Page 1 sur 1

Demande d'avis aux anciens

Publié : 28/07/06, 21:43
par elephant
Excusez moi de débarquer « en petit nouveau « dans le forum :cela fait une ou deux semaines que j’écume les sites francophones et anglophones concernant l’électrolyse en vue de réaliser moi aussi un électrolyseur expérimental.
Je suis donc allé voir dans mes vieux cours et je pense avoir compris pourquoi l’électrolyseur de Meyer fonctionne ( bien ) et aussi probablement celui de Moreau

Ni obscurantisme, ni pseudoscience, ni ésotérisme.

1) une cellule de Meyer constitue en fait un condensateur d’une capacité de 0,15 µFarad constitué des parois de la cellule et d’un diélectrique d’environ 1mm d’épaisseur et d’une permittivité diélectrique relativement importante constitué d’eau pure. ( permittivité diélectrique relative de l’eau = 80, rigidité diélectrique 50 à 100 kV par centimètre, résistivité de l’ordre du gigaohm par mètre )
2) La réactance d’un condensateur de 0,15 µF sous 1 Mhz est de l’ordre de 1 ou 2 ohms ( ce qui nous donne un bon 10-15 ampères sous 13,8 volts.)

Donc, à priori vive l’électrolyse d’eau pure sous haute fréquence, qui permet de nous affranchir de l’électrolyte et simplifie sérieusement l’entretien de l’appareil. ( Parce que, franchement, un électrolyseur en inox qui a quelques heures de marche, c’est franchement dégueu et au prix du platine : avez-vous déjà réalisé que plaquer 33 cm² de platine en 30 µ, nécessite un cm³ de métal, soit 21 grammes ! )

Ceci, à mon sens est bien loin des théories sur la fréquence de résonance de l’eau. ( Elle existe peut-être, mais nous n’en sommes pas là )

Oui, mais, il faudrait aussi faire circuler les bulles pour extraire le gaz !

Ben, chez Meyer, c’est tout simple : les parois d’un condensateur s’attirent l’une l’autre : la cellule se comporte d’elle-même comme un transducteur d’ultrasons sous l’effet des impulsions de la THT . Au-delà d’une certaine tension, il court-circuite son condensateur et on revient à zéro. Sous haute tension, les forces mises en jeu sont assez violentes. Je ne sais pas comment fait Moreau, peut être a-t-il placé un transducteur à ultrasons dans son dispositif à moins qu’il n’utilise une self fonctionnant en autotransformateur.

Le découpage de la tension est maintenant un jeu d’enfant grâce aux transistors de puissance Mosfet dont les performances font rêver ceux qui ont connu les premiers transistors dans les années 60. Le pilotage des transistors de puissance devrait être confié à des circuits plus modernes que les 555 ou 556, qui plafonnent à 200 kHz. On peut réaliser un multivibrateur très simple à l’aide d’un 4093, un condensateur et une résistance. ( et pourquoi pas un circuit programmable comme le suggère l’étiquette ASIC qui paraît sur les photos de l’appareil de Moreau )

Je rejoint Moreau dans ses théories quand il dit qu’il contrôle l’emballement thermique, ce qui peut se faire assez facilement en diminuant la fréquence quand le courant devient trop important, par exemple suite à une pollution du diélectrique-electrolyte. Je pense de toutes façons qu’un électrolyseur doit être doté d’un klixon de sécurité ( comme dans les lave-vaisselle et les lave-linge ) ainsi que d’une membrane à déchirement et/ou d’un pressostat. les valves anti-retour me semblent utile aussi.

Ce que je n’ai pas encore réussi à déterminer c’est s’il est plus intéressant de mettre les cellules en parallèle, pour augmenter la capacité ( condensateur ) de l’ensemble et diminuer d’autant la fréquence de travail ou les mettre en série pour bénéficier du meilleur rendement électrolyse/pertes par effet joule obtenu quand on électrolyse entre 1,23 V et 1,47 V.

Je ne suis d’ailleurs pas très convaincu par ce 1,23 V car dans les essais que j’ai fait sous courant continu pur avec électrolyte ( 2 à 28 % NaOH), je n’obtiens des bulles qu’a partir de 2,2 – 2,3 V .

Reste maintenant à trouver un moyen simple et fiable d’empêcher la sonde Lambda de f…le bren .

Le circuit exotique de Meyer au travers d’un alternateur me semble inutile et pourrait être remplacé par des selfs sous haute fréquence si la haute tension est indispensable ( ce que je ne crois pas, sinon l’appareil de Moreau ne fonctionnerait pas )

Bon, shut up maintenant le petit nouveau, messieurs les anciens, que pensez vous de ma prose ?

Publié : 28/07/06, 21:47
par elephant
OUps, sorry tout le monde, je me suis trompé de bouton, le message était destiné à "électrolyse améliorée". je vous invite à y poursuivre le débaT

Publié : 29/07/06, 14:36
par Rulian
La discussion se poursuit par ici :

https://www.econologie.com/forums/electrolys ... t1228.html

Je clos ce fil.