Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion)L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire, REP, EPR, fusion chaude, ITER, centrales thermiques, cogénération, trigénération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques.
Avatar de l’utilisateur
Kokopelli
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 33
Inscription : 13/12/16, 14:47
x 9

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar Kokopelli » 20/12/16, 14:02

Remundo a écrit :c'est en effet une très bonne conférence,
merci à Sen Non Sen pour ce lien


Hmm...

"Non, le pic de pollution n’est pas venu des centrales à charbon allemandes (...)
L’expert en « énergie et transports » (Nicolas Meilhan ndlr) s’était déjà agacé quelques jours plus tôt sur Twitter que la pollution allemande soit passée sous silence (...)"

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/art ... 55770.html

#Toxique
0 x
Solaire sans conscience n'est que ruine de l'Humanité. La véritable croissance verte est celle de la conscience, une ressource infinie.

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7470
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 577

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar Ahmed » 15/02/17, 19:08

Le pétrole est bien un indicateur de l'intensité économique: ce sont des flux qui se recoupent, cependant rapprocher ces deux phénomènes conduit à se priver d'autres facteurs explicatifs; par ailleurs, comment distinguer causalité et corrélation?

J'en veux pour preuve l'analyse des chocs pétroliers des années 70: on peut effectivement se borner à soutenir que la hausse brutale du prix du brut en 73, puis en 79, ont été la cause d'une récession économique en France, mais cela reste une vision superficielle. Pour ma part, je pense que l'augmentation des prix pétroliers n'a entraîné ces conséquences que parce que les bases de la valorisation de la valeur s'étaient progressivement érodées et qu'elles n'étaient plus en capacité d'absorber un coût de production supplémentaire. Il se trouve que la pierre d'achoppement fut ce prix du pétrole, mais de toute façon les contradictions structurelles (celles que les "responsables" politiques veulent ignorer [ou probablement ignorent superbement]) seraient apparues rapidement.

PS: j'ai vu dans une autre vidéo de Nicolas Meilhan que la Chine achetait depuis début 2016 du pétrole à la Russie, pétrole payé désormais en yuans! C'est un pavé dans la mare US!
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5953
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 321

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar sen-no-sen » 08/12/17, 12:59

Une vidéos des éconoclastes avec Olivier Delamarche,Pierre Sabatier et Nicolas Meilhan à l'école de guerre,les sujets abordés: évolution économique à venir et bien entendu énergie:

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2044&v=2ZYs-AVZSPQ
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7470
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 577

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar Ahmed » 08/12/17, 21:01

La démographie est un facteur explicatif important et son inertie considérable laisse peu de marge de manœuvre, cependant cela éclaire principalement l'évolution différentielle des pays, pas le comportement lié au contenu de la production et de la consommation et par conséquent, pas l'effondrement du taux de profit qui implique le recours massif aux artifices monétaires. Le fait d'insister sur ces derniers et leur importance est un point très positif de l'exposé, mais sans que ce soit relié au bon facteur... Je ne suis pas non plus ces conférenciers lorsqu'ils déclarent que la Chine serait en crise d'adolescence: mon opinion étant que ce pays a parcouru à toute vitesse la lente évolution des pays européens et se trouve dans un état proche de ceux-ci quant à l'accumulation des contradictions internes et à la stagnation du taux de profit. Un point qui reste obscur est que l'impossibilité de la croissance dans un système qui repose sur celle-ci, ne semble pas trop gêner le second orateur, ce qui peut (peut-être) se comprendre puisqu'il n'en fait pas grand cas (il présente le désir de s'étendre pour une entreprise comme "naturel").

Le dernier intervenant reprend son thème de l'énergie en la présentant comme causale, ce qu'elle est certainement, mais il présente cela d'une façon trop exclusive. Pour ma part, j'y verrais beaucoup plus une corrélation aux crises, plutôt qu'une stricte causalité. En effet, le pétrole représente avant tout une rente du fait de son coût très bas; ceci implique qu'une économie stagnante et même récessive (si l'on intègre les expédients monétaires) soit très sensible à des variations de son coût d'achat (étant donné la multiplicité de ses usages résultant de cette rente).
Bonne analyse de l'impasse intellectuelle et économique que représente la voiture électrique en remplacement des thermiques...

J'ai noté, dans les "remèdes", la nécessité de relancer la démographie dans nos vieux pays: ce serait d'abord une charge immédiate supplémentaire et ensuite, à terme, cela viendrait amplifier le problème... Dans l'ensemble des propositions, rien qui sorte du cadre établi, malgré, souvent, une grand pertinence d'analyse.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5953
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 321

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar sen-no-sen » 08/12/17, 21:38

Ahmed a écrit : Je ne suis pas non plus ces conférenciers lorsqu'ils déclarent que la Chine serait en crise d'adolescence: mon opinion étant que ce pays a parcouru à toute vitesse la lente évolution des pays européens et se trouve dans un état proche de ceux-ci quant à l'accumulation des contradictions internes et à la stagnation du taux de profit.


Entièrement d'accord,la Chine à simplement bénéficié des moyens techniques contemporains pour passé du féodalisme à l'ère industrielle via la phase communiste.
La Chine est comme la brebis clonéeDolly,bien que jeune(je parle de l'entité économique et pas historique bien évidemment)celle ci à vieillie prématurément et risque de disparaitre avant même ses modèles américano-européen.

J'ai noté, dans les "remèdes", la nécessité de relancer la démographie dans nos vieux pays: ce serait d'abord une charge immédiate supplémentaire et ensuite, à terme, cela viendrait amplifier le problème...


Relancer la natalité n'a guère de sens,compte tenu que le ratio familiale est la conséquence des processus culturels eux mêmes induit par la dissipation d'énergie:typiquement des familles en mode K c'est à dire peu de progéniture mais avec une espérance de vie élevé et un accès à l'éducation fort.
Le vieillissement de la population en France n'est pas inquiétant,c'est un juste retour du baby boom,tout cela devrait se rééquilibrer dans les décennies à venir.
Autre point fondamental:le vieillissement de la population et sont éventuel non renouvellement des populations (comme au Japon) n'est qu'un problème pour les économistes.
Il faut bien comprendre que le recours à la natalité ou à l'immigration n'a qu'un seul but:produire de futurs consommateurs.
Ma foi un Japon à 80 millions d'habitants au lieu de 126 millions cela me semble aller plutôt dans le bon sens pour les "autres observateurs"(la faune et la flore j'entends).
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7470
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 577

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar Ahmed » 08/12/17, 22:13

Sen-no-sen, tu écris:
Autre point fondamental: le vieillissement de la population et son éventuel non renouvellement (comme au Japon) n'est un problème que pour les économistes.

Sur de nombreux points, ces "éconoclastes" le sont fort peu... La diminution d'une population n'est pas grave, mais lorsque la pyramide des âges s'inverse, comme celle du Japon, cela pose quelques difficultés pratiques, lorsque l'on se trouve sous la dépendance de l'économie en tant que fondement du lien social...

Le rapprochement inattendu que tu établis entre la Chine et la brebis "Dolly" est très pertinent. :wink:

Plus loin;
Il faut bien comprendre que le recours à la natalité ou à l'immigration n'a qu'un seul but: produire de futurs consommateurs.

...ce qui est peu judicieux dans un futur avec un gâteau format "peau de chagrin", mais ces conférenciers ne parviennent pas à s'abstraire d'une vision très traditionnelle. Contrairement à ce qui a été affirmé ici par certains (opinion assez répandue, au demeurant), la production de marchandises par des robots ne saurait engendrer une valeur outrepassant leur valeur intrinsèque (sauf effet de rente possible, en début de mise en service) et donc ne saurait rétribuer (sous une forme ou une autre) ceux dont elle déqualifie l'utilité et condamne au chômage.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5953
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 321

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar sen-no-sen » 08/12/17, 22:39

Ahmed a écrit :Le rapprochement inattendu que tu établis entre la Chine et la brebis "Dolly" est très pertinent. :wink:


La comparaison est toute trouvée dans le sens ou il s'agit d'un processus identique,il suffit juste de remplacer le clonage génétique par le clonage mémétique.

...ce qui est peu judicieux dans un futur avec un gâteau format "peau de chagrin", mais ces conférenciers ne parviennent pas à s'abstraire d'une vision très traditionnelle.


C'est juste mais il faut bien souligné que l'exposé à été réalisé à la très institutionnelle école de guerre,il est donc difficile d'y tenir un discours trop avant gardiste.
Je trouve toutefois que le raisonnement tenu va dans le bons sens et que les conférenciers expliquent --sans le dire directement-- que le système actuel est voué à l'effondrement.
En effet n'ont été abordé que les thématiques de l'économie et de l'approvisionnement énergétique,manque donc la problématique écologique et les risques (bio)terroristes futurs,mais bon il ne faut pas faire peur non plus car c'est vite contreproductif.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7470
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 577

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar Ahmed » 08/12/17, 23:11

C'est vrai que le lieu n'est pas fondamentalement approprié pour un exposé trop radical! :D Cependant, je doute fortement que les conférenciers aillent vraiment jusqu'au bout de leurs analyses dans leur for intérieur (?).
Je ne leur fait pas grief d'avoir circonscris leurs propos, étant donné le temps imparti, mais même à l'intérieur de ce cadre il est facile de percevoir l'impossibilité d'une continuation en l'état. Je me demande si l'autolimitation qu'ils s'imposent ne tiendrait pas plutôt à la fonction qu'ils occupent respectivement et qui restreint leur champ de vision à ce qui est seul admissible à envisager. Par exemple, le repli nationaliste sur une économie recentrée reste typique d'une vision rétrograde qui voit le salut dans une phase antérieure de l'économie, phase qui est devenue anachronique (nous l'avions abandonnée puisqu'elle n'était plus susceptible de générer assez de valeur abstraite). L'autosuffisance (même partielle) à l'échelle d'un pays ne se conçoit éventuellement qu'en termes de valeur d'usage, alors que, puisque le choix délibéré de rester dans le cadre de l'économie suppose la finalité de la valorisation de la valeur abstraite, ce qui est radicalement différent: l'économie avance en détruisant la route derrière elle, point de retour possible. La seule possibilité pour sortir de cette impasse consiste à effectuer un pas de côté, mais peut-on demander à un économiste de se suicider? :lol:
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5953
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 321

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar sen-no-sen » 08/12/17, 23:41

Ahmed a écrit : La seule possibilité pour sortir de cette impasse consiste à effectuer un pas de côté, mais peut-on demander à un économiste de se suicider? :lol:


Si tu me permet une nouvelle analogie,on peut comparer l'économie à une religion,ce qui est plus qu'une simple figure de style puisque religion vient de religare* qui veut dire relier,hors c'est justement ce que fait l'économie:relier des individus et plus largement des entités entre elles dans le but de créer une structure totalisante.
L'économie est la nouvelle religion,au sens stricte, et sont dieu est la production de valeur abstraite(la fonction exponentielle de l'économisme).
Dès lors et comme pour les religions deistes,si l'on comprends que Dieu n'existe pas(tout du moins pas au sens stricte) alors les dites religions et leurs panels d'ecclésiastes n'ont plus raison d'être...
Pour l'économie c'est la même chose,réduire les échanges à de simples fonctions thermodynamique et admettre la limitation de ceux ci c'est mettre fin au culte d'une économie démiurgique et a ses fantasmes irrationnelles,dès lors nos oracles...pardon économistes perdrait de leurs grandeurs et surtout leurs emplois! :lol:






*Pour être exacte il y aurait deux sources étymologiques au mot "religion" : relegere (cueillir, rassembler) et religare (lier, relier),l'idée globale étant celle de la coalescence.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7470
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 577

Re: L'économie et la géopolitique à travers l'énergie - Nicolas Meilhan -

Message non lupar Ahmed » 09/12/17, 13:10

J'oubliais une remarque mineure: le dernier orateur semble s'étonner du manque d'efficience, notamment de nos moyens de transport individuels, mais au stade de la consommation, il est logique qu'il en soit ainsi: le gaspillage est une composante essentielle du "travail" * de consommation **. Espérer tabler sur les gains possibles (certes immenses) pour pallier les contraintes de demain, c'est faire fi du dogme central de l'économie...

Concernant ton message, je ne peux qu'abonder en ton sens: l'économie remplace les liens entre les personnes en un rapport social médiatisé par les marchandises (et son "substitut général" qu'est l'argent).

* Plus il y a de gaspillage, plus la consommation est importante, donc efficiente au regard du flux d'énergie dépensé.
** Qui s'oppose donc de façon symétriquement inverse au travail de production.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."


Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon, nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités