Fabriquer du diester ou biodiesel : la recette

Huile végétale brute, diester, bio-éthanol ou autres biocarburants ou combustibles d'origine végétale...
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 60418
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2612

Fabriquer du diester ou biodiesel : la recette




par Christophe » 09/11/05, 18:44

Le diester se fabrique par extraction d'un ester (méthylique) à base d'HVB et en utilisant du méthanol. On obtient comme sous produit de la glycérine en assez grande quantité.

2 problèmes principaux :

1) Le méthanol (détruit donc lors de la synthèse de l'ester) est cher et contient une énergie substantielle de fabrication (origine pétrolière)...

2) La somme d'énergie contenue dans l'HVB + méthanol ( les réactifs ) est proche de celle contenu dans le Diester ( le produit )...

En savoir plus: https://www.econologie.com/telechargeme ... u-diester/
Dernière édition par Christophe le 30/05/08, 11:35, édité 4 fois.
0 x

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 60418
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2612

"Recette" détaillée




par Christophe » 09/11/05, 18:47

Voici la recette détaillée

La plus grande partie des instructions par étapes qui suivent vient du livre : De la Friteuse au Réservoir à Fuel, Comment Fabriquer du Fuel Propre et Bon Marché à partir d’Huile Végétale free de Joshua Tickell des Editions Greanteach de Saratosa, Floride. Si vous prenez sérieusement connaissance de tous les détails, vous en avez pour vos 19,95$ et c’est très bien expliqué. Je le recommande chaudement.


Etape 1

* 1000ml d’huile végétale dans un becher de 1500 ml
* 200ml de méthanol (encore appelé alcool méthylique, carbinol, méthynol, esprit de bois*)
* 4 g de soude caustique**(ou hydroxyde de sodium) dans une boîte de Pétri graduée (si vous utilisez de l’huile ayant servi, à la place de 4 grammes de soude caustique, voir étape 1.5)

Etape 1.5

Si vous utilisez de l’huile végétale ayant servi ou sale, il vous faudra faire un « titrage » pour déterminer combien de soude caustique supplémentaire sera nécessaire pour neutraliser les acides gras libres.

1. Mesurer 1 gramme de soude caustique sur la graduation de la boîte de Pétri.
2. Mesurer 1000 ml d’eau distillée dans un des bechers de 1500 ml.
3. Verser 1 gramme de soude caustique dans les 1000 ml d’eau.
4. Marquez la solution soude caustique/eau : ne pas boire.
5. Mesurer 10 ml d’alcool isopropyle dans un becher de 20 ml.
6. Dissolvez 1ml d’huile usée dans l’alcool isopropyle.
7. Etiquetez ce becher de solution huile/alcool.
8. Utilisez une pipette pour introduire 1 ml de solution eau/soude caustique dans la solution huile/alcool.
9. Vérifiez le pH avec un papier de tournesol.
10. Recommencez les étapes 8 et 9, en comptant les ml de soude caustique/eau que vous ajoutez, jusqu’à ce que l’alcool/huile atteigne un pH entre 8 et 9.
11. Utilisez l’équation suivante : le nombre de ml de mélange soude caustique/eau versé dans le mélange huile/alcool = x. et (x + 3.5) = le nombre de grammes de soude caustique nécessaire à neutraliser un litre d’huile hydrogénée.

Etape 2

Combinez le méthanol avec la soude caustique pour créer du méthoxyde de sodium, une base extrêmement forte qui peut dissoudre la peau si on la touche et tuer les terminaisons nerveuses de sorte qu’on ne sent rien, ne mettez donc pas votre peau à son contact.

Versez le méthanol dans un mélangeur. Prenez ensuite la soude caustique et mettez la dans le mélangeur puis mélangez à la plus petite vitesse pendant 30 secondes ou jusqu’à ce que toute la soude caustique soit dissoute dans le méthanol. Vous avez maintenant du méthoxyde de sodium.

Etape 3

Versez avec soin l’huile végétale dans le mélangeur. Mélangez à vitesse moyenne ou forte pendant 15 minutes.

Etape 4

Versez dans un autre récipient de 1500ml, si possible avec un robinet pour drainer le fond. Laisser reposer 8 heures. 75% de la réaction se fera la première heure. Ne pas boire, ce n’est pas de la Margarita. Huit heures plus tard, la couche supérieure sera claire alors que la couche du fond sera foncée et il y aura peut-être une couche médiane qui sera à moitié translucide. Bien que la réaction se fasse la première heure, le savon de glycérine doit se déposer au fond et laisser les esters de méthyle, le biodiesel, en haut.

Etape 5

S’il y a un robinet, essayez de vider la glycérine, et elle seule. S’il vient un peu de biodiesel, ce n’est pas grave. Il vous importe surtout le biodiesel qui reste. S’il n’y a pas de robinet, ne versez pas, vous mélangeriez la glycérine avec le biodiesel. Servez vous plutôt d’une pompe manuelle (comme une pompe de bouteille de ketchup ou de lave vitre) ou une pompe à circulation d’eau (de fontaine ou d’aquarium). Si vous faites très attention, vous pouvez vous servir d’une louche, et écoper avec soin, mais faites bien attention de ne pas remuer ou remélanger dans la glycérine. C’est fait !

Si vous fabriquez de plus grandes quantités, utilisez alors x+3.5g de soude caustique fois le nombre de litres d’huile que vous précipitez. Les grandes quantités doivent aussi être mélangées pendant au moins 1 heure.

Si vous le souhaitez, vous pouvez utiliser la glycérine épaisse et la fine comme savon de qualité industrielle. Sinon, la glycérine est un produit biodégradable.

*Le méthanol ou alcool de méthyle est fabriqué par fermentation de sciure et distillation de l’alcool de méthyle. Voir mon message sur la façon de faire de l’alcool pour plus de détails. Vous pouvez aussi distiller du produit pour laver les vitres à 149F/65C. Son constituant principal est l’alcool de méthyle.

** La soude caustique ou hydroxyde de sodium (NaOH) est le composant actif dans les produits à déboucher les égoûts. Egalement par électrolyse, vous pouvez mélanger de l’eau chaude et du sel de table (NaCl) et vous mettez les électrodes d’une batterie de 12 volt de l’autre côté de la solution pour obtenir de l’oxygène et du gaz chlorhydrique (très dangereux, ne pas inhaler) et il reste une solution d’hydroxyde de sodium. J’ai aussi entendu parler d’utiliser les cendres de bois blanches venant d’un feu très chaud (le chêne et le bois de pommier sont les meilleurs bien que n’importe quoi irait) et de l’eau de pluie, toute autre eau non distillée demandant un peu de bicarbonate de soude. Emplissez un tonneau ou un récipient jusqu’à environ 15 cm du haut. Ajoutez assez d’eau pour que les cendres fassent un manteau mais ne restent pas en suspension. Laissez reposer 4 heures au moins (toute la nuit). Récupérez l’eau brunâtre dans un récipient qui contiendra votre soude caustique faite maison. Si un œuf ou une pomme de terre flotte jusqu’à son milieu ou qu’une plume de poulet commence à se dissoudre dedans, l’eau de soude caustique est quasiment au point. Si l’œuf ne flotte pas ou que vous vouliez une solution plus forte, faites la bouillir.
Dernière édition par Christophe le 22/05/08, 16:02, édité 1 fois.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 60418
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2612




par Christophe » 09/11/05, 18:48

De nombreux sites font les bilans énergétiques du diester... Tu devrais trouver cela assez facilement sur le site de l'Ademe.

Maintenant le pb c'est que d'une source à l'autre les chiffres varient "énormement"...à savoir 100% de marge...c'est qui est certain c'est que le rendement du diester est dans tous les cas inférieur à celui des HVB...
Dernière édition par Christophe le 28/01/10, 18:48, édité 1 fois.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 60418
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2612

Schema d'estérification




par Christophe » 09/11/05, 18:50

Au niveau de l'équation chimique de transestérification ca donne ca:

Image
Dernière édition par Christophe le 28/01/10, 18:54, édité 1 fois.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 60418
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2612




par Christophe » 09/11/05, 18:50

Salut
Le site que vous rechercher pour le diester simplifié est

http://short.petrol.free.fr/

Il y a aussi une méthode plus rapide, mais plus dangeureuse.
En ajoutant de la soude caustique en 12 heures la transformation est terminée.
Résultat: 85% d'huile + 15% d'éthanol+ soude (environ 4 gramme par litre)
donne 85% d'ester éthylique et 15 % de "savon"
Mon vieux chariot élévateur fonctionne en bicarburation. (fuel huile)
Quand j'ai remplacé le fuel par le résultat de la réaction chimique il a démarré aussi bien.
0 x

titus02
Je comprends l'éconologie
Je comprends l'éconologie
Messages : 50
Inscription : 18/10/05, 18:56
Localisation : Aisne

interet du diester pour le particulier ??




par titus02 » 24/11/05, 14:14

salut

y a t'il un réel interet pour un particulier a fabriquer du diester
plutot que de faire rouler sa voiture avec de l'huile végétale
"brute" ???
L'eventuelle gain d'energie ,de conso ou de pollution vaut il la
peine de se transformer en "petit chimiste" ?
Il me semble que le seul interet du diester est de garder un
marché "captif" pour les compagnies petrolières, qui commencent
a envisager la reconvertion de l'apres pétrole et voient d'un
mauvais oeil la possibilité d'etre concurencé par de simples
"cul terreux" (j'emploi ce terme pour la démonstration,il n'est
absolument pas péjoratif).
enfin bref quel est l'avantage réel de bidouiller l'huile végétale ??
merci
0 x
Avatar de l’utilisateur
gegyx
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3964
Inscription : 21/01/05, 11:59
x 281




par gegyx » 24/11/05, 16:31

Je crois que c'est pour rouler avec 100% d'huile végétale (pouvant provenir de friteuses), transformée en diester. Faut déjà avoir de la place chez soi, pour filtrer de l'huile de récup, et l'entreposer; avec un peu plus d'attention et de temps, on va jusqu'au diester; on a la satisfaction d'avoir tout fait soi-même.
Au contraire de l'huile, le diester permet de l'utiliser comme carburant exclusif pour le fonctionnement du moteur , car il encrasse moins le circuit, et qu'il ne fige pas quand le temps se rafraîchit; il permet un démarrage à froid, alors que l'huile pure, se trouvant figée ne le permet pas sans réchauffage préalable.
Peut-être, peut-il être aussi utilisé à 100%, avec les diesel les plus récents?
0 x
Avatar de l’utilisateur
bob_isat
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 290
Inscription : 26/08/05, 18:07




par bob_isat » 24/11/05, 19:10

Salut à tous
je me permet de faire un petit résumé de ce qui ce dit sur oliomobile com concernant le biodiesel:

le diesel et l'huile brute se distinguent par 2 choses:

-la viscosité: en chauffant l'huile à 70° avec un système atrisanal on peut ramener sa visocité à une valeur proche du diesel


-le point d'eclair: température à laquelle il faut chauffer un liquide pour que ses vapeurs soient inflammables: 80°C pour le diesel contre 250°C pour l'huile. Et la ça pose problème.

SI cette température n'est pas atteinte en tout point de la chambre, lhuile brule mal et on a des goudrons et des suies qui viennent boucher les injecteurs et gripper les segments petits à petit :x

Sur les injections indirectes, pas de pb ou presque, la chambre de combustion est très chaude. Sur les injection directes (TDI, DCI, HDI..) on travaille avec des températures plus faibles et donc on risque d'encrasser.

Le biodiesel, lui, a une viscosité équivalente au diesel et un point d'eclair de 120°C: ON PEUT EN METTRE 100% !

2 façons de le produire:

-SOLUTION INDUSTRIELLE(DIESTER) : en faisant réagir l'huile avec du methanol (issu de la petrochimie...) et ) plein de catalyseurs chimiques (potasse et cie).
Puis rinçage a l'eau pour enlever tous les trucs chimiques

-SOLUTION ECOLO: en faisant réagir l'huile avec de l'alcool à bruler du commerce (alcool à 95°) pendant une semaine puis décantation pendant une semaine : méthode presentée sur http://short.petrol.free.fr et mise en pratique par plein de gens sur oliomobile.com: http://www.oliomobile.org/forum/viewsujet.php?t=54

(oui je sais c'est un post de 6 pages mais plus c'est long et plus c'est bon :lol: )
0 x
davio
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 49
Inscription : 14/02/05, 21:17
x 1




par davio » 20/01/06, 16:51

Pour cette solution écolo , pour les gens équipés de bicarburation est un must si ce diester maison rince totalement les injecteurs et évite ainsi le cooking à leurs pointes.

Il faudrait définir la qualité de ce diester (traces éventuelles de glicérine ?)
0 x
Avatar de l’utilisateur
bob_isat
Chercheur moteur pantone
Chercheur moteur pantone
Messages : 290
Inscription : 26/08/05, 18:07




par bob_isat » 31/01/06, 14:59

hé bah comme on laisse décanté une semaine, on pense que la majorité de la glycérine remonte à la surface avec l'alcool en trop.

Pour l'instant les essais donne un fonctionnement nickel, niveau conso et agrément de conduite.

Pour ce qui est du coking des injecteurs, les publi montrent que l'huile esterifié coke moins que l'huile pure mais on connait pas bien les mécanismes.

La glycérine coke-elle les injecteurs? j'ai lu sur olio que c'était les cires dans l'huile

si quu sait comment on fait pour evaluer la qté de glycérine dans une solution, ça nous intéresse....
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Biocarburants, agrocarburants, biocombustibles, BtL, carburants alternatifs non fossiles... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités