Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion)EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire, REP, EPR, fusion chaude, ITER, centrales thermiques, cogénération, trigénération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques.
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3184
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 224

EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar moinsdewatt » 04/11/16, 22:26

Nucléaire : EDF révise encore en baisse sa prévision de production

Veronique Le Billon Le 03/11/2016

Les prix de l’électricité sur le marché de gros grimpent à des niveaux record. EDF a décalé de quelques semaines le redémarrage de plusieurs réacteurs.

A mesure que les températures extérieures descendent en France, elles montent sur les marchés de l'électricité. Alors que le mégawattheure (MWh) s'échangeait autour de 70 euros il y a quelques jours, il faut désormais débourser 275 euros pour une livraison la semaine prochaine. Pour les heures de pointe, le prix de gros a même dépassé 500 euros/MWh, une situation inédite depuis le pic historique de froid en France, en février 2012, quand la consommation avait atteint 102,1 GW.

La situation est liée, pour une part, à la chute programmée des températures : elles devraient être inférieures de 4 à 5 degrés aux normales saisonnières la semaine prochaine. Pour produire plus d'électricité, les moyens de production les plus chers sont donc progressivement appelés sur le réseau (charbon, gaz, fioul...). En France, pays européen le plus « thermo-sensible » en raison de la forte part du chauffage électrique (environ 30 %), un degré en moins entraîne une demande supplémentaire de 2,4 gigawatts.

300 millions d'euros d'Ebitda en moins

Mais si ce froid précoce inquiète les marchés, c'est parce qu'il se conjugue avec les arrêts exceptionnels de réacteurs nucléaires. Jeudi, vingt tranches étaient encore à l'arrêt, représentant 20 GW, soit près d'un tiers des capacités nucléaires. Et le gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE, qui doit présenter ce vendredi son scénario annuel du « passage de l'hiver », a dû revoir en hâte ses prévisions pour les semaines à venir : EDF lui a signifié mercredi soir qu'il décalait le redémarrage de cinq réacteurs nucléaires. L'électricien public a d'ailleurs révisé en baisse une troisième fois, jeudi soir, son objectif de production nucléaire pour cette année, entre 378 et 385 térawattheures (contre 414 TWh initialement prévus). Cela réduit encore de 300 millions d'euros sa prévision d'Ebitda pour 2016 (entre 16 et 16,3 milliards d'euros).

Seules sept réacteurs sont programmés pour produire à nouveau de l'électricité d'ici à mi-novembre. Et quatre tranches supplémentaires doivent être arrêtées pour trois semaines en décembre et janvier suite aux contrôles demandés par l'Autorité de sûreté nucléaire. Le marché risque donc de rester fortement volatil ces prochaines semaines. « Dès que la demande d'électricité de pointe dépassera les 85 GW dans le contexte actuel de maintenances élevées, les prix spot d'électricité risquent de monter fortement », note Hélène Bonfils, consultante à IHS.

La hausse des prix n'aura pas d'effet immédiat sur les factures des consommateurs. « Les prix reflètent des volumes marginaux, parce que les fournisseurs qui ont fait correctement leur travail ont déjà couvert les besoins de leurs clients », estime un fournisseur. Pour les ménages, la formule de calcul des prix au détail est en outre lissée sur longue période. Mais les inquiétudes actuelles alimentent tout de même une hausse des prix de gros pour livraison l'an prochain. A 49 euros/MWh, ils dépassent désormais largement le niveau de l'Arenh (42 euros/MWh), le tarif auquel EDF doit vendre à ses concurrents jusqu'à un quart de sa production nucléaire, une contrepartie à son monopole pour animer la concurrence dans la fourniture d'électricité. Il y a donc fort à parier que les fournisseurs choisissent cette option - ils doivent se prononcer mi-novembre. Face à des risques de spéculation, EDF avait demandé une suspension de ce dispositif, mais le gouvernement a choisi de temporiser .

Au-delà de l'évolution des prix de marché, certains redoutent désormais des délestages en cas d'hiver rude. « Notre inquiétude, c'est l'impact sur les process des grands clients industriels en cas de délestage », poursuit ce fournisseur. « Nous ne nous attendons pas à plus de 100 gigawatts de consommation cet hiver car la demande a baissé ces dernières années », note toutefois Hélène Bonfils, d'IHS.

http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 040149.php
1 x

moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3184
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 224

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar moinsdewatt » 04/11/16, 22:28

Mais rassurez vous Ségolène à parlé :

Royal: la France ne connaîtra pas de pénurie d'électricité cet hiver

AFP le 04/11/2016

La ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, a assuré vendredi que la France ne connaîtrait pas de pénurie d'électricité cet hiver, malgré l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires d'EDF pour des contrôles de sûreté.

"Non, il n'y a pas de risque de pénurie", a déclaré Mme Royal, interrogée sur la radio Europe 1.

La ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, a assuré vendredi que la France ne connaîtrait pas de pénurie d'électricité cet hiver, malgré l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires d'EDF pour des contrôles de sûreté.

"Non, il n'y a pas de risque de pénurie", a déclaré Mme Royal, interrogée sur la radio Europe 1.

http://www.boursorama.com/actualites/ro ... f4e03bf857
0 x
l'ombre
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 171
Inscription : 13/04/08, 15:16
x 2

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar l'ombre » 04/11/16, 23:28

moinsdewatt a écrit :Mais rassurez vous Ségolène à parlé :

Royal: la France ne connaîtra pas de pénurie d'électricité cet hiver

AFP le 04/11/2016

La ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, a assuré vendredi que la France ne connaîtrait pas de pénurie d'électricité cet hiver, malgré l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires d'EDF pour des contrôles de sûreté.

"Non, il n'y a pas de risque de pénurie", a déclaré Mme Royal, interrogée sur la radio Europe 1.

La ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, a assuré vendredi que la France ne connaîtrait pas de pénurie d'électricité cet hiver, malgré l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires d'EDF pour des contrôles de sûreté.

"Non, il n'y a pas de risque de pénurie", a déclaré Mme Royal, interrogée sur la radio Europe 1.

http://www.boursorama.com/actualites/ro ... f4e03bf857

Oui bien sur nous voila rassurer OUF
0 x
Puiser Sans Épuiser
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 11364
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 3408

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar Did67 » 05/11/16, 13:01

Une chose est d'affirmer qu'il n'y aura pas de rupture... Vu les interconnexions, on peut espérer en effet, que nos voisins nous aideront !

Les suisses, par exemple, depuis longtemps, remplissent leurs barrages au printemps / été ./ début d'automne en achetant l'électricité pas chère sur le marché européen, puis turbinent à fond quand on est en zone "rouge". La même électricité vaut alors 10 fois plus !

Donc, oui... On peut toujours affirmer ! Tant qu'on ne parle pas finances !

Une seule certitude : au bout du bout du bout (même si c'est sans doute différé pour des raisons politiques), ce sera le consommateur qui paiera ; sinon, ce serait EdF qui serait en faillite, puis racheté par je ne sais qui (les chinois ?), qui appliqueraient une augmentation massive pour rentabiliser le rachat...
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3184
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 224

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar moinsdewatt » 05/11/16, 13:44

Did67 a écrit :Une chose est d'affirmer qu'il n'y aura pas de rupture... Vu les interconnexions, on peut espérer en effet, que nos voisins nous aideront !
...


Ils nous aident déjà depuis mi Octobre (sauf la nuit)

Eco2Mix Production d’électricité par filière

Eco2Mix Consommation electrique de la France

Echanges commerciaux aux frontières

hier à 8 h du matin la France à importé 7.3 GW de puissance électrique !

ce midi même on a importé 1.2 GW.
1 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 11364
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 3408

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar Did67 » 05/11/16, 14:13

moinsdewatt a écrit : (sauf la nuit)
.


De 0 à 4 h du mat !!!
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 46700
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 358
Contact :

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar Christophe » 07/11/16, 11:28

Did67 a écrit :Une chose est d'affirmer qu'il n'y aura pas de rupture... Vu les interconnexions, on peut espérer en effet, que nos voisins nous aideront !


En tout cas: ne pas compter sur la Belgique où la plupart des réacteurs sont aussi à l'arrêt...

Did67 a écrit :Les suisses, par exemple, depuis longtemps, remplissent leurs barrages au printemps / été ./ début d'automne en achetant l'électricité pas chère sur le marché européen, puis turbinent à fond quand on est en zone "rouge". La même électricité vaut alors 10 fois plus !


Pour quelle capacité de stockage totale? Quelques GWh tout au plus je présume? L'hydroélectricité c'est intéressant pour lisser la demande mais cela ne pèse pas lourd à l'échelle d'un pays (surtout la France grande consommatrice de kWh...)

Did67 a écrit :Donc, oui... On peut toujours affirmer ! Tant qu'on ne parle pas finances !

Une seule certitude : au bout du bout du bout (même si c'est sans doute différé pour des raisons politiques), ce sera le consommateur qui paiera ; sinon, ce serait EdF qui serait en faillite, puis racheté par je ne sais qui (les chinois ?), qui appliqueraient une augmentation massive pour rentabiliser le rachat...


L'électricité EDF a quasi doublé depuis 2008: energies-fossiles-nucleaire/explosion-du-kwh-edf-depuis-2008-comparaison-des-prix-t15003.html pas la peine de chinois pour que cela monte!

Il serait peut être intéressant d'observer l'exemple Belge d'Electrabel qui a été vendu à Suez / Engie depuis des années...
0 x
Ce forum vous a aidé ou bien conseillé? Aidez-le aussi pour qu'il puisse continuer de le faire! Des articles, des analyses et des téléchargements sur la partie éditoriale du site, publiez les vôtres! Sortez (une partie de) vos économies du système bancaire, achetez des crypto-monnaies!
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 11364
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 3408

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar Did67 » 07/11/16, 11:52

Pour la Suisse, ne pas oublier la topographie particulière, qui se traduit dans sa capacité de produire de l'électricité hydraulique.

http://www.bfe.admin.ch/themen/00490/00 ... ml?lang=fr

Mais ce que je voulais souligner, c'est que pour une production donnée, ils pouvaient soit consommer et exporter les surplus occasionnels. Mais la stratégie des groupes suisses est plus fine :

- ils vendent le maximum possible quand le prix spot est élevé, en turbinant à fond

- ils rachètent une partie quand le cours est bas et ferment alors les robinets...

Cela permet d'augmenter considérablement le prix de vente moyen : l'électricité achetée à un prix X sur le marché spot en période verte peut être revendue 5 X en période rouge.

[Interview d'une députée verte Suisse]

A noter qu'avec ses réacteurs nucléaires (quand ils marchent), EdF fait, bien involontairement, le contraire : brader des surplus en période verte (par incapacité technique d'arrêter les réacteurs) et racheter parfois en période rouge, lors des pics de consommation !

Mécaniquement, le prix moyen imposé en France par l'autorité de régulation sous la pression du gouvernement n'est pas tenable !
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 46700
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 358
Contact :

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar Christophe » 08/11/16, 14:40

Une autre analyse des Echos: la France risque vraiment d’être dans le noir cet hiver

http://www.lesechos.fr/idees-debats/cer ... 040818.php

On disait cela pour la Belgique aussi en 2014: energies-fossiles-nucleaire/penurie-d-electricite-en-belgique-blackout-prevu-cet-hiver-t13433.html

Quelques précautions avaient été prises "au cas où"...mais rien de sérieux ne s'était passé!
0 x
Ce forum vous a aidé ou bien conseillé? Aidez-le aussi pour qu'il puisse continuer de le faire! Des articles, des analyses et des téléchargements sur la partie éditoriale du site, publiez les vôtres! Sortez (une partie de) vos économies du système bancaire, achetez des crypto-monnaies!
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3184
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 224

Re: EDF a un peu de mal à passer l' hiver

Message non lupar moinsdewatt » 08/11/16, 17:39

Six armes de RTE pour éviter une pénurie d’électricité cet hiver

Ludovic Dupin Usine Nouvelle le 08/11/2016

En cas de grand froid, l’approvisionnement en électricité de la France pourrait être tendu. C’est pourquoi, le réseau de transport électrique (RTE) prévoit de recourir à des moyens exceptionnels.

L’hiver pourrait être tendu sur le plan électrique. La faible disponibilité du parc électrique français, du parc nucléaire en particulier, fait craindre, à RTE (Réseau de transport électrique) un équilibre offre/demande plus difficile à assurer. "Cet hiver est placé sous forte vigilance. Certains jours de l’hiver, à certains moments de la journée, nous pourrions être amenés à mobiliser des moyens exceptionnels", explique François Brottes, président de RTE.

L’enjeu pour RTE est de faire en sorte que la consommation et la production soient toujours équilibrées. Sans quoi, le réseau peut être endommagé, ce qui entrainerait de massives coupures d’électricité. La France, forte de son chauffage massivement électrique, est sensible aux variations thermiques. Une baisse de 1°C entraine un besoin de 2400MW supplémentaire, l’équivalent de la Ville de Paris ou de deux réacteurs nucléaires. RTE a besoin d’un réseau électrique disponible et réactif pour y faire face.

Un parc électrique peu disponible

Or le parc de production est inférieure de 11 300 MW cette année par rapport à l’hiver 2015-2016. Il manque déjà 10 000 MW de nucléaire en raison des arrêts de tranches nucléaires demandés par l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) et qui vont s’échelonner jusqu’à fin janvier. Le parc thermique (charbon et gaz) a vu la fermeture de 1 200 MW de capacités. L’éolien et le photovoltaïque pourraient compenser pour une petite part ce déficit avec 1 900 MW supplémentaires. Cependant l’éolien ne produit de l’énergie que 30 % du temps en hiver. Quant au solaire, sa production atteint 40 % à 13h mais elle est de 0% à 19h, heure qui correspond à la pointe de consommation en France, le moment le plus critique pour le réseau.

Pour pallier tout risque de black-out, RTE possède six niveaux de réponses graduées. Les deux premières solutions sont d’usage courant tout au long de l’année :

1 - Utilisation des interconnexions : La France possède des interconnexions avec l’Angleterre (2000MW), la Belgique et l’Allemagne (5000MW), la Suisse (1100MW), l’Italie (2000MW) et l’Espagne (2200 MW). Le maximum théorique permet d’importer 12 200 MW, soit 3000 MW de plus qu’il y a un an. Dans les faits, en cas de vague de froid sur l’Europe, la France devrait pouvoir importer de 7 000 à 9000 MW depuis l’étranger. Les pays voisins sont globalement moins sensibles au froid, leur chauffage utilisant massivement le gaz (ce qui provoque d’autres tensions).

2 - Appel à l’effacement : Il s’agit de consommateurs industriels ou particuliers qui vont volontairement, sur demande du gestionnaire de réseau, diminuer leur consommation temporairement. L’effacement disponible atteint 3150 MW pour cet hiver, ce qui est à peu près stable par rapport à il y a un an


Les quatre solutions suivantes rentrent dans le cadre des mesures exceptionnelles évoquées par François Brottes. Elles sont appliquées de manières progressives selon les besoins.

3 - Activation de l’interruptible : Il s’agit de faire appel à 21 industriels très consommateurs dans le secteur de l’aluminium et de l’acier par exemple. Ils sont en mesure de couper leur consommation en moins de 5 secondes. Ces acteurs ont été recrutés par un appel d’offres de RTE. Ensemble, ils peuvent diminuer les besoins jusqu’à 1500 MW instantanément.

4 - Appel aux gestes citoyens : A partir du 5 décembre, RTE va lancer "Alerte Eco2mix", un nouveau dispositif à travers son application sur smartphone Eco2Mix. Il s’agit de messages qui alertent les usagers sur les pics de consommations à venir et les appellent à des éco-gestes comme différer l’usage de certains appareils (lave-linge, sèche-linge…), baisser un peu le chauffage, éteindre les lumières des pièces inoccupées, etc. Chez RTE, on estime que, selon la mobilisation, ce dispositif peut représenter de 1000 à 5000 MW.

5 - Baisse de la tension électrique sur les réseaux de distribution de 5 % : Cela entraîne une baisse de l’efficacité et du rendement de certains appareils électrique mais sans couper aucun usage. Appliquer à l’ensemble du territoire, il est possible d’économiser jusqu’à 4000MW, presque la consommation de Paris et Marseille réunis.

6 - Réaliser des délestages programmés : C’est l’arme ultime et la dernière que RTE appliquera. Il s’agit de coupures contrôlées de l’électricité dans certaines zones du réseau. Un client ne peut pas être coupé plus de deux heures, c’est pourquoi RTE prévoit un délestage tournant. "Il faudrait des températures inférieures de 6 à 10 °C par rapport aux normales saisonnières pour que RTE soit contraint à réaliser des délestages", explique Clotilde Levillain, directrice générale adjointe de RTE.


Au regard de ces différents scénarios étudiés, RTE prédit qu’en cas d’hiver froid avec -5°C en dessous des normales saisonnières, la pointe de consommation pourraient atteindre 97 000MW. Pour mémoire, le record de consommation a été atteint en France le 8 février 2012 avec 102,1GW. L’hiver 2015-2016, marqué par des températures très douce, a de son côté atteint une pointe modeste de 88,6 GW.


http://www.usinenouvelle.com/article/si ... er.N461237
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

Recherches populaires