Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutionsGreffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Agriculture et sols. Pollution, contrôles, dépollution des sols, humus et nouvelles techniques agricoles.
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 267
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 61

Greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar guibnd » 26/05/18, 19:59

je vous propose un nouveau sujet qui me tient à coeur ; la multiplication des plantes, arbres et arbustes... par greffage, écussonnage, marcottage ou bouturage que je pratique parfois avec succès.
l'an dernier, j'ai greffé et réussi en couronne les pommiers reinette du mans, reinette de caux. j'ai raté cerisier coeur de pigeon.
cette année, j'ai greffé le 13 mai les pommiers patte de loup et court pendu en couronne ( dont je joins une photo ).

au plaisir de partager trucs et astuces si des greffeurs parmi vous ...

20180524_205725.jpg
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...

Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1878
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 36

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar Forhorse » 27/05/18, 00:46

J'ai essayé plusieurs fois de greffer et ça n'a jamais fonctionné. Respect à ceux qui y arrivent.
0 x
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 267
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 61

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar guibnd » 27/05/18, 16:29

Forhorse a écrit :J'ai essayé plusieurs fois de greffer et ça n'a jamais fonctionné. Respect à ceux qui y arrivent.

Je vais pas te dire que c'est facile mais c'est pas si compliqué que l'on pense ... ( C'est bien une réponse de normand ça :mrgreen: on se comprend :D )

Il y a quelques règles à respecter, par exemple la greffe en couronne pour les gros diamètres de porte-greffe comme j'ai fait sur la photo.
Des vieux pommiers à cidres vieux de 60 ans pleins de gui, on les a coupé au ras du sol, certains sont répartis du sol, on choisit un rejet bien droit qui fera le tronc, on l'élève en enlevant les yeux sur le tronc régulièrement pour l'obliger à monter ( je voulais greffer à 2m pour refaire des pommiers de plein vent mais greffer des pommes à couteaux cette fois.

Le truc le plus important, c'est de greffer AU BON MOMENT, pour la greffe en couronne c'est quand l'écorce se décolle facilement soit pas avant mi avril jusqu'au 15 mai voire 30 mai ( contrairement à d'autre greffes qu'il faut faire à partir des mi-mars ( en fente par exemple )

Et aussi, couper et garder les greffons au frais dès le mois de janvier / février , couchés dans la terre / sable au pied d'un mur au nord ( certains mettent au frigo ) pour que le greffon soit en retard de végétation par rapport au porte greffe qui aura déjà démarré.

Ce sont de petits détails qui ont leur importance...

Il y a des bourses aux greffons où on peut se procurer d'anciennes variétés et des portes greffes spécifiques ( adaptés à son sol, climat, ... par exemple )
Dans ces bourses aux greffons, il y a souvent des cours - démonstrations de greffage...
J'espère vous sensibiliser à ces techniques en les demystifiant car on peut ainsi préserver des variétés anciennes et perpétuer la diversité des variétés de fruits de nos terroirs...
J'attire votre attention sur l'écussonnage l'été ( juillet août), par exemple pour les rosiers et fruits aussi...

Il me semble avoir aperçu un gonflement de bourgeon des greffes en photo dans mon premier message, c'est de bon augure... À bientôt pour une photo dès que c'est significatif...
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...
Avatar de l’utilisateur
Forhorse
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1878
Inscription : 27/10/09, 08:19
Localisation : Perche Ornais
x 36

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar Forhorse » 27/05/18, 17:10

J'ai un vieux verger de pommes à cidre mais la majorité des arbres sont en piteux états. Soit ils sont trop vieux et cassent sous le poids des fruits ou pendant les tempêtes hivernales, soit ils sont pourri de gui.
Mais j'aimerais garder les variétés de pomme présente (variété ancienne et locale qui font le caractère du cidre que l'on fait ici) donc il va vraiment falloir que je me débrouille pour réussir ces greffes. J'ai encore une bonne trentaine d'arbre viable, mais j'en perd tous les ans. :?

Mon gros problème je pense c'est les greffons. La dernière fois je les avait conservé dans le frigo dans un peu de coton humide, mais je pense qu'ils étaient déjà mort au moment de la greffe.
En soit apprendre à greffer n'a pas l'air compliqué, mais sélectionner les greffons, les couper au bon moment, les conserver correctement, et surtout savoir au moment de la greffe s'il sont encore viable ou pas, ça ne s'improvise pas et c'est ça que j'aurais besoin d'apprendre.
0 x
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7732
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 630

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar Ahmed » 27/05/18, 20:03

Les conseils de Guibnd sont bons et il importe de les suivre. Une autre recommandation importante est de bien faire coïncider* les tissus vivants des deux végétaux: il ne s'agit pas de soudure mécanique, mais de chirurgie. Ce dernier point s'obtient par une adaptation de la dimension du greffon et par un positionnement adapté. Une bonne hygiène est également indispensable et également une bonne protection contre le dessèchement du greffon.
Pour le prélèvement des greffons, il faut l'effectuer pendant la saison de repos végétatif, ce qui n'est guère contraignant (pour la majorité des greffes). La conservation se fait au frigo, dans un sac polyéthylène et en présence d'une substance absorbante humide (chiffons, papier, mousse). Il est important que le porte-greffe soit bien en sève** au moment de l'opération et que le greffon soit bien au repos (sauf certains types de greffages particuliers); ces conditions sont plus difficiles à obtenir au printemps, car la température est assez aléatoire à ce moment. En revanche ces greffes peuvent aussi se faire fin août (elles sont dites alors à œil dormant***): la température n'est plus alors un souci et l'humidité (l'autre facteur influant le flux de sève) est facile à maîtriser, puisqu'il suffit d'arroser quelques jours avant en cas de sécheresse.
Bien qu'il ne s'applique pas à toutes les configurations, j'aime particulièrement le greffage en placage d'écusson, qui ne demande en outre pas beaucoup de dextérité, parce qu'il se pratique avec un greffoir double**** et de façon assez "automatique".

En ce qui concerne le bouturage, la réaction des diverses espèces végétales est très variables. Si l'on est pas sûr de bien maîtriser la question, il est souvent avantageux de se rabattre sur le marcottage qui est une sorte de bouturage alimenté par le pied-mère: ceci évite au rameau de se dessécher avant d'avoir pu émettre ses racines. Le coefficient multiplicatif est généralement plus faible que le bouturage, mais pour des petites quantités ce n'est pas gênant.


* Les tissus doivent être correctement disposés par rapport à la physiologie du végétal et non viser à un affleurement tel qu'il est recherché en menuiserie!
** C'est important à la fois pour pouvoir lever l'écorce (mais certains type de greffage ne réclame pas cette situation) sans léser les tissus, mais aussi pour obtenir une cicatrisation très rapide (et donc éviter le dessèchement du greffon, cause de beaucoup d'échecs).
*** Au printemps, le bourgeon (œil) du greffon va s'ouvrir (œil poussant), à l'automne, ce même bourgeon ne poussera que l'année suivante, il est donc qualifié de "dormant".
**** Ce type de greffoir est parfois difficile à trouver et cher, mais il est possible d'en fabriquer un soi-même très simplement: si certains sont intéressés, j'expliquerai volontiers comment y parvenir, comme je l'ai fait il y a bien longtemps.. :roll: .
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 267
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 61

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar guibnd » 27/05/18, 22:25

Forhorse a écrit :J'ai un vieux verger de pommes à cidre mais la majorité des arbres sont en piteux états. Soit ils sont trop vieux et cassent sous le poids des fruits ou pendant les tempêtes hivernales, soit ils sont pourri de gui.
Mais j'aimerais garder les variétés de pomme présente (variété ancienne et locale qui font le caractère du cidre que l'on fait ici) donc il va vraiment falloir que je me débrouille pour réussir ces greffes. J'ai encore une bonne trentaine d'arbre viable, mais j'en perd tous les ans. :?

Mon gros problème je pense c'est les greffons. La dernière fois je les avait conservé dans le frigo dans un peu de coton humide, mais je pense qu'ils étaient déjà mort au moment de la greffe.
En soit apprendre à greffer n'a pas l'air compliqué, mais sélectionner les greffons, les couper au bon moment, les conserver correctement, et surtout savoir au moment de la greffe s'il sont encore viable ou pas, ça ne s'improvise pas et c'est ça que j'aurais besoin d'apprendre.

C'est une très belle initiative de garder les anciennes variétés à cidre !
Nous aussi, quand on a décidé de couper les derniers pommiers à cidre pourris de gui, on pensait qu'ils n'y avait plus rien à sauver mais, surprise, des rejets sont répartis l'année suivante !
Même si la partie aérienne était rongé par cette saloperie de gui, le système racinaire était bien là et puissant !!
Mais quand l'arbre est affaibli, en effet difficile de récupérer des greffons de qualité et viable.
J'ai vu des variétés de pommiers à cidre dans les bourses aux greffons notamment celle de saint Cyr la rosiere 61 à l'écomusée du perche au prieuré de sainte gauburge...
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 267
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 61

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar guibnd » 27/05/18, 23:01

Ahmed a écrit : Bien qu'il ne s'applique pas à toutes les configurations, j'aime particulièrement le greffage en placage d'écusson, qui ne demande en outre pas beaucoup de dextérité, parce qu'il se pratique avec un greffoir double**** et de façon assez "automatique"..

:P oui Ahmed, j'ai aussi un petit faible pour l'écusson oeil dormant l'été, j'ai fait pas mal de rosiers tiges à une époque de cette façon.
Les conditions climatiques le jour du greffage sont importantes aussi; il convient d'éviter une journée pluvieuse, venteuse ou trop ensoleillée.
Le marcottage est vraiment très facile surtout si la plante a des branches flexibles que l'on peut courber vers le sol, les cassis se marcottent souvent seuls par exemple. Sinon, on peut tenter un marcottage aérien.
J'ai deux noyers à greffer un de ces jours... Une greffe réputée difficile. Si tu as des astuces à ce sujet. Il s'agit de 2 noyers hautes tiges que j'avais acheté déjà greffés qui n'ont pas repris après la plantation, ils repartent du pied donc adieu la variété greffée :cry:
mais j'ai des greffons sur place ( les 6 autres ont bien repris / parisienne, franquette et un pollinisateur dont j'ai oublié le nom ).
Il y aurait tant à dire sur le greffage et cie ...

En fait, j'avais appris avec mon Papa quand j'étais enfant et j'y suis revenu depuis quelques années, ça revient vite ce qu'on apprend gamin !

Des nouvelles de la greffe en couronne du dimanche 13 mai que j'avais posté dans la premier message ( pomme patte de loup ). Les bourgeons sont en train de débourrer... Mais attention, c'est pas encore gagné ! C'est peut-être un faux départ, faut que ça se soude bien... À suivre...
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7732
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 630

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar Ahmed » 27/05/18, 23:15

Attention! J'ai parlé de greffe en plaquage d'écusson et non de greffe en écusson! J'ai aussi un peu pratiqué cette dernière qui est très utilisée sur les rosiers, comme tu le mentionnes.
La greffe en plaquage d'écusson est justement spécialement adaptée au noyer (mais peut aussi s'employer avec succès sur d'autres fruitiers) et cela simplifie beaucoup l'opération. J'avais écris un article à ce sujet dans "forum greffage", mais ce site n'est plus disponible actuellement.
Dans la variante à œil dormant, le greffon est prélevé au moment du greffage; il importe de conserver ces greffons humide pendant le court laps de temps entre le prélèvement et la pose: matériel sensible! Une autre raison des échecs en la matière est que les bouquins qui exposent la méthode ne mentionnent pas un petit tour de main absolument nécessaire à la réussite de la greffe.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 267
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 61

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar guibnd » 27/05/18, 23:27

Ahmed a écrit :Attention! J'ai parlé de greffe en plaquage d'écusson et non de greffe en écusson! J'ai aussi un peu pratiqué cette dernière qui est très utilisée sur les rosiers, comme tu le mentionnes.
La greffe en plaquage d'écusson est justement spécialement adaptée au noyer (mais peut aussi s'employer avec succès sur d'autres fruitiers) et cela simplifie beaucoup l'opération. J'avais écris un article à ce sujet dans "forum greffage", mais ce site n'est plus disponible actuellement.
Dans la variante à œil dormant, le greffon est prélevé au moment du greffage; il importe de conserver ces greffons humide pendant le court laps de temps entre le prélèvement et la pose: matériel sensible! Une autre raison des échecs en la matière est que les bouquins qui exposent la méthode ne mentionnent pas un petit tour de main absolument nécessaire à la réussite de la greffe.


oui, en effet, :idea: la greffe en placage d'écusson est en effet différente de la greffe en écusson que je pratique sur les rosiers !
j'ai vu que le placage est aussi utilisé pour l'olivier, ce serait bien ça pour mes noyers !!...
tu me conseilles quel diamètre optimal du porte - greffe ?
et le p'tit tour de main en question, tu me le dis :mrgreen:
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...
Avatar de l’utilisateur
guibnd
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 267
Inscription : 24/07/17, 14:58
Localisation : normandie - eure
x 61

Re: greffage, écussonnage, marcottage et bouturage...

Message non lupar guibnd » 27/05/18, 23:31

greffe en couronne pommier patte de loup effectuée le 13 mai, nous somme le 27 mai, ça débourre :P
Pièces jointes
20180527_180632.jpg
0 x
Terre à blé argileuse et fertile, gorgée d'eau en hiver, froide au printemps, croutée et fissurée l'été,
mais ça, c'était avant la Didite ...


Revenir vers « Agriculture: problèmes et pollutions, nouvelles techniques et solutions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités