EDF a un peu de mal à passer l'hiver

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire (REP, EPR, fusion chaude, ITER), centrales électriques thermiques gaz et charbon, cogénération, tri-génération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques. Prix, pollutions, coûts économiques et sociaux...
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 72663
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 8087

Re: EDF a un peu de mal à passer l'hiver




par Christophe » 19/11/22, 14:22

Bien sur qu'il l'est : dès qu'on contredit la doctrine ou les discours gouvernementaux macronique on est d'extrême droite...

Le vrai fascisme c'est ça !

C'est pas ceux qui disent ou cherche la vérité mais dans une dictature puisque l'inversion ou la corruption des valeurs morales est la normalité !
2 x
Faire une recherche d'images ou une recherche textuelle - Netiquette du forum - Soutenir le forum en faisant du Shopping utile

sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7804
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 1394

Re: EDF a un peu de mal à passer l'hiver




par sicetaitsimple » 20/11/22, 18:27

Remundo a écrit :Mais ça ne suffira pas, le mur de GW manquants est bien trop haut.

Oui, visiblement le parc nucléaire existant commence à vieillir, même si l'épisode actuel de corrosion sous contrainte est un peu un épiphénomène qui devrait être réglé dans l'année qui vient.
Alors, stop ou encore?
Parce que le décision c'est aujourd'hui compte tenu des délais d'études, d'autorisation, de construction qui sont au total de plus de 10 ans.
Alors, gaz + renouvelables pour la "base", ou nucléaire?
Merci d'avance pour les réponses "économies d'énergie", elles sont valables dans les deux scénarios, et j'ai par ailleurs l'impression que la tendance est à l'électrification des usages, en commençant par le véhicule électrique.
0 x
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 72663
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 8087

Re: EDF a un peu de mal à passer l'hiver




par Christophe » 20/11/22, 21:14

Remundo a écrit :ben alors ce site est fachostremedroate :P
https://www.rte-france.com/eco2mix/la-p ... ar-filiere

tu peux cliquer sur n'importe quel jour. :idea:


Quand je vois ces courbes, je me dis que ces saloperies d'énergies renouvelables qui serviront jamais à rien (dixit Jancovici et cie :mrgreen:) nous sauveront peut être du blackout !
1 x
Faire une recherche d'images ou une recherche textuelle - Netiquette du forum - Soutenir le forum en faisant du Shopping utile
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7804
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 1394

Re: EDF a un peu de mal à passer l'hiver




par sicetaitsimple » 20/11/22, 22:12

Christophe a écrit :Quand je vois ces courbes, je me dis que ces saloperies d'énergies renouvelables nous sauveront peut être du blackout !

Bah que l'éolien produise vers la mi-Novembre, et le reste de "l'hiver électrique" (Octobre-Mars) c'est un peu ce qui est attendu, non? Il s'est quand même bien reposé durant l'été...Au boulot!
0 x
Avatar de l’utilisateur
gegyx
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5348
Inscription : 21/01/05, 11:59
x 1594

Re: EDF a un peu de mal à passer l'hiver




par gegyx » 20/11/22, 23:39

Hébergez des pauvres hères ukrainiens, ils vous montreront comment s'en passer.

Image
0 x

Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4779
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 440

Re: EDF a un peu de mal à passer l'hiver




par Exnihiloest » 21/11/22, 21:00

Christophe a écrit :...
Quand je vois ces courbes, je me dis que ces saloperies d'énergies renouvelables qui serviront jamais à rien (dixit Jancovici et cie :mrgreen:) nous sauveront peut être du blackout !

Il suffit que le blackout se pointe de jour, et en période non anticyclonique sur l'Europe. Il faudra lui demander de coopérer.
0 x
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 72663
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 8087

Re: EDF a un peu de mal à passer l'hiver




par Christophe » 22/11/22, 20:18

Les analyses et synthèses par novethic :

Risque élevé de tensions sur le réseau électrique RTE : le point énergie par énergie

Le gestionnaire du réseau électrique RTE a actualisé ses prévisions pour l'hiver. Si celles-ci prévoient désormais une baisse de la consommation d'électricité, elles tablent aussi sur une baisse de la production d'électricité nucléaire. Cela devrait à peu près se compenser. Malgré tout, RTE prévient que le risque de coupure n'est pas exclu, en particulier en janvier. On fait le point énergie par énergie.

RTE a actualisé ses prévisions pour l'hiver. Le gestionnaire du réseau électrique estime que c’est désormais le mois de janvier qui concentre le plus de risques, en raison de la réévaluation à la baisse de la production d'électricité nucléaire. Si dans la très grande majorité des situations, RTE n’envisage que quelques signaux Ecowatt rouge (risque de tension ou de coupure), "le risque de coupure ne peut pas être totalement exclu", indique RTE. Un tableau de bord de suivi de la consommation d’électricité, corrigé des variations météorologiques, est publié toutes les semaines depuis la mi-octobre. Il mesure que la baisse de consommation atteint 5 à 7% sur la période s’étendant de début octobre à mi-novembre par rapport à la moyenne 2014-2019. On fait le point sur les différentes sources d'énergie.

Nucléaire : une baisse des prévisions de production

"La disponibilité du parc nucléaire français constitue, pour les prochains mois, le facteur clé de la sécurité d’alimentation en France, rappelle RTE. Le rythme de remise en service des réacteurs actuellement à l’arrêt (dans le cadre des maintenances programmées ou du programme spécifique à la surveillance et la réparation du défaut de corrosion sous contrainte – CSC) est donc crucial". Les dernières prévisions réévaluent à la baisse la production nucléaire. La disponibilité du parc devrait atteindre de l’ordre de 40 gigawatts (GW) au début du mois de janvier, avec un écart de 3 GW par rapports aux prévisions précédentes. Selon RTE, mi-novembre, la disponibilité atteint environ 31 GW, soit plus de 10 GW en-dessous des minimas historiques à cette période de l’année.

Gaz : une réduction de la demande indispensable

Le remplissage des stocks de gaz en France et en Europe a atteint des niveaux extrêmement élevés. Pour les prochains mois, les sources d’approvisionnement se diversifient afin de remplacer les importations de gaz russe, et c’est vers le gaz naturel liquéfié (GNL) que se tourne l’Europe. Mais selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), si l’approvisionnement russe est complètement coupé et si les importations chinoises de GNL reprennent à leur niveau de 2021, "les stockages seraient remplis à moins de 20% en février, en supposant un niveau élevé d'approvisionnement en GNL" et "à près de 5 % en cas de faible approvisionnement en GNL", prévient l'AIE. Une fonte des stocks à de tels niveaux "augmenterait le risque de rupture d'approvisionnement en cas de vague de froid tardive", insiste l'agence dans son communiqué. Pour conjurer ce scénario, l'AIE estime donc que l'Europe devra observer des mesures d'économies "cruciales" pour "maintenir les stocks à des niveaux adéquats jusqu'à la fin de la saison de chauffage".

Charbon : la centrale de Saint-Avold rallumée

La centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle), officiellement fermée le 31 mars dernier, a rouvert le 1er octobre "à titre conservatoire et compte tenu de la situation ukrainienne", précise le ministère de la Transition énergétique. Cette centrale a produit de l’électricité ces derniers jours et sera disponible pour la suite de l’hiver. La France n'en a donc pas encore tout à fait fini avec le charbon, énergie la plus polluante, malgré la promesse d'Emmanuel Macron de fermer toutes les centrales au cours de son premier quinquennat.

Hydraulique : des niveaux de remplissage satisfaisants

Alors que la sécheresse avait fortement dégradé la constitution des stocks hydrauliques au cours de l’été, avec des stocks historiquement bas - jusqu’à -10% par rapport aux minimums des dernières années - la tendance s’est inversée. Les stocks ont retrouvé au cours des dernières semaines des niveaux de remplissage satisfaisants, proches des niveaux historiquement observés. Le bon niveau de remplissage des barrages a été favorisé par les conditions climatiques du début d’automne, par des apports pluviométriques plus importants et des températures élevées conduisant à la moindre sollicitation des barrages pour assurer l’équilibre offre-demande. En France, l’hydroélectricité couvre environ 10 % de l’électricité consommée. C'est la première source d’électricité renouvelable et la deuxième source d’électricité après le nucléaire (68%).
Energies renouvelables : le projet de loi d'accélération toujours en discussion

Les députés ont débuté lundi 21 novembre l'examen du projet de loi dédié à accélérer sur les énergies renouvelables en commission. Adopté au Sénat en première lecture début novembre, il vise à rattraper le retard de la France en matière d'éolien et de solaire en levant les "verrous administratifs et de procédures pour diviser par deux le délai de déploiement des projets", a décrit la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher devant les députés. Le texte est attendu dans l'hémicycle de l'Assemblée le 5 décembre. Sans majorité absolue, le gouvernement cherche des alliés pour faire passer ce projet de loi, avant un autre texte sur le nucléaire dans les mois qui viennent.


https://www.novethic.fr/actualite/energ ... 51196.html
1 x
Faire une recherche d'images ou une recherche textuelle - Netiquette du forum - Soutenir le forum en faisant du Shopping utile
Avatar de l’utilisateur
Remundo
Modérateur
Modérateur
Messages : 13065
Inscription : 15/10/07, 16:05
Localisation : Clermont Ferrand
x 3401

Re: EDF a un peu de mal à passer l'hiver




par Remundo » 23/11/22, 22:23

un texte assez virulent mais plutôt juste dans l'ensemble publié sur https://www.profession-gendarme.com/per ... -lenergie/

Extrait :
Il faut remonter à 1997 pour comprendre l’origine de cette catastrophe. « J’ai décidé de dissoudre l’Assemblée nationale ». Qui aurait pu penser que cette petite phrase, prononcée par Jacques Chirac le 21 avril 1997, serait le déclencheur qui allait nous amener 25 ans plus tard dans la dèche énergétique dans laquelle nous nous trouvons ? Quelle belle illustration de l’effet papillon !

Suite à cette dissolution, la droite perdit les élections et Jospin accéda au pouvoir grâce à une alliance avec les communistes et les écologistes qui s’appelait « la gauche plurielle ». Afin de satisfaire ses alliés écologistes, Jospin dut accepter de renoncer progressivement au nucléaire. Les conséquences furent assez rapides : désintérêt d’EDF pour la filière, arrêt du projet Superphénix (qui pourtant était extrêmement novateur, car utilisant les déchets des centrales nucléaires pour produire de l’électricité). Mais la conséquence la plus terrible restait invisible : nos ingénieurs, soudeurs spécialisés et techniciens hautement qualifiés cessèrent de s’orienter vers la filière nucléaire, entraînant une disparition progressive des compétences requises pour cette industrie.

Sous l’ère Sarkozy, un deuxième événement vint achever notre filière nucléaire : la catastrophe de Fukushima. Suite à cette dernière, la chancelière Merkel décida unilatéralement d’arrêter l’usage du nucléaire civil en Allemagne, se lança à corps perdu dans la construction de moulins à vents et décida de l’imposer à toute l’Europe. Les industriels allemands sont bien organisés et leur rapacité n’est plus à démontrer. Si l’Allemagne devait renoncer au nucléaire, il était hors de question que la France continuât d’en bénéficier.

Hollande, également soucieux de s’attirer les faveurs des écologistes, aggrava la situation. Ce dernier prit même comme engagement de réduire de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans notre mix énergétique en 5 ans. Grand visionnaire que ce Hollande et sa cruche Ségolène Royal !

Hollande, désireux de satisfaire sa suzeraine Merkel, alla même jusqu’à la fermeture de la centrale de Fessenheim, nous privant ainsi d’un seul coup de 2,5 % de notre production. Il faut savoir que la production de Fessenheim fut compensée par la mise en service en Allemagne de centrales à charbon, dont les vents nous font bénéficier des particules fines sur notre territoire.
1 x
ImageImage


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon et électricité nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 44 invités