Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion)Le nucléaire continue dans le monde

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire, REP, EPR, fusion chaude, ITER, centrales thermiques, cogénération, trigénération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques.
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2239
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 154

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar Exnihiloest » 29/03/20, 23:01

Le coronavirus, naturel, a déjà fait bien plus de morts en moins de 6 mois que le nucléaire civil depuis ses débuts.

Il serait temps de prendre conscience de là où sont les vrais danger.
0 x

Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6358
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 896

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar GuyGadebois » 29/03/20, 23:17

Exnihiloest a écrit :Le coronavirus, naturel, a déjà fait bien plus de morts en moins de 6 mois que le nucléaire civil depuis ses débuts.

Il serait temps de prendre conscience de là où sont les vrais danger.

Je n'ai pas parlé de ça du tout. J'ai évoqué la situation du nucléaire en cas de grosse épidémie qui décimerait les techniciens et autres personnel qualifié dont on besoin (impérativement) ces centrales pour ne pas devenir un danger, à contrario des autres technologies productrices d'électricité qui n'en seront jamais un même en cas d'abandon total de l'être humain. Tu fais exprès de pas comprendre?
1 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligente.(J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet". (Tryphion)
"360 000 /0,5/100 ça fait 72 millions et pas 6 millions" (AVC)
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6358
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 896

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar GuyGadebois » 29/03/20, 23:19

Exnihiloest a écrit :Des automatismes régulent le bazar. Même si c'était en panne, et que tout le monde mourraient instantanément sans avoir le temps de rien faire, personne n'aura donc à subir la catastrophe.

Nostradamus l'avait prédit. :roll: Si Tchernobyl n'a pas été encore plus délétère, c'est grâce aux gens qui se sont sacrifiés pour que le réacteur ne finisse pas dans la nappe phréatique qui alimente toute la région en creusant un tunnel dessous et en le bétonnant au prix de leur vie.
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligente.(J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet". (Tryphion)
"360 000 /0,5/100 ça fait 72 millions et pas 6 millions" (AVC)
Eric DUPONT
J'ai posté 500 messages!
J'ai posté 500 messages!
Messages : 592
Inscription : 13/10/07, 23:11
x 23

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar Eric DUPONT » 30/03/20, 09:32

La fabrication de l'EPR continue il est prevue de terminer les soudures pour 2025date a laquel il faudra changer le couvercle.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Flytox
Modérateur
Modérateur
Messages : 13880
Inscription : 13/02/07, 22:38
Localisation : Bayonne
x 568

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar Flytox » 30/03/20, 14:00

Ouuups! Doublure
0 x
La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.
[Eugène Ionesco]
http://www.editions-harmattan.fr/index. ... te&no=4132

Avatar de l’utilisateur
Flytox
Modérateur
Modérateur
Messages : 13880
Inscription : 13/02/07, 22:38
Localisation : Bayonne
x 568

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar Flytox » 30/03/20, 14:03

Flytox a écrit :
Exnihiloest a écrit :
GuyGadebois a écrit :...
Oserais-tu prétendre le contraire? Toutes les sources d'énergie que j'ai citées s'arrêtent d'elles-mêmes ou continuent sans l'intervention de l'homme, sans être un danger. Toutes sauf l'énergie nucléaire qui a besoin d'une maintenance et d'une surveillance permanente. C'est faux? Arrête un peu tes sarcasmes débiles et réfléchis deux secondes à cette hypothèse.

Des automatismesrégulent le bazar. Même si c'était en panne, et que tout le monde mourraient instantanément sans avoir le temps de rien faire, personne n'aura donc à subir la catastrophe. Même pas la faune qui, comme on l'a vu à Tchernobyl, prolifère aujourd'hui sur la zone.


Sauf que même quand ils font des procédures d'urgence pour simuler une catastrophe, ils sont infoutus de la gérer correctement sans bourdes monumentales. Alors une vraie catastrophe, on voit de suite le tableau.... :shock: :cry: :evil: :x :roll: :( :wink: :frown:

https://www.bastamag.net/Centrales-nucl ... EDF-en-cas

Dans les centrales nucléaires françaises, un dispositif de sécurité baptisé « équipe en situation extrême » se met en place. Il est la conséquence de la catastrophe de Fukushima de 2011 et est censé répondre aux pires des scénarios et à leur lot d’imprévus. Le système est cependant loin de faire l’unanimité : des agents travaillant au sein des centrales dénoncent des failles et des incohérences. Des risques majeurs – comme les incendies ou les fuites radioactives – sont, en particulier, fortement sous-estimés. L’autorité de sûreté nucléaire réclame, elle-aussi, des modifications. Enquête.

Que se passerait-il, en France, si un accident nucléaire semblable à celui de Fukushima devait survenir ? Endommagement de plusieurs réacteurs, dispositifs de refroidissement défaillants, coupure généralisée de l’électricité : le cumul de désastres qui s’est abattu sur la centrale japonaise, en mars 2011, n’avait jusque-là pas été envisagé. Le pire scénario imaginé par la Direction du parc nucléaire français (DPN) prévoyait
« simplement » une défaillance sur un réacteur, couplée à un incendie. Après Fukushima, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donc demandé à EDF d’imaginer une nouvelle organisation, intégrant ces aléas.

24 heures coupés du monde : un scénario « cataclysmique »

Cette organisation d’urgence part de l’hypothèse qu’aucun renfort ne pourra arriver rapidement sur place pour appuyer l’équipe de quart, l’effectif minimum présent la nuit et le week-end, soit 18 personnes [1]. Les agents d’astreinte, mobilisables en cas d’accident mais qui ne sont pas présents sur le site ne peuvent rejoindre la centrale devenue inaccessible, à cause d’importantes inondations par exemple, ou de routes effondrées. La « force d’action rapide nucléaire » (FARN), mise en place suite à l’accident de Fukushima, qui réunit des agents EDF spécialement entraînés, ne peut, pour les mêmes raisons, être opérationnelle que 24 heures plus tard [2].

« On imagine donc que les agents de l’équipe de quart restent seuls pendant 24 heures, coupés du monde, sans téléphone et sans électricité, décrit Loïc, agent de conduite. Ils n’ont aucune visibilité sur ce qui se passe, et ont pour mission de tout mettre en œuvre pour que le cœur des réacteurs ne fonde pas… Bref, la situation est cataclysmique. » Cette organisation interne a été baptisée « équipe en situation extrême »
(ESE). Le dispositif a reçu l’avis favorable du Comité central d’entreprise (CCE) d’EDF le 12 avril 2018 [3]. Censé être mise en place dans toutes les centrales nucléaires françaises au 1er janvier 2020, il fait cependant l’objet de vives critiques sur le terrain, et compte parmi les motifs des grèves programmées cet automne dans les centrales de Civeaux, Penly, Dampierre et Belleville.

Chaises musicales en salle de commande

Lors d’une gestion accidentelle « classique » d’un réacteur, un ingénieur sûreté – qui surveille le confinement du réacteur, la réactivité du combustible et l’inventaire en eau – est censé arriver au sein de la salle de commande dans les 30 minutes. Idem pour son collègue en charge de la communication avec l’extérieur (préfet, pompiers, cellule de crise nationale, etc.). Dans le nouveau scénario, ni l’un ni l’autre ne peuvent être
présents avant plusieurs longues heures. Pour pallier ces absences, la direction du parc nucléaire propose un véritable jeu de chaises musicales : les uns assurant les fonctions des absents, d’autres récupérant les missions des premiers.

Parmi les dix-huit agents présents – onze assurent la conduite de la centrale et sept sont des « agents de terrain » –, certains vont donc devoir assurer la mission qu’auraient dû remplir les ingénieurs d’astreinte qui n’ont pu rallier le site. Le chargé de consignation — celui qui manage les agents de terrain en temps normal – doit assurer la surveillance des installations avec un autre collègue. Du coup, il ne pourra plus effectuer les manœuvres électriques auxquelles il est préposé, notamment celles qui imposent de manipuler des voltages très élevés – plus de 6000 volts. Pour réaliser ces manœuvres, un agent de terrain sera désigné, formé et habilité. Mais ses connaissances demeureront théoriques. Il en va de même pour la coordination des secours depuis la centrale en crise, qui n’est plus assurée par le chargé de consignation – passé à la surveillance des installations – mais par un agent de terrain. Ainsi de suite.



Tout cela c'est sans compter les circonstances aggravantes quand de nombreuses centrales ont été implantées de manière débile, en sous évaluant sciemment le niveau des séismes possibles (Fukushima), en les construisant à peine au dessus du niveau de la mer (Fukushima), près d'un cours d'eau qui n'a pas manqué d'envahir les installations à la première crue sérieuse (Blayais, Fort Caloun, etc...), il y a aussi celles construite en zones sismiques, avec la proximité d'usines Seveso (Vallée du Rhone), les centrales construites sur le permafrost qui fond et se barre etc...

Toujours cette maladie du dénis des risques....ce doit être la première chose qu'ils apprennent chez BDF Arevha et autres nucléocrates... :mrgreen:

https://www.nouvelobs.com/planete/20171 ... reuve.html

https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... ques-.html
0 x
La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.

[Eugène Ionesco]

http://www.editions-harmattan.fr/index. ... te&no=4132
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6358
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 896

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar GuyGadebois » 30/03/20, 14:04

(Signalé pour spam) :mrgreen:
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligente.(J.Rouxel)
"Par définition la cause est le produit de l'effet". (Tryphion)
"360 000 /0,5/100 ça fait 72 millions et pas 6 millions" (AVC)
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4490
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 460

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar moinsdewatt » 04/04/20, 23:22

Suite de ce post du 7 juin 2015 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 50#p377050

Le réacteur à neutrons rapides BN-600 voit sa licence d'exploitation prolongée jusqu'en 2025.
D'ailleurs une nouvelle prolongation sera demandée plus tard.

BN-600 licensed to operate until 2025

01 April 2020

Russian nuclear regulator Rostekhnadzor has extended the operating licence for unit 3 of the Beloyarsk nuclear power plant in the Sverdlovsk district by a further five years. The licence for the BN-600 fast reactor, which began operating in 1981, was due to expire this year.

Image
The Beloyarsk 3 BN-600 (Image: Rosenergoatom)

A large-scale modernisation programme has been under way at the unit since 2009, which has affected all areas of safety, operator Rosenergoatom said. This has included the installation of a second reactor emergency protection system, an emergency dampening system using an air heat exchanger and a back-up reactor control panel. In addition, a large amount of work has been carried out on the inspection and replacement of equipment, including the replacement of the unit's steam generators.

In 2010, the BN-600 was confirmed to be in compliance with the latest safety requirements and on that basis extension of the operating life was justified until 2025. However, Rostekhnadzor only extended its license for a further 10 years of operation, requesting additional justification for the operability of irreplaceable reactor components.

Investigations conducted since then by Russian nuclear engineering company OKBM Afrikantov, part of Atomenergomash, together with the Kurchatov Institute and FSUE CRI KM "Prometey" concluded that it is technically possible to continue operation of the reactor. Based on this, Rostekhnadzor has now extended the operating licence of the 560 MWe Beloyarsk 3 until 2025.

"We have completed work to extend the life of unit 3 until 2025," said Ivan Sidorov, director of the Beloyarsk plant. "In the course of our research, we proved that the technical parameters of the BN-600 allow us to operate it until 2040." He noted that JSC Atomproject is currently developing an investment project for an additional extension of the unit's operating life. This work is expected to be completed by 2024, after which Rosenergoatom will apply to Rostekhnadzor for a licence extension until 2040.

The sodium-cooled BN-series fast reactor plans are part of Rosatom's Proryv, or 'Breakthrough', project to develop fast reactors with a closed fuel cycle whose mixed oxide (MOX) fuel will be reprocessed and recycled. In addition to the BN-600 reactor, the 789 MWe BN-800 fast neutron reactor - constructed as Beloyarsk unit 4 - entered commercial operation in October 2016. This is essentially a demonstration unit for fuel and design features for the larger BN-1200 being developed by OKBM Afrikantov.


https://www.world-nuclear-news.org/Arti ... until-2025
0 x
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4490
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 460

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar moinsdewatt » 04/04/20, 23:22

La compagnie Tchéque ČEZ à soumis le 25 mars aux autorités la demande de 2 réacteurs supplémentaires sur le site de Dukovany . + 1200 MWe chacune.
6 constructeurs en lices, choix a faire en 2022.

ČEZ applies to build two new units at Dukovany

31 March 2020

Czech utility ČEZ has applied to the State Office for Nuclear Safety to construct two new reactors at its Dukovany nuclear power plant. Four VVER-440 units are currently in operation at the site, in Vysočina Region.

The company filed its application to the regulator on 25 March. The application is for two pressurised water reactors, each with a generating capacity of up to 1200 MWe.

In a statement, ČEZ said the submission of its application "concluded its five-year preparations, being now ready for the licensing process in accordance with the Atomic Energy Act." The company has also published about 1600 pages of documentation that were attached to the application. Over 30 experts from ČEZ and other institutions contributed to the documents, which consist of more than 200 expert studies and analyses.

The materials describe and assess the Dukovany site's characteristics, examining the natural conditions, water supply and human activities near the power plant. They also describe and evaluate the project's concept, quality issues and preliminary impact of operations on the population and environment, as well as the future decommissioning of the power plant.

In order to characterise the subsoil's condition, geological drilling was performed at over 170 spots at the future construction site. Thirty deep wells were also drilled in order to monitor groundwater up to a depth of 150 metres. Exploratory drilling was performed at another 66 locations in the surrounding area. Twenty geological exploratory trenches were also excavated, supplemented by more than fifty measurements along a length of over 20 kilometres.

"As with any environmental impact assessment, our goal in licensing is to maximise openness and transparency, which is why we have also published the entire Tender Safety Report so that the public can freely access the key document," said ČEZ CEO Daniel Beneš.

In July 2019, the Czech government gave preliminary approval for Elektrárna Dukovany II - a subsidiary of ČEZ - to build at least one new nuclear power unit. The decision was announced in a government resolution published by the Ministry of Industry and Trade. The government's energy policy, approved by the cabinet in June 2015, foresees one new unit at Dukovany, and possibly three more at the Dukovany and Temelín sites.

With the filing of its application, ČEZ said: "The procedure makes it possible to consider the energy and climate objectives of the Czech Republic, which are currently being specified, and only then can the construction of one or two power blocks in the future be decided."

Six companies are understood to have shown interest in building new nuclear units in the Czech Republic - China General Nuclear, EDF, Korea Hydro & Nuclear Power, Rosatom, Westinghouse, and the Atmea consortium of Mitsubishi Heavy Industries and EDF. However, the Atmea joint venture reportedly no longer plans to participate. Under the current schedule, the reactor vendor is to be selected by the end of 2022 and a construction licence issued by 2029, with commissioning expected in 2036.



https://www.world-nuclear-news.org/Arti ... t-Dukovany
0 x
enerc
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 433
Inscription : 06/02/17, 15:25
x 133

Re: Le nucléaire continue dans le monde

Message non lupar enerc » 05/04/20, 08:54

Gravelines : Cumul d’erreurs et d’incidents sur le réacteur 2

Le 12 mars, non seulement une vanne servant à effectuer la commande de régulation est en position fermée, rendant le système de refroidissement partiellement indisponible (1er évènement significatif, voir notre article ici), mais vers midi, une fuite d’eau de mer est découverte. Depuis quand, comment s’est-elle produite, là non plus aucune explication de l’exploitant. Probablement une rupture de tuyauterie de la station de pompage qui alimente le réacteur en source froide [2], ce qui laisse supposer un très mauvais état des équipements, une mauvaise surveillance et un manque d’entretien. Au début un mètre cube par heure se déverse dans l’installation. Mais l’exploitant laisse courir, et malgré une surveillance par les équipes d’EDF, la fuite s’aggrave. À 20h, le débit est 5 fois plus important qu’à midi : 5.6mètres cube d’eau de mer se déversent dans l’installation nucléaire toutes les heures. Cette eau de mer sert normalement à refroidir les parties nucléaires de l’installation. En conséquence de la fuite, ce circuit de refroidissement est à sec, et ne peut plus refroidir quoique ce soit. Heureusement, les tuyauteries était doublées (redondance des circuits les plus importants), et l’autre voie n’a pas fuitée.

En plus du problème sur le circuit d’injection, de la vanne fermée sur le circuit de refroidissement, du déversement de plusieurs mètres cube d’eau de mer dans l’installation qui a (entre autres) mis hors d’usage toute une partie du circuit de refroidissement, EDF communique quelques jours plus tard sur un autre problème, lié là aussi à son manque de surveillance et de rigueur dans la gestion de son installation, avec pour conséquences des prises de risques et une perte de maîtrise .... Or, le 14 mars, l’exploitant réalise que ce n’est pas le cas, la température est passée en dessous de cette limite imposée pour des raisons de sûreté. Ce qui a des conséquences direct sur la modération de la réaction nucléaire. En effet, l’eau est un modérateur naturel de la réaction nucléaire, elle ralenti les neutrons. Mais cette capacité est liée à sa température. Plus celle-ci est élevée, plus l’eau ralenti les neutrons. Une température trop basse est donc synonyme d’accélération de la puissance de la réaction nucléaire. Ce qu’EDF a laissé faire durant plus de 3 heures avant de s’en rendre compte.


Vanne du circuit de refroidissement fermée + rupture de tuyauterie + eau trop froide pour ralentir la réaction nucléaire, on l'a échappé belle
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités