EcoBilan global ADEME de la voiture électrique VS thermique

Voitures, bus, vélos, avions électrique: tous les moyens de transport électriques qui existent. Conversion, moteurs et propulsions électriques pour les transports...
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 59287
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2362

EcoBilan global ADEME de la voiture électrique VS thermique




par Christophe » 20/06/14, 11:27

L'ADEME a publié en novembre 2013 un ecobilan comparatif global de la voiture électrique vs motorisations essences et diesel...qui rejoint les longues discussions que nous avons eu sur ce forum il y a déjà quelques temps.

Voir les pages: transports-electriques/bilan-environnemental-voiture-electrique-t4471.html

https://www.econologie.com/voiture-elec ... omparatif/

transports-electriques/voiture-electrique-limites-physiques-et-bilan-global-t6294.html

transports-electriques/voiture-electrique-et-thermique-bilans-puits-a-la-roue-t10080.html

Résumé en .pdf : https://www.econologie.com/fichiers/par ... Y3eUpj.pdf

Rapport intégral en .pdf : https://www.econologie.com/fichiers/par ... OeCshO.pdf



Analyse du cycle de vie comparative véhicule électrique - véhicule thermique

Élaboration selon les principes des ACV des bilans énergétiques, des émissions de gaz à effet de serre et des autres impacts environnementaux induits par l'ensemble des filières de véhicules électriques et de véhicules thermiques, VP de segment B (citadine polyvalente) et VUL à l'horizon 2012 et 2020


Résumé :

Face aux défis globaux tels que le changement climatique ou la dépendance énergétique, mais aussi aux défis locaux tels que l’amélioration de la qualité de l’air en ville, le véhicule
électrique peut présenter un réel intérêt. Des constructeurs automobiles mondiaux commencent à mettre en œuvre cette nouvelle solution de mobilité et les gouvernements proposent des dispositifs d’incitations relatifs au développement de la filière.

Dans ce contexte, l’ADEME a commandé une étude pour établir une comparaison des bilans environnementaux des véhicules électriques et des véhicules thermiques essence et diesel.

L’étude réalisée est une analyse de cycle de vie classique, complétée par une mise en perspective des résultats sur deux sujets clés : les nuisances locales et les matières critiques.
Les données primaires ont notamment été collectées auprès d’un Comité Technique regroupant les différentes parties prenantes de la mobilité électrique. Ce comité est composé
d’une trentaine de membres qui apportent leur expertise, fournissent les données nécessaires à la modélisation et valident les hypothèses proposées. Les résultats obtenus
sont analysés suivant différents scénario afin de qualifier leurs plages de variabilités. Enfin, pour rendre compte des perspectives d’évolution technologique, deux horizons temporels
sont considérés : 2012 et 2020.


Et l'analyse des amis de la terre: http://www.amisdelaterre.org/L-ADEME-di ... e-sur.html

(...)

Un véhicule électrique et un diesel consomment au total autant d’énergie primaire l’un que l’autre (un peu plus pour une voiture à essence) : ainsi, pas d’économie d’énergie à attendre de la voiture électrique. La fabrication du véhicule représente 20 % du total dans le cas du diesel, et 37 % pour l’électrique.

Et l’impact sur le climat ? Tout dépend de la source d’électricité

Avec l’électricité allemande, issue à plus de 40 % du charbon, un véhicule électrique émet à peu près autant de CO2 qu’un véhicule diesel sur 100 000 km, ou 10 % de moins s’il roule 150 000km, en admettant qu’il n’y ait pas besoin de changer de batterie entre-temps (ce qui reste douteux).

Le bilan est un peu meilleur pour le véhicule électrique dans d’autres pays d’Europe, vu la nature de leur électricité. Mais pour trouver une vraie différence, il faut venir en France. Avec 76,5 % d’électricité nucléaire en 2012 (74 % en 2020, selon le scénario de l’ADEME), le véhicule électrique émettra 55 % de CO2 en moins sur 150 000 km. Le véhicule électrique ne vaut donc que par le nucléaire. Mais pourquoi pas les énergies renouvelables ? Parce qu’il est déjà très difficile de remplacer l’électricité existante par des renouvelables, comme le montre l’exemple allemand, sans avoir en sus de nouveaux usages à couvrir.

Pour les Amis de la Terre, la voiture électrique appuyée sur le nucléaire n’est pas une solution acceptable. Les risques du nucléaire, le problème de ses déchets, l’impact sur les pays producteurs d’uranium sont absents de l’étude de l’ADEME.

De plus, la "solution de mobilité" offerte par le véhicule électrique ne tient pas la route. Selon le scénario de base de l’ADEME, une voiture électrique est un véhicule urbain (compte tenu de l’autonomie limitée des batteries), qui roule 150 000 km en 10 ans de vie, soit 40 km par jour parcourus en voiture en ville. Ce n’est pas un usage efficace et cela relève en soi du gaspillage. La vraie solution existe : les transports en commun et les circulations actives.

D’un côté, il doit y avoir des véhicules partagés, auxquels chacun peut recourir de façon épisodique quand une voiture est vraiment utile : taxis, autopartage. Pour un usage urbain quotidien, les transports en commun et le vélo sont la seule solution soutenable. Ils permettent, sans innovation technologique majeure, sans prise de risque sur l’environnement et la santé, de réduire les impacts de nos déplacements d’un facteur 4 dans les délais rapides exigés par la transition écologique.

> JEAN-FRANÇOIS PATINGRE
0 x

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12418
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 940

Re: EcoBilan global ADEME de la voiture électrique VS thermique




par janic » 14/10/16, 08:26

cet engouement pour le véhicule électrique pour, soi disant, éviter le réchauffement climatique n'est qu'une illusion


Un véhicule électrique et un diesel consomment au total autant d’énergie primaire l’un que l’autre (un peu plus pour une voiture à essence) : ainsi, pas d’économie d’énergie à attendre de la voiture électrique. La fabrication du véhicule représente 20 % du total dans le cas du diesel, et 37 % pour l’électrique.

Et l’impact sur le climat ? Tout dépend de la source d’électricité

Avec l’électricité allemande, issue à plus de 40 % du charbon, un véhicule électrique émet à peu près autant de CO2 qu’un véhicule diesel sur 100 000 km, ou 10 % de moins s’il roule 150 000km, en admettant qu’il n’y ait pas besoin de changer de batterie entre-temps (ce qui reste douteux).

Le bilan est un peu meilleur pour le véhicule électrique dans d’autres pays d’Europe, vu la nature de leur électricité. Mais pour trouver une vraie différence, il faut venir en France. Avec 76,5 % d’électricité nucléaire en 2012 (74 % en 2020, selon le scénario de l’ADEME), le véhicule électrique émettra 55 % de CO2 en moins sur 150 000 km. Le véhicule électrique ne vaut donc que par le nucléaire. Mais pourquoi pas les énergies renouvelables ? Parce qu’il est déjà très difficile de remplacer l’électricité existante par des renouvelables, comme le montre l’exemple allemand, sans avoir en sus de nouveaux usages à couvrir.

Pour les Amis de la Terre, la voiture électrique appuyée sur le nucléaire n’est pas une solution acceptable. Les risques du nucléaire, le problème de ses déchets, l’impact sur les pays producteurs d’uranium sont absents de l’étude de l’ADEME.

De plus, la "solution de mobilité" offerte par le véhicule électrique ne tient pas la route. Selon le scénario de base de l’ADEME, une voiture électrique est un véhicule urbain (compte tenu de l’autonomie limitée des batteries), qui roule 150 000 km en 10 ans de vie, soit 40 km par jour parcourus en voiture en ville. Ce n’est pas un usage efficace et cela relève en soi du gaspillage. La vraie solution existe : les transports en commun et les circulations actives.

D’un côté, il doit y avoir des véhicules partagés, auxquels chacun peut recourir de façon épisodique quand une voiture est vraiment utile : taxis, autopartage. Pour un usage urbain quotidien, les transports en commun et le vélo sont la seule solution soutenable. Ils permettent, sans innovation technologique majeure, sans prise de risque sur l’environnement et la santé, de réduire les impacts de nos déplacements d’un facteur 4 dans les délais rapides exigés par la transition écologique.

> JEAN-FRANÇOIS PATINGRE


D'un coté on nous bassine avec les économies d'énergies avec les lampes, par exemple, et de l'autre c'est la gabegie avec ce futur automobile tout électrique. Y sont tous fous ces romains...pardon, ces constructeurs!
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7770
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 623
Contact :

Re: EcoBilan global ADEME de la voiture électrique VS thermique




par izentrop » 14/10/16, 09:34

janic a écrit :Y sont tous fous ces romains...pardon, ces constructeurs!
réalistes !
Pour rétablir l'équilibre climatique, le tout électrique est la solution d'avenir, à condition d'assurer les besoins avec les ENR "propres", en excluant les sources thermiques : fossiles, biomasse et nucléaire.

Reste pas mal de boulot, mais pour le moment, les décideurs semblent prendre les chemins de traverse.
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12418
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 940

Re: EcoBilan global ADEME de la voiture électrique VS thermique




par janic » 14/10/16, 11:20

réalistes !
utopistes plutôt, comme l'utopie du tout énergies fossiles
Pour rétablir l'équilibre climatique, le tout électrique est la solution d'avenir, à condition d'assurer les besoins avec les ENR "propres", en excluant les sources thermiques : fossiles, biomasse et nucléaire.

Evidemment non, car, sur le plan énergétique la production électrique est extrêmement polluante aussi. Or, pour notre pays, le véhicule électrique pouvait se concevoir comme une solution, non pas à la pollution globale, mais à celle des grands centres urbains, car cette pollution thermique génère de nombreuses pathologies qu'il faut soigner et donc ajouter au coût de la production d'énergie.
Mais hors des grands centres urbains, où cet excès de CO2 n'est plus absorbé par de la végétation, l'électrique(qui pour l'instant est essentiellement d'ordre nucléaire et ce n'est pas près de s'arrêter, au coût sous estimé en terme de dépollution et de démembrement, avec en plus l'épée de Damoclès qu'une centrale fuite ou pête et là ça coute la peau des fesses) ce n'est pas l'arrêt de l'énergie fossile qui importe mais l'excès d'utilisation et de vitesse.
Reste pas mal de boulot, mais pour le moment, les décideurs semblent prendre les chemins de traverse.
Les décideurs, comme pour tout autre domaine industriel, laissent venir pour suivre (et non précéder) les constructeurs.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré


Revenir vers « Transports électriques: voitures, vélos, transports collectifs, avions... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 18 invités