Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?

Le chauffage, l'isolation, la ventilation, les VMC, le refroidissement...bref le confort thermique. Isolation, bois énergie, pompe à chaleur mais aussi électricité, gaz ou mazout, VMC...Aide au choix et à la réalisation, solution de problèmes, optimisations, conseils et astuces...
Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2323
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 252

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par Forhorse » 21/01/23, 19:33

Je suis technicien de maintenance, les "emmerdes" avec une chaudière ça ne me fait pas peur.
Mais initialement c'est pas tellement la question en faite.
1 x

Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 74256
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 8791

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par Christophe » 21/01/23, 19:44

T'as pas pensé aux bûches encapsulées de BRF ? :mrgreen:

:arrow: dechets-et-recyclage/presse-a-buches-de-papier-sciure-t17058.html
0 x
Faire une recherche d'images ou une recherche textuelle - Netiquette du forum - Soutenir le forum en faisant du Shopping utile
phil59
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1745
Inscription : 09/02/20, 10:42
x 331

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par phil59 » 21/01/23, 19:55

Hier, aux infos, les pompiers disaient qu'ils intervenaient beaucoup sur les "pellets" fait maison, etc ....
0 x
hmmmmm, hummmmmmmmmmmmmm, hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhmmmmmmmmm, hein, hummmmmmmmmmmmmm.

:oops: :cry: :( :shock:
dede2002
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1106
Inscription : 10/10/13, 16:30
Localisation : Genève campagne
x 187

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par dede2002 » 22/01/23, 16:46

Ahmed a écrit :Il existe une différence entre du BRF et de la plaquette forestière: le premier est issus exclusivement de branchages frais de moins de 7 cm de diamètre, alors que la plaquette (dont le calibre n'est pas fixé et dépend des caractéristiques des équipements de chauffage alimentés), c'est plutôt des bois de rebut assez gros. Ce dernier point pour une raison assez simple à comprendre: c'est avec du gros que ça "crache", avec des brindilles, tu uses le soleil et ce n'est envisageable que ponctuellement pour débarrasser. Le séchage des plaquettes se fait en tas, soit sous hangar, soit sous bâche respirante et ce sont les bactéries qui se chargent (en 3 semaines environ) du job, moyennant un peu de carbone. C'est un processus très bon marché et malgré tout entièrement automatique, car dès que l'humidité n'est plus suffisante, l'activité des bactéries s'arrête.
Si tu as besoin de conseils pour un broyeur, j'ai quelques idées sur le sujet...


Une autre différence du BRF est qu'il s'agit de bourgeons pleins de vie et d'azote, qui vont mieux fertiliser la terre que du bois sec.
Broyer et faire des plaquettes (ou des bûches compressées) est probablement mieux que de brûler sur place pour chauffer les oiseaux...

Chez moi, je fais des tas (le long de la haie) avec les tailles de haies, ça augmente petit à petit la hauteur du terrain, et en grattant au dessous j'ai du bon terreau :wink:
2 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11274
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1955

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par Ahmed » 22/01/23, 17:06

Bien entendu, Dede2002, mais je me plaçais du point de vue du calibre et non des qualités intrinsèques et donc des usages possibles et préférentiels. J'avais eu l'occasion de rejeter l'usage thermique du BRF en incorporation éventuelle dans les briques de papier/carton dans le fil dédié.

J'en profite pour préciser mon message ci-dessus: si l'on observe une diminution de volume apparent dans le broyage de rémanents fins (jusqu'à un facteur de 10), le broyage de gros bois, outre qu'il est plus productif, s'accompagne du phénomène inverse: le volume apparent augmente, puisque des vides sont créés dans des bois initialement plus massifs.
Le recours à des bois les plus gros possibles découle d'une recherche de productivité et nécessite de ce fait l'usage d'une grue d'alimentation. Ceci s'observe chez les professionnels ou les entreprises prestataires de service. Lorsque ceux-ci existent localement, il est intéressant de recourir à leurs services, ce qui évite l'investissement personnel. Dans le cas contraire, le bon compromis se situe autour de 15 à 20 cm de diamètre de capacité de broyage. Au-delà de cette fourchette, le prix du broyeur ainsi que la pénibilité de la manutention manuelle deviennent prohibitifs. La puissance du tracteur importe également, mais dans une moindre mesure du fait de la souplesse procurée par la séquentialité de l'avancement.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2323
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 252

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par Forhorse » 22/01/23, 20:40

Ouais donc, si je lis entre les lignes, c'est pas une bonne idée (mais je m'en doutais un peu)
je laisse tomber l'idée du broyeur.
0 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8239
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 1493

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par sicetaitsimple » 22/01/23, 21:04

Forhorse a écrit :Ouais donc, si je lis entre les lignes, c'est pas une bonne idée (mais je m'en doutais un peu)

Je lis les commentaires différemment. Personne n'a dit que c'était une mauvaise idée (un peu moi...), surtout dans ton cas qui semble pouvoir disposer de pas mal de ressources bois et en plus est capable de gérer des "machins" parfois un peu complexes en termes de fonctionnement (ce qui m'exonère de mon commentaire sur la complexité des systèmes à plaquettes).
Maintenant, il est vrai que c'est un choix qui impose des investissements initiaux assez lourds ne pouvant être rentabilisés que dans la durée, avec un investissement personnel en temps passé annuellement certainement non négligeable.
Je suis mal placé pour te donner un conseil avisé avec ma chaudière gaz....
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 11274
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1955

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par Ahmed » 23/01/23, 18:47

L'idée peut être bonne ou mauvaise selon l'importance de l'investissement (qui dépend du choix opéré) rapporté aux avantages éventuels procurés par son usage, toutes choses dont je ne peux être juge...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2323
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 252

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par Forhorse » 24/01/23, 20:43

Ben à la grosse louche ça fait entre 20 et 30k€ d’investissement au total... ça fait quand même quelques stères de bois buche !
0 x
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 74256
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 8791

Re: Chaudière à plaquette, l'autonomie envisageable ?




par Christophe » 25/01/23, 10:14

Oui un paquet de stères ! Et un paquet de travail et d'emmerdes potentielles en plus...par rapport au bûches...

C'est peut être pour cette raison que la plaquette est destinée, quasi exclusivement, aux chaudières collectives (mutualisation des emmerdes) ou industrielles (valorisation directe de la ressource)
0 x
Faire une recherche d'images ou une recherche textuelle - Netiquette du forum - Soutenir le forum en faisant du Shopping utile


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Chauffage, isolation, ventilation, VMC, refroidissement... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Mob et 237 invités