Bilan de Tchernobyl, coût, cartes et contamination (France)

Pétrole, gaz, charbon, nucléaire (REP, EPR, fusion chaude, ITER), centrales électriques thermiques gaz et charbon, cogénération, tri-génération. Peakoil, déplétion, économie, technologies et stratégies géopolitiques. Prix, pollutions, coûts économiques et sociaux...
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 78746
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 10825




par Christophe » 26/04/11, 12:15

Tchernobyl (25 ans) : un million de morts + petits secrets pas très reluisants

Selon un livre publié en 2010 par la New York Academy of Science et intitulé «Chernobyl: Consequences of the Catastrophe for People and the Environment», il y aurait eu 985 000 morts qui sont attribuables à cet accident (1986-2004), sans compter les innombrables personnes malades et les enfants nés déficients et/ou difformes. Ce livre est le résultat d’une étude couvrant 5 000 articles écrits par des médecins et spécialistes russes qui ont été au cœur de ce drame et ont soigné les populations.

Vous pouvez télécharger le livre à

http://www.nyas.org/Publications/Annals ... 3f44b3bfc1

Ce constat de pratiquement un million de décès contraste avec les quelques milliers de morts officiellement «reconnus» par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (International Atomic Energy Agency, IAEA). L’Éditrice du livre, la docteure Janette Sherman, une médecin toxicologiste, explique dans une entrevue pourquoi une telle différence, et nous révèle un petit secret peu connu, comme quoi l’IAEA et l’OMS ont conclut un accord dans les années 1950 afin de ne pas publier de rapport sans le consentement mutuel des deux organisations. Ces organisations auraient négligé bien des données, en se fondant sur 200 à 300 articles, alors que le livre de la New York Academy of Science s’appuie sur 5 000 articles et rapports de recherche. Pour écouter l’entrevue de Madame Sherman (enregistré une semaine avant l’accident de Fukushima), aller à

http://blip.tv/file/4922080

Par ailleurs, concernant l’accident nucléaire de Fukushima au Japon, une autre médecin spécialisée dans les effets biologiques des radiations nucléaires, la docteure Helen Caldicott a donné une conférence de presse à Montréal le 18 mars dernier, dont voici le lien

http://www.youtube.com/watch?v=Itr6GDuOOBY

Les chiffres qu’elle donne et leurs conséquences sur la santé humaine et sur tous les êtres vivants de cette planète nous donnent froid dans le dos!

Par exemple, dans chaque réacteur endommagé, on retrouve 1000 fois plus de produits radioactifs que la la bombe atomique lâchée sur Hiroshima au Japon en 1945. Et il y a 10 à 20 fois plus de matériel radioactif dans les piscines, à côté des réacteurs, pour refroidir le carburant nucléaire utilisé dans les 40 dernières années. Madame Caldicott parle de «chiffres diaboliques». Elle poursuit avec les effets sur les humains des différents éléments radioactifs émis à Fukushima.

Je recommande à ceux et celles qui sont trop perturbé(e)s par les mauvaises nouvelles de ne pas regarder ce vidéo. Pour ceux qui veulent faire face à la réalité et ne pas se mettre la tête dans le sable, vous serez tout de même perturbés. Je me contenterai de dire qu’il y a 250 kg de Plutonium dans chaque réacteur, et que quelques dizaines de microgrammes suffisent à donner le cancer à un individu. Si vous faites le calcul, il y en aurait suffisamment pour faire disparaître la race humaine, si le plutonium était tout ingéré, ce qui ne peut être le cas, bien entendu, puisqu’en le répendant partout sur la planète, une faible portion serait absorbée par les humains. Sans compter qu’il faudrait qu’une bonne partie du plutonium de Fukushima se retrouve dans l’atmosphère. Mais je plains sincèrement les Japonais.

Maintenant, plusieurs isotopes du Plutonium ont une demi vie qui dépasse 24 000 ans, el la demi vie du Plutonium 244 est de 80 millions d’années! Comment s’assurer de construire un sarcophage autour des réacteurs (pour nous protéger) qui va durer aussi longtemps dans un endroit aussi sujet aux tremblements de terre majeurs et aux tsunami???

Quand on réalise tout ça, on ne peut faire autrement que de se dire que l’ère de l’énergie atomique basée sur la fission de l’Uranium doit définitivement se terminer. Il est temps de passer à autre chose.

N’oubliez pas la pétition pour fermer la centrale nucléaire de Gentilly II au Québec. Pour la signer, aller à

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-vo ... index.html

Seuls des citoyens bien informés peuvent prendre des décisions éclairées, et c’est ce qui me motive à partager avec vous toutes ces informations, même si elles ne sont pas toujours aussi roses que je le voudrais. N’hésitez pas à faire circuler.

Bien sincèrement

Pierre Langlois, Ph.D.
Physicien: consultant / auteur


(par mailing)
0 x
lejustemilieu
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4075
Inscription : 12/01/07, 08:18
x 4




par lejustemilieu » 26/04/11, 15:45

Oui, Christophe, à vomir tout cela.
J'ai vu Tchernobil4, et la suite...
:?
0 x
L'homme est par nature un animal politique (Aristote)
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 10




par dedeleco » 26/04/11, 22:58

Ce rapport de l'académie des Sciences de New York de médecins et scientifiques d'URSS sur les conséquences de Tchernobyl sur la population, est libre à charger sans payer pour s'inscrire sur :
http://www.dissident-media.org/infonucl ... ces_of.pdf
Avec bien d'autres informations à lire.

Quelques conclusions :

Clearly there is an increasingly wide spectrum
of urogenital illnesses in men, women,
and children from the territories contaminated
by Chernobyl fallout.
Although some claim
that poor reproductive function is due solely to
psychological factors (stressful conditions), it is
difficult to blame stress for abnormalities in
spermatozoa, reproductive failures, and birth
abnormalities in children. The adverse influence
of Chernobyl irradiation upon urogenital
morbidity and reproductive function for liquidators
and for millions of people living in the
contaminated territories will continue in coming
generations.....
There is little doubt that specific organic central
and peripheral nervous system damage affecting
various cognitive endpoints, as observed
in both individuals from the contaminated territories
and liquidators, is directly related to
Chernobyl’s ionizing radiation. In differing degrees,
these conditions affect all liquidators and
practically every person living in the contaminated
territories.
Among the consequences of the damage
to the nervous system caused by the Chernobyl
catastrophe are cognitive, emotional,
and behavioral disorders. Adverse effects
also include neurophysiological abnormalities
in the prenatally exposed and neurophysiological,
neuropsychological, and neuroimaging
abnormalities in liquidators, manifested
as left frontotemporal limbic dysfunction,
schizophreniform syndrome, chronic fatigue
syndrome, and, combined with psychological
stress, indications of schizophrenia and related
disorders......
Only after 2000 did medical authorities begin
to recognize the radiogenic origin of a universal
increase in cataracts among liquidators
and evacuees from the Chernobyl territories.

Official recognition occurred 10 years (!) after
doctors began to sound the alarm and 13 years
after the problem was first registered......
The increase in the incidence of digestive
system diseases as a result of Chernobyl irradiation
cannot be doubted. In contaminated
territories, where Cs-137 was easily detected, it
was accompanied by Sr-90, which is taken up
during intrauterine development and deposited
in teeth and bones. Sr-90 decays to Y-90 via release
of a beta particle, which is harmful to
the developing teeth, and the resultant decay
isotope, Y-90, weakens the structural integrity
of the teeth.
There was an immediate increase in the incidence
of digestive tract diseases among liquidators
and a rise in the number of congenital digestive
system malformations in babies born in
the contaminated territories. The assumption
appears proven that low-level irradiation acts
in some way to directly affect the function of
the gastrointestinal tract epithelium—and not
only during intrauterine development.
Considering the significantly increased digestive
system morbidity among children of irradiated
parents in Japan (Furitsu et al., 1992),
and in the southern Ural mountain area owing
to radiation contamination (Ostroumova,
2004), it is logical to assume that similar consequences
fromChernobyl irradiation will have a
prolonged effect in territorieswhere radioactive
conditions persist......
The appreciable increase in newborns with
both major and minor developmental anomalies
is one of the undeniable consequences of
the Chernobyl catastrophe. Everywhere in areas
contaminated by Chernobyl radioactivity,
increased numbers of children have been born
with hereditary anomalies and congenital developmental
malformations, including previously
rare multiple structural deformities of the
limbs, head, and body (Figure 5.15).The occurrence of congenitalmalformations continues to
increase in several of the contaminated territories
and correlates with the levels of irradiation.
Thus the link between congenital and genetic
defects and Chernobyl irradiation is no longer
an assumption, but is proven.
Extrapolating available data on congenital
malformations and the total number of
children born in the territories contaminated
by Chernobyl, we must assume that each
year several thousand newborns in Europe will
also bear the greater and smaller hereditary anomalies caused by Chernobyl’s radioactive fallout..;

Only when we know the full scope of the
Chernobyl catastrophe can we prevent such a
tragedy from ever happening again.
There was widespread damage to the people
living in the contaminated territories. Nearly
all physiological systems were adversely affected,
resulting in consequences ranging from
impairment to death. These disorders cannot
be attributed to socioeconomic or behavioral
stress factors. They are real and
documented.
Liquidators were the most comprehensively
observed group after the catastrophe.
Table 5.77 presents dramatic data on the incidence
of 12 groups of illnesses suffered by
Russian liquidators.
It is reasonable to suggest that the state
of public health in the affected territories
may be even worse than that of the liquidators.
Tables 5.78 and 5.79 provide a comprehensive
view of the deterioration in public
health in the affected territories of Belarus and
Ukraine.
Existing data presented in this chapter are
irrefutable proof that the frequency of occurrence
of nonmalignant illnesses is obviously and
significantly higher in the contaminated territories.



Sur Arte en ce moment les mêmes conclusions sont présentées.
Et les cancers vont encore augmenter (après 30 ans ) !
0 x
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 78746
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 10825




par Christophe » 27/04/11, 19:40

Merci dede, je l'ai mis dans les téléchargements: https://www.econologie.com/tchernobyl-co ... -4350.html avec le rapport de l'AIEA (pour "contraster") : https://www.econologie.com/bilan-humain- ... -4349.html

Par contre j'ai pas trouvé le chiffre de 985 000 évoqué par P.Langlois (j'ai fait un survol hyper rapide)

Mais si on admet que Tchernobyl a fait en 18 ans, près de 1 million de décès prématurés, Fukushima risque d'en faire bien plus...

J'en ai fait une nouvelle rapide: https://www.econologie.com/tchernobyl-un ... -4351.html
0 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 28618
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 5489




par Obamot » 27/04/11, 21:33

On peut le craindre, mais pour le moment on a évidemment aucune «visibilité» là-dessus. Tout dépendra du régime alimentaire. Et là les japonnais ont un avantage incommensurable, ils consomment beaucoup d'iode via les poissons et autres produits de la mer! Ça va énormément les aider à passer le cap!
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 10




par dedeleco » 28/04/11, 03:07

Il faut ajouter ce scandale scientifique résumé :

Enfin le plus grave mensonge dénoncé sur l'effet des radiations internes très sous estimé :
L'inhalation de la plus infime particule radioactive, c'est le danger"

Par contre pas un seul mot sur ce qui est le plus dangereux, l’irradiation interne qui se produit lorsque les particules radioactives sont ingérées dans votre corps. Disons par exemple que si une particule radioactive est à 1 mètre de vous et que vous l’inhalez dans vos poumons, qu’est-ce qu’il se passe ?
La distance de la source radioactive est maintenant de l’ordre du micron puisqu’elle colle à votre organe ! Un mètre est égal à 1000 millimètres et un micron à un millième de millimètre. C’est mille fois mille (c'est-à-dire mille au carré). C’est donc dans ces conditions que prend toute la valeur de l’irradiation lorsque l’on dit qu’elle est inversement proportionnelle au carré de la distance par rapport à la source radioactive, car dans ce cas, il n’y a plus de distance mesurable et le facteur d’irradiation même s’il est faible et surtout variable en fonction du type de particules radioactives (radio nucléides), s’en trouve augmentée d’un trillion (10 ¹² soit 1 000 milliard) !
0 x
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 78746
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 10825




par Christophe » 28/04/11, 09:42

Obamot a écrit :On peut le craindre, mais pour le moment on a évidemment aucune «visibilité» là-dessus. Tout dépendra du régime alimentaire. Et là les japonnais ont un avantage incommensurable, ils consomment beaucoup d'iode via les poissons et autres produits de la mer! Ça va énormément les aider à passer le cap!


Euh sauf que c'est tout à fait inefficace après coup si la thyroïde a été touché par l'iode 131...

Vu les "précautions" prises vis à vis de l'eau radioactive rejetée...je suis pas sur que le fait d'avoir un régime avec beaucoup de poissons soit un avantage...
0 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 28618
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 5489




par Obamot » 28/04/11, 10:39

Le but de prendre des pastilles d'iode est de saturer la thyroïde avec. De cette manière, lorsqu'il y a contamination par de l'iode 131... «la place est déjà prise» et cet iode pathogène est éliminé par l'organisme. Même si on ne peut totalement exclure qu'il y ait quelques effets résiduels, c'est comme ça que ça marche (et le résultat est surtout moins grave!).

Or par sa situation géographique, le Japon est un pays tradionnellement de pêche, donc ce n'est pas — après coup — mais ils en ont tout le temps dans leur corps ...de l'iode ils en consomment beaucoup, il y en a même dans l'air qu'ils respirent, et de ce fait «la place étant prise», ils ont un peu moins à redouter en comparaison de Tchernobyl, ou là effectivement l'irradiation avait déjà eu lieu hélas, puisque la catstrophe avait été cachée (comme d'hab...)

Quant à la pêche actuelle... Ils sont informés des dangers, alors oui bien sûr, il y aura toujours des téméraires... Mais ils sont très disciplinés et il n'est pas rare de les voir faire leur courses avec un équipement de détection individuel (bien que j'aie des doutes sur leur capacité à détecter les faibles doses! C'est vraiment un drame incommensurable pour ce pays!).

Donc désolé, mais pas très bien compris! ;-)
0 x
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 78746
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 10825




par Christophe » 28/04/11, 10:56

Oui je vois ce que tu veux dire, les japonnais ont surement en "brut de fond" un taux d'iode plus important que les européens mais je doute que cela soit suffisant pour saturer leur thyroïde en permanence...

Et comme dit: l'iode ne protège QUE de l'iode 131...

Il est beaucoup plus complexe de se proteger du Césium (conséquence au niveau des intestins je crois)

Je crois que beaucoup de gens croient que si ils ont des pastilles d'iode il sont entièrement protégés du risque nucléaire... :shock: :shock: :|
0 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 28618
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 5489




par Obamot » 28/04/11, 12:30

Ah que,que,que... bernique! :cry:

Comme tu dis... c'est alléatoire! Et dans le même registre, qui prend régulièrement des pastilles d'iode dans les zones contaminées (je veux dire "à vie")? :shock:

Au bout d'un moment «la nature reprend ses droits» et il y n'y a plus aucune mesure préventive particulière, probablement chez 80% de la poulation...

Et puis ont se dit: «c'est pas si grave les frais médicaux sont ‘gratuits’ dans la zone»... et «l'immobilier est tellement bon marché ici!» :cry:
0 x

 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Energies fossiles: pétrole, gaz, charbon et électricité nucléaire (fission et fusion) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : AD 44, Macro, Remundo et 162 invités