Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsDestruction de la biodiversité par souci de propreté

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2495
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 377

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar sicetaitsimple » 25/06/19, 12:46

VetusLignum a écrit :Pourriez-vous expliciter votre opinion concernant le chardon ?


Pour moi, c'est une vraie plaie si on le laisse monter à graine, j'ai pu l'observer personnellement dans un coin où une petite prairie n'était plus entretenue, en quelques années les champs autour étaient envahis.

Quant à sa domination par d'autres plantes en ne faisant rien, je suis très sceptique car c'est une plante qui démarre tôt dans la saison et qui pousse haut très vite, la dominer par quoi?
0 x

Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2404
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 389

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar Moindreffor » 25/06/19, 12:49

VetusLignum a écrit :
Christophe a écrit :J'ai pas tout lu et vous en avez peut être déjà parlé mais un bon compromis (qui ne dégrade pas la valeur du terrain et permet la biodiversité...hé oui, les gens sont cons donc faut s'adapter)...me semble être la solution des îlots de biodiversité...

Autrement dit: tondre tout en laissant des endroits sauvages.

Je vous ferais quelques photos des miens (faut d'abord que je tonde...pfff)


Ce serait sans doute mieux que rien.
La question que je me pose, c’est : avec qui fait-on un compromis ? Qui exactement veut que tout soit broyé ? Et pourquoi ça bloque ?

le problème est double, l'état ou la collectivité locale délègue de plus en plus de travaux, par exemple le fauchage à des entreprises privées qui répondent à des appels d'offres
donc après à savoir comment on comptabilise leur travail pour la rémunération, est-ce au km fauché, est-ce au temps passé, quels sont les cahiers des charges
oui on pourrait se satisfaire d'1 m, par endroit c'est fait comme ça

mais peut-être que tout simplement la largeur de fauche est fixée par celui qui fauche, donc entre une personne consciente que la nature a besoin de ces espaces ne va faucher qu'1 m et un obsédé du travail bien fait qui aura peur qu'on dise qu'il a mal bossé, va tout faucher

qui sait?
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
VetusLignum
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 207
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 12

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar VetusLignum » 25/06/19, 13:02

sicetaitsimple a écrit :
VetusLignum a écrit :Pourriez-vous expliciter votre opinion concernant le chardon ?


Pour moi, c'est une vraie plaie si on le laisse monter à graine, j'ai pu l'observer personnellement dans un coin où une petite prairie n'était plus entretenue, en quelques années les champs autour étaient envahis.

Quant à sa domination par d'autres plantes en ne faisant rien, je suis très sceptique car c'est une plante qui démarre tôt dans la saison et qui pousse haut très vite, la dominer par quoi?


Pour l’exemple de la prairie, il est évident qu’au bout d’un certain nombre d’années, la végétation ligneuse va étouffer les chardons ; mais pour l’exemple du bord des routes (dont on veut qu'elle reste herbacée), il faudrait que je recherche davantage.
Reste que, s’il y a des champs autour, on pourrait très bien faucher les chardons avant qu’ils ne fassent des graines à 30 ou 40 cm de hauteur, de manière à limiter l’impact de la fauche. Ce serait quand même mieux que de tout broyer indistinctement.
1 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48893
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 700

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar Christophe » 25/06/19, 13:15

VetusLignum a écrit :Ce serait sans doute mieux que rien.
La question que je me pose, c’est : avec qui fait-on un compromis ? Qui exactement veut que tout soit broyé ? Et pourquoi ça bloque ?


Compromis avec la vie sauvage, avec les voisins et la bienséance qui veut qu'on ait un jardin "propre" et également son patrimoine: une maison au jardin mal entretenu perd clairement de sa valeur (c'est pas moi qui le dit, c'est le "système"...c'est triste pour la biodiversité mais c'est comme ça...)
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48893
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 700

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar Christophe » 25/06/19, 13:16

Ahmed a écrit :Une autre question: quelle sera la proportion entre "îlots" et le reste? Le concept de réserve est toujours très problématique...


Dans mon cas je pense que je suis à un bon 20% de surface laissée sauvage et je ne tond que toutes les 3 semaines...les photos en fin d'après midi quand j'aurais tondu (pas loin de 25-30 cm là...)
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités

sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2495
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 377

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar sicetaitsimple » 25/06/19, 13:31

VetusLignum a écrit :Pour l’exemple de la prairie, il est évident qu’au bout d’un certain nombre d’années, la végétation ligneuse va étouffer les chardons


Certainement, mais je me plaçais a priori dans une situation , un usage, constant. Si on laisse repousser une friche puis une forêt sur une prairie, effectivement la végétation va changer.
0 x
Avatar de l’utilisateur
être chafoin
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 984
Inscription : 20/05/18, 23:11
Localisation : Gironde
x 59

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar être chafoin » 25/06/19, 16:10

J'ai observé cette année une prairie envahie par les chardons sur tout un côté de la parcelle. Et pourtant c'est une prairie temporaire.
0 x
Moindreffor
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2404
Inscription : 27/05/17, 22:20
Localisation : limite entre le Nord et l'Aisne
x 389

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar Moindreffor » 25/06/19, 16:29

Christophe a écrit :
VetusLignum a écrit :Ce serait sans doute mieux que rien.
La question que je me pose, c’est : avec qui fait-on un compromis ? Qui exactement veut que tout soit broyé ? Et pourquoi ça bloque ?


Compromis avec la vie sauvage, avec les voisins et la bienséance qui veut qu'on ait un jardin "propre" et également son patrimoine: une maison au jardin mal entretenu perd clairement de sa valeur (c'est pas moi qui le dit, c'est le "système"...c'est triste pour la biodiversité mais c'est comme ça...)

je crois personnellement que l'image que donne parfois la permaculture est négative, entre ce que montre Didier une prairie fleurie et l'autre coin une prairie qui deviendra fleurie, il y a la différence acceptable

donc quand on voit sur certaines vidéos non plus un joyeux bordel, mais une pseudo friche, on n'est plus dans l'acceptable, entre entretenir une prairie fleurie et laisser un certain abandon, il faut raison garder

souvent on passe d'un extrême à un autre, par manque de réflexion, Didier nous explique bien qu'il faut des fleurs et que pour cela il faut faucher, tardivement mais il faut faucher, donc entretenir d'autres en disant il faut laisser faire la nature se retrouvent avec un debut de friche où plus rien n'est entretenu, et la différence est visible

un potager come celui de Didier sera accepté, certains potagers de permaculteurs feront effectivement fuir
0 x
"Ceux qui ont les plus grandes oreilles ne sont pas ceux qui entendent le mieux"
(de Moi)
VetusLignum
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 207
Inscription : 27/11/18, 23:38
x 12

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar VetusLignum » 26/06/19, 19:00

Christophe a écrit :
VetusLignum a écrit :Ce serait sans doute mieux que rien.
La question que je me pose, c’est : avec qui fait-on un compromis ? Qui exactement veut que tout soit broyé ? Et pourquoi ça bloque ?


Compromis avec la vie sauvage, avec les voisins et la bienséance qui veut qu'on ait un jardin "propre" et également son patrimoine: une maison au jardin mal entretenu perd clairement de sa valeur (c'est pas moi qui le dit, c'est le "système"...c'est triste pour la biodiversité mais c'est comme ça...)

Je ne suis pas non plus extrême au point de dire qu’il faille laisser les herbes sauvages pousser partout, y compris dans nos cours ou nos allées.

Concernant le fait de laisser pousser la végétation au bord des routes dans les zones agricoles, j'ai trouvé un document avec beaucoup de réponses à mes questions.
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01095674/document

En fait, quand l'équipement laisse pousser la végétation du bord des routes en vue d'en faire des réserves de biodiversité, ce sont bien souvent les agriculteurs qui viennent la raser, avec un broyeur ou avec des herbicides.

Les agriculteurs n'aiment pas les herbes sauvages, pour diverses raisons, les principales étant la crainte que cette végétation leur cause davantage d'adventices dans leurs champs, la perception que ce n'est pas propre, ou l'idée que cela augmente le risque d'accidents sur la route. Dans l'étude, le seul qui voit vraiment la biodiversité comme un atout est un agriculteur biologique.

En fait, je me dis que laisser de la végétation hors de contrôle peut créer une angoisse et un sentiment d'insécurité chez des agriculteurs pour qui tout contrôler (et en particulier, contrôler les adventices et les ravageurs) est vu comme une priorité vitale.

Est-ce que, factuellement, cette végétation leur cause réellement davantage d'adventices ?
Les adventices craintes par les agriculteurs sont surtout le chardon, le brome, le ray-grass, et le vulpin (ces dernières étant "des graminées qui présentent parfois des résistances aux traitements herbicides actuels et dont les agriculteurs ont du mal à se débarrasser une fois dans leurs parcelles.").
Il faudrait donc regarder ce qu’il en est, et si l’herbicide que les agriculteurs appliquent déjà (parfois, en doublant la dose le long des bandes enherbées) ne suffit pas à gérer le problème.
Est-ce que cette résistance aux herbicides de certaines graminées ne serait pas aussi due à la vieille habitude qu’ont certains agriculteurs de traiter les bandes enherbées ?

La crainte pour la sécurité routière est-elle fondée, ou bien s'agit-il juste d'une excuse ?
Là aussi, c’est à étudier, et la réponse est peut-être au cas par cas.

Il y a aussi l'idée comme quoi plus les herbes sont hautes, et plus les automobilistes sont tentés de jeter des détritus dans l'accotement.

Mais ce qui m’intéresse le plus, c’est l’idée qu’il est "dégueulasse" de laisser pousser la végétation sauvage.

Les agriculteurs associent les herbes hautes et la présence de mauvaises herbes dans les bordures à un aspect sale et négligé, « visuellement, on voit que ce n’est pas entretenu » (agriculteur 51). Le non-entretien est vécu pour eux comme un travail mal fait, ils le comparent au non-entretien des jachères qui est sanctionné par la conditionnalité des aides PAC (diminution des aides si présence de chardons en graines sur une surface significative de la parcelle). Les agriculteurs se soucient de l’image de leur territoire, « c’est une honte pour les gens qui y habitent, moi je ne me sens pas bien quand je circule et que je vois mes bordures de routes aussi dégueulasses, je me dis quand même, on vit dans un département pauvre ! Ca fait département pauvre qui ne s’entretient pas » (agriculteur 53). Ils ont aussi envie de travailler dans un environnement propre, « si on entretient quelque chose de propre, pour moi c’est un peu plus sympa à regarder tous les jours » (agriculteur 66), « une bordure qui est entretenue c’est aussi un accès à un paysage, tu peux regarder au loin » (agriculteur 16).
Nous pouvons trouver écho à notre travail dans celui de Marie-Jo Menozzi [Menozzi 2007] qui s’est intéressée à la perception des mauvaises herbes en ville. Les critères attendus dans les espaces urbains sont l’ordre et la propreté alors que les plantes spontanées font référence au désordre et à la saleté, qui sont renvoyés au sauvage et à la campagne, par opposition à la ville dans l’esprit des citadins. Les termes utilisés par les citadins sont les mêmes que ceux des agriculteurs pour parler des mauvaises herbes : sale et négligé. Il est intéressant de noter cette ressemblance, qui vient peut-être du fait que la route est un élément urbain dans la campagne et subit les mêmes normes sociales que la ville : elle doit être propre et bien en ordre. Une autre hypothèse est que les agriculteurs n’associent pas la campagne au sauvage.
La campagne est le support de travail des agriculteurs et en même temps, le paysage résulte de leur action. S’ils ressentent le besoin de montrer un travail bien fait au reste de la société, les bordures de route (premier élément du paysage vu par les usagers de la route) est un espace clé qui doit être propre et entretenu.


Pour moi, c’est ici le point sur lequel il me semble le plus important de travailler, celui sur lequel il y a le plus de marge de manœuvre ; d’autant qu’il permet d’expliquer pourquoi il y a autant de broyages et de "destruction de la nature" dans des zones urbaines ou péri-urbaines où les plantes sauvages n’ennuient pas les agriculteurs dans leur travail.

Une autre remarque : l'auteur de l'étude mentionne que certains agriculteurs interrogés sont en TCS (réduction du travail du sol) ; mais on ne sait pas ce qu'ils pratiquent en matière de couverts hivernaux. Ce document date de 2014 ; et il est possible qu'aujourd'hui, certains de ces agriculteurs aient évolué vers l'agriculture de conservation ; ce qui peut impliquer une meilleure conscience du rôle positif de la biodiversité pour leur activité.
Le technique du semis sous couvert peut constituer une autre manière de contrôler les annuelles sauvages, sans herbicide supplementaire.
0 x
sicetaitsimple
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2495
Inscription : 31/10/16, 18:51
Localisation : Basse Normandie
x 377

Re: Destruction de la biodiversité par souci de propreté

Message non lupar sicetaitsimple » 26/06/19, 20:50

VetusLignum a écrit :
Les agriculteurs n'aiment pas les herbes sauvages, pour diverses raisons, les principales étant la crainte que cette végétation leur cause davantage d'adventices dans leurs champs, la perception que ce n'est pas propre, ou l'idée que cela augmente le risque d'accidents sur la route. Dans l'étude, le seul qui voit vraiment la biodiversité comme un atout est un agriculteur biologique.
En fait, je me dis que laisser de la végétation hors de contrôle peut créer une angoisse et un sentiment d'insécurité chez des agriculteurs pour qui tout contrôler (et en particulier, contrôler les adventices et les ravageurs) est vu comme une priorité vitale.


Ca théorise (ou blablate, au choix) beaucoup ici, je trouve.....Vous êtes agriculteur, ou jardinier du Dimanche?
0 x


Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Exabot [Bot] et 5 invités