Page 1 sur 67

Collapsologie ... kézako ?

Publié : 09/03/19, 14:16
par grelinette
On entend de plus en plus le mot de Collapse pour évoquer l'effondrement de notre société.

Mais qui a-t-il derrière ce mot de Collapse, synonyme d'effondrement, et qu'on utilise maintenant pour parler de la déchéance de notre civilisation industrielle ?

La référence littéraire semble être le livre de Pablo Sevigne intitulé "Comment tout peut s'effondrer. Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes".

Résumé :
Et si notre civilisation s'effondrait ? Non pas dans plusieurs siècles, mais de notre vivant. Loin des prédictions Maya et autres eschatologies millénaristes, un nombre croissant d'auteurs, de scientifiques et d'institutions annoncent la fin de la civilisation industrielle telle qu'elle s'est constituée depuis plus de deux siècles. Que faut-il penser de ces sombres prédictions ? Pourquoi est-il devenu si difficile d'éviter un tel scénario ?
Dans ce livre, Pablo Servigne et Raphaël Stevens décortiquent les ressorts d'un possible effondrement et proposent un tour d'horizon interdisciplinaire de ce sujet - fort inconfortable - qu'ils nomment la "collapsologie". En mettant des mots sur des intuitions partagées par beaucoup d'entre nous, ce livre redonne de l'intelligibilité aux phénomènes de "crises" que nous vivons, et surtout, redonne du sens à notre époque. Car aujourd'hui, l'utopie a changé de camp : est utopiste celui qui croit que tout peut continuer comme avant. L'effondrement est l'horizon de notre génération, c'est le début de son avenir. Qu'y aura-t-il après ? Tout cela reste à penser, à imaginer, et à vivre...
Pablo Servigne est ingénieur agronome et docteur en biologie. Spécialiste des questions d'effondrement, de transition, d'agroécologie et des mécanismes de l'entraide, il est l'auteur de Nourrir l'Europe en temps de crise (Nature & Progrès, 2014).


Le concept de collapsologie est une jeune discipline universitaire qui consiste à penser la durabilité (ou son absence) de notre système de production thermo-industriel en recoupant les conclusions des différents champs de recherche déjà existant (biologie, économie, étude de l'environnement, etc...). Sa thèse éponyme est simple : nous nous acheminons vers un effondrement (collapse, en anglais) de ce système et donc de notre mode de vie actuel.
A partir de ce constat, plusieurs options dont, entre autres, la préparation à la fin du monde comme les fameux survivalistes américains (pour caricaturer : on creuse des bunkers, on s'arme et on fait des stocks de nourriture). Ou bien, d'ouvrir un espace de discussion pour évoquer ce que signifie un tel effondrement, ses enjeux, les craintes et angoisses que cela peut faire naître en chacun de nous, et les possibles alternatives et voies de transition à notre disposition...
Comme l'indiquent les collapsologues français Pablo Servigne, Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle, le premier travail pour envisager une quelconque transition dans un environnement qui s'effondre est d'abord intérieur. C'est un travail de réflexion, d'acceptation, de lien avec une communauté pour conserver l'espoir et la force de vivre demain, et non pas seulement d'y survivre. Nous voulons croire en demain, et en nous-même, y compris par temps de crise, une sorte d' "Happy Collapse.


Bref, la Collapsologie :
- est-ce simplement une façon de faire le Buzz en faisant peur ? :shock: ,
- d'utiliser un mot ésotérique pour briller en société ? :cheesy: ,
- d'analyser et comprendre d'une façon moins consensuelle la question de déchéance de la civilisation contemporaine ? :(
- ... ?

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 09/03/19, 18:31
par eclectron
La collapsologie est la "science" de l'effondrement, initiée par Malthus https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Malthus
, puis Meadows en 1972.


Ça fait mieux de dire collapsologie. :cheesy: c'est plus synthétique .
Toujours difficile de parler de science lorsqu'il s'agit de prédire le futur, par définition impossible à prouver.
Heureusement que l'Homme est doté d'un solide bon sens pour anticiper à partir d'un faisceau d'indices convergents (quand il veut voir... :cheesy: )

Les données scientifiques à ce jour, ne contredisent pas les prédictions alarmantes de l’équipe Meadows.
Image

Bon courage ! :D

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 09/03/19, 19:11
par Ahmed
Le fait d'inventer le concept de "collapsologie" correspond au besoin de "ranger dans un tiroir" un événement traumatique que nous sommes incapables d'affronter autrement que par ce subterfuge. Il constitue l'équivalent médical de la maladie idiopathique (dont les causes sont inconnues et que l'on ne sait pas traiter, mais qui devient objet de la connaissance -donc de contrôle- du seul fait de cette dénomination!).
L'idéologie du progrès désigne une expansion continue de la technosphère aux dépends de la nature et les psychismes sont donc diamétralement opposés à envisager un parcours radicalement différent*, ce qui sera cause de l'effondrement brutal, après l'effondrement progressif déjà à l'oeuvre (avec plus ou moins de virulence selon les pays et les classes sociales). Il est déjà très ambigu de présenter l'effondrement comme inévitable et non souhaitable, mais c'est pleinement compatible avec la résignation au marché comme seul sujet de l'Histoire...
Comme corollaire, vous ne trouverez jamais la proposition d'un "effondrement" volontaire et positif comme contre-feu à un effondrement subi, ou alors peut-être dans le seul cercle des décroissants, mais sous des formes qui ont bien du mal à s'affranchir des représentations actuelles (comme c'est le cas pour le Revenu Universel...).

* Une absurde conciliation des causes sans ses conséquences est à peu près la limite de la plasticité psychique ordinaire!

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 09/03/19, 19:31
par eclectron
Ahmed a écrit :L ou alors peut-être dans le seul cercle des décroissants

Meadows préfère l'expression "sain et durable" (psychologiquement positive), à décroissance (psychologiquement négative, peu enthousiasmante, peu fédératrice...), même si on parle de la même chose au fond.
Car il va bien falloir se bouger, se préparer autant que possible à cet effondrement.

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 09/03/19, 20:17
par Ahmed
Pour cela, il faudrait d'abord comprendre pas mal de choses!
Le processus de mondialisation supposait une extension infinie de l'espace et une généralisation du modèle des pays du centre à tous ceux de la périphérie (présupposé doublement absurde), alors que l'extractivisme qui constitue le moteur du Centre se fait aux dépends de la Périphérie: toute machine thermique nécessite une source chaude et une source froide et si la première est la plus visible (car généralement coûteuse), la seconde est tout aussi importante. Dans le fond, si l'on suit cette logique, ce n'est pas le déclin des facteurs physiques ou géologiques qui prime, mais l'impossibilité de maintenir un flux entre les sources chaudes et froides par excès d'entropie dans un système fermé: la Terre.

Je l'ai déjà écris, je le répète, sans un désir de rompre radicalement d'avec un système en voie de saturation, on se condamne à essayer des rafistolages, à saisir des "opportunités" chatoyantes fournies par les nouvelles contraintes qui ne servent qu'à faire perdurer les causes. Qui pourrait, dans la diversités des situations et des intérêts particuliers contradictoires s'en abstraire suffisamment pour impulser une révolution conceptuelle et jouer un rôle de déclencheur?

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 09/03/19, 22:34
par izentrop
Ahmed a écrit :L'idéologie du progrès désigne une expansion continue de la technosphère aux dépends de la nature
Le progrès peut aussi aller dans le même sens. L'optimisation des processus peut aller dans ce sens. Pour cela il faut sortir des dogmes, surtout en agriculture *.

Le plus dur sera au niveau individuel. Changer nos habitudes avec la ferme intention de réduire au maximum nos consommations d'énergie. Pour l'instant pas de prise de conscience à l'horizon.

* KS devant des éleveurs bovins laitiers de ma région, donne la solution très technique en fait, avec ses formules bien à lui... Remarquez comment il exprime le saut vers la réussite :wink:

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 09/03/19, 23:35
par eclectron
Ahmed a écrit :Pour cela, il faudrait d'abord comprendre pas mal de choses!

Tu es loin d'être le seul en France et sur Terre, à savoir et à comprendre...

Ahmed a écrit : Qui pourrait, dans la diversités des situations et des intérêts particuliers contradictoires s'en abstraire suffisamment pour impulser une révolution conceptuelle et jouer un rôle de déclencheur?

Ta conception de la "révolution" via un leader, genre messie, est un peu datée de 2000 ans environ ou 700 ans, suivant l’obédience ...

L'heure est à la pluralité des sources d'inspiration comme Konrad Shreiber par ex, merci Izentrop, à l'initiative individuelle de la part gens conscients et responsables, à la création d' îlots de durabilité dans un océan de non durabilité.
Le système ne changera pas, il s'effondrera.
Il faut des îlots qui fonctionnent de manière durable, comme exemple pour la suite.

Je résume ton discours: personne ne comprends rien a part toi puisque tu te positionne en donneur de leçon et toute action est vouée a l’échec puisque personne ne comprend rien.
REVEIL ! les consciences évoluent depuis un bon moment déjà. Tu as le don de me mettre en colère avec ton discours toujours aussi défaitiste et castrateur.
On se demande dans quel camp tu es avec ton discours qui vise toujours à décourager ou dénigrer les initiatives ?
Il y aura des erreurs, et alors ?
C'est comme cela que l'on apprend et que l'on construit.
Dit autrement il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent pas.

Que ceux qui comprennent agissent.

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 10/03/19, 12:19
par Ahmed
Eclectron, je suis désolé si mon message peut donné lieu à telle interprétation. Les seules initiatives que je dénonce sont celles qui par construction sont vouées à l'échec parce qu'elles ne prennent pas en compte l'intégralité de de ce qui est en jeu et ne constituent donc que des palliatifs. Que des erreurs soit commises dans la bonne direction ne me dérange pas, ça me semble inévitable et rectifiable (dans la mesure où il n'existe pas de précédant et où il n'y a pas de "recette" miraculeuse).

Tu écris:
Ta conception de la "révolution" via un leader, genre messie, est un peu datée de 2000 ans environ ou 700 ans, suivant l’obédience ...

Cette formulation est assez maladroite, je le reconnais et c'est effectivement très éloigné de ma perception collective des solutions (j'y ai souvent insisté pour que soit clair); ce que je voulais dire, c'est qu'outre la difficulté de trouver des acteurs sur une échelle conséquente (puisque les intérêts des groupes divergent), il est également nécessaire de s'entendre sur une vision conceptuelle suffisamment explicite pour en déduire les moyens adéquats. Sans direction (au sens d'horizon et non de directoire), toute action n'est qu'agitation brownienne.

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 10/03/19, 12:35
par thibr
Image
sur la partie "actuelle" des courbes il n'y a pas d'inversion de tendance il faudra en reparler dans 10 ou 20 ans :mrgreen:
peut être plus vu que l'évaluation des ressources a été revue à la hausse...

Re: Collapsologie ... kézako ?

Publié : 10/03/19, 14:13
par janic
tibr
il est dommage que tu n'aies pas ces courbes jusqu'à 2018 car en si peu de temps, les choses ont pu changer dans un sens ou dans l'autre.