Economie et finance, durabilité, croissance, PIB, fiscalités écologiquesCrises économiques, jeunesse sacrifiée et pauvreté

Economie actuelle et développement durable sont-ils compatibles? PIB, croissance (à tout prix), développement économique, inflation...Comment concillier l'économie actuelle avec l'environnement et le développement durable.
Avatar de l’utilisateur
Gaston
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1896
Inscription : 04/10/10, 11:37
x 83

Message non lupar Gaston » 23/06/14, 17:39

Did67 a écrit : les gens "pressés" posent donc la bouteille consignée et il s'est développé tout un secteur informel de "ramasseurs de bouteilles" qui se payent avec la consigne...!!
Je faisais ça dans la station balnéaire quand j'étais gamin pour me payer des glaces l'été 8)
0 x

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16810
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7088

Message non lupar Did67 » 23/06/14, 17:51

Là, c'est drôle ! T'aurais pu acheter des cigarettes, c'était encore plus drôle !!!

Les gens dont je te parle, c'est souvent des chomeurs en fin de droit qui n'ont d'autres boulot et "survivent" comme ça, dans le "moèle Allemagne" !

Et bien sûr, aussi quelques "clochards" qui font le plein de cette façon...
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8674
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 801

Message non lupar Ahmed » 23/06/14, 22:26

Au delà de ces statistiques, ce qui est en cause c'est le décalage générationnel des effets de la crise : ceux qui avaient bénéficié de la période antérieure de prospérité relative continuent d'être privilégiés par effet d'inertie ; les nouvelles générations souffrent d'un effet d'éviction et trouvent difficilement à "faire leur place".

Il est inutile de appesantir sur ce phénomène qui n'est que corrélatif à un événement radicalement nouveau dans l'histoire, pourtant mouvementée, du capitalisme : la difficulté grandissante de produire de la valeur.

C'est seulement par cette considération qu'il est possible d'expliquer ce qui apparaît* autrement comme une situation complètement folle et paradoxale : jamais la possibilité de créer une masse inouïe de richesses sensibles n'a été aussi grande et pourtant les inégalités croissent et l'augmentation de la valeur du capital-argent (richesse fictive) ne peut plus se réaliser, péniblement, qu'au travers de subterfuges toujours plus aléatoires qui retardent l'échéance en promettant de la rendre plus brutale.

Car, lorsque cette dernière condition ne sera plus possible, l'arrêt de la création de valeur entraînera dans sa chute tout le reste, puisque ce reste n'est que le moyen de cette fin en soi qui est d'augmenter continûment une somme initiale...

Rien ne sert donc de réglementer de prétendus excès ou de s'employer à moraliser** ce qui ne relève en rien de vertus particulières, mais d'obligations mécanistes d'un outil (pour employer le terme de P. Schutt) qui s'est autonomisé de ses créateurs ; seule une sortie d'un système aux finalités trop médiocres pour satisfaire à l'aspiration d'une vie digne pour tous, est envisageable.

*Ou devrait apparaître, car ça ne semble pas interpeller grand monde...
**Il est paradoxal d'invoquer la "morale" lorsque tous les comportements qui vont dans le sens du marché sont assidûment valorisés!
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Message non lupar Christophe » 03/06/15, 20:25

En ce moment un reportage au JT de FR2 sur les difficultés des jeunes générations par rapport à nos parents...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 51917
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 1104

Re: Crises économiques, jeunesse sacrifiée et pauvreté

Message non lupar Christophe » 31/05/16, 21:58

En ce moment sur France2: http://www.francetvinfo.fr/replay-magaz ... 66235.html

L’Angle éco. La guerre des âges

Les inégalités entre les jeunes et les seniors n'ont jamais été aussi criantes. Alors que les retraités ont désormais un niveau de vie supérieur à celui des actifs, les jeunes voient l'évolution de leurs revenus stagner, voire reculer par rapport aux générations précédentes. Dans les domaines de l'emploi et de l'immobilier, la génération des baby-boomers a été privilégiée. A un an de l'élection présidentielle, "L'Angle éco" se penche sur ce fossé générationnel qu'il est urgent de combler.

(...)


2 courbes sont particulièrement intéressantes, comparatif des dépenses publiques par age en 1979 et 2011: http://www.francetvinfo.fr/societe/vide ... 65783.html

1979.jpg

2011.jpg


Bin merde, suis, dans les 2 cas, dans le creux :cheesy:
Dommage qu'il manque, dans les 2 cas, l'échelle de ordonnées...

Je suis particulièrement d'accord avec les points du sommaire suivants:

Emploi : génération galère

Génération galère contre génération pépère ? Un jeune actif sur deux est aujourd’hui en contrat temporaire en France. Le taux de chômage des 15-24 ans frôle les 25%, et l’écart de salaires entre jeunes et seniors a doublé en cinquante ans. Enquête dans les entreprises, publiques ou privées, où sur les mêmes postes, des jeunes en contrat précaire côtoient des anciens en CDI.

Immobilier : les seniors ont tout raflé !

Main basse sur la pierre, ou comment les baby-boomers ont tout raflé dans l’immobilier, notamment grâce à l’inflation et la hausse des prix. Certains d’entre eux sont multipropriétaires quand des jeunes actifs, même en CDI, peinent à louer un appartement. Reportage à Marseille, la ville de France après Paris où l’écart entre le pouvoir d’achat immobilier des jeunes et celui des seniors s’est le plus creusé.

Ma retraite ou ton emploi ?

Les retraités, banquiers du monde ? Les fonds de pension gèrent aujourd’hui 30 000 milliards d’euros à travers le monde. Cela représente quinze fois le PIB français. Dans les systèmes de retraite par capitalisation, ces fonds investissent en Bourse l’épargne des actifs pour leurs retraites, en achetant des actions de sociétés. Mais pour faire fructifier cette épargne, les objectifs de rendement sont élevés. Et peuvent, parfois, menacer l’emploi de jeunes salariés.
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités

Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2067
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 132

Re: Crises économiques, jeunesse sacrifiée et pauvreté

Message non lupar Exnihiloest » 02/06/16, 17:47

Christophe a écrit :...
Génération galère contre génération pépère ? Un jeune actif sur deux est aujourd’hui en contrat temporaire en France. Le taux de chômage des 15-24 ans frôle les 25%, et l’écart de salaires entre jeunes et seniors a doublé en cinquante ans. Enquête dans les entreprises, publiques ou privées, où sur les mêmes postes, des jeunes en contrat précaire côtoient des anciens en CDI.

Immobilier : les seniors ont tout raflé !
...

C'est exact. On parle des seniors dont le gros des troupes faisait le baby-boom d'après-guerre, disons la tranche 60-70 ans. On voit qu'ils font actuellement le papy-boom, et que dans 10 à 20 ans la troupe va drastiquement se réduire. Pour les jeunes, il y a donc de l'espoir, ils récupéreront emplois et immobilier, mais pas à court terme, et je suis bien d'accord que pour eux, la situation est beaucoup moins facile que ne l'était celle de leurs aînés quand ils avaient leur age.
Cependant l'emploi salarié va selon moi plus ou moins disparaître, en particulier avec la robotique. Voir récemment :
http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tec ... robots.php
Après les emplois de la production, et avec le progrès de l'intelligence artificielle, les robots accapareront les services, l'ingénierie, et sans doute même la médecine, voire la recherche. La société va être à repenser complètement. Des pays scandinaves réfléchissent déjà à fournir un salaire de base à tout le monde, et ceux qui travailleraient en plus, seulement parce que ce sera leur choix, auront un supplément.
Les questions futures, ce sera comment répartir la richesse que créeront les robots, ou à quoi s'occuper pour ne pas finir comme les Eloïs dans "la machine à explorer le temps" de H.G Wells... Se poser la question de l'avenir en terme d'emplois salariés ou d'accaparement de l'immobilier est une extrapolation linéaire du passé, qui sera probablement sans pertinence à moyen et long terme.
0 x
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9319
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 177

Re: Crises économiques, jeunesse sacrifiée et pauvreté

Message non lupar janic » 02/06/16, 20:30

Les questions futures, ce sera comment répartir la richesse que créeront les robots, ou à quoi s'occuper
C'était le discours qui accompagnait le début de la robotisation remplaçant la main d'œuvre humaine. On voit où cela nous conduit et le remplacement des humains par des machines avec IA (hormis qu'il y a loin de la coupe aux lèvres) rendrait cette humanité inutile, obsolète. On verra bien, mais l'histoire n'a jamais tenu compte des leçons du passé.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8674
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 801

Re: Crises économiques, jeunesse sacrifiée et pauvreté

Message non lupar Ahmed » 03/06/16, 11:25

Comme l'écris Janic de façon elliptique, parler de répartition suppose, a priori, que ceux qui contrôlent les robots daignent bien concéder quelques parts de la production...
Plus fondamentalement, la création de valeur ne résultant que du travail humain*, la machine n'incorpore à la marchandise de valeur que dans la mesure de son usure à la produire; et si elle a une valeur, c'est parce qu'elle a nécessité pour sa construction une dépense préalable de travail humain.
Pour des raisons que j'ai déjà longuement expliquées, la part de travail humain décroît constamment dans la production de marchandise, ce qui entraine plusieurs conséquences: la baisse du prix unitaire, sa compensation par un volume global accru et une destruction toujours plus grande des richesses naturelles. Si le travail devait disparaître totalement (simple hypothèse d'école, puisque le niveau de contradiction systémique atteindrait son point de rupture bien avant ce point), toute création de valeur abstraite disparaitrait également et il n'y aurait alors rien à partager...

*Présent et surtout futur, puisque l'illusion d'une création de valeur indépendante de la production réelle est entretenue par l'industrie financière qui injecte à cet effet massivement la valeur du travail plus qu'hypothétique des générations futures (sous la forme de la dette)...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Philippe Schutt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1546
Inscription : 25/12/05, 18:03
Localisation : alsace
x 14

Re: Crises économiques, jeunesse sacrifiée et pauvreté

Message non lupar Philippe Schutt » 03/06/16, 18:06

Je serais curieux de voir ces courbes pondérées par le nombre de personnes de chaque tranche d'âge...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 16810
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 7088

Re: Crises économiques, jeunesse sacrifiée et pauvreté

Message non lupar Did67 » 03/06/16, 19:47

Voici la pyramide des âges : il suffit de la coucher, pour avoir la même présentation que Langlet/

http://www.insee.fr/fr/themes/detail.as ... e_aide.htm

Notons que cela ne veut rien dire. Dans un société "raisonnable", il est facile d'admettre que les dépenses publiques vont aller vers les jeunes : soins, formation surtout, activités éducatives et péri-scolaires et vers les vieux : santé et puis après, centres d'accueil (Alzheimer)...

Il n'y a là rien de choquant.

Chacun, dans le ventre mou, devrait être ravi de ne pas dépendre des dépenses publiques, d'avoir été bien éduqué, d'être en pleine forme, etc...

Malheureusement, les égoïsmes gagnent. Chacun oublie qu'il a bénéficier, avant. Et se demande s'il va bénéficier plus tard...

Ceci étant posé, il reste qu'il faut être attentif aux évolutions. Et là, force est de constater que ces 20 dernières années, les inégalités se creusent : entre ouvriers et grands patrons, entre chômeurs et ceux qui sont en plein emploi, entre CDD ou intérimaires et CDI, entre babyboomers et jeunes...

Et ceci est évidemment inquiétant. Signe de l’insuffisance ou absence de régulations nécessaires, absence de "consensus" sur quelque chose qui serait une sorte de "pacte républicain"...

Simplement, un stricte "égalitarisme" ne peut être un pacte républicain.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Economie et finance, durabilité, croissance, PIB, fiscalités écologiques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité