Page 1 sur 2

Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 09:59
par anarchorete
Salut à tous,

Je démarre en ce moment un potager du paresseux dans le Gers, à Auch. Mon terrain est exposé Sud, en pente légère de l'Ouest vers l'Est. Au bout de cette pente se trouve une marre, vide en ce moment (restes de la sécheresse passée.) La marre se remplit par le dessous, le terrain se trouvant sur une nappe phréatique peu profonde (3 puits sont présents sur le terrain de 1000m² seulement).

Tout content de ce nouveau terrain de jeu, j'ai délimité mes parcelles et commencé à bien réfléchir à mon projet de jardin, etc... mais voilà, je me trouve face à un souci de taille : la marre servait, au précédent propriétaire (un type différent de paresseux) de décharge.

Hier, je suis descendu dans cette marre (où plus rien n'a été jeté depuis 5 ans au moins) pour y ramasser, sans forcer ni creuser, 3 cagettes de détritus : vieilles bouteilles en plastique désagrégées de je ne sais quel solvant, vieilles bouteilles en fer rouillées d'aérosol, bidon en plastique de "super 95", boite à médicaments, tuyaux décomposés, nombreuses bouteilles de verre, bouts de ferraille en tout genre, etc...

Autant dire que j'ai vite déchanté.

Je dois préciser aussi qu'au nord du terrain il y a les restes d'un immense feu où tous types de trucs ont été brûlés (j'y trouve beaucoup de clous carbonisés, chevilles en plastique, polystyrène fondu...).

Ma question est la suivante : pensez-vous que je doive abandonner mon projet de jardin ? Je crains vraiment que je-ne-sais-quels-poisons se retrouvent dans mes légumes au bout du compte. C'est vraiment dommage car le sol est magnifique : complexe argilo-humique superbe, une vie foisonnante, les vers de terre se ramassent sans creuser, il y a des cuticules partout...

Y a-t-il des scientifiques dans la salle qui ont un point de vue éclairé sur ce genre de pollution ?

PS : je ne compte pas dépenser l'équivalent d'une année d'achat de légumes en analyse de sol :wink:

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 10:25
par paysan.bio
Bonjour,
pour les produits en question, je ne crois pas que l'analyse de sol suffirait.

voir sur le lien ce qui est recherché sur les éléments trace:

http://rhone-alpes.synagri.com/synagri/ ... penElement

une analyse de carotte produite sur le terrain peut-être ?

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 10:47
par anarchorete
Merci paysan.bio

Ce lien est intéressant mais je n'ai pas envie de dépenser de l'argent pour faire une analyse de sol (on me prête ce terrain gratuitement et je n'ai pas forcément le budget.)

Ce que je me demandais surtout c'est si les plantes risquaient de "puiser" les polluants de la marre / nappe phréatique ? Quand je prélève des carottes de terre elles ont l'air très saines...

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 11:18
par paysan.bio
anarchorete a écrit :Merci paysan.bio

Ce lien est intéressant mais je n'ai pas envie de dépenser de l'argent pour faire une analyse de sol (on me prête ce terrain gratuitement et je n'ai pas forcément le budget.)

Ce que je me demandais surtout c'est si les plantes risquaient de "puiser" les polluants de la marre / nappe phréatique ? Quand je prélève des carottes de terre elles ont l'air très saines...


pardon,
je parlais d'une vraie carotte ,
une carotte sauvage récupérée sur le terrain pour faire une analyse de résidus chimiques.
les carottes concentrent bien les polluants.

pour la marre, c'est difficile de répondre car certains polluants peuvent être dangereux très longtemps.
ceux des piles usagées par exemple.

pour les endroit où il y a eu du feu,
en Guadeloupe, ils ont une parade contre les effets du Chlordecone :
ils font des bacs de permaculture surélevés afin que les racines ne s'enfoncent pas dans le sol primaire.
ça marche pour les légumes feuille mais pas pour les légumes racine.

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 12:58
par anarchorete
Ah, ok, autant pour moi ! :cheesy:

Pas de carotte sauvage dans le jardin pour le moment malheureusement...

Autres questions :
1. Est-ce que l'abondance de vie du sol est un bon indicateur de non-pollution, ou bien ça n'a rien à voir ?
2. Est-ce que la marre, située bien en contrebas de la surface cultivée, peut y remonter des polluants par infiltration en remontant de niveau ?

Bon, en tout cas je peux dire qu'en pré-conclusion je ne vais probablement pas cultiver ce terrain, par principe de précaution.

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 13:09
par paysan.bio
anarchorete a écrit :Ah, ok, autant pour moi ! :cheesy:

Pas de carotte sauvage dans le jardin pour le moment malheureusement...

Autres questions :
1. Est-ce que l'abondance de vie du sol est un bon indicateur de non-pollution, ou bien ça n'a rien à voir ?
2. Est-ce que la marre, située bien en contrebas de la surface cultivée, peut y remonter des polluants par infiltration en remontant de niveau ?

Bon, en tout cas je peux dire qu'en pré-conclusion je ne vais probablement pas cultiver ce terrain, par principe de précaution.


non l'abondance de vie de sol n'est pas un indicateur suffisant.
il y a peu de risques de remontées à partir de la mare en contrebas mais il vaut mieux ne pas arroser avec l'eau de la mare

d'autres plantes avec racines renflées marchent aussi pour l'analyse: rumex, pissenlit etc...

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 13:25
par anarchorete
Ok.

Alors du pissenlit y'en a. Je vais voir si je peux trouver un labo (et le prix).

Je précise qu'aucun dépôt n'a été fait là où je compte cultiver (juste dans la marre). Sinon j'ai possibilité de cultiver dans un espace éloigné de la marre, situé à environ 2 mètres de hauteur par rapport au niveau de la maison. Peut-être que ce serait plus sécuritaire à cet endroit ?

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 13:56
par sicetaitsimple
anarchorete a écrit :2. Est-ce que la marre, située bien en contrebas de la surface cultivée, peut y remonter des polluants par infiltration en remontant de niveau ?

Bon, en tout cas je peux dire qu'en pré-conclusion je ne vais probablement pas cultiver ce terrain, par principe de précaution.


Si tel que je le comprends la mare est située "bien en contrebas" et qu'elle est principalement alimentée par la nappe (qui donc s'écoule vers elle,selon ton premier post, "la mare se remplit par le dessous"), les risques me paraissent très faibles.

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 14:44
par Did67
Le principal risque serait en effet, les métaux liés à la combustion de piles... Par chance, je dirais, les métaux sont peu mobiles : ils "restent". Ce qui est un des inconvénients (notamment pour le plomb des carburants dans le temps ; pour le zinc des toitures en tôle ondulée ou pour le cuivre des fans des traitements "bio" au sulfate de cuivre) peut aussi être un avantage dans ton cas.

Après, le comportement des plantes vis-à-vis de tel ou tel polluant est très variable. Les unes "filtrent". Les autres se "gavent". Il existe même des plantes qu'on utilise pour extraire certains polluants. Mais c'est très pointu. Il faut parfaitement connaître lesquelles !

J'éviterais en tout cas les endroits où on a brulé des choses. Car ces mauvaises combustions sont souvent sources de pollution, au même titre que certains incinérateurs. Mais tout de même, il faut relativiser : entre un incinérateur qui "pollue" 24 h / 24 pendant des années et un "brulot" ayant fonctionné quelques fois...

J'éviterais par précaution, les brulots et un ou deux mètres autour...

Re: Potager du paresseux sur sol pollué

Publié : 20/12/17, 18:01
par anarchorete
sicetaitsimple a écrit :
Si tel que je le comprends la mare est située "bien en contrebas" et qu'elle est principalement alimentée par la nappe (qui donc s'écoule vers elle,selon ton premier post, "la mare se remplit par le dessous"), les risques me paraissent très faibles.


En fait le terrain est en pente, donc la marre est plus bas que le reste. En revanche, au départ, je comptais faire démarrer mes parcelles en bord de marre, puis les faire remonter vers le haut de la pente (l'Ouest), mais je vais éviter de m'approcher trop près. Cela dit, oui, l'eau s'écoule vers la marre.

Je vais faire un plan et prendre quelques photos dès que j'aurais un moment, ce sera plus clair.

Did67 a écrit :Le principal risque serait en effet, les métaux liés à la combustion de piles... Par chance, je dirais, les métaux sont peu mobiles : ils "restent". Ce qui est un des inconvénients (notamment pour le plomb des carburants dans le temps ; pour le zinc des toitures en tôle ondulée ou pour le cuivre des fans des traitements "bio" au sulfate de cuivre) peut aussi être un avantage dans ton cas.

Après, le comportement des plantes vis-à-vis de tel ou tel polluant est très variable. Les unes "filtrent". Les autres se "gavent". Il existe même des plantes qu'on utilise pour extraire certains polluants. Mais c'est très pointu. Il faut parfaitement connaître lesquelles !

J'éviterais en tout cas les endroits où on a brulé des choses. Car ces mauvaises combustions sont souvent sources de pollution, au même titre que certains incinérateurs. Mais tout de même, il faut relativiser : entre un incinérateur qui "pollue" 24 h / 24 pendant des années et un "brulot" ayant fonctionné quelques fois...

J'éviterais par précaution, les brulots et un ou deux mètres autour...


D'après mes fouilles, il n'y a pas eu de piles dans la marre (mais il est possible qu'elles soient maintenant enfouies, tout simplement.) Ce qui m'effraie surtout (en plus des métaux), ce sont les COV (voir cette URL : http://home-analyses.fr/88-cov-dans-les-sols.html -- je n'arrive pas à insérer de lien).

Au sujet du brûlot, oui, je vais faire un "périmètre de sécurité" et surtout ne rien planter en contrebas... Je vais probablement faire de même avec la marre.