Fabriquer de l'essence avec du bois ?

Huile végétale brute, diester, bio-éthanol ou autres biocarburants ou combustibles d'origine végétale...
Avatar de l’utilisateur
sam17
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 253
Inscription : 14/02/06, 13:57
Localisation : la rochelle
x 1

Fabriquer de l'essence avec du bois ?




par sam17 » 23/02/06, 22:31

en trainant sur wikipedia je suis tombe sur un article traitant de la Distillation sèche.

La distillation sèche consiste à chauffer un solide pour le purifier ou séparer ses différents constituants en produisant des composés liquides ou gazeux (qui peuvent ensuite se resolidifier). Au fur et à mesure de la distillation, le produit recherché condense et est collecté. Cette méthode demande généralement des températures plus élevées que la distillation liquide. On peut l'utliser pour obtenir de l'essence à partir de charbon ou de bois. On peut également l'utiliser pour briser des sels tels que les sulfates par thermolyse, dans ce cas est produit du dioxyde de soufre ou du trioxyde de soufre (gaz) qui pourra être dissous dans l'eau pour produire de l'acide sulfurique. C'est de cette manière qu'on produisait initialement l'acide sulfurique.


Est-ce que quelqu'un a deja entendu parler de montage faisable pour distiler du bois ?

est-ce que cela pourait donner un bilan energetique acceptable ?
Ce serait un moyen de se chauffer tout en produisant sa propre essence.

je vais faire quelque recherche sur le net, en attendant, si quelqu'un a des infos a ce sujet :)



j'ai trouve un peu de neuf depuis tout a l'heure :

Dans la gazéification, le bois est chauffé à des températures atteignant 1000°C pour donner un mélange qui contient principalement du monoxyde de carbone et de l'hydrogène (Prahacs, 1971), avec comme sous-produits de petites quantités d'éthylène, d'acétylène, de propylène, de benzène et de toluène. Le monoxyde de carbone et l'hydrogène formés peuvent être, comme dans la gazéification de la houille, (a) retraités pour fournir de l'hydrogène en vue de la production d'ammoniac, (b) transformés par voie catalytique en méthanol, (c) enrichis en hydrogène et combinés pour former du méthane, ou (d) transformés par catalyse en un mélange d'hydrocarbures aliphatiques, par le procédé Fischer-Tropsch.


Le bois peut être liquéfié par réaction avec le monoxyde de carbone et l'eau à une température de 350 - 400°C et sous une pression de 275 bars en présence de divers catalyseurs (Appel, 1971). On obtient, avec un rendement de 40 - 50 pour cent, une huile visqueuse qui peut ensuite être transformée en produits chimiques de la même façon que l'on traite le pétrole brut en pétrochimie.


La pyrolyse, ou décomposition du bois sous l'action de la chaleur en l'absence d'air ou d'oxygène, convertit le bois en charbon de bois, gaz et huile (Soltes, 1978; Wender, 1974). Le rendement relatif des divers produits dépend des conditions de la pyrolyse et de la composition du matériau traité; on peut indiquer comme chiffres normaux à 900°C 25-35 pour cent de charbon de bois, 30-45 pour cent de gaz et jusqu'à 8 pour cent de goudron et d'huile. Le gaz se compose principalement d'hydrogène, de monoxyde de carbone et de méthane, tandis que le goudron et l'huile contiennent des hydrocarbures légers tels que le benzène et le toluène, ainsi que des mélanges de composés à point d'ébullition plus élevé

La houille et le bois sont les substituts possibles du pétrole comme matière première de l'industrie chimique pour l'avenir. Le choix de chaque pays dépendra évidemment duquel de ces produits il dispose, mais seul le bois est une ressource renouvelable


Shafizadeh (1978) a montré que la distillation sèche de la cellulose à 400 - 500°C donne environ 80 pour cent d'un goudron qui contient principalement du lévoglucosane et peut être converti en glucose avec un rendement de 50 pour cent par rapport à la cellulose. Il est nécessaire d'avoir une cellulose exempte d'autres constituants de la paroi cellulaire, afin d'éviter une contamination et des réactions avec d'autres produits de décomposition.

La conversion de la cellulose en glucose est la première étape de son utilisation à grande échelle dans l'industrie chimique. Le débouché potentiel le plus important est la fermentation du glucose en éthanol, par des techniques industrielles éprouvées à haut rendement. L'éthanol ou alcool éthylique est un produit chimique industriel important, obtenu à présent par hydratation de l'éthylène. Il pourrait aussi avoir un large emploi comme carburant pour les moteurs à combustion interne.

La déshydratation de l'éthanol en éthylène, réaction inverse de celle qui permet actuellement d'obtenir de l'éthanol à partir de l'éthylène extrait du pétrole, se fait également avec un rendement élevé. On peut de même facilement obtenir du butadiène à partir de l'éthanol, par des procédés industriellement éprouvés, mais tombés en désuétude en raison des bas prix du pétrole. La conversion du glucose en éthylène et en butadiène, en passant par l'éthanol, représente la plus grande utilisation potentielle de la cellulose dans l'industrie chimique, en raison de l'importance de l'éthylène,


tout cela viens de cette page : http://www.fao.org/documents/show_cdr.a ... 525f01.htm
0 x
--
La patience est un arbre dont la racine est amère, et dont les fruits sont très doux.

 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Biocarburants, agrocarburants, biocombustibles, BtL, carburants alternatifs non fossiles... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités