Attelage hippomobile électrique !!!

Voitures, bus, vélos, avions électrique: tous les moyens de transport électriques qui existent. Conversion, moteurs et propulsions électriques pour les transports...
dirk pitt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2081
Inscription : 10/01/08, 14:16
Localisation : isere
x 67




par dirk pitt » 14/01/09, 11:34

cunseulair a écrit :l'idée principale était d'automatiser l'assistance par un capteur de charge placé sur le timon qui doserait la puissance du moteur en plus de celle du cheval, la même chose en décélération. c'est techniquement simple et totalement transparent pour l'utilisateur


tres bonne idée mais l'algorythme de pilotage sera pas évident car il y a a mon avis beaucoup d'a-coups dans le timon. le cheval n'exerce pas un effort constant lors de la marche. mais ça doit etre possible.

sinon, pour la transmission, attention au rapport de reduction.
les roues tournent lentement: 300 à 400tr/mn et le moteur 10x plus vite.
je pense qu'une solution simple a mettre en oeuvre dans un esprit "bricolage maison" pourrait etre de partir d'un pont arriere de voiture propulsion (il y a dejà une premiere réduction de 3:1 à 5:1 me semble-t-il)
il faudrait ensuite faire une deuxieme reduction par pignon-chaine
en faisant un support du moteur pris sur le pont lui-même pour garder la fonction suspension
ça pourrait donner ça:
Image
0 x
Image
cliquez ma signature

Avatar de l’utilisateur
grelinette
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1943
Inscription : 27/08/08, 15:42
Localisation : Provence
x 227




par grelinette » 14/01/09, 12:33

On attaque les contraintes techniques... ça commence à bien me plaire !
Pour un essieux de voiture à propulsion : je vais contacter les garages 4x4 pour voir ce qu'ils peuvent me proposer?

Un premier point technique a été abordé par petromax : est-il préférable de motoriser l'essieu avant ou arrière ?


Ceci dit, n'oublions pas la solution d'adapter un système auxiliaire à une véritable voiture hippomobile comme celles-ci ce qui peut être plus simple, ou un compromis en remplaçant simplement un essieux :
Image

Image

Et même, dans le cas de panneaux solaires :
Image
0 x
Avatar de l’utilisateur
Lietseu
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2327
Inscription : 06/04/07, 06:33
Localisation : Anvers Belgique,Skype lietseu1
x 3




par Lietseu » 14/01/09, 12:57

Rien que de zolies petites autos !

Sérieusement, je crois que les pneumatiques faciliterons la transmission du couple, non?

Mais quand on vois la place qu'il y a, ça doit être très faisable, wouah quel chalenge ! :P
0 x
En éloignant l'Homme de La Nature, on l'a éloigné de Sa Nature ! Lietseu
"Le pouvoir de l'amour, doit être plus fort que l'amour du pouvoir" un contemporain de Lie Tseu ?
On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible, pour les yeux...
petromax
J'apprends l'éconologie
J'apprends l'éconologie
Messages : 17
Inscription : 21/07/05, 22:10




par petromax » 14/01/09, 14:05

Bonjour,

La solution essieu de voiture propulsion+moteur est effectivement la plus facile a mettre en oeuvre pour un proto:

il est assez aisé de fixer l'essieu sur les lames de ressorts d'une voiture hippomobile. Il faudrait trouver un essieu le plus léger possible (style tout petit 4*4) attention toutefois a la largeur de voie.

Il serait a mon avis judicieux de prévoir un embrayage électro magnétique (type poulie de compresseur de clim) à la sortie du différentiel de maniére a ne pas entrainer le moteur/alternateur. quand il n'y a pas besoin (réduction des efforts).

La suspension a lames doit être de type télégraphe de facon a encaisser le couple d'accélération et de freinage.

Même si c'est un peu plus compliqué, je pense qu'il faut équiper l'essieu avant (proximité entre les 2 sources d'énergie, pas de mise en crabe possible).

A mon avis cet hybride ne doit être envisagé dans un premier temps qu'avec un attelage a un cheval et rester a commande manuel avec un arret d'urgence facilement actionnable (au pied).

L'automatisation n'est pas forcément souhaitable, le cheval a une capacité d'adaptation nettement supérieur a un moteur thermique.
Il existe des remorques forestiéres à grappin à traction animale, ces remorques disposent d'une petite centrale hydraulique pour le maniement du grappin et en option de roues arriéres motrices pour décoller la remorque. Les chevaux attelés a ce genre de remorques apprennent trés vite à ne fournir d'effort (le poids de la remorque chargée est de 7 tonnes) que lorsque le démarrage à été aidé par le petit moteur honda 5 CV (pas folles les bêtes...).

www.youtube.com/watch?v=rubxQ5ATGZM
0 x
dirk pitt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2081
Inscription : 10/01/08, 14:16
Localisation : isere
x 67




par dirk pitt » 14/01/09, 14:06

grelinette a écrit :Pour un essieux de voiture à propulsion : je vais contacter les garages 4x4 pour voir ce qu'ils peuvent me proposer?


pas besoin que ce soit un 4x4, il y a aussi (encore) des voitures propulsions

une idée dérivée si tu ne veux pas modifier une voiture existante peut-etre d'y adjoindre une remorque pousseuse de ce style:
(sur la photo, le moteur etait en prise directe pour des vitesses plus élevées) mais ça rajoute du poids supplémentaire.
Image
0 x
Image

cliquez ma signature

Avatar de l’utilisateur
grelinette
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1943
Inscription : 27/08/08, 15:42
Localisation : Provence
x 227




par grelinette » 15/01/09, 09:00

Aujourd'hui je vais voir un grand salon du cheval à Avignon : Cheval Passion.
Les Haras Nationaux font une conférence et une expo sur l'attelage, je vais surement y trouver plein d'idée.
Je vous en parle ce soir en rentrant.
0 x
Avatar de l’utilisateur
grelinette
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1943
Inscription : 27/08/08, 15:42
Localisation : Provence
x 227




par grelinette » 17/01/09, 12:09

Bonjour,

Je profite de ce samedi matin pour revenir sur mon projet et faire le point.
Un premier constat : dans un projet comme celui là, surtout si derrière il y a une suite concrète d'exploitation professionnelle, il y a 2 aspects à faire avancer en parallèle :
1) un aspect commercial
2) un aspect technique

1) Aspect commercial :
Il est plus facile à faire avancer que l'aspect technique : un peu de bagout, quelques chiffres prévisionnels prometteurs avec retour sur investissement rapide et le tour est joué !
La qualité principal pour cet aspect, c'est la bagout commercial !
J'ai proposé un transport hippomobile local à ma commune et après une démonstration commerciale convaincante (j'ai une formation commerciale :cheesy: ), l'idée a séduit et sera discuter en conseil municipal. (La première application serait un transport scolaire local).
C'est d'ailleurs dommage que le côté financier et commercial immédiat prenne toujours le dessus sur le côté écologique , social et solidaire plus long et plus difficile à évaluer. Il faudrait d'ailleurs pouvoir valoriser et chiffrer ces aspects et les intégrer à un projet au même titre qu'une subvention ou un investissement.
Je serais aussi curieux de connaître les stats sur les entreprises créées qui ont fidèlement respecté leur prévisionnel financier et leur "business plan"… mais c'est un autre débat.
Pour l'instant j'ai déjà des rdv avec des cabinets de conseils en stratégie de développement commercial et des organisme bancaires… (Je reviendrai plus tard et en détail sur cette partie commerciale et financière pour vous exposer une idée qui peut être intéressante).

A titre indicatif, l'ajout d'un moteur auxiliaire électrique à un attelage permet déjà d'avoir un cheval tracteur plus petit donc moins cher à l'achat et à l'entretien. L'image d'un petit poney shetland tractant sans peine une voiture hippomobile chargée de 10 ou 15 personne serait une image amusante et pleine de symboles !
De plus comme l'a déjà souligné quelqu'un, le moteur serait utile pour les manœuvres de garage ou de recul.

2) Aspect Technique : C'est une autre paire de manches car peu de spécialistes acceptent de s'intéresser à un projet technique, même novateur (et surtout si il s'inscrit dans l'écologie !), si vous n'annoncez pas dès le début un budget confortable. C'est d'ailleurs la première question posée : "quel est votre budget ?"… Je suis sûr que si je posais sur la table une somme d'argent conséquente je trouverais des cabinets d'études techniques qui accepteraient d'étudier la conception d'un véhicule qui marche à la pluie, au mistral, à la confiture ou au photovoltaïque lunaire… et même s'il rejette de l'arsenic, de la dioxine ou des déchets nucléaires !

Bref, pour revenir à l'aspect technique, j'ai d'abord quelques questions générales :

- 1) Pensez-vous que le rechargement des batteries du moteur auxiliaire peut se faire uniquement lors du déplacement de la voiture dans les descentes ? (sans avoir à recharger sur le secteur)

- 2) Pouvez-vous me faire un schéma type d'un système de propulsion électrique auxiliaire :
Transmission/Système de chargement des batteries/Principe de fonctionnement (embrayage, débrayage, bascule mise en charge/démarrage du moteur électrique). Le moteur est-il aussi le moyen de chargement ?

Je suis allé à Cheval Passion à Avignon jeudi dernier et j'ai pris de bons contact avec des fabricants de voitures hippomobiles (tout se fait en Pologne !) et avec les Haras Nationaux (il y a de belles perspectives d'applications)

Voici quelques photos qui me ramènent à une question technique :
Faut-il refaire complètement un essieux en adaptant par exemple un essieux de voiture à propulsion, ou ne serait-il pas plus simple de fixer un essieux en parallèle dont les extrémités seraient équipés de pignons, lesquels entraîneraient les roues via une chaîne reliant pignons et plateaux fixés sur les roues (comme un pédalier de vélo inversé).
Ce deuxième essieux serait celui entraîné par le moteur électrique mais quel système pour la contrainte du différentiel ?

Ce montage me paraît plus simple, plus économique et surtout plus adaptable à n'importe quelle voiture hippomobile sans toucher ni aux roues d'origine ni au système de freinage.

Photos (notez le système de suspension à boudins gonflables).
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
0 x
Avatar de l’utilisateur
grelinette
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1943
Inscription : 27/08/08, 15:42
Localisation : Provence
x 227




par grelinette » 17/01/09, 12:17

En regardant les photos, il me parait intéressant d'étudier la possibilité d'entrainer les roues par le disque de frein en faisant un disque cranté comme une couronne sur laquelle vient s'enclencher un pignon pour la transmission. Qu'en pensez-vous ?
0 x
Avatar de l’utilisateur
ex-océano
Modérateur
Modérateur
Messages : 1570
Inscription : 04/06/05, 23:10
Localisation : Lorraine - France
x 1




par ex-océano » 17/01/09, 13:11

Pour les Bouches du Rhône, nous avons le très sérieux Velectris.
Il faudrait que tu contactes Pascal à Bouc Bel Air. Ils ont entre autre développé un bon moteur, le Phantom, avec un contrôleur développé par notre cher nlc :cheesy:

Le point de vente sur Marseille est 13 rue Fondère dans le 4ème.

Le siège est ZAC des Chabauds Nord à Bouc Bel Air (un peu au dessus du Décathlon).

L'idée de faciliter le travail du cheval pour prolonger son trajet et augmenter légèrement la vitesse n'est pas idiote. C'est le pendant équestre de l'assistance électrique au cycliste.
Restera aussi la réflexion sur l'homologation de l'assistance, du point de vue juridique. Ainsi sur un VAE, il faut que l'on pédale pour que l'assistance se mette en marche (il y a un détecteur PAS et effet Hall). Si on met une bête poignée style moto, le VAE se transforme en cyclomoteur car on peut enclencher le moteur sans pédaler...
Peut-être mettre un contacteur électrique avec un ressort dans le timon qui enclencherait l'assistance quand le cheval tirerait. Cela enclencherait aussi l'assistance dans les montées et ferait comme un 'frein de parking électrique' en maintenant un couple empêchant la carriole de reculer quand l'attelage est arrêté en montée (feu rouge ou stop par exemple).
0 x
[Mode MODO=ON]
Zieute mais n'en pense pas moins...
Avatar de l’utilisateur
Flytox
Modérateur
Modérateur
Messages : 14007
Inscription : 13/02/07, 22:38
Localisation : Bayonne
x 643




par Flytox » 17/01/09, 13:25

Bonjour grelinette
grelinette a écrit :En regardant les photos, il me parait intéressant d'étudier la possibilité d'entrainer les roues par le disque de frein en faisant un disque cranté comme une couronne sur laquelle vient s'enclencher un pignon pour la transmission. Qu'en pensez-vous ?


Cela suppose que cet entrainement va marcher à sec , sans lubrifiants ( on met pas de graisse dans les freins :mrgreen:) .....donc durée de vie ??? Les disques sont généralement en fonte , c'est pas vraiment la matière approprié pour faire du pignon ( ça n'aime pas les chocs et c'est certainement pas assez dur pour résister à l'usure).

Il y a peut être la place de juxtaposer une couronne dentée " standard" entre la roue et le disque de frein ou le moyeu.
A+
0 x
La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.
[Eugène Ionesco]
http://www.editions-harmattan.fr/index. ... te&no=4132


Revenir vers « Transports électriques: voitures, vélos, transports collectifs, avions... »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 28 invités