Sciences et technologiesLa capillarité, c'est de l'anti-gravité?

Débats scientifiques généraux. Présentations de nouvelles technologies (hors directement liées aux énergies renouvelables ou biocarburants ou autres thématiques développées dans les autres sous forums).
ABC2019
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1059
Inscription : 29/12/19, 11:58
x 48

Re: La capillarité, c'est de l'anti-gravité?

Message non lupar ABC2019 » 10/03/20, 11:46

Christophe a écrit :Voui...y a pluka patienter ! :cheesy:

C'est possible pour la manipulation....mais je n'avais rien manipulé du tout lors de la 1ere expérience (objet de la création de ce sujet)...mon erreur a été de ne pas prendre de photos à ce moment là (pas pensé..)

a priori la raison pour laquelle ça me parait impossible est la suivante : puisque l'eau monte dans la meche, c'est qu'à l'interface entre le liquide pur et la meche, le liquide préfère la meche et monte donc.
Pour qu'une goutte de liquide pur se forme et grossisse, il faut le contraire : que le liquide prefere la phase pure à la mèche et descende dans la goutte. Il n'y a aucune raison que ça monte d'un coté et que ça descende de l'autre.

En thermodynamique, ça s'appelle le potentiel chimique : les molécules se déplacent d'un potentiel chimique élevé à un potentiel chimique faible (tout comme les corps vont d'une énergie potentielle élevée à une énergie potentielle faible, tout comme les charges électriques (positives) vont d'un potentiel électrique élevé à un potentiel électrique faible). Ce n'est d'ailleurs pas forcément un déplacement "spatial", c'est aussi le cas quand une réaction chimique se produit. La situation se stabilise quand le potentiel est le même partout, et là il n'y a plus de mouvement.
0 x

Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2067
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 132

Re: La capillarité, c'est de l'anti-gravité?

Message non lupar Exnihiloest » 10/03/20, 12:30

C'est exactement ça, ABC. L'article de wikipedia est clairement écrit :
"l'eau adhère aux surfaces du tube [capillaire] pour augmenter sa surface de contact avec le verre et diminuer sa surface de contact avec l'air, puis ses molécules sont attirées sur la partie de la surface du tube immédiatement au-delà, et par répétition de ce phénomène l'eau monte ainsi le long du tube".
Quand il n'y a plus de raison de continuer parce l'eau est en bout de mèche, que l'air tout autour ne présente plus aucune surface pour une force utile sur l'eau, et même qu'en bout de mèche la force devient de sens contraire et supérieure à la force de gravité, l'eau ne peut même pas tomber.

Ca me rappelle les essais du "smot", une rampe à aimants que remonte une bille sous la force magnétique ou bien une piste où elle est accélérée, et dont les bricoleurs espéraient qu'arrivée au bout, elle allait pouvoir retourner à son point de départ, and so on.
Ca ne marche bien sûr pas plus, car c'est la différence d'énergie potentielle magnétique entre le départ de la piste et l'arrivée qui fait déplacer la bille à cause de son potentiel magnétique plus important à sa position de départ qu'à l'arrivée. C'est comme espérer qu'une bille lachée du haut d'un plan incliné et accélérant sous la gravité, aura assez d'énergie en bas, pour y remonter. Ca marcherait en théorie s'il n'y avait aucun frottement, mais il y en a, et même s'il n'y en avait pas le bilan énergétique serait nul, on ne pourrait tirer aucune énergie du système.
C'est une règle générale dans le cas des potentiels : une différence d'énergie potentielle ne dépend pas du chemin suivi. Elle ne dépend que du potentiel de départ et d'arrivée. Aucun cycle n'est donc possible puisqu'alors les points de départ et d'arrivée sont identiques.
0 x

Revenir vers « Sciences et technologies »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités