Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsLe Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13126
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4477

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 31/10/18, 19:32

nico239 a écrit :... à moins que Mme veuille regarder la Coupe de la Ligue Image


Forcément, si elle a vu mon "post-scriptum" !
0 x

Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1958
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 194
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 31/10/18, 19:36

Did67 a écrit :C'est demain, non ???


Oui demain 11h20 sur Arte :!:
0 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1958
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 194
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 31/10/18, 22:18

Du boulot en CDI, dans le domaine cela ne court pas les rues...

https://www.tela-botanica.org/2018/10/j ... e-vivante/
0 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1958
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 194
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 31/10/18, 22:46

Did67 a écrit :Un commentaire sur Youtube, que j'ai apprécié :

Jusqu’à présent, je vous avais zappé. Je parlais du « jardinier du terrain vague ». Aujourd’hui, je me suis fait violence et…quelle surprise ! Vous êtes maintenant pour moi une référence et je vais m’empresser d’acheter votre livre qui, j’en suis certain, viendra au premier rang d’autres ouvrages sur la permaculture. J’ai acheté plusieurs livres de qualité inégale, certains sont même une honte pour leur éditeur. Je pense que vous pourriez égayer votre potager avec certaines variétés de fleurs qui permettent de mettre en pratique quelques règles de bonne compagnie tout en luttant contre les ennemis des plantations. Votre magnifique chèvrefeuille en est un bon exemple. Encore merci.

Ce à quoi j'ai répondu :

Comme quoi, les apparences peuvent être trompeuses ! "Jardinier de terrain vague" me convient. Je prends ça comme un compliment. Car si sur un terrain vague, on produit autant voire plus, sans se fatiguer, sans engrais, sans composter, sans butter, etc que d'autres qui font tout ça et qu'en plus cela vit, il faudrait être mauvais joueur que de prendre ça pour une insulte ! Et j'ai aussi jeté un œil sur des livres parfois consternants, ce qui m'a encouragé : je me suis dit qu'il devait être possible de faire mieux !
Did67


Ah sympa effectivement....

Bientôt l'horticulture alors Image
0 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1958
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 194
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 31/10/18, 22:56

Did67 a écrit :
nico239 a écrit :... à moins que Mme veuille regarder la Coupe de la Ligue Image


Forcément, si elle a vu mon "post-scriptum" !


Image oh je le crois pas, promis, juré craché je n'avais pas ouvert la vidéo quand j'ai écrit cela... mince alors
0 x

Avatar de l’utilisateur
Julienmos
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 661
Inscription : 02/07/16, 22:18
Localisation : l'eau reine
x 151

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Julienmos » 01/11/18, 00:09

Did67 a écrit :ENFIN ! Une nouvelle vidéo : la situation au 29 août 2018


j'ai regardé déja en partie.

Et je comprends mieux maintenant pourquoi chez moi, depuis deux ans que j'ai agrandi le potager jusque assez près d'un mirabellier, c'est l'endroit du jardin où systématiquement les légumes sont les plus chétifs: pdt, divers choux, brocolis, poireaux qui cette année sont vraiment plutôt minables par rapport aux années précédentes... et même des engrais verts qui n'ont pas bien grandi.

Sans minimiser le rôle de la sécheresse, qui elle aussi a cette année sa part de responsabilité...
notamment pour les framboisiers, dont la plupart se sont même desséchés,car jamais arrosés...
mais le fait qu'ils ne se soient pas vraiment bien développés depuis 3 ans que je les ai plantés, c'est certainement dû à leur proximité avec le mirabellier ?
Car j'ai aussi des mûriers, un peu plus éloignés, et eux ont vraiment explosé cette année (croissance et production).

Ce mirabellier, il a des racines peu profondes à des mètres autour de lui... partout des rejets (je sais pas si c'est le bon mot?) j'arrête pas d'en arracher, et tout le temps d'autres poussent.

Donc là aussi, sans doute comme tu l'expliques dans la vidéo, il doit y avoir "compétition souterraine, par champignons mycorhyziens interposés, entre l'arbre et les légumes" jusqu'à une certaine distance.
0 x
Avatar de l’utilisateur
nico239
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1958
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 194
Contact :

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar nico239 » 01/11/18, 00:13

Julienmos a écrit :
Did67 a écrit :ENFIN ! Une nouvelle vidéo : la situation au 29 août 2018


j'ai regardé déja en partie.

Et je comprends mieux maintenant pourquoi chez moi, depuis deux ans que j'ai agrandi le potager jusque assez près d'un mirabellier, c'est l'endroit du jardin où systématiquement les légumes sont les plus chétifs: pdt, divers choux, brocolis, poireaux qui cette année sont vraiment plutôt minables par rapport aux années précédentes... et même des engrais verts qui n'ont pas bien grandi.

Sans minimiser le rôle de la sécheresse, qui elle aussi a cette année sa part de responsabilité...
notamment pour les framboisiers, dont la plupart se sont même desséchés,car jamais arrosés...
mais le fait qu'ils ne se soient pas vraiment bien développés depuis 3 ans que je les ai plantés, c'est certainement dû à leur proximité avec le mirabellier ?
Car j'ai aussi des mûriers, un peu plus éloignés, et eux ont vraiment explosé cette année (croissance et production).

Ce mirabellier, il a des racines peu profondes à des mètres autour de lui... partout des rejets (je sais pas si c'est le bon mot?) j'arrête pas d'en arracher, et tout le temps d'autres poussent.

Donc là aussi, sans doute comme tu l'expliques dans la vidéo, il doit y avoir "compétition souterraine, par champignons mycorhyziens interposés, entre l'arbre et les légumes" jusqu'à une certaine distance.



C'est surprenant dans la mesure où les framboisier sont des arbustes de «clairières» avec des proximités immédiates de multiples arbres ou plutôt de forêts entières....

Alors je n'ai pas mesuré à combien des arbres pullulent les framboisiers sauvages mais on est de l'ordre de pas grand chose

Cependant je ne suis pas assez spécialiste pour trancher si entre 1 et 3 ou 5m la différence de concurrence est primordiale ou pas.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13126
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4477

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 01/11/18, 09:55

Deux autres points jouent :

a) Tous les arbres ne "s'étalent" pas comme les "Prunus" (pruneliers, reine-claude, mirabelles, prunes) ! Eux ils ont gardé cette manie de faire des rejets, donc de drageonner, qui fait que les pruneliers font des bosquets qui gagnent chaque année un bon mètre si on laisse faire... D'autres arbres "pivotent" davantage.

b) Le framboisier, de son coté, n'a qu'un enracinement très superficiel : tu arraches facilement même un pied bien installé. Lui aussi, s'étale par drageonnage. Il vient dans les lisières humides et donc, sauf sécheresse, ne se préoccupe pas de trouver de l'eau. Il y en a là où il s'installe.

Donc je pense qu'il y a de la pace pour cohabiter avec pas mal d'arbres. Mais pas trop avec les Prunus !

Regarder dans ma vidéo, quand je parle des choux kale : en fond d'écran, des casseillers, que j'évoque, placé juste devant des frênes (c'est ma production de BRF sur place ; ils seront travaillés en têtard), coté sud, ne semblent souffrir en rien !!!! Ni compétition pour la lumière. Ni concurrence entre mycorhizes. Avant de cultiver, c'était une friche. A l'installation déjà, ces frênes étaient concurrencés. Ils ont sans doute "cherché plus bas" !
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13126
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4477

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 01/11/18, 09:57

Julienmos a écrit :
Sans minimiser le rôle de la sécheresse, qui elle aussi a cette année sa part de responsabilité...
notamment pour les framboisiers, dont la plupart se sont même desséchés,car jamais arrosés...
mais le fait qu'ils ne se soient pas vraiment bien développés depuis 3 ans que je les ai plantés, c'est certainement dû à leur proximité avec le mirabellier ?



Oui, cela a exacerbé le phénomène. Ce qui m'a "ouvert les yeux" !!!

Oui, je pense que c'est certain ! Plante quelques rejets ailleurs, en "terrain ouvert" et tu auras très vite la réponse. Dès l'année prochaine.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 13126
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 4477

Re: Le Potager du Paresseux : Jardiner plus que Bio sans fatigue

Message non lupar Did67 » 01/11/18, 12:23



En effet, superbe documentaire. Scientifiquement juste. Et avec de remarquables images - certaines de synthèse. On "voit" ce que j'ai parfois du mal à "raconter" !

Je suis content : je n'ai pas trouvé de contradiction entre ce que je passe mon temps à raconter et ce qui est "démontré". Quelques précisions utiles, peut-être. Notamment la question des tanins - j'étais justement en train d'approfondir ce point : qu'est-ce ? propriétés ?

A noter : deux mots-pièges sont utilisés et pourraient dérouter !

- 'humus" est utilisée ici par des pédologues, dans l'acception pédologique : l'horizon superficiel d'un sol intouché, communément appelé "litière". Il n'y a évidemment pas de couche de 20 / 30 cm de "substances humiques" (humus au sens des agronomes), avec des propriétés particulières liées à ces macromolécules synthétisées par les organismes du sol (surtout champignon) ; c'est normal, ce sont des pédologues qui s'expriment !

- "lombric" est utilisé au sens "générique" de vers de terre annélides ; d'où leur répartition en 3 groupes que nous connaissons ; lombric étant aussi une famille de vers de terre précise, je trouve cela regrettable, même si ce n'est pas faux.
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité