Conséquences de la crise économique en chiffres en 2011

Economie actuelle et développement durable sont-ils compatibles? PIB, croissance (à tout prix), développement économique, inflation...Comment concillier l'économie actuelle avec l'environnement et le développement durable.
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6644
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 602




par sen-no-sen » 04/12/11, 14:48

Le chômage est structurel, c'est le fameux NAIRU:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_ch%C3%B4mage_n%27acc%C3%A9l%C3%A9rant_pas_l%27inflation

Le mensonges politiques résulte dans cette volonté a vouloir faire croire à une tentative de baisse du chômage...qui ne baisse pas, car étant structurel.
Vouloir baisser le chômage consisterait à changer complétement le fonctionnement économique, mais cela il n'en n'est jamais question.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10044
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1263




par Ahmed » 04/12/11, 16:01

Je te trouve dur lorsque tu écris:
Le mensonge politique résulte dans cette volonté de vouloir faire croire à une tentative de baisse du chômage...

Si les pouvoirs publiques se donnent tant de mal, cela prouverait plutôt un manque de détermination du côté des chômeurs!

J'en ai la preuve, car Dick Rivers, dans une interview au Figaro, affirme, je cite: "Sarkozy aime rendre service, comme moi". :D
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6644
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 602




par sen-no-sen » 04/12/11, 17:58

Ahmed a écrit :Je te trouve dur lorsque tu écris:
Le mensonge politique résulte dans cette volonté de vouloir faire croire à une tentative de baisse du chômage...

Si les pouvoirs publiques se donnent tant de mal, cela prouverait plutôt un manque de détermination du côté des chômeurs!


Monsieur fait dans l'ironie! :cheesy:

Le manque de détermination des chômeurs, c'est une conséquence sociale, il y en a même qui finissent chomiste comme disait Coluche.

Le chômage est structurel en se sens que si il venait à baissé, les salaires irait à la hausse,ce qui ne ferait guère les affaires du CAC,si il venait tout de fois à être trop élevé, cela menacerait la croissance...il y a donc un juste milieux qui se fixe entre 10 et 15%(10 si on tiens compte que des chômeurs, 15 si on prend en compte les radiés,et les presque chômeurs).
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10044
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1263




par Ahmed » 04/12/11, 18:41

Mince! Démasqué! :mrgreen:

Certes, le chômage est un choix politique ou en tous cas un phénomène avantageux, du point de vue que tu soulignes.

Il est structurel d'une façon plus profonde, en ce sens que l'évolution de la productivité économique au lendemain de la seconde guerre mondiale à d'abord rejeté de la main d'œuvre disponible vers le secondaire (paysans ou mineurs [ou fils de] vers l'industrie), puis de l'industrie vers les services.
La "quatrième révolution industrielle", celle de la micro-électronique a permis d'évincer de nouveaux employés sans porte de sortie, cette fois.
La fuite en avant qui avait masqué les conséquences de cette dynamique est désormais impossible.
La baisse des gains industriels trouve sa compensation provisoire dans la financiarisation de l'économie.
Il n'est donc pas étonnant que cette dernière, faute de pouvoir se retourner vers un secteur primaire ou secondaire atone, en vienne à pratiquer de plus en plus une forme archaïque d'économie: la prédation directe de la masse de la population...
Sans une prise de conscience lucide des vrais enjeux*, l'augmentation des prélèvements et le mécontentement croissant qui en résultera, nous orientera vers une forme d'état...disons...pénible.

*Cad ne pas s'illusionner sur la possibilité du retour à un capitalisme tempéré (pour la gauche), ou l'avènement d'un capitalisme moral (pour la droite).
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6644
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 602




par sen-no-sen » 04/12/11, 18:49

Une fois de plus j'admire ton analyse...c'est exactement ce que je voulais dire! :mrgreen:

*Cad ne pas s'illusionner sur la possibilité du retour à un capitalisme tempéré (pour la gauche), ou l'avènement d'un capitalisme moral (pour la droite).


Tu révèle là tout le programme des candidats pour 2012!
T'es devin? :lol:
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 10044
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1263




par Ahmed » 04/12/11, 19:41

Le métier de devin serait compliqué face à des gens imaginatifs, fort heureusement, ce n'est pas le cas! :D

Une prophétie facile: "Le chômage, c'est l'avenir!" Image
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 60404
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2609




par Christophe » 12/12/11, 20:21

Christophe a écrit :Plus de 5 millions de personne sont inscrites au chômage en France...et c'est que le "début"...le chiffre donné officiellement n'est que celui de la catégorie A, c'est à dire actuellement vers les 3 millions...


Dans la même famille, je demande: http://sarkofrance.blogspot.com/2011/12 ... omeur.html

L'an dernier, quelque 5,6 millions de personnes sont sorties des listes de Pôle emploi (catégories A, B, C) en France métropolitaine. Moins de 5% d'entre elles avaient repris un emploi.

La DARES vient de publier une intéressante étude sur l'évolution des sorties d'inscriptions à Pôle Emploi entre 2007 et 2010. Comme elle le précise, les inscrits à Pôle Emploi ne sont qu'une part des demandeurs d'emploi.

En 2010, chaque mois, 10% des inscrits ont quitté les listes de Pôle Emploi, contre 12,5% en 2007.

Désinscrits avec emploi...
Contrairement au story-telling sarkozyen, la DARES confirme que la crise de l'emploi a commencé AVANT la crise boursière puis financière de septembre 2008: elle a commencé dès mars 2008. « La baisse a été plus particulièrement marquée entre mars 2008 et mars 2009, en lien avec la dégradation de la conjoncture économique ».

La DARES confirme également que la reprise de l'emploi n'a jamais eu lieu: le taux de sortie pour reprise d'emploi n'a jamais progressé depuis l'élection de Sarkozy. Au contraire, moins de la moitié des sorties mensuelles le sont pour reprise d'emploi (4,6% en 2010), contre 6,5% en 2007. En décembre 2010, ce taux de sortie pour reprise d'emploi était même de 4,2%, l'un « des taux les plus bas observés depuis le début de la disponibilité des données, en juin 2002 ».

Un peu moins d'un tiers de ces sorties concernaient des CDI. L'intérim s'est effondré dès mars. Et les contrats aidés, s'ils ont augmenté, représentent une part marginale de ces reprises d'emploi : après un pic à 12% de ces sorties en 2009, ils sont retombés à 9% l'année suivante. C'est l'effet direct de la baisse des crédits consacrés à l'emploi.

Pôle Emploi n'a assuré que 14% des recrutements des sortants en 2010, contre 29% pour ... les relations professionnelles et personnelles et 23% via des petites annonces hors Pôle Emploi.

Enfin, un tiers des désinscrits ayant retrouvé un emploi ... cherchent encore un emploi. Et pourquoi ? A cause « d’une insatisfaction relative au contrat de travail (23 %), à la durée de contrat (23 %), au salaire (12 %) ou au temps de travail (10 %) ».
... ou sans travail
Plus d'un chômeur sur deux est sorti des listes de Pôle Emploi sans avoir recouvré un travail.

Ces désinscrits sans emploi se décomposent comme suit.

47% ont été sortis « involontairement » des listes de Pôle Emploi. La DARES précise les cas:

* 31% pour défaut d’actualisation suivi d’une réinscription
* 12% suite au « non renouvellement accidentel » de leur demande (problème de carte de séjour, de téléactualisation...)
* 4% suite à une radiation administrative

38% de ces sans-emplois sont sortis « volontairement » des listes de Pôle Emploi:

* 19% sont partis en formation
* 15% ont interrompu leur inscription pour cause de maladie, de vacances, ou de congés maternité ou parentaux.
* 3% sont partis à la retraite, ou en en dispense de recherche d’emploi.

Enfin, la DARES précise que 6% supplémentaires « n’ont simplement pas souhaité renouveler leur inscription sur les listes de Pôle emploi, (par exemple parce qu'ils n'étaient plus indemnisés) » et que 9% se sont désinscrits pour un « autre motif » tels un déménagement ou un emprisonnement (sic!).

La France précaire
Cette étude fournit également quelques éléments d'analyse sur la France précaire.

Les plus de 50 ans: leur taux de sortie pour reprise d'emploi, déjà très faible avant la crise (3,5%), s'est affaissé à 2,4% en 4 ans. Cette évolution est à rapprocher des grands discours sur l'inévitable amélioration de l'emploi des séniors.

Les régions industrielles: Limousin, Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute-Normandie affichent les taux mensuels de sortie pour reprise d’emploi les plus faibles, inférieurs à 4,0 % en moyenne.

Les professions non qualifiées: le taux de sortie pour reprise d'emploi a été dégradés de 30% en 4 ans, pour tomber à 3,9% (manoeuvres) ou 4,7% (ouvriers); quand celui des cadres restait au-dessus des 5%. « La baisse des taux de sortie conjuguée à l’afflux de nouveaux inscrits sur les listes de Pôle emploi explique la forte hausse du nombre de deman- deurs d’emploi ouvriers: +24,9 % entre 2007 et 2010 contre +5,9 % sur la même période pour les cadres. »
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 60404
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2609




par Christophe » 07/08/13, 14:52

Ce n'est que maintenant que l'économie réelle est vraiment touchée!

Exemple avec les ordinateurs: http://pro.clubic.com/actualite-e-busin ... rance.html

Hé oui on ne renouvelle plus aussi rapidement son matos qu'avant...c'est peut être tant mieux pour la planète...

Alors quand est ce que les gouvernements réagiront et prendrons des mesures fortes pour relancer l'économie? Qu'ils prennent exemple sur la relance économique de l'Argentine ! Or c'est l'inverse qui se passe actuellement...bande de biiiiIIIp...

Inexorablement, les livraisons d'ordinateurs - fixes, portables, grands public ou professionnels - chutent. En France, le déclin mesuré par Gartner au deuxième trimestre 2013 a atteint 19%.

À une vitesse deux fois plus importante qu'au niveau mondial, le marché du PC français a aussi plongé au deuxième trimestre 2013. Selon les derniers chiffres du cabinet Gartner, les ventes d'ordinateurs dans l'Hexagone ont chuté de 19% comparé à la même période il y a un an. Au total, 2 millions d'unités ont été livrées, contre 2,7 millions en juin 2012.

« Pour la quatrième consécutif, le marché français affiche un important déclin et se place même parmi les plus faibles taux de croissance dans les trois principaux pays d'Europe de l'Ouest », commente l'institut. « Le remplacement toujours plus fréquent des ordinateurs portables par les tablettes est l'un des facteurs expliquant ces mauvais résultats », explique Isabelle Durand, analyste au sein du cabinet.

L'autre cause avancée est plutôt saisonnière. Intel, qui équipe neuf PC sur dix dans le monde avec ses processeurs, est en train de migrer vers la microarchitecture Haswell. En conséquence, les distributeurs réduisent leurs stocks afin d'accueillir les prochains ordinateurs équipés des nouveaux processeurs.

Au deuxième trimestre, les ordinateurs portables ont représentés près de deux tiers des ventes en France. Avec 1,3 million d'unités livrées environ, ce segment n'a pas été épargné, il a reculé de 21% sur un an. Dans cet ensemble Gartner observe que les Ultrabook, popularisés par Intel, sont les seuls à avoir progressé. L'institut ne précise pas leur taux de croissance, mais indique qu'ils pèsent 13% des portables.

(...)
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6644
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 602




par sen-no-sen » 11/08/13, 14:13

Christophe a écrit :
Alors quand est ce que les gouvernements réagiront et prendrons des mesures fortes pour relancer l'économie?


Au niveau mondiale la solutions n'est pas dans la relance ,qui est déjà largement surévalué,mais dans la réorganisation économique.

les cycles de relance puis de ralentissements de l'activité économique sont clairement lié au concept de libéralisme:Pour maximiser le flux des échanges commerciaux(et des profits!), les politiciens(lire: économistes) ouvrent tout grand les frontières.

Hors à l'instar d'une flux physique (eau par exemple),lorsque le diamètre du conduit est trop grand(frontières),il se produit des turbulences à l'intérieur de celui ci, entrainant de facto des ralentissements,s'ensuit alors un phénomènes d’accélération et de ralentissement particulièrement instable....

C'est exactement cela qui se produit avec le modèle libérale:accélération,puis ralentissement,le tout étant très instable et menant à une issus chaotique...(chômage,famines,guerre...)

La solution est donc quelque chose comme cela:protectionnisme,décroissance économique et retour au réel!
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 19765
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 8461




par Did67 » 11/08/13, 16:05

Christophe a écrit :
Hé oui on ne renouvelle plus aussi rapidement son matos qu'avant...c'est peut être tant mieux pour la planète...

Alors quand est ce que les gouvernements réagiront et prendrons des mesures fortes pour relancer l'économie?



Pourquoi tu veux changer d'ordinateur s'il marche ?

La "crise", chez nous, ce n'est pas encore la "décroissance" ! [Moscovici vient d'annoncer une croissance entre +0,1 % et - 0,1 % pour la France, en 2013]

Les dégâts sociaux, les tensions sur certains services essentiels (énergie, SAMU...), c'est autre chose : c'est un modèle de gestion / répartition de la richesse produite qui est en faillite. Une société en crise, oui. C'est l'absence de consensus autour d'un projet sur ce que "bien vivre" veut dire...

As-tu remarque que les footballeurs ne se sont jamais vendus aussi chers !!! (en France)... Pourquoi ??? Parce que face au vide sidéral de bien des existences, à travers les produits dérivés, ils font rêver ceux qui n'ont plus d'autres rêves, et gagner des fortunes à leurs propriétaires. Quel plus bel exemple sur le non-sens de cette "économie" ! [je suis quelqu'un !! j'existe !! car je porte le maillot griffé de mon idôle qui est quelqu'un vu qu'il gagne une fortune, couche avec un mannequin, roule en Porsche... ; maillot produit pour 1 euro au Bengladesh et vendu 100 à Paris]. Je suis pessimiste sur l'avenir de ce monde là. Il va dans le mur. Et il accélère (sa bêtise !). Tu m'étonnes que cela va faire mal.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Economie et finance, durabilité, croissance, PIB, fiscalités écologiques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités