Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Sciences et technologiesCRISPR-Cas9, l'homme OGM arrive, bienvenue a Gattaca !!

Débats scientifiques généraux. Présentations de nouvelles technologies (hors directement liées aux énergies renouvelables ou biocarburants ou autres thématiques développées dans les autres sous forums).
steph_tsf
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 4
Inscription : 14/02/16, 18:28

Re:

Message non lupar steph_tsf » 14/02/16, 20:18

simplino a écrit :Ce n'est pas une hypothèse, c'est une réalité scientifique : nous somme formés à 8% de vieux rétrovirus.
Peu de gens réalisent les conséquences sociétales probables de l'outil CRISPR-Cas9 qui nous permet d'optimiser le vivant (y compris l'homme) de façon routinière en éditant l'ADN et l'ARN. La majorité des personnes qui comprennent l'importance de l'outil CRISPR-Cas9, refuse d'admettre le fait que désormais, notre rapport à la nature change, et que par extension, notre rapport à notre propre corps (à titre individuel) change aussi. Or, tout nouvel outil constitue non seulement un facteur de progrès, mais malheureusement aussi un nouveau facteur de risque en termes d'accident épidémiologique et/ou de guerre. Il s'ensuit que si l'humanité survit à ce nouvel outil, elle revendiquera un nouveau statut au sein du vivant. Il faut anticiper le fait que la science découvre que les chromosomes du vivant (je ne parle pas que de l'espèce humaine) contiennent des sections qui programment la croissance, la maturité, la sénescence et la mort. Il faut anticiper le fait que la société humaine opte pour la qualité plutôt que la quantité (démographie). Vous imaginez les implications, les risques de conflits ? Il faut anticiper le fait que la société humaine opte pour un allongement considérable du cycle de vie humaine (quasi-immortalité). Il faut anticiper le fait que la société humaine décide d'instaurer une rétroaction au niveau de la reproduction humaine, afin d'augmenter la propagation des caractères jugés comme positif, et afin de diminuer la propagation des caractères jugés comme négatifs (eugénisme). Il faut anticiper le fait que la société humaine étende tel processus au reste de la biosphère.

Il est évident pour moi que la seule solution pour éviter le conflit généralisé, consiste en la préparation horizon 50 ans, de communautés humaines désireuses de vivre sans attache, en autarcie le plus loin possible dans l'espace. C'est aussi simple. Maintenant que vous savez cela, il est inutile que vous essayiez de convaincre qui que ce soit. Cela aère la réflexion.

Maintenant, regardez bien. L'outil CRISPR-Cas9 sera forcément présent dans ces communautés "émigrées", qui le verront non pas comme une source de discorde sur terre, mais comme un outil pour assurer la survie et la reproduction loin dans l'espace. Dans une telle optique, CRISPR-Cas9 s'appliquera principalement pour optimiser la production d'aliments, de réactifs et d'énergie. L'optimisation de l'homme et l'eugénisme seront pratiqués en toute connaissance de cause, la moindre erreur signant la mort de la communauté. C'est un bon gage, non ? Réfléchissez. Pensez aux qualités des communautés qui auront passé cette épreuve. Cette dynamique est géniale.

D'ici 100, 1.000 ou 10.000 ans, à considérer que telle ou telle communauté daigne s'intéresser à son berceau, elle prendra attitude. Le premier grand débat qui régnera au sein de cette communauté, sera de décider si oui ou non il convient de se préoccuper de l'état du berceau, éventuellement considéré comme emballage consigné. Il se peut qu'un schisme s'opère, à tel niveau, la nouvelle communauté se séparant en deux branches (s'intéresser, ou ne pas s'intéresser). Le deuxième grand débat qui régnera au sein d'une des branches, sera de décider si oui ou non il convient d'intervenir, et le cas échéant, quel mix utiliser (météorite, déluge, prophète, mutation). On imagine les tensions qui régneront dès que les positions des uns et des autres seront incompatibles. Là aussi, il se peut que des schismes s'opèrent. L'espace étant virtuellement illimité, des nouvelles branches apparaîtront et prospéreront chacune de leur côté, sans rentrer en conflit.

Il devient alors évident que plus on se rapproche du berceau (la terre), plus le danger de clash est grand. Le berceau (la terre) n'est donc pas le meilleur et le plus sur endroit de l'univers. Sur un certain plan, c'est le pire endroit de l'univers. C'est cela qu'il faut bien réaliser, et garder à l'esprit.

Il est probable que tel processus soit cyclique. Il est probable que certains de nos ancêtres en aient perçu des bribes, interprétées de façons diverses.

Je suis bien conscient que telle dynamique n'explique pas le pourquoi du comment du Grand Tout, à notre niveau actuel. N'en demandez pas plus. Un jour viendra, que CRISPR-Cas9 permettra de bricoler la machinerie en nous, qui est en charge de la perception du temps. Ce sera alors le moment d'en reparler, de ce Grand Tout, et de l'autre Grand Grand Tout qui le contient éventuellement - à moins qu'à tel niveau, concept ne tienne plus.
0 x

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5304
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 174

Re: Re:

Message non lupar sen-no-sen » 14/02/16, 21:46

steph_tsf a écrit : Il faut anticiper le fait que la société humaine opte pour un allongement considérable du cycle de vie humaine (quasi-immortalité).


Salut stef_tsf!

On peut malheureusement anticiper le fait que certain individu opte pour une vie plus longue,voir pour une certaine forme d'immortalité.
Tes craintes sont justifier,car à l'heure d'aujourd'hui les découvertes scientifiques et leurs exploitation techno-scientiste s'inscrivent au sein d'un économisme tout puissant.
On peut dès lors présager que vivront plus vieux ceux qui en possède les moyens...c'est hélas déjà une demi-vérité lorsque l'on voit les différences entre pays en voie de développement et pays industrialisés.

Il faut anticiper le fait que la société humaine décide d'instaurer une rétroaction au niveau de la reproduction humaine, afin d'augmenter la propagation des caractères jugés comme positif, et afin de diminuer la propagation des caractères jugés comme négatifs (eugénisme).


L’eugénisme existe déjà d'une certaine façon,notamment lors de la découverte d'un fœtus présentant les caractéristiques de la trisomie 21 au cours d'une échographie et ,bien souvent, un tel diagnostic aboutie à un avortement,alors que les trisomiques sont complétement viables et peuvent être heureux.

Il est évident pour moi que la seule solution pour éviter le conflit généralisé, consiste en la préparation horizon 50 ans, de communautés humaines désireuses de vivre sans attache, en autarcie le plus loin possible dans l'espace. C'est aussi simple. Maintenant que vous savez cela, il est inutile que vous essayiez de convaincre qui que ce soit. Cela aère la réflexion.


Dans les 50 années cela relève de l'utopie,aucune planète n'étant habitable dans les 10 années lumière à la ronde...et je suis très, très gentils sur les ordre de grandeur!
Le scénarios interstellar n'est pas près d'arriver.
Tout dois donc être mis en place pour assurer la protection de la biosphère.

D'ici 100, 1.000 ou 10.000 ans, à considérer que telle ou telle communauté daigne s'intéresser à son berceau, elle prendra attitude. Le premier grand débat qui régnera au sein de cette communauté, sera de décider si oui ou non il convient de se préoccuper de l'état du berceau, éventuellement considéré comme emballage consigné.


Il faudrait déjà que l'humanité survive à ce siècle,et ça n'est pas gagné,notamment avec le danger que représente les NBIC dont fait partie la technologie CRISPR- Cas9.
Les éventuelles améliorations de nos capacités cognitives par le biais des NBIC comme en appel les défenseurs du transhumanisme risque bien de provoquer de façon très rapide notre disparition.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
steph_tsf
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 4
Inscription : 14/02/16, 18:28

Re: Re:

Message non lupar steph_tsf » 15/02/16, 00:41

sen-no-sen a écrit :Dans les 50 années cela relève de l'utopie,aucune planète n'étant habitable dans les 10 années lumière à la ronde...et je suis très, très gentils sur les ordre de grandeur!
A notre niveau actuel, les planètes doivent être considérées comme des réservoirs de matières premières. Les 50 ans dont je parle, c'est pour établir des groupes humains 1) mis à l'abri d'une guerre planétaire dont l'humanité ne se relèvera pas 2) mis à l'abri des atmosphères hostiles, des tempêtes et autres phénomènes climatiques 3) bien conscients de ce que les conflits mènent à l'autodestruction. L'espace ouvert est le meilleur endroit. Pas les planètes. Les planètes sont des réservoirs de matières premières, point barre. Cela marche bien lorsqu'une lune ou un astéroïde a frappé ladite planète, parce qu'alors, il n'y a qu'à se servir dans les anneaux de débris qui se forment. Il faut se diriger vers Saturne. Il faut la considérer comme une station-service providentielle, et scruter tout ce qui semble bizarre dans le secteur, en orbite. C'est à-partir de cela qu'il faut roder les techniques du futur. Ensuite, mais c'est plus difficile, il faut s'intéresser aux petites lunes, parce qu'elles sont plus fréquentes que les anneaux, et que c'est ce sur quoi il faut compter sur le long terme. Débarquer sur Mars n'a pas grande utilité. S'ancrer sur les lunes de Mars pour y expérimenter des néo-sidérurgies me semble plus utile. Il nous faudra capter beaucoup d'énergie solaire. Lorsque nous parviendrons à faire pousser de la matière comme on fait pousser des cristaux, et que cette matière suffit à notre survie, nous aurons atteint un nouveau stade de l'évolution. Au fil du processus, on choisira de rationaliser notre propre biologie, en limitant drastiquement le nombre de composants nécessaires. Si dans notre corps on peut remplacer le métabolisme du calcium, par un métabolisme (qui reste à inventer) du carbone, on n'hésitera pas à le faire. Idem les tissus, dont on diminuera l'importante différenciation en optant pour quatre ou cinq matériaux ciblant une fonction (transport de la nutrition, transport de l'influx, transport des rejets, etc.). Une machinerie délicate comme le cœur humain, qui bat en se contractant et en se dilatant, constituée de nombreux matériaux différents, sera remplacée par un dispositif standardisé, miniaturisé, qui fait uniquement appel aux matériaux standardisés. Ledit cœur, installé en triple redondance, sera régénéré par les métabolismes ad-hoc, développés en parallèle. Idem la respiration. Idem la musculation. En ce qui concerne l'alimentation, la digestion et la nutrition, on bazardera 80% de la machinerie actuelle. On l'oublie trop souvent, au cours des ages, une partie du système digestif de l'Homme lui est devenu externe, cela s'appelle une marmite ou une casserole. Pourquoi dès lors s'arrêter en route ? Qu'on assume une fois pour toutes que l'Homme nécessite un processeur externe pour s'alimenter, et l'on pourra réformer 80% de sa machinerie interne. De ce qui existe actuellement, on ne conservera que ce qui est nécessaire pour entretenir l'influx nerveux et le cerveau. Dans un premier temps. Car le temps qu'on comprenne le fonctionnement du cerveau, le temps qu'on en comprenne les tenants et les aboutissants, on rationalisera tout ce qui le concerne. Il faut s'y faire. Si l'Homme réussit, il est appelé à changer au point de devenir méconnaissable.

Pendant ce temps, nos "savants" n'auront de cesse de s'interroger à-propos des bouts de code ADN dont ils n'arrivent pas à percer la fonction.
On imagine les expériences qui seront nécessaires pour explorer cela.
Chaque expérience nécessitera d'élever des humains, de les éduquer, de leur apprendre à parler, pour que nous rendions compte de ce qui a changé. Les uns seront violents, les autres seront inintelligents, les autres seront géniaux, et d'autres encore disposeront de facultés surprenantes, telles les facultés de certains autistes. Cela peut aller jusqu'à une perception altérée du temps et de l'espace débouchant sur l'hypermnésie, la précognition, la schizophrénie, la volonté de se suicider, la volonté d'anéantir le monde, etc. Sans parler de la possibilité de tomber sur des séquences ADN qui engendrent des comportements prophétiques, qui tendent à montrer qu'une communication peut être établie entre un Homme et autre chose (hypothèse du Dieu), ou qui tendent à montrer que l'Homme peut de lui-même se transformer (hypothèse Bouddhique). Il y aura intérêt à bien boucler sa ceinture.
Idem l'expérimentation sur les animaux. Chemin faisant, on découvrira ce qui se cache derrière ce qu'on appelle pudiquement l'instinct, et là aussi, il y aura intérêt à bien boucler sa ceinture.
Lorsque la suppression de telle ou telle séquence ne débouche sur rien de mesurable, la controverse s'amplifie.
Les uns diront que ces séquences opèrent comme bouchons, comme pare-chocs déformables, qui ne servent pas à la synthèse des protéines, mais qui servent à protéger certaines parties fragiles et/ou importantes du code ADN, situées en aval ou en amont.
Les autres diront que ce sont des vestiges abîmés, qu'on peut supprimer sans arrière pensées.
D'autres encore diront que ce sont des outils de défense contre des situations auxquelles nous n'avons pas encore été confrontées, qu'il importe de ne pas supprimer ou éditer.
Vous voyez dans quels débats on arrive ....

Et on n'a pas encore réalisé que nous atteindrons très vite ce stade. C'est pour demain !
En 2016, nous sommes comme si on venait d'inventer le transistor en 1947, qui banalisait l'électronique. Il faut bien noter qu'en 1947, le transistor n'était pas une révolution. L'électronique existait bien avant lui. Depuis plusieurs décennies, il y avait le tube à vide sur base duquel on construisait des outils de télécommunication et des ordinateurs, lourds, fragiles et coûteux. Avant 1947, des précurseurs du transistor avaient été décrits, tel le le transistor à effet de champ, considéré comme farfelu par les soi-disant "savants" et/ou victime de suppression de la part des producteurs de tubes à vide. C'est le même schéma que l'outil CRISPR-Cas9 ! Le transistor n'avait rien de fondamental, c'était en réalité un outil de banalisation, tout comme l'outil CRISPR-Cas9 n'a rien de fondamental, étant lui aussi un outil de banalisation.

La banalisation de l'électronique a initié une succession d'innovations en progression géométrique. L'industrialisation du transistor germanium commence au début des années 1950. Il y a ensuite le passage au transistor silicium au début des années 1960 (plus robuste, il tient mieux la tension), les circuits intégrés au début des années 1970 (une vingtaine de transistors dans chaque machine), les microprocesseurs au début des années 1980 (des milliers de transistors dans chaque machine), le PC Windows et le modem au début des années 1990 (des centaines de milliers de transistors dans chaque machine), internet et la téléphonie mobile au début des années 2000 (des millions de transistors dans chaque machine), la vidéo mobile et la réalité augmentée au début des années 2010 (des milliards de transistors dans chaque machine). Il s'ensuit que tout homme civilisé est désormais 1) capable de communiquer de façon instantanée avec n'importe quel autre homme civilisée (abolition des barrières telles la distance et la langue), et 2) capable d'accéder au savoir universel grâce à son terminal mobile. On conviendra aisément de ce qu'on assiste là à une augmentation significative des facultés de l'homme de la rue en 50 ans (1947-1997), qui s'accélère au cours des deux décennies qui suivent (1997-2017) au point de rendre l'Homme de la rue, virtuellement omniscient ... mais encore mortel, et franchement inadapté à son biotope.

J'en déduis qu'en ce qui concerne l'outil CRISPR-Cas9, d'ici 50 ans, donc en 2066, il y aura en permanence dans notre corps un milliard d'outils dérivés du CRISPR-Cas, qui augmentent de façon significative les facultés de l'homme de la rue, encore faut-il avoir une imagination fertile pour oser en tracer les nouveaux contours. Immortalité et adaptation au biotope seront les thèmes structurants. Celui qui en 2086 se retournera sur les 70 années qui ont précédé, conviendra aisément de ce que l'accélération du progrès intervenu sur les 20 dernières années (2066-2086) a transformé l'Homme de la rue en une autre entité, virtuellement immortelle, parfaitement adaptée à son nouveau biotope (l'espace), une entité qui considère désormais la terre pour ce qu'elle est : un cocon dont il faut se défaire, qu'il faut laisser en arrière.
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6105
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 372

Re: CRISPR-Cas9, l'homme OGM arrive, bienvenue a Gattaca !!

Message non lupar Ahmed » 15/02/16, 10:54

C'est une vision bien linéaire de l'avenir que tu as, Steph!
Il est assez surprenant que les difficultés auxquelles est confrontée l'humanité actuellement soient jugées (et souvent par des représentants de courants opposés) plus difficiles à surmonter que la fuite dans l'espace qui supposerait des capacités dont nous sommes très loin de disposer, si tant est que nous en disposions un jour.
Pourtant, s'il est effectivement peu probable que les problèmes terrestres se résolvent, ce n'est pas faute de possibilités, et sans qu'il soit nécessaire d'aucune innovation technologique d'aucune sorte...
Il me semble qu'il s'agit là d'un travers très répandu, qui consiste à rêver de reverdir le désert alors que l'on ne peut s'empêcher de stériliser les terres agricoles... Il se produit une fuite vers l'accomplissement héroïque, au détriment de ces écosystèmes dont nous sommes tributaires et perçus, de ce fait, comme trop triviaux pour mériter notre attention...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5304
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 174

Re: Re:

Message non lupar sen-no-sen » 15/02/16, 11:09

steph_tsf a écrit :
sen-no-sen a écrit :(...) Une machinerie délicate comme le cœur humain, qui bat en se contractant et en se dilatant, constituée de nombreux matériaux différents, sera remplacée par un dispositif standardisé, miniaturisé, qui fait uniquement appel aux matériaux standardisés. Ledit cœur, installé en triple redondance, sera régénéré par les métabolismes ad-hoc, développés en parallèle. Idem la respiration. Idem la musculation. En ce qui concerne l'alimentation, la digestion et la nutrition, on bazardera 80% de la machinerie actuelle. On l'oublie trop souvent, au cours des ages, une partie du système digestif de l'Homme lui est devenu externe, cela s'appelle une marmite ou une casserole. Pourquoi dès lors s'arrêter en route ? Qu'on assume une fois pour toutes que l'Homme nécessite un processeur externe pour s'alimenter, et l'on pourra réformer 80% de sa machinerie interne. De ce qui existe actuellement, on ne conservera que ce qui est nécessaire pour entretenir l'influx nerveux et le cerveau. Dans un premier temps. Car le temps qu'on comprenne le fonctionnement du cerveau, le temps qu'on en comprenne les tenants et les aboutissants, on rationalisera tout ce qui le concerne. Il faut s'y faire. Si l'Homme réussit, il est appelé à changer au point de devenir méconnaissable.


En somme du transhumanisme... :|
Lorsque que l'être humain aura commencé à bricoler sont génomes,nous signerons notre arrêt de mort.
Chaque modification en entrainera une autre,puis une autre jusqu’à, comme tu le mentionne, à arriver à un être méconnaissable.
Un exemple parmi d'autre sur la sexuation et le dimorphisme sexuel:pourquoi y aurait il encore des hommes et des femmes dans un tel monde sachant que tôt ou tard la reproduction pourra se réaliser via des machines (utérus artificiel)?
Les transformations social seront irrémédiable et sonneront la fin de l'humanité.
La vision transhumaniste est complétement naïve car elle extrapole une vision fantasmé de "l'homme augmenté".
Hors la technologie possède quelque chose de Faustien,tout ce qu'elle donne d'un coté est repris de l'autre.
Toute augmentation de nos capacité physique se fera au détriment de notre liberté,notamment en raison de la maintenance.

Autre point concernant les capacités cognitives,vouloir les doper serait là encore une erreur.
L'homo sapiens dispose d'une conscience réflexive extériorisé très développé a contrario de sa conscience réflexive intériorisé (subconscient) quasi-atrophié.
C'est notamment cette particularité qui nous a permis de développer la technologie,mais c'est également celle là qui a favoriser les comportements ultra-violent du fait du manque d'empathie...vouloir augmenter nos capacités cognitives devrait logiquement entrainer une croissance de la performance technologique et de la compétition...

la vidéo mobile et la réalité augmentée au début des années 2010 (des milliards de transistors dans chaque machine). Il s'ensuit que tout homme civilisé est désormais 1) capable de communiquer de façon instantanée avec n'importe quel autre homme civilisée (abolition des barrières telles la distance et la langue), et 2) capable d'accéder au savoir universel grâce à son terminal mobile. On conviendra aisément de ce qu'on assiste là à une augmentation significative des facultés de l'homme de la rue en 50 ans (1947-1997),


Vision naïve...les écoliers sont ils de nos jours plus intelligents que leurs parents,ou leurs grand parents?
Les contradictions internes à nos sociétés,notamment via les NTIC,à plutôt favoriser "l'entertainment" que l'accroissement des savoirs...il n'y a qu'a regarder l'éducation nationale et ses sempiternelles remise en cause des programmes scolaires.
Je ne parle même pas de la perte de concentration exponentielle des jeunes générations,qui est pourtant moteur de la performance intellectuelle...

Celui qui en 2086 se retournera sur les 70 années qui ont précédé, conviendra aisément de ce que l'accélération du progrès intervenu sur les 20 dernières années (2066-2086) a transformé l'Homme de la rue en une autre entité, virtuellement immortelle, parfaitement adaptée à son nouveau biotope (l'espace), une entité qui considère désormais la terre pour ce qu'elle est : un cocon dont il faut se défaire, qu'il faut laisser en arrière.


Et pourquoi faire tout cela?
L'humain aura effectivement déserté la terre de sa présence puisqu'il aura disparu...
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

steph_tsf
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 4
Inscription : 14/02/16, 18:28

Re: Re:

Message non lupar steph_tsf » 15/02/16, 17:25

sen-no-sen a écrit :Et pourquoi faire tout cela?
Parce qu'une fois acclimaté à l'espace, l'Homme peut aller de l'avant, sans entraves, sans territoire à défendre. La véritable liberté, elle est là. Comparez l'Homme à l'animal. Vous comprendrez que la terre, pour l'homme, n'est qu'une ressource qu'il doit exploiter pour s'outiller. Biologiquement parlant, les animaux sont "finalisés", je veux dire qu'un animal est incontestablement plus abouti que l'Homme, en ce qui concerne la survie. L'Homme quant à lui, est tout, sauf "finalisé". L'Homme, étant donné qu'il est équipé de façon insuffisante, constitue une plateforme flexible et évolutive. Sur terre, l'Homme a pris l'habitude d'être dépendant de systèmes vitaux qu'il a créés, comme la distribution d'eau, la distribution d'électricité, l'habitation, l'agriculture, l'élevage. Il en ira de même dans l'espace, c'est tout.
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6105
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 372

Re: CRISPR-Cas9, l'homme OGM arrive, bienvenue a Gattaca !!

Message non lupar Ahmed » 15/02/16, 17:46

Les systèmes de distribution sont des "tuyaux", ce qui passe dedans est issu du milieu naturel; de ce point de vue, il n'y a qu'une différence de degré d'avec les autres animaux... Extrapoler une forme d'indépendance très minime par rapport à la nature pour en conclure à une possibilité de vie inter galactique est tout sauf légitime.
Affirmer qu'un homme est moins "abouti" qu'un animal en terme de survie n'est pas pertinent: la pression anthropique sur tous les milieux et les autres espèces ne plaide pas en ce sens.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5304
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 174

Re: Re:

Message non lupar sen-no-sen » 15/02/16, 21:19

steph_tsf a écrit :
sen-no-sen a écrit :Et pourquoi faire tout cela?
Parce qu'une fois acclimaté à l'espace, l'Homme peut aller de l'avant, sans entraves, sans territoire à défendre.


L'être humain,le terrien donc, n'est pas par nature "acclimaté" à l'espace qui est par définition dépourvu de climat...
L'adaptation à l'espace ne peut s’envisager que par le biais d'une très large panoplies technologiques qui par nature restreigne notre liberté(il n'y a qu'a observé les astronautes),ou bien par une modification totale de notre "architecture corporelle".
Ici, exit les manipulations biologique de très peu d'aide dans l'environnement spatiale,et bonjour au corps mécanique..peut ont alors parler d'humain?
Manifestement non.
Qui plus est si je suis ta logique,chose que la SF a fait depuis longtemps,on peut imaginer que l'accroissement des capacités de déplacements entrainera de fait un accroissement des territoires,ce qui au final ne fait que transposer les problématiques actuelles a plus grande échelles.

Biologiquement parlant, les animaux sont "finalisés", je veux dire qu'un animal est incontestablement plus abouti que l'Homme, en ce qui concerne la survie.


Je vois ce que tu veut dire,mais il serait plus juste de parler d'évolution "verticale" vs "horizontale".
Le terme de finalité est un gros mots dans le langage scientifique, à proprement parlé il n'a pas de fin dans l'évolution:tant qu'une structure biologique peu évoluer elle évolue.
Hors c'est celle ci qui a permis l'émergence d'animaux complexes se définissant en grande partie par leur culture propre.
C'est en cette raison que les homo sapiens ne sont pas "finis",c'est à dire qu'ils ne sont pas pleinement opérationnelle à la naissance(c'est le cas chez les grands singes également,les cétacés et d'autres).
Aucun indice ne laisse supposé que la vie atteindrait une fin "programmé"(fixisme),la seul fin étant celle des conditions au maintient de la vie dans un écosystème donné.
Dans la traditions il question de l'évolution spirituelle de l'homme,saut qualitatif plutôt que quantitatif.
Hors le modèle que tu défends tendrait à accélérer l’évolution humaine quantitativement par le biais de la technologie,j'y vois pour ma part un bel écueil et un miroir aux alouettes!
C'est en fait la technologie qui se sert de nous pour accélérer SON évolution...nuance astronomique! :(

Sur terre, l'Homme a pris l'habitude d'être dépendant de systèmes vitaux qu'il a créés, comme la distribution d'eau, la distribution d'électricité, l'habitation, l'agriculture, l'élevage. Il en ira de même dans l'espace, c'est tout.


C'est bien l'aveu que même en allant dans l'espace,notre espèce,ou plutôt ce qu'il en restera ne sera jamais vraiment libre... :roll:
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
steph_tsf
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 4
Inscription : 14/02/16, 18:28

Re: CRISPR-Cas9, l'homme OGM arrive, bienvenue a Gattaca !!

Message non lupar steph_tsf » 16/02/16, 04:11

Dans le futur, l'écologie sera la cause de conflits dogmatiques, atroces. Au nom de l'écologie, au nom de l'équilibre de la biosphère, vous déciderez de quotas en ce qui concerne la natalité, et en ce qui concerne l'accès aux ressources vitales. Vous, les écolo, vous constituez le plus gros troupeau d'idiots utiles, au service de ceux qui exploitent la concentration du pouvoir et des richesses. Votre argumentation leur donne des arguments, à eux. La trajectoire que vous prônez est la pire qu'on peut envisager pour l'Homme.

Vous constatez que les ressource de la terre sont limitées, alors que la population humaine ne fait que croître, et qu'en plus de cela, les prétentions de l'Homme ne font que croître elles-aussi. Il y a donc un problème au carré (le nombre et les prétentions). Tout le monde remercie les écologistes de la première génération, d'avoir pointé et explicité ce problème au carré, et d'en avoir illustré les conséquences dommageables sous une forme intelligible par l'homme de la rue.

Là où votre pensée commence à gauchir, c'est lorsque vous taisez le problème de la surpopulation, je veux parler de diverses grandes régions du monde où le taux de natalité est frénétique. Là tout d'un coup, c'est le silence radio, le bobo écolo fait comme si il n'y avait pas de problème. Les années passant, notre bobo écolo se rend compte qu'il ne peut pas améliorer sa condition, il consomme toujours autant, il gaspille toujours autant, et il paie de plus en plus d'impôts. Alors face à sa propre inanité, le bobo écolo met en branle un processus de compensation qui lui permet de garder un semblant d'estime de soi, et qui en plus de cela, le fait apparaître comme le meilleur des hommes aux yeux des autres hommes. Il envoie de l'argent, des médicaments, des vaccins, du coca-cola et des cigarettes dans ces grandes régions du monde qui constituent des bombes démographiques. Et tout cela, en continuant à pointer d'un doigt accusateur la surpopulation et la surconsommation. Voilà les faits. C'est irréfutable.

D'un côté, vous voulez le confort et la liberté, pour vous et pour tout le monde ici bas. De l'autre côté, vous savez qu'une régulation de la natalité, éventuellement manu-militari, est nécessaire pour respecter des quotas de population calculés en fonction des sources renouvelables locales, bassins de population par bassins de population. Vous vous débattez dans ce problème moral, apparenté à celui du jardinier.

Vous ne vous êtes jamais demandés pourquoi il fallait préserver notre biosphère.

Soit vous prêchez le status-quo, et par conséquent, plus le temps passera, plus le reste du monde vous assimilera à la communauté Amish : vivre de façon simple à l'écart du monde moderne.
Soit vous prêchez le progrès, l'évolution.
A vous de me répondre, en évitant les mots fourre-tout qui se terminent par -isme.
Pensez avec des mots, vos propres mots, et pas avec des slogans.

Vous ne vous êtes jamais demandés comment vous envisagiez le progrès et l'évolution. Vous ne faites que prendre attitude, en réaction à ceci ou à cela. C'est minable.

Tôt au tard, vous devrez reconnaître qu'il existe une force qui pousse l'Homme à étendre son champ d'action, du plus petit (théories atomiques) au plus grand (théories cosmogoniques). On peut éventuellement déduire de cela, que l'Homme ne serait plus Homme, si vous lui interdisez de pratiquer ce dada. Chemin faisant vous arriverez à la conclusion que la biosphère est une matrice, un cocon, qui aide à la pleine réalisation de l'Homme. Il me semble évident et naturel, que l'Homme doive continuer à tirer du cocon, tout ce qui lui est nécessaire pour se réaliser pleinement.

L'électronique qui en 70 ans a engendré les télécoms globales et l'accès instantané à l'information, a bel et bien transformé l'Homme. L'Homme s'est ainsi greffé un membre synthétique, un organe synthétique, dédié à l'information. Pour l'instant cette greffe est partielle, cet organe synthétique se contentant d'exploiter comme interface les yeux, les oreilles, et les doigts.

Maintenant que l'outil CRISPR-CAs9 est là (cfr. la génomique), il est important d'anticiper à quel point les réalisations génomiques vont transformer l'Homme. La génomique va se déployer sur trois axes principaux : d'une part, la régulation de la natalité humaine, d'autre part, l'optimisation du vivant (y compris l'Homme), notamment en ce qui concerne l'Homme, la création d'interfaces plus performantes que les yeux, les oreilles et les doigts, et finalement, la substitution d'organes naturels par des organes synthétiques.

La régulation de la natalité humaine sera pratiquée par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), sachant que l'OMS est une institution spécialisée de l'ONU (Organisation des Nations Unies - Casques bleus), principalement subsidiée par les Etats-Unis d'Amérique, avec le concours technique de l'Armée des Etats Unis qui consacrera des moyens importants pour mettre au point toutes les techniques nécessaires, pendant le moratoire (en forme d'embargo) qui sera décidé sur l'outil CRIPSR-Cas9. Considérez cela comme une évidence. Demandez-vous comment l'OMS fera pour ne pas être qualifiée d'organisation génocidaire. Demandez-vous par conséquent qui jouera le rôle de pion sacrifiable. La réponse coule de source. "On" créera une branche écolo déviante, radicale, facilement identifiable donc facilement condamnable, qui commettra un abominable péché : celui qui consistera à inoculer de façon globale le gène de la régulation de la natalité. Le pion sacrifiable sera la société pharmaceutique soi-disant noyautée par cette branche écolo déviante, qui a produit tel ou tel vaccin acheté par tel ou tel département de l'OMS. La société pharmaceutique sera déclarée coupable, et démantelée, et ses dirigeants en fuite. Le département achats de l'OMS sera déclaré coupable, et plutôt que de le démanteler, on lui confiera plus de moyens pour qu'il soit à même de mieux contrôler les produits achetés. Aussi simple !

L'optimisation du vivant (y compris l'Homme), et tout particulièrement en ce qui concerne l'Homme, la création d'interfaces plus performantes que les yeux, les oreilles et les doigts, sera du ressort de l'industrie grand-public. Un organisme mondial sera en charge de l'homologation.

C'est de cette filière là qu'apparaîtront les premières propositions de substitution de certains organes (cœur, poumons, système digestif) par leurs équivalents synthétiques, internes ou externes, moins coûteux, moins hasardeux et moins handicapants que les traitements médicaux et les greffes.

Le temps passant, on en viendra à pratiquer la substitution sur tous, dès le plus jeune âge. Pourquoi ? Parce que l'élevage et l'agriculture, tels qu'on les connaît actuellement, apparaîtront comme scandaleusement immoraux et inefficients.

C'est à ce moment là qu'on commencera à comprendre que l'espace (stations spatiales dans le vide en zéro gravité) présente des avantages, pour autant qu'on accepte le fait que la survie de l'Homme a toujours été, et demeurera toujours, dépendante d'un certain biotope. L'espace constitue un biotope simplifié, facile à appréhender. Au niveau de la survie de l'espèce, le compartimentage que l'espace amène, est un facteur de sécurité. Une station spatiale qui dépressurise de façon accidentelle, entraîne la mort de tous ses occupants. Mais comme cette station spatiale est indépendante d'une multitudes d'autres, situées près ou loin, le désastre reste purement local.

Laissez cette dynamique tourner 50 ans et vous verrez apparaître les contours d'un néo-Homme virtuellement immortel.
Mettez 20 ans de plus, et tout cela fera partie intégrante de la société humaine, tout le monde choisissant de s'équiper ainsi.

Considérez les tours d'habitation à Dubaï, si hautes qu'on en perd la notion du sol.
Rappelez-vous la sérénité qui prédomine, lorsque vous rêvassez en avion, en train de regarder les nuages, malgré que l'avion soit une sorte de boulet de canon qui défonce l'atmosphère. Imaginez-vous maintenant dans une station spatiale, flottant librement dans l'espace.

Je comprends que les mots qui précèdent puissent choquer, de la même façon que je vous aurais dit en 1947, à l'occasion de l'avènement du transistor, que grâce à lui, dans 70 ans, tout le monde aura dans sa poche un appareil photo, une radio, une TV, un enregistreur audio, un enregistreur vidéo, une médiathèque équivalente à 10.000 photos, 1000 livres pouvant être lus à voix haute par la machine, 100 grands disques audio en stéréo et 10 grands films en couleur, un téléphone, un agenda, un carnet d'adresse illustré de photos et de films, un journal intime, un traducteur de textes, un traducteur multilingue, et en plus de cela, l'accès instantané à une multitude de banques de savoir, et en plus de cela, la possibilité de contribuer en envoyant des photos, des notes, des commentaires, des avis, des critiques, des livres, des musiques, des films, tout cela sans frontières, de n'importe quel pays à n'importe quel pays dans le monde entier, avec une fonction de mémorisation globale qui fait qu'un contenu donné peut être retrouvé et éventuellement édité à-partir des mots qui le décrivent. Tout cela a un prix, qu'on craint d'être exorbitant. En réalité, le prix de tout cela avoisine 10% du revenu net. Celui qui gagne 1.500 eur net par mois, dépense environ 150 eur par moins en télécommunication.

Réfléchissez de façon analogue en ce qui concerne l'outil CRISPR-Cas9. Tirez-en les conclusions qui s'imposent. Et de grâce, cessez de glosez en utilisant des mots qui se terminent en -isme. Pensez à vous, rien qu'à vous, et contentez-vous de vous demander ce que vous voulez là dedans. Toute autre posture est source de discorde, avant même que les avis ne divergent.
0 x
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2400
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 121
Contact :

Re: CRISPR-Cas9, l'homme OGM arrive, bienvenue a Gattaca !!

Message non lupar izentrop » 16/02/16, 09:56

Prêcheur masqué ?
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.


Revenir vers « Sciences et technologies »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités

Recherches populaires