Page 1 sur 4

Limiter le réchauffement : combien de CO2 ?

Publié : 27/06/13, 11:28
par MB
Avant la révolution industrielle, il y avait environ 275 ppm de CO2 dans l'air. On en est aujourd'hui à 400 ppm. L'objectif officiel est de ne pas dépasser 450 ppm. Certains préféreraient retomber à 350 ppm (cas notamment du site 350.org). Et ceux qui veulent être sûrs d'échouer ne voient pas de pérennité au-dessus des 275 ppm pré-industriels.

Est-ce que que quelqu'un a déjà essayé d'utiliser ces chiffres pour jouer au loto ? C'est un générateur de nombres aléatoires qui en vaut un autre.

Publié : 27/06/13, 11:37
par Christophe
C'est même pas que ces chiffres sont "aléatoire" c'est que parler uniquement des ppm CO2 est complètement insuffisant car il y a d'autres gaz à effet de serre!

Il faudrait parler en équivalent ppm CO2 en rapportant le forçage radiatif des autre gaz à celui du CO2 et obtenir ainsi un chiffre global!

Par exemple le méthane est 21 fois plus "puissant" que le CO2...or en ce moment il y a des quantité immenses qui s'échappent du permafrost / périgel !! (il a fait 29°C à Mourmansk il y a quelques semaines!!!)

Donc ceux qui se basent uniquement sur le CO2 pour résoudre le problème sont, désolé Mathieu,...des doux rêveurs...

Publié : 07/07/13, 13:28
par RV-P
MB a écrit :Avant la révolution industrielle, il y avait environ 275 ppm de CO2 dans l'air. On en est aujourd'hui à 400 ppm.

— Et il y en avait 10 fois plus lors d'une période GLACIAIRE, MB (émission "Le secret des nuages" du dimanche 7 juillet sur ARTE !) !!!
— Si tu veux écouter les "sirènes" du GIEC et des politiques, tu ferais mieux de te "boucher les oreilles" !
— D'après toi, en pleine période de "réchauffement climatique", le climat pourri et froid de l'Europe cet hiver et ce printemps, ça t'inspire quoi ?!?...

Publié : 07/07/13, 15:38
par Did67
RV-P a écrit :— Et il y en avait 10 fois plus lors d'une période GLACIAIRE, MB (émission "Le secret des nuages" du dimanche 7 juillet sur ARTE !) !!!
— Si tu veux écouter les "sirènes" du GIEC et des politiques, tu ferais mieux de te "boucher les oreilles" !
— D'après toi, en pleine période de "réchauffement climatique", le climat pourri et froid de l'Europe cet hiver et ce printemps, ça t'inspire quoi ?!?...


Juste deux ou trois éléments de réflexion :

1) Taux de CO²

a) des taux de CO² et des "périodes glaciaires", etc, on peut leur faire dire ce qu'on veut.

Mais il ne faudrait pa confondre des "glaciations" (quelques milliers / dizaines de milliers d'années) et ce que nous observons à l'échelon d'une génération !

b) Il ne faut pas non plus ignorer d'autres causes ayant changé le climat à différentes époques : éruptions volcaniques, météorites, qui ont pu "obscurcir" le ciel pendant quelques années...

c) Il ne faut surtout pas oublier qu'à l'échelle géologique, les continents dérivent...

Donc oui, c'est sans aucun doute plus compliqué que les équations du GIEC...

De là à cracher sur ces "modèles", très imparfaits, je laisse aux imbéciles le soin de franchir le pas.

Pour moi, resté paysan dans l'âme, "cela ne peut pas être bon, que de remettre dans l'atmosphère en l'espace du'ne génération, le CO² correspondant au stcokage de millions d'années de biomasse - pétrole, gaz, charbon : le carbonifère, cela a été à la louche 60 millions d'années..

2) ARTE

Quand on con nait un sujet, il est rare que les émissions d'ARTE, qui veulent "secouer" le cocotier (et poruquoi pas ?) soit réellement justes, ou nuancées, ou équilibrées. Elles sont souvent à charge (encore une fois, poruquoi pas ?), quelquefois sensationnaliste (il faut quand même faire de l'audience)...

Donc citer ARTE, pour moi, bof !

3) Le troisième point est intéressant !

Alors qu'il faisait "froid" chez nous, il faisait exceptionnellement chaud en laponie, en Sibérie..

Il est évident que "réchauffement climatique" est à l'échelle planétaire, donc au niveau de "températures moyennes" qui ne veulent pas dire grand chose ne ressenti.

Et ce réchauffement climatique s'accompagne, dans les zones "tempérées" (chez nous, où s'affrontent les masse d'air polaires froides et les masses d'air tropicales chaudes), d'une plus grande agitation. Et qui dit agitation, dit tantôt c'est l'un qui "gagne plus" (canicule), tantôt l'autre (printemps exceptionnellement froid - en fait, exceptionnellement peu ensoleillé).

Donc ce "froid", pour moi, est bien la conséquence locale - à notre petite échelle de franchouillards - du réchauffement climatique à l'échelle globale !

Mais je peux me tromper. N'étant pas du GIEC.

Publié : 07/07/13, 15:45
par Did67
Christophe a écrit :C'est même pas que ces chiffres sont "aléatoire" c'est que parler uniquement des ppm CO2 est complètement insuffisant car il y a d'autres gaz à effet de serre!

Il faudrait parler en équivalent ppm CO2 en rapportant le forçage radiatif des autre gaz à celui du CO2 et obtenir ainsi un chiffre global!

Par exemple le méthane est 21 fois plus "puissant" que le CO2...or en ce moment il y a des quantité immenses qui s'échappent du permafrost / périgel !! (il a fait 29°C à Mourmansk il y a quelques semaines!!!)

Donc ceux qui se basent uniquement sur le CO2 pour résoudre le problème sont, désolé Mathieu,...des doux rêveurs...


En revanche, oui. Parler uniquement de CO², c'est insuffisant.

Il y a les autres gaz à effet de serre. Et les particules... ETc...

D'où l'implication des ..... ruminants dans le protocole de Kyoto et le mauvais "bilan" de la Nouvelle-Zélande par exemple (les ruminants, qui ont la faculté remarquable de digérer la cellulose - partie pailleuse des végétaux - ont le malheur d'éructer du... méthane car leur panse n'est ni plus ni moins qu'un "biométhaniseur" sur patte !)

Publié : 07/07/13, 18:48
par RV-P
Did67 a écrit :D'où l'implication des ..... ruminants dans le protocole de Kyoto et le mauvais "bilan" de la Nouvelle-Zélande par exemple (les ruminants, qui ont la faculté remarquable de digérer la cellulose - partie pailleuse des végétaux - ont le malheur d'éructer du... méthane car leur panse n'est ni plus ni moins qu'un "biométhaniseur" sur patte !)

— Et dire que dans la "production" de CO2, il y en a qui ont failli les "zapper" ! D'ici qu'on compte aussi notre respiration et nos pets, "il n'y a pas des kilomètres"... :mrgreen:
— En tous cas, pour les ruminants, si on récupérait le méthane produit par ces animaux pour chauffer nos maisons !?... Ça se faisait il n'y a pas si longtemps, dans nos campagnes françaises... Donc, on brûle le méthane (qui est un gaz à effet de serre beaucoup plus efficace que le CO2 !) et on produit... un peu de CO2 et de l'eau !!!
— Mais je m'aperçois qu'il y en a qui le font, des éleveurs qui mettent en citerne le méthane produit par la biomasse de leurs animaux et qui le brûlent pour faire la cuisine ou pour chauffer !... Et ce en dépit des lois françaises, comme ceux qui adaptent leur moteur diésel pour rouler à l'huile de friture !
— En France, on n'a (presque) pas de pétrole, mais on a le "Système D" !

Publié : 08/07/13, 11:10
par Did67
1) Jadis on se chauffait avec les animaux, en vivant au-dessus de la grange. Pas en récupérant le méthane. A ce que je sache, le méthane de la rumination s'est toujours échappé.

2) Oui, la méthanisation des déchets, dont les déjections animales (fumier, lisier), cela existe.

Je rends régulièrement compte ici d'un tel projet : https://www.econologie.com/forums/post259731.html#259731

Mais il ne s'agit toujours pas de valoriser le méthane issu de la rumination. Mais le potentiel énergétique des déchets organiques, qui sont la partie non assimilée des végétaux ingérés par l'animal. Et qui, en condition anaérobie, peut se transformer en méthane.

A noter que le CO² qui se dégage dans le groupe de cogénération n'alourdit pas le bilan de CO² car il a été absorbé par les végétaux durant leur corissance. Il "tourne en rond" (contrairement au CO² issu de carburants fossiles).

La réglementation est certes compliquée. Mais rien n'interdit ces stations de méthanisation. Bien au contraire, elles bénéficient d'un tarif de rachat de l'électricité "subventionné".

Voilà pour rétablir un peu la vérité.

Publié : 08/07/13, 16:42
par RV-P
Did67 a écrit :A noter que le CO² qui se dégage dans le groupe de cogénération n'alourdit pas le bilan de CO² car il a été absorbé par les végétaux durant leur croissance. Il "tourne en rond" (contrairement au CO² issu de carburants fossiles).

— Les carburants fossiles ont bien existé à une période "reculée" sur Terre pendant quelque temps en tant que végétaux et animaux, non !?... Ils se sont alors retrouvés ensevelis sous des tonnes de sédiments et se sont carbonifiés. Le pétrole ne vient pas que des plantes. Il vient aussi des animaux morts sous le Déluge. Des preuves de ce Déluge commencent à apparaître dans des îles de l'Océan Glacial Arctique au large de la Sibérie et qui ne seraient constituées que d'ossements d'animaux morts. La soudaineté de ce "changement climatique" à l'occasion du Déluge est manifestée en ce moment même par la découverte de cadavres de bébés mammouths entiers en Sibérie, avec leur chair et leurs poils !
— Car si l'homme a introduit un changement climatique en brûlant des carburants fossiles, il y en a eu un autre : en 40 jours, le climat de la Terre est passé de subtropical (partout, même aux pôles) à polaire, tempéré et tropical !
— Nous manquons d'éléments pour apprécier cette époque si nous ne faisons pas appel au Créateur qui a tout enregistré et tout noté.
— S'il y avait du CO2 dans l'atmosphère en quantité suffisante, pourquoi en vend-on dans les jardineries pour améliorer la croissance des plantes ?
— Il n'y a pas que la combustion des carburants fossiles qui produit du CO2 : la fabrication de la chaux en produit "des tonnes" (on le stocke dans les extincteurs et les cartouches pour fabriquer de la limonade et des sodas), ainsi que les éruptions volcaniques. Et devant ça, notre "production" est bien faible...

Publié : 08/07/13, 20:12
par Ahmed
RV-P, je me demande si tu as bien lu le post de Did67, qui était très explicite au sujet de la séquestration du CO2 à l'époque carbonifère?
Pour le reste, désolé, tes arguments me laissent rêveur...

Publié : 08/07/13, 22:49
par chatelot16
quand on cuit du calcaire pour faire de la chaux , ça degage bien du CO2 ... mais quand on utilise la chaux , elle absorbe du CO2 pour redevenir du calcaire , et le resultat est nul

la seule vraie emission de CO2 est du au combustible qui a servi a cuire la chaux

avec un four qui a un bon rendement le CO2 du combustible est au moins 10 fois plus faible que le CO2 du calcaire