Hydraulique, éoliennes, géothermie, énergies marines, biogaz...Moteurs Stirling bois à pellets ou granulés + cogénération

Les énergies renouvelables sauf solaire électrique ou thermique (voir sous-forums dédiés ci-dessous) : éoliennes, énergies de la mer, hydraulique et hydroélectricité, biomasse, biogaz, géothermie profonde...

Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6960
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 237

Message non lupar chatelot16 » 04/11/12, 12:13

le probleme c'est qu'il faut une maison a coté d'une ligne haute tension ... en voyant leur dessin
http://www.chaudiere-granules-cogeneration.fr/
plus serieusement c'est une chaudiere normal a 110°C qui chauffe une machine a vapeur a fluide de pompe a chaleur qui marche entre ce 110°C et le 55°C des radiateur : on ne peut esperer qu'un rendement assez limité pour un truc bien compliqué
http://www.chaudiere-granules-cogenerat ... ffage.html
tant qu'a faire une machine a vapeur il faut la faire a eau et faire marcher la chaudiere a la temperature maximum : 200 ou 250°C avec une chaudiere en acier ordinaire ... ou plus avec un super acier

je n'ai pas reussi a trouver la moindre information sur la puissance electrique produite
0 x
Alain G
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3044
Inscription : 03/10/08, 04:24
x 1

Message non lupar Alain G » 04/11/12, 12:46

chatelot16 a écrit :le probleme c'est qu'il faut une maison a coté d'une ligne haute tension ... en voyant leur dessin
http://www.chaudiere-granules-cogeneration.fr/
plus serieusement c'est une chaudiere normal a 110°C qui chauffe une machine a vapeur a fluide de pompe a chaleur qui marche entre ce 110°C et le 55°C des radiateur : on ne peut esperer qu'un rendement assez limité pour un truc bien compliqué
http://www.chaudiere-granules-cogenerat ... ffage.html
tant qu'a faire une machine a vapeur il faut la faire a eau et faire marcher la chaudiere a la temperature maximum : 200 ou 250°C avec une chaudiere en acier ordinaire ... ou plus avec un super acier

je n'ai pas reussi a trouver la moindre information sur la puissance electrique produite



Salut Chatelot!


Avec un fluide calorifique l'avantage est une température d'opération plus basse qu'avec de l'eau ce qui veut dire moins de perte de calories dans la cheminée, ça laisse tout de même une température asez élevé pour l'eau chaude sanitaire et amplement pour le chauffage.


Je trouve le concept intéressant mais c'est vague quand au rendement électrique de l'appareil, parle t'on parle de 40 kw de capacité de sortie électrique ou bien la capacité totale incluant le chauffage?
0 x
Faire un pas derrière parfois peut permettre de renforcer l'amitié.
La critique est une bonne chose si ajouté a quelque compliments.
Alain
Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6960
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 237

Message non lupar chatelot16 » 04/11/12, 12:59

je n'y ai vu que le rendement total ... et la puissance nominale a l'air d'etre la puissance thermique ... aucune indication de puissance electrique

bien sur une chaudiere a vapeur a 250°C simple laisserai partir plus de chaleur qu'une chaudiere a 110°C , mais les solution existent depuis longtemps dans l'industrie a l'epoque des machine a vapeur : la sortie de fumé de la chaudiere principale passe par un economiseur qui prechauffe l'eau qui remplis la chaudiere ... et un autre recuperateur de chaleur qui prechauffe l'air qui va au foyer ... on peut faire sortir la fumé completement froide ... en general on limitait cette recuperation pour que la fumé reste assez chaude pour monter dans le ciel

on ne comptait plus sur le tirage de la cheminé : il etait connu qu'il valait mieux recuperer le maximum de chaleur pour ameliorer le rendement , et qu'un ventilateur mecanique consomait moins d'energie que ce qu'on aurait perdu avec une fumé assez chaude pour faire un tirage suffisant sans ventilateur
0 x
Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6960
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 237

Message non lupar chatelot16 » 04/11/12, 13:18

si il y en a qui sont interressé par une vraie chaudiere a vapeur a haut rendement , ça fait partie aussi partie de mes projet : ça ne serait pas une chaudiere a cogeneration contenant tout dans une boite carré en tole : ça serait un modele reduit de chaudiere babcok et wilcox et des element separé a mettre a coté : moteur a vapeur a piston , condenseur , recuperateur de chaleur ...

le rendement vers l'electricité sera au moins 25% , et production d'electricité vraiment autonome ! pas le defaut de toutes les chaudiere a cogeneration actuelle qui ont forcement besoin du reseau pour fonctionner

gros avantage du moteur a vapeur sur le stirling : grosse puissance de pointe toujours disponible : par exemple avec un feu sous la chaudiere permettant de faire 1kW electrique en continu , il est toujours possible de faire instantanement 10kW pour faire demarrer un appareil branché sur l'alternateur ... bien sur ces 10KW ne peuvent pas etre produit longtemeps sinon on refroidi la chaudiere ... il faut augmenter le feu si la puissance doit augmenter durablement

il y a des tas de gens qui font des modele reduit de locomotive a vapeur ... helas c'est des mauvais modele car les locomotives etaient faite pour etre legere , sans espoir de grand rendement , et en modele reduit les rendement sont encore plus mauvais qu'en vrai ... j'ai etudié un moteur a vapeur a triple expansion optimisé pour cette petite dimension

y a il assez de gens interressé pour passer a la fabrication ?
0 x

dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 5

Message non lupar dedeleco » 04/11/12, 14:08

Joli projet très sérieux, utile, en plus aussi bon sur paraboles solaires cylindriques ou circulaires, avec un meilleur rendement que le photovoltaïque, et qui de plus en stockant la chaleur sous la terre gratuite permet de produire de l'électricité 24h sur 24h et même 365 jours par an, en totale autonomie solaire ou avec du bois !!

La réalisation d'une chaudière performante moderne, dépasse énormément mes capacités personnelles en mécanique, surtout que la vapeur sous pression a fait de belles explosions mémorables dans les années 1800 !!!
Je peux néanmoins faire des calculs simples de résistance mécanique.

Le perçage en bricolant de petits trous profonds pour stocker sous terre un peu de la chaleur d'été gaspillée chez moi, en testant du très simple, me parait bien plus accessible, si je trouve les rallonges de foret de 20mm (utilisées par Uretek) ou si je conçois in robot micro taupe foreur de 2 à 5 cm de diamètre, déjà bien difficile à air comprimé, pour moi.

De plus le fait que ce soit incompris et critiqué, me motive, vu l'importance et la simplicité accessible avec un simple perforateur et des tuyaux pas chers .

D'autre part la circulation de l'eau ne consomme pas beaucoup d'énergie, car les pertes de charge, dans un tuyau, varient comme la puissance 5 du diamètre, et donc en augmentant un peu le diamètre on consomme beaucoup moins en puissance de pompage (doubler le diamètre divise cette puissance par 32 ), et donc cette critique n'est pas une objection dramatique.
0 x
cortejuan
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 245
Inscription : 01/12/10, 19:34
Localisation : Franche-Comté
x 3

Message non lupar cortejuan » 04/11/12, 16:02

Bonjour,

merci à tous pour la réactualisation du fil et les infos fournies. Si j'ai bien compris, le produit de novotek c'est une cogénération par machine à vapeur ? Ce qui est étonnant c'est que la production d'électricité n'est pas indiquée. En tout cas je ne l'ai pas vue.

Sur la comparaison stirling-machine à vapeur, le rendement de la seconde n'est-il pas plus faible ? De plus, quid du niveau de bruit et le risque d'un dispositif utilisant un gaz sous pression ?

En tout cas c'est vraiment intéressant.

Cordialement
0 x
Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6960
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 237

Message non lupar chatelot16 » 04/11/12, 17:18

on ne peut pas dire que le rendement du stirling est superieur a la machine a vapeur : c'est des machine thermique et le rendement maximum possible est determiné par le rendement du cycle de carnot

le moteur a vapeur d'eau est limité en temperature par la vapeur d'eau , qui detruit l'acier au dessus d'une certaine temperature

le stirling fonctionnant avec un gaz , peu fonctionner avec un gaz neutre , a très haute temperature , donc esperer des haut rendement

mais a temperature moyenne ou la vapeur marche bien la vapeur d'eau est la meilleure solution

la machine du lien precedent est pire : c'est bien un moteur a vapeur , mais pas vapeur d'eau : fluide frigorifique comme une pompe a chaleur

je trouve que c'est une mauvaise solution car fonctionnant a trop basse temperature donc rendement minable ... et c'est pour ça qu'il ne s'en vantent pas

ça ne m'etonerait pas qu'il aient utilisé un compresseur scroll comme les pompe a chaleur , modifié pour pouvoir etre utilisé en turbine

le principe du scroll a d'ailleur été inventé et breveté il y a longtemps pour faire un moteur a vapeur ... mais jamais realisé car trop difficile a l'epoque
0 x
Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6960
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 237

Message non lupar chatelot16 » 04/11/12, 17:27

je croyais avoir une idée originale en voulant utiliser un compresseur scroll comme turbine mais ça a bien été inventé il y a longtemps
http://www.google.com/patents/US801182? ... 82&f=false
http://forums.futura-sciences.com/techn ... oteur.html
http://forums.futura-sciences.com/techn ... r-2-a.html

a cette epoque le forum technologie de futura science marchait bien ... maintenant ils ferment tout ce qui est interressant
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 5

Message non lupar dedeleco » 04/11/12, 18:05

très intéressant et instructif !

chatelot16 a écrit :je croyais avoir une idée originale en voulant utiliser un compresseur scroll comme turbine mais ça a bien été inventé il y a longtemps
http://www.google.com/patents/US801182? ... 82&f=false
http://forums.futura-sciences.com/techn ... oteur.html
http://forums.futura-sciences.com/techn ... r-2-a.html

a cette epoque le forum technologie de futura science marchait bien ... maintenant ils ferment tout ce qui est interressant


Wikipedia résume 150 ans de travaux intenses avec une armada de brevets :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Compresseur_m%C3%A9canique

http://en.wikipedia.org/wiki/Gas_compressor

http://www.google.com/patents?id=ls1cAAAAEBAJ&dq=801182

difficile de faire mieux en restant bien plus simple pour des moteurs performants !!!

Et les Stirling thermoacoustiques, sans pièces mobiles plus récents, certains à bon rendement, me paraissent plus accessibles comme mécanique (inusables !).

Percer des petits trous me parait bien plus accessible et simple, car trop négligé, voire méprisé, , pour conserver la chaleur d'été en trop, dans la terre gratuite pour l'hiver, ou du jour pour la nuit, sans complications immenses, pour un résultat perpétuel, sans CO2, ni pollution.


Compresseur type G

L'histoire du compresseur G ou à spirales débute avec le XXe siècle, inventé dans son principe en 1905 par le français Léon Creux, et breveté aux États-Unis le 3 octobre de la même année. À l'époque il était techniquement impossible de le construire. C'est au milieu des années 1980 que Volkswagen décide de donner sa chance au compresseur G sur les modèles Polo G40 phase 2, et les Polo G40 phase 3, Corrado G60 et Golf II G60 et Rallye et Passat G60.

Le qualificatif G provient de la forme particulière du compresseur et des spirales qui rappelle cette lettre, quant au 40 ou 60, ils informent sur la largeur de la spirale. En réalité le G60 devrait se nommer G59.5, puisque la spirale ne mesure que 59,5 mm de large (au lieu de 60).

Le compresseur se compose de deux spirales fixes et deux spirales mobiles. Il est entraîné par la poulie d'un vilebrequin. Dans la suite du texte, nous nous concentrons sur un seul couple, les mêmes explications étant correctes pour l'autre couple, mutatis mutandis.

Après le filtre à air, l'air entre dans le compresseur en étant « aspiré » entre les deux spirales (une fixe, l'autre mobile). Grâce à un arbre excentrique, la spirale mobile se rapproche et s'écarte de la spirale fixe, l'air emprisonné est comprimé dans cet espace et est chassé vers le centre du compresseur (sortie), puis vers le conduit d'admission du moteur. Étant donné que cette étape se reproduit quatre fois (quatre couples de spirales), avec un décalage de 180 °, il n'y a pas de baisse de pression entre l'arrivée des poches d'air comprimées au niveau de l'admission.

On constate, en général, une pression de l'ordre de 0,7 bar pour les G60 avec une puissance de 160 ch pour 1,8 litre de cylindrée.

Ce type de compresseur est également utilisé dans l'industrie pour comprimer de l'air à 8, voire 10 bars. La chambre de compression n'est pas lubrifiée, ce qui permet de délivrer un air totalement exempt d'huile.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Hydraulique, éoliennes, géothermie, énergies marines, biogaz... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités