Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion)Le pétrole de schiste croule sous les dettes

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire, REP, EPR, fusion chaude, ITER, centrales thermiques, cogénération, trigénération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques.
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4350
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 314
Contact :

Le pétrole de schiste croule sous les dettes

Message non lupar izentrop » 25/10/18, 00:56

On sait déjà que l’industrie américaine du pétrole est très endettée, mais ce n’est qu’une partie de ses problèmes. Son service de la dette est très élevé et au taux de profit actuel sur le pétrole, la ressource sera sans doute épuisée avant que l’industrie n’ait réussi à rembourser ses créanciers. Pourquoi prêter de l’argent de l’industrie dans ses conditions? Parce le secteur de la finance y gagne à court terme et qu’il espère refiler la dette à d’autres avant que la bulle n’éclate.

Pourquoi prête-t-on aux pétrolières?

Si le remboursement est si incertain, pourquoi le secteur de la finance prête-t-il aux pétrolières? Au-delà des effets d’annonces et des prospectus financiers à l’optimisme suspect, on peut évoquer quatre raisons principales :

Le secteur est déficitaire dans son ensemble, mais environ 40 % des entreprises y réalisent tout de même certains bénéfices. Ces exemples entretiennent l’espoir de découvertes rentables pour entreprises déficitaires.
Les obligations des pétrolières offrent un excellent rendement, dans un monde où les investissements payants se font rares.

Une grande partie de l’argent prêté vient non pas des fonds propres du secteur financier, mais d’argent confié par des caisses de retraite ou des fonds communs de placement – le risque est donc assumé par des tiers.
ext ext ...
https://energieetenvironnement.com/2018 ... es-dettes/
Le mur approche à grands pas. :|
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci

Avatar de l’utilisateur
Did67
Modérateur
Modérateur
Messages : 15390
Inscription : 20/01/08, 16:34
Localisation : Alsace
x 5747

Re: Le pétrole de schiste croule sous les dettes

Message non lupar Did67 » 25/10/18, 09:26

Dans le même ordre d'idée, sur la TNT allemande, vu hier soir des retraités allemands (54 000 !) qui avaient placé toutes leurs économies dans une société suisse de containers et qui découvrent que la société est en faillite depuis presque 10 ans. Des 1 600 containers "vendus", donc payés par les retraités, il y en aurait tout au plus 600. Qui, heureusement, sont loués et rapportent un peu. Ils n'ont pas tout perdu. Mais pour l'instant, suite à la faillite, tout est bloqué.

Bien sûr, avec le développement du commerce mondial, des porte-containers, la brochure promettait une fructification sans risque de leurs placements !

Dans des pays où le système de retraite est essentiellement privé et par capitalisation (en Allemagne il est mixte depuis longtemps), il y aura sans doute de telles surprises de temps en temps.

On voyait une dame de presque 70 ans se remettre au travail parce que sa retraite de base payait tout juste le loyer !
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7670
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 619

Re: Le pétrole de schiste croule sous les dettes

Message non lupar Ahmed » 25/10/18, 12:17

La base de cette industrie extractive est fortement cyclique au niveau économique et il n'est pas exclu que la future crise du pétrole (2019?) ne vienne, au moins provisoirement, restaurer ses marges financières. C'est probablement une des raisons de l'intérêt pour ce type de placement spéculatif.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6041
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 341

Re: Le pétrole de schiste croule sous les dettes

Message non lupar sen-no-sen » 25/10/18, 17:22

Pétrole et gaz de schistes ne sont que des bulles financières prêts à imploser.
Il n'y a aucune surprise la dedans,par définition ses modes d'extractions sont fondés sur le principe de la pyramide de Ponzi.
A titre d'exemple pour la gaz de schiste c'est 80% de la production qui est délivré durant les 3 premières années,ce qui nécessite un constant renouvellement des puits.L’appât du gain immédiat à entrainé un engouement pour ce type de ressources via des investissement massifs,le problème c'est qu'une fois lancé seule la course en avant permet d'amortir les couts initiaux.
Et c'est sont le creusement des nouveaux puits qui permet d'entretenir les anciens,la finalité est un accroissement de l'endettement général qui ne peut se terminer que par un jolie crash!
Image
Aspect général de la production d’un puits de « tight gas » ou de shale gas.
L’ordonnée est graduée en % de la production de la première année d’exploitation, et l’axe horizontal porte les années d’exploitation.

On constate que dès la 3è année le débit est devenu une petite fraction du débit initial.

https://jancovici.com/transition-energetique/gaz/quest-ce-que-le-gaz-non-conventionnel/
1 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7670
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 619

Re: Le pétrole de schiste croule sous les dettes

Message non lupar Ahmed » 25/10/18, 18:10

Cette bulle gazière (sic!) et pétrolière, pour éphémère qu'elle soit, aura suffit par son caractère massif (et son impact psychologique) pour déstabiliser les cours du pétrole en causant une baisse temporaire des prix. Dans ma région, il n'est pas rare de voir des tas de bois-énergie en train de pourrir en bord de route: destinés à être broyés pour alimenter les chaufferies bois, elles ont été délaissées par les gestionnaires des réseaux de chaleur au profit du gaz naturel, peu cher et bien plus simple à utiliser.

Note: pour comprendre cette possibilité de substitution, il faut savoir qu'un réseau de chaleur se compose d'une chaudière à bois (avec son système d'alimentation) et d'une chaudière à gaz. La logique de cette implémentation est la suivante: l'installation bois constitue un investissement et un entretien coûteux, mais le prix du combustible est bas et compense sur la durée ces inconvénients; elle fournit donc la chaleur de base. La chaudière à gaz représente un investissement et une mise en oeuvre plus légère, une souplesse de fonctionnement très supérieure à sa voisine, mais un coût du combustible généralement plus élevé. Son rôle est d'assurer la puissance crête durant les pointes de consommation hivernale, le relais lors de l'entretien ou les pannes de la chaudière à bois et la production d'eau chaude sanitaire l'été.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6041
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 341

Re: Le pétrole de schiste croule sous les dettes

Message non lupar sen-no-sen » 25/10/18, 18:39

Ahmed a écrit :Cette bulle gazière (sic!) et pétrolière, pour éphémère qu'elle soit, aura suffit par son caractère massif (et son impact psychologique) pour déstabiliser les cours du pétrole en causant une baisse temporaire des prix.


Baisse temporaire des prix aux conséquences désastreuses,notamment en ce qui concerne la situation au Venezuela (annihilation de la rente pétrolière) et de instabilité en Iran.
A cela on peut rajouter une diminution des investissements dans le secteur des ENR du fait des couts relativement bas des ressources fossiles.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7670
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 619

Re: Le pétrole de schiste croule sous les dettes

Message non lupar Ahmed » 26/10/18, 11:12

...Cela impacte également la balance commerciale russe.

J'écrivais plus haut, que la hausse des hydrocarbures dans un futur proche restaurera provisoirement la rentabilité du secteur des extractions marginales, comme les gaz ou pétroles de schistes et Sen-no-sen a très bien expliqué pourquoi cela ne sera que temporaire. L'exploitation des sables bitumineux répond principalement à une logique qui est le rapport entre l'énergie extraite et l'énergie dépensée pour ce faire: l'EROEI; à terme, une élévation des prix ne sera pas suffisante pour lui permettre de se poursuivre, mais ce sera vraisemblablement qu'après de gigantesques dégâts.
On observe partout une course technologique qui améliore les performances de l'extraction et s'efforce de contrebalancer la diminution de la richesse et de l'accessibilité des gisements. Dans cette optique, l'accès possible et pour bientôt de l’arctique représente une formidable opportunité de découvertes dans ces nouveaux territoires qui s'offrent aux compagnies pétrolières.
Comme je l'écris volontiers, de même, que l'augmentation de la productivité entraîne une baisse du prix unitaire des marchandises et, par suite, une production globale de marchandise plus élevée, de même l'amenuisement des gisements faciles à exploiter conduit à élargir constamment le champ d'exploration et à multiplier les forages (le nombre de ces derniers varie avec les cours, mais cela ne remet pas en cause la logique de ce processus), la conséquence en étant une multiplication des atteintes à l'environnement.
La différence d'avec les marchandises est que les prix des hydrocarbures ne peuvent diminuer continûment, car ce sont avant tout des produits de rente.

Les marchandises voient leur valeur s'établir en fonction principalement de la quantité de travail socialement nécessaire pour les produire, mais la tendance à la diminution des prix n'est pas infinie: deux courbes* en ciseaux s'affrontent et la rentabilité s'effondre lorsque l'on s'approche de leur intersection.

* L'une représente le prix unitaire de la marchandise qui fléchit, l'autre la quantité de marchandise nécessaire à compenser cette baisse de valeur.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité