La chimiothérapie du cancer est elle utile?

Débats scientifiques généraux. Présentations de nouvelles technologies (hors directement liées aux énergies renouvelables ou biocarburants ou autres thématiques développées dans les autres sous forums).
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14270
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1293




par janic » 17/02/14, 09:17

cuicui bonjour
C'est étonnant : tu critique chaque proposition car elle te parait insuffisante, mais tu proposes rarement des solutions pour l'améliorer.

Ce n’est pas vraiment ça. Si tu relis l’ensemble de mes interventions tu y liras que QUELLE QUE SOIT LA SITUATION DU MALADE, il ne lui sera proposé qu’une seule alternative, puisque le corps médical ignore ou veut ignorer toute autre possibilité.
Donc, dans le cadre rassurant (sic) de la médecine « officielle », le patient n’a pas de choix : C’est le premier point !
Alors soit ce que je dis est la réalité, et donc comment une personne atteinte de cette pathologie pourrait-elle dire : « je veux être soignée par….le corossol ou le jus de betterave ou 6.000 jus de fruits comme évoqués. »? Les toubibs concernés n’avoueront pas leur ignorance, mais diront que cet insuffisant, que le cancer ne peut pas se soigner par des moyens aussi simples, sinon pourquoi tant de chercheurs s’escriment-ils dans la recherche et si c’était vrai, ça se saurait, etc… C’est, entre autres, ce discours qui est tenu vis-à-vis de l’homéopathie considérée comme incompétente pour ce genre de pathologie (ce qui souligne leur ignorance ou leur non vouloir savoir une fois de plus).
Ca c’est pour le coté médical.
L’autre aspect, c’est l’ignorance de toutes les autres formes d’action par le malade lui-même qui ne peut dire : « tiens je vais prendre telle poudre de perlinpinpin et , hop, disparu le cancer ! » (c’est un peu le cas des cures genre betterave, alors que ce produit comme le corossol ont des vertus guérissantes pour des tas de pathologies mais qui pour autant ne suffisent généralement pas seules)
Donc là encore, mais aussi et surtout, le malade se retrouve seul face à sa maladie, sans certitude (puisque de l’autre coté il y a une intense pression dissuasive) de l’efficacité de cette poudre de perlinpinpin : C’est le second point !
Enfin, ce que j’ai abondamment souligné, le cancer n’est pas une maladie au sens habituel de microbes ou virus, mais le résultat d’un ensemble de facteurs qui se cumulent et qui déséquilibrent le fameux terrain de Claude Bernard, et des homéopathes, et qui favorise alors l’éclosion et le développement de cette pathologie.
Or aucun des moyens proposés par l’oncologie actuelle n’en tient compte. La chimio est fortement alcalinisante et oxydante et donc favorise au contraire le développement de cette pathologie d’où les multiples rechutes et décès. On ne retient pas quelqu’un qui tombe en le poussant !
Donc pour résumer : ignorance des toubibs, plus ignorance des patients, ne peuvent que rendre plus crédible le système actuel et donc le non choix des uns comme des autres.
Question : en cas d'invasion brutale de métastases du cancer du colon, critiquer la chimio suffit-il pour résoudre le problème ?

Dans le système actuel : non ! Mais ils n'ont rien d'autre à proposer!
Il faut sortir du système, comme l’a fait cette ostéopathe (et il faut un sacré courage pour oser le faire ou se dire que mort pour mort, étant donné le niveau atteint, il n’y a guère de risque supplémentaire à essayer autre chose : ce qui est généralement le cas !) Les gens ne commencent donc pas par une médecine alternative, mais terminent par celle-ci en désespoir de cause. (re exemple caractéristique de DSS et d’autres témoignages quasiment inconnus du grand public)
Alors que c’est l’inverse qu’il faudrait faire : commencer par une médecine douce comme les mesures que préconise DSS par exemple ou Gernez entre autres qui ont la particularité d’être des facteurs défavorables non seulement pour un hypothétique futur cancer, mais sont aussi actifs pour un cancer existant, mais qui ne suffissent pas seules car étant généralement considérés comme une thérapeutique ponctuelle, ciblée, sur une maladie, ce qui permettra de l’abandonner dès que la pathologie aura été réduite . (c’est ce qui arrive la plupart du temps à quelques exceptions près)
Donc pour revenir à ta question : quand la voiture s’est écrasée contre l’arbre, critiquer les pompiers avec leur écarteur de tôle suffit-il pour résoudre le problême. Non, c’est un moyen choisi pour sauver l’accidenté et c’est ainsi que raisonne la médecine actuelle. (je rappelle que tu parles de métastases, qui se développent souvent après une intervention, donc avec un véhicule, humain, déjà en mauvais état de conduite, ce qui n’a rien à voir avec les premiers signes d’apparition d’un cancer où la pathologie peut être réduite facilement en naturopathie.)
De même qu’on attend pas que la tôle d'une voiture soit rouillée et percée pour intervenir et la protéger.
Alors, les méthodes alternatives, auraient-elles quelques chances de succès ? Impossible à dire puisque cela dépend de nombreux paramètres dont la vitalité du malade (qui compte plus que la gravité apparente de la pathologie) ou pour reprendre une comparaison: même avec un véhicule en bon état si la batterie est déchargée la voiture restera « morte » au bord du trottoir.
Inspires toi de cet exemple que je cite, toujours, dans mon livre et qui est du vécu, pas de la théorie:
Voici en deux mots et demi son histoire, celle d'un père que j'ai rencontré:
Sa petite fille était atteinte d'une leucémie. Après maints traitements, elle leur fut rendue afin de passer ses derniers instants au sein de sa famille ; c'est dire la gravité de son état. Comme tous les parents ceux-ci ne se résolurent pas à accepter l'inéluctable et battirent du tambour pour éviter cette issue fatale. On leur donna le nom d'une naturopathe (vous savez les charlatans !) qui, vu l'état de l'enfant, ne promit pas de résultat, mais seulement de faire de son mieux. Et contre toute attente, la santé de l'enfant s'améliora doucement. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Les services sociaux vinrent visiter la famille pour s'enquérir de la santé de l'enfant (ou pour présenter leurs condoléances ?). Constatant l'amélioration de son état, ils voulurent recommencer le traitement et les parents durent laisser leur enfant à ceux qui, précédemment, s'en étaient débarrassés. Retraitement, rechute, re-retour vers le foyer familial. Retour vers la naturopathe qui réitère ses réserves: Re-amélioration de l'état de l'enfant. L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais il est des coupes qu'il faut boire jusqu'à la lie. De nouveau revisite des services sociaux qui constatant l'amélioration de l'enfant reprirent leurs oeuvres, là où ils les avaient interrompues, malgré les protestations des parents. L’enfant n’a pas pu supporter cette troisième agression et en est morte

Je pourrais citer d’autres cas de ce genre, mais à quoi bon !
Si, celui-là est intéressant aussi
Le 30 novembre 2004, la BBC Two, a diffusé un documentaire appelé « Guinéa Pig Kids » (Enfants cobayes) sur le SIDA
Jamie Doran, reporter à BBC Two, a interviewé de nombreux parents et proches et a réussi à obtenir quelques dossiers médicaux qui prouvent sans équivoque la participation active des enfants à ces essais.

Un peu plus tôt l’article disait p.24
Fondé en 1987 pour recueillir des enfants pauvres issus de mères toxicomanes, il (l’ICC) est devenu, en 1992, un centre d’expériences sur des orphelins séropositifs au VIH. Il est indirectement sponsorisé par l’Institut National de la Santé et par des compagnies pharmaceutiques
Jusque là rien d’anormal, ne s’agit-il pas d’aider des enfants atteints de cette sale maladie à s’en sortir. Sauf que l’enquête à débouché sur quelque chose de moins noble.
Cette infirmière (Jacklyn Hoerger) a travaillé pour l’ICC au début des années 90. En 1996, elle s’est engagée dans un processus d’adoption de deux enfants séropositifs…elle leur administra les posologies prescrites « à la lettre » pendant environ un an et fut amenée à constater la dégradation de l’état de santé des deux fillettes. C’est alors qu’elle décida d’effectuer des recherches sur les drogues anti-rétrovirales et de consulter de nombreux spécialistes, puis forte de ces renseignements, elle a commis le crime impardonnable de retirer les drogues aux enfants, ce qui a immédiatement amélioré leur santé et a transformer leur angoisse en joie de vivre…Le centre d’aide à l’enfance retira les enfants à leur mère adoptive et les renvoya dans un home d’accueil.
Et plus loin
Mona Newberg, enseignante dans les écoles publiques de New York, titulaire d’une maîtrise d’éducation …a réussi de soustraire Sean à l’ICC. Il avait trois ans et prenait de l’AZT depuis l’age de 5 mois. Depuis 2 ans il était nourri grâce à un tube relié à son estomac…l’enfant était toujours fiévreux, souvent comateux et ne pouvait rester debout plus de 10 minutes. C’est alors que Mona décida de supprimer toutes les drogues. En deux mois, Sean récupéra des forces, put jouer avec d’autres enfants et reprit de l’appétit. Mona le faisait suivre par un naturopathe. Des représentants de l’ACC l’obligèrent à consulter le Dr Howard à l’hôpital Beth Israël. Ce dernier ordonna alors que l’enfant soit soigné par un nouveau « médicament miracle » La Nevirapine. La santé de Sean se détériora rapidement …au point qu’il fut hospitalisé 6 mois plus tard. Lorsque Mona put enfin le ramener à la maison, elle arrêta toute prise médicament. A nouveau le santé de l’enfant s’améliora…
Alors que Mona venait de récupérer Sean, les médecins ont décidé de mettre sa fille Dana sous drogues, bien qu’elle ne manifestât aucun signe de maladie…Depuis son adoption, elle ne prenait pas de médicaments, n’était jamais malade…deux mois plus tard l’enfant avait mal au dos et à la tête, au point qu’il fallut l’emmener au service d’urgence de Beth Israel…L’ACS retira Dana de la garde de sa mère et la confia à l’ICC. En novembre 2004, Dana, alors âgée de 16 ans est toujours cloîtrée au centre. Depuis son enfance Sean est sous drogues anti-sida. Il a 13 ans pèse 22 kg et mesure à peine plus d’un mètre vingt. Le film a permis de découvrir que ce centre n’est pas le seul qui fonctionne de cette manière.
Les journaux anglais ont largement couvert l’information, mais en France les médias ne se sont pas attardés sur ces horreurs…
L’AZT fut donné aux « sidéens » parce que des stocks inutilisés de ce produit ne trouvaient pas usage et il fut donc « essayé » sur cette pathologie, ne connaissant pas quels moyens autres à utiliser. Difficile de dire à des malades « On n’a rien pour vous ! »
C'est la même chose pour la chimio: que faire d'autre (pour cette médecine) malgré les mises en garde de certains médecins de renom? C'est le dilemme où, pour améliorer 2% de pathologies (et donc tant mieux pour ces 2%), on détruit 98% de celles-ci.
0 x

Avatar de l’utilisateur
gildas
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 713
Inscription : 05/03/10, 23:59
x 101




par gildas » 17/02/14, 10:19

Bonjour,
janic a écrit :cuicui bonjour
C'est étonnant : tu critique chaque proposition car elle te parait insuffisante, mais tu proposes rarement des solutions pour l'améliorer.

Ce n’est pas vraiment ça. Si tu relis l’ensemble de mes interventions tu y liras que QUELLE QUE SOIT LA SITUATION DU MALADE, il ne lui sera proposé qu’une seule alternative, puisque le corps médical ignore ou veut ignorer toute autre possibilité.
Donc, dans le cadre rassurant (sic) de la médecine « officielle », le patient n’a pas de choix : C’est le premier point !

Dans certain cas,il peut aussi choisir le vaccin thérapeutique il me semble...
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6715
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 645




par sen-no-sen » 17/02/14, 13:18

janic a écrit : Donc, dans le cadre rassurant (sic) de la médecine « officielle », le patient n’a pas de choix : C’est le premier point !


Plutôt que de tergiverser sur le cancer qui est une pathologie très grave,il faudrait pouvoir tester les alternatives sur des cas plus bénins tels que le rhume,la rhinopharyngite ,les bronchites,sinusites,grippes etc... et comparer les résultats de l'allopathie,de l’homéopathie,de la phytothérapie,des placebos etc...ainsi chacun sera vite fixer par ce qui marche...ou pas!
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14270
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1293




par janic » 17/02/14, 13:19

gildas bonjour
Dans certain cas,il peut aussi choisir le vaccin thérapeutique il me semble...
comme le Gardasil? Renseignes-toi sur les dégâts que cela occasionne chez les jeunes filles et je doute qu'en tant qu'homme tu aimerais que cela t'arrive.
Lis ce qu'en dit le cancérologue Belpomme par exemple.

Où bien ça?
http://www.pasteur.fr/fr/institut-paste ... ti-cancers
C'est juste un candidat qui aboutira à un échec comme à chaque fois. C'est l'inconvénient de la vision pasteurienne! Il y a quelques années c'était le BCG qui semblait réduire les cas de cancers et ça a fait un bide comme toutes les autres fois. Aux dernières nouvelles, c'est le vaccin contre la scarlatine qui est essayé avant que cela se dégonfle comme une autre baudruche.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Cuicui
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3547
Inscription : 26/04/05, 10:14
x 5




par Cuicui » 17/02/14, 20:07

janic a écrit : Si tu relis l’ensemble de mes interventions tu y liras que QUELLE QUE SOIT LA SITUATION DU MALADE, il ne lui sera proposé qu’une seule alternative, puisque le corps médical ignore ou veut ignorer toute autre possibilité.
Je n'ai toujours pas compris ce que tu proposes pour améliorer cette situation.
0 x

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14270
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1293




par janic » 18/02/14, 09:00

cuicui bonjour
janic a écrit:
Si tu relis l’ensemble de mes interventions tu y liras que QUELLE QUE SOIT LA SITUATION DU MALADE, il ne lui sera proposé qu’une seule alternative, puisque le corps médical ignore ou veut ignorer toute autre possibilité.

Je n'ai toujours pas compris ce que tu proposes pour améliorer cette situation.
Je pensais qu’après TOUTES mes interventions sur différents sujet, c’était clair !
Alors essayons de résumer :
1° s’attaquer aux causes, pas aux effets, d’où l’exemple de la baignoire où, si tu fermes le robinet, la baignoire ne déborde plus.
2°Réunir le maximum de facteurs « anti cancer » comme l’a tenté DSS (même s’il n’en a envisagé que quelques uns, c’est toujours ça !) où comme ceux qu’a cité Christophe. (c'est-à-dire ouvrir la bonde de la baignoire.) Ou, pour reprendre cette réflexion d'un chef de file d'un courant VG: "N'attendons pas d'être cancéreux pour changer notre façon de vivre, c'est ça la vrai sagesse. Après plus de 20 ans de pratique et d'observations étendues, nous n'avons JAMAIS constaté l'apparition de cancer, chez les VG à notre manière" p355 La méthode harmoniste. Ce qui, statistiquement, devrait être impossible... et pourtant!
3° et le plus difficile : changer les mentalités autant du corps médical que des malades. Et donc offrir de véritables alternatives autres qu’un tank dans un magasin de porcelaine. (ça viendra doucement sur quelques décennies comme pour l’homéopathie, mais en attendant cela fera quelques millions de morts et surtout de souffrances supplémentaires) ou encore, pour prendre une autre comparaison, c'est comme vouloir remplacer les centrales nucléaires par des énergies renouvelables, ce qui va là aussi durer quelques temps. Toujours par comparaison, c'est comme arriver à convaincre chacun que la cause du débordement, c’est le robinet qui coule et que chaque baignoire à une contenance maximum qu’il ne faut pas dépasser sous peine d’inondation.
4° ne pas se faire d’illusions non plus. Les méthodes douces sont comparables à l’AB mise en opposition avec l’agriculture intensive, ses produits chimiques et autres cochonneries. La production française n’est que de 3% et théoriquement ne peut nourrir de cette façon QUE 3% de la population ; les autres ont « le choix » de bouffer la merde industrielle. Ces méthodes douces c’est la même chose, cela ne concerne qu’une infime partie de la population ayant fait une prise de conscience suffisante POUR CHANGER COMPLETEMENT DE CHOIX DE VIE et donc pouvoir efficacement lutter contre ce crabe comme disait Hippocrate en son temps.
Les autres n’ont que « le choix » de ces systèmes agressifs et souvent pathogènes.
Pour l’anecdote j’ai noté ces réflexions datant de 1937 : « ainsi chacun meure de sa maladie de classe… » Largement vérifié aux EU par exemple. Ou cette autre : « Ainsi le cancer et la goutte ne sont pas des maladies d’ouvriers, mais le peuple y viendra, soyez en sûrs… » Çà aussi largement vérifié par nos chiffres effarants de cancers et donc de morts. Cette dernière réflexion montrant cette distinction perceptible, à cette époque, entre les différentes classes sociales, bien plus prononcées qu’actuellement où chacun est devenu un petit bourgeois…,avec ses maladies spécifiques.
PS: ce terme de choix me tracasssait car laissant entendre que le malade avait effectivement un choix et prenait une décison en connaissance de cause: option serait peut-être moins engageant, même si finalement ça ne change pas grand chose.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Cuicui
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3547
Inscription : 26/04/05, 10:14
x 5




par Cuicui » 18/02/14, 11:37

Bonjour Janic
Depuis le début de ce sujet, j'ai l'impression que tu enfonces, à pleines pages, des portes ouvertes.
Nous sommes tous au courant des effets secondaires impressionnants de la chimio, et du fait que le corps médical semble ne connaître que les traitements lourds profitables aux labos.
Nous sommes tous partisans des nombreux traitements alternatifs que j'ai essayé de lister, et qui sont utiles surtout sur le long terme, mais généralement de peu d'effets en cas de problème aigus, à moins que tu ne nous prouves le contraire.
Nous connaissons le rôle de notre mode de vie en ce qui concerne la genèse du cancer. Mais en attendant de pouvoir en changer, j'estime qu'il important de pouvoir utiliser tous les traitement susceptibles de nous garder en vie, et ne pas se contenter de les dénigrer.
0 x
Avatar de l’utilisateur
sherkanner
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 386
Inscription : 18/02/10, 15:47
Localisation : Autriche
x 1




par sherkanner » 18/02/14, 13:07

Bonjour les gens,

Bon, j'ai pas tout lu, trop long.

De ce que je lis ici et la, les mécanismes des cancers commencent a être de mieux en mieux compris.
Le principal étant que la majorité des cancers se servent du glucose sanguin pour se nourrir et proliférer. Les premiers liens entre consommation de sucre et cancer a été établie il y'a plus de 100 ans (il en vas de même pour l'obésité d'ailleurs, voire le traité de brillat-savarin nommé "Physiologie du goût").
Donc pour pouvoir limiter la prolifération du cancer, il suffirait de limiter sa consommation de sucre.
Est-ce que ca suffit pour stopper le cancer, voir le faire régresser? je n'irais pas jusque la, certains le pense, mais limiter la nourriture d'un cancer, ne peux pas être une mauvaise chose, surtout si le corps ne s'en sers pas comme ca source principale d'énergie.
Il y'a bien évidemment des anecdotes de personnes ayant mis leur cancer en rémission juste a l'aide d'un changement d'habitude alimentaire.

Un très bon article que j'ai lu il y'a peu, malheureusement dans la langue de Shakespeare explique les mécanismes assez bien et est assez concis.
http://eatingacademy.com/nutrition/way- ... irk-cancer
L'auteur met lui même en application les conseils de nutrition qu'il donne, et était passé sur le tedmed de l'année dernière:
http://tedmed.com/talks/show?id=18029
Et je vous invite a faire un tour sur son blog, très bien écris et assez fournis.
Son partis pris est que le régime cétogène (rien a voir avec l'Acido-cétose qui est létale chez les diabétiques) est la méthode pour optimiser le fonctionnement de notre corps, et ce régime consiste justement, a ne consommer les sucres qu'en quantité négligeable.
0 x
Quand on travail, il faut toujours se donner à 100%: 12% le lundi; 25% le mardi; 32% le mercredi; 23% le jeudi; et 8% le vendredi
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14270
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1293




par janic » 18/02/14, 13:20

Nous sommes tous au courant des effets secondaires impressionnants de la chimio, et du fait que le corps médical semble ne connaître que les traitements lourds profitables aux labos.
Effectivement ça c’est une porte ouverte ! Ca profite aux labos mais guère aux patients!
Nous sommes tous partisans des nombreux traitements alternatifs que j'ai essayé de lister, et qui sont utiles surtout sur le long terme,
Là il y a à une nuance d’importance : certaines personnes, pas nous, qui d'ailleurs?….sinon ça se saurait !!! :cheesy:
mais généralement de peu d'effets en cas de problème aigus, à moins que tu ne nous prouves le contraire.

Comme indiqué peu avant, une preuve ne peut être reçue que lorsqu’on veut bien lui accorder le crédit nécessaire . Eléphant a indiqué UN cas de problème aigu aux effets vérifiables et vérifiés
Une française l'a fait, apparemment avec succès:
http://journalmetro.com/plus/sante/4412 ... gumes-bio/
Le cancer triple négatif et le cancer de type basal réagissent souvent bien à la chimiothérapie au départ, mais ils ont tendance à récidiver rapidement après le traitement.
•Ces cancers du sein récidivent habituellement au cours de 5 premières années qui suivent le traitement.

Read more: http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-infor ... z2tfstyHNe
un triple négatif grade 3. Seulement le crois-tu ? Tout est là!
d’autres ont été cités, parce que médiatisés,( les autres cas dont personne n'a entendu parler, on n’en tient donc pas compte) comme Monique Leclerc en stade 4, ou le Dr Johanna Brandt et ses résultats sur les cancers par le jus de raisin et le jeûne, etc…
Nous connaissons le rôle de notre mode de vie en ce qui concerne la genèse du cancer.
Très mal connu d’ailleurs puisque cela ne semble guère être pris en compte.
Mais en attendant de pouvoir en changer, j'estime qu'il important de pouvoir utiliser tous les traitements susceptibles de nous garder en vie
Plutôt : En attendant de VOULOIR changer, les gens continuent de mourir en se raccrochant à ce qu’ils peuvent, d'autres profitent de sursis peu ou pas attribuables à la chimio. c’est humain !
et ne pas se contenter de les dénigrer.
Je ne dénigre pas les personnes, ce n'est pas dans ma philosophie, (trouves un seul passage où je dénigre une personne. Même avec Dedelecco qui était pourtant agressif.) Mais pour rappel, ce sont des cancérologues réputés qui dénigrent le système et donc le produit lui même, je ne fais que partager leur point de vue par philosophie et par expérience.
Cela fait des années que la chimiothérapie est dénigrée par de très nombreux cancérologues, français et américains et non des moindres, ont osé exprimer leur doute quant aux guérisons obtenues par les voies classiques.
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14270
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 1293




par janic » 18/02/14, 16:37

sherkanner bonjour
De ce que je lis ici et la, les mécanismes des cancers commencent a être de mieux en mieux compris.

par certains seulement! Il ne faut pas rêver, mais ça progresse doucement lorsque les vieux briscards conservateurs sont remplacés par de jeunes toubibs moins conditionnés.
Le principal étant que la majorité des cancers se servent du glucose sanguin pour se nourrir et proliférer.

pas tout à fait! Il y a méconnaissance et confusion entre sucre et sucre. Les travaux du Pr Warburg ont démontré que les cancers étaient avides de sucres simples (et donc les sucres raffinés du commerce), mais ne pouvaient utiliser des sucres complexes comme celui de canne non raffiné, les sucres de fruits ou le miel.
Les premiers liens entre consommation de sucre et cancer a été établie il y'a plus de 100 ans (il en vas de même pour l'obésité d'ailleurs, voire le traité de brillat-savarin nommé "Physiologie du goût").
C'est exact! Il faut donc couper l’alimentation de ces cancers de leur source d’énergie favorite, le sucre raffiné (le plus répandu et commercialisé dans les supermarchés, ajoutés aux aliments et surtout toutes les sucreries et que la majeure partrie de la population consomme, c’est un façon de promouvoir ces cancers) réduit leur croissance et donc leur prolifération et à terme leur disparition quand d'autres paramètres sont respectés.
0 x


Revenir vers « Sciences et technologies »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités