisins (proches ou lointains) parce que notre agriculture aura quasi disparue. »
Donc l’article montre bien que ce sont les agro-industriels qui ont peur pour leurs profits, pas le public, car l'auteur confond peur et prudence ou principe de précaution!
Quand j'ai été militaire, on nous offrait gratuitement notre ration de cigarettes troupe, avoue qu'il y a eu du progrès, même si ce n'est pas parfait.
D’une certaine façon : oui ! Mais à cette époque là, l’Etat était le plus gros fabricant et distributeur de cigarettes en France (la SEITA) et c’était une façon de se faire fidéliser une future clientèle.[*]
Depuis il s’est dessaisi de ce monopole et joue les saintes nitouches moralistes alors que les taxes continuent de tomber abondamment dans ses caisses. Même chose pour les autres drogues illégales que l’Etat voudrait bien taxer aussi (rien de moral ici !)

(Pour le tabac, un nouveau scandale est en cours sur les mesures de pollution de la cigarette, par une astuce sur les filtres qui faussent les mesures.)
[*]Déjà Colbert considérait que les taxes sur le tabac représentaient une part non négligeable des revenus de l’Etat !
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2856
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 152
Contact :

Re: Les peurs alimentaires, marketing juteux de la grande distribution

Message non lupar izentrop » 12/02/18, 10:56

janic a écrit :Ca veut dire quoi : au cas par cas ?

L’agriculture n’y échappe pas et les agriculteurs finissent par se rendre compte, un peu tard, qu’ils se sont faits « piégés » par le système économique qui les a poussés à s’endetter à fond, à ne plus pouvoir vivre de leur travail
Tu fais encore une généralité sans nuance.

Il y a surtout les éleveurs qui achetaient la nourriture de leurs animaux et n'avaient pas d'autre corde à leur arc. Ils ont investi en tenant compte d'éventuelles aident de l'état ou de l'Europe et en oubliant que le marché est devenu mondial et qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses. Ce sont ceux là qui ont été les premiers frappés par la crise et la baisse de consommation de viande et de lait.

D'autres, comme ceux qui fabriquaient une grosse partie de l'alimentation de leurs animaux en la cultivant sur leur terre, ont pu changer d'orientation de leurs cultures sans grand dommage ... J'en connais, mais ceux-là ne sont pas médiatisés.
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5820
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: Les peurs alimentaires, marketing juteux de la grande distribution

Message non lupar janic » 12/02/18, 11:28

Tu fais encore une généralité sans nuance.
Il y a surtout les éleveurs qui achetaient la nourriture de leurs animaux et n'avaient pas d'autre corde à leur arc. Ils ont investi en tenant compte d'éventuelles aident de l'état ou de l'Europe et en oubliant que le marché est devenu mondial et qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses Ce sont ceux là qui ont été les premiers frappés par la crise et la baisse de consommation de viande et de lait..
Ce qui souligne bien qu’ils se sont faits piégés. Il ne faut pas regarder le phénomène comme nouveau, apparaissant brutalement maintenant. Cela fait des décennies que le processus est amorcé(en commençant par le remembrement qui a fait de la casse !) dont la finalité est de voir disparaitre toutes les exploitations indépendantes pour rendre le business de la bouffe sous la coupe exclusive d’une minorité nostalgique de l’époque des seigneurs et des paysans sous leur domination, et c’est ce qui se produit sous nos yeux, il suffit d’ouvrir ceux-ci !
D'autres, comme ceux qui fabriquaient une grosse partie de l'alimentation de leurs animaux en la cultivant sur leur terre, ont pu changer d'orientation de leurs cultures sans grand dommage ... J'en connais, mais ceux-là ne sont pas médiatisés.
Ils finiront de la même façon ! Dévorés crus ou cuits pour le profit de quelques uns, comme le reste de la société d’ailleurs, leur cas n’est pas unique et isolé !
Ce sont ceux là qui ont été les premiers frappés par la crise et la baisse de consommation de viande et de lait.
Il n'y a que très peu de baisse de consommation de viande en particulier, les chiffres montrent juste un déplacement de la consommation de viandes rouges vers des viandes blanches comme la volaille suite aux scandales de la vache folle et autres systèmes du même genre.
le problème vient surtout du fait que les produits sont fabriqués ailleurs à des prix bien plus bas qu'en France à qualité peu différente: l'herbe n'est pas moins verte ailleurs!
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Santé et prévention. Pollutions, causes et effets des risques environnementaux »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités

D'autres pages qui vont certainement vous intéresser: