Solaire thermique: capteurs solaires CESI, chauffage, ECS, fours et cuiseurs solairesFour solaire pour chaux et briques

L'energie solaire thermique dans tous ses états: chauffage solaire, eau chaude sanitaire, choix d'un capteur solaire, concentration solaire, fours et cuiseurs solaires, stockage d'énergie solaire par tampon thermique, piscine solaire, climatisation et froid solaire..
Aides, conseils, montages et exemples de réalisations...
Sourdois
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 9
Inscription : 11/03/12, 20:19
Localisation : Ouagadougou

Message non lupar Sourdois » 26/03/12, 13:55

Merci pour ton implication à me répondre avec beaucoup d'explications.
Je suis actuellement en train de recueillir les données auprès du producteur de chaux.
L'idée de créer une alternative au four solaire ne me dérange pas. Tout cela peut-être indiqué dans les termes de références de l'étude que nous préparons actuellement.

Ce qui m'intéresse aujourd'hui, c'est de trouver la ou les personnes ressources pour faire cette étude. C'est une mission de consultant avec paiement d'honoraires, frais de mission et billet d'avion pris en charge. Si ton métier est dans ce domaine et que ce projet t'intéresse, tu peux me le faire savoir.

Toutes les idées sont les bienvenues pour améliorer les termes de référence de l'étude et bien cerner ce qui sera attendu.

Remerciements,

chatelot16 a écrit :tu peut donner des information sur les four utilisé actuellement et surtout sur la consomation de bois et la production de chaux (ou de brique)

la surface de miroir coute cher et la quantité de feraille pour construire une grande parabole aussi

le projet solaire merite d'etre etudié mais il faut envisager aussi des progrés plus simple

pour la chaux : fabrication de charbon de bois par pyrolyse , et four a chaux continu ou le charbon brule melangé au calcaire a cuire : rendement thermique excelent , consomation 10 fois plus faible qu'un foyer a bois separé

la fabrication de charbon de bois par pyrolyse produit du gaz , du methanol et de l'acetone , au lieu d'enfumer comme ca se fait helas partout

la construction d'une usine de pyrolyse du bois reduit non seulement la consomation de bois du four a chaux , mais reduit al quantité de bois neccessaire pour tous les utilisateur de charbon de bois en afrique !

l'utilisation du charbon de bois est souvent critiqué : c'est pourtant le meilleur combustible ... ce n'est que la methode de fabrication (ancienne) archaique qui est mauvaise

je remplace ancienne par archaique car la pyrolyse est ancienne aussi : on apelait cela distilation du bois en 1850 quand ca produisait l'esprit de bois , ancien nom de l'alcol a bruler

en 1850 cette methode etait non rentable pour le charbon de bois a cause du prix elevé du materiel neccessaire

aujourd'hui le materiel est moins cher et l'energie devient plus cher , ca change tout

la pyrolyse du bois est interresante aussi a faire par methode solaire : au lieu de gaspiller une partie du bois pour le chauffer lui meme , on chauffe par le soleil et on garde tous les gaz combustible produit pour autre chose : par example chauffer un four a brique la nuit quand le soleil est couché

l'avantage du gaz produit par la pyrolyse du bois est qu'on peut le stocker pour alimenter le four en continu

j'ai essayé il y a 15 ans de demarer ce genre de fabrication de charbon de bois en france ... mais impossible de construire quelque chose en france ... empetré dans des reglement qui se mordent la queue

difficile de construire aussi en afrique ou tout est plus cher a cause du manque de tout
0 x

Sourdois
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 9
Inscription : 11/03/12, 20:19
Localisation : Ouagadougou

Message non lupar Sourdois » 26/03/12, 13:59

Merci pour tous ces conseils.

J'ai mis dans le message de Chatelot16, ce que nous attendions au niveau de notre étude de faisabilité. Si également tu penses avoir les compétences et que c'est ton métier, tu peux aussi postuler pour réaliser cette étude.

Notre souhait est vraiment de trouver les personnes compétentes qui peuvent venir au Burkina Faso en mission pour nous aider à bâtir de façon concrète ce projet.

Remerciements,

dedeleco a écrit :Tous les conseils de chatelot16 sont à écouter, avec grand soin, à peser, vu l'ampleur et l'importance du projet, en particulier, commencer par des essais simples avec miroirs simples (mêmes plans, 20 de 1m2 font 20KW sur 1m2 ), sur faibles dimensions, puis, l'amélioration du rendement par bonne isolation thermique, récupération de la chaleur entre entrée et sortie, énorme économie avec ce qui sort réchauffant ce qui entre, et en plus, essai de conservation de la chaleur la nuit, qui demande un énorme volume dans des roches réfractaires comme des laines ou laves pulvérulentes, avec isolation thermique, surtout par la lenteur de diffusion thermique, sur environ 0,2m en une nuit de 8 à 10h .

Tout dépend du volume utilisé, mais à partir de quelques mètres de diamètre, on doit pouvoir conserver la nuit, l'essentiel de la température et donc gagner un temps fou de réchauffage ou même de cuisson pour la chaux ou la brique, et économiser beaucoup de dépenses .

Donc dans une boule de quelques mètres de diamètre, isolée et à parois de terre ou roches à faible conductivité thermique ( pierre ponce, sable, etc.. ? ) supportant à l'intérieur les 900°C, il doit être possible de conserver sur une nuit, la plus grande partie de la chaleur.

Ainsi la longueur caractéristique de diffusion thermique croit comme la racine carrée du temps :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Diffusivit%C3%A9_thermique
http://fr.wikipedia.org/wiki/Conduction_thermique
pour de l'argile coefficient de diffusion thermique environ 1mm2/s donne pour 10h de nuit soit 36000s une longueur de 1xrac(36000)= 189mm et donc la chaleur ne rentre dans la paroi que sur quelques multiples de cette longueur,
Pour une un gros réservoir chaud mis, brutalement pour la nuit, dans une grosse casemate en argile ou brique quasi froide au départ, la chaleur ne va partir par diffusion que sur quelques multiples de cette longueur de 18,9cm .

Cette figure animée montre ce ralentissement, en racine carrée du temps, qui permet de conserver une forte proportion de la chaleur sur un temps fini, par lenteur de diffusion de la chaleur et de T, dans une paroi froide, brutalement mise en contact avec le chaud :
Image
Il y a une perte de chaleur et de T comme le rapport des capacités thermiques du réservoir chaud sur celle de la paroi sur son épaisseur diffusive.
Toutes les équations de base sont sur et les liens de wikipedia dedans :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Conduction_thermique
Un réservoir bien gros, quasi sphère ou cylindre cubique de 5m de diamètre, gardera ainsi l'essentiel de sa température.


C'est souvent méconnu, mais permet même de conserver la chaleur sous terre entre l'été et l'hiver comme réalisé à www.dlsc.ca pour chauffer l'hiver .

Voir sur ggogle toutes les théories et réalisations de centrales solaires à miroirs plans avec tracking ou paraboliques.
Ce qui limite la T max c'est le rayonnement infrarouge de la surface chauffée comme T^4, qui donc est très forte à 900°C , et donc très difficile à obtenir (surface bien rouge à blanc ), nécessitant un grand nombre de miroirs .
Base pour ce rayonnement pas noir du tout à 900°C :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Corps_noir
et tous les liens dans
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nerg ... _thermique

Aussi peut être, il vaut mieux le voir comme moyen de diminuer fortement la consommation de bois ou fioul.
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 26/03/12, 17:11

Il est bon de savoir ce qui marche actuellement, pour les fours utilisés avec du bois, taille, puissance nécessaire (quantité de bois brulé sec, à 4KWh par kilo brulé ), pour appréhender la difficulté d'un système qui n'existe que très peu, voire pas, ailleurs .

Notre souhait est vraiment de trouver les personnes compétentes qui peuvent venir au Burkina Faso en mission pour nous aider à bâtir de façon concrète ce projet.


est très difficile, car ceux, ayant réalisé des fours solaires, ne verront de possible, que leur technique qu'ils connaissent, et qui n'est peut être pas forcément adaptée à votre pays, qui demande des moyens simples, utilisables par ses habitants.
La T élevée est une réelle difficulté pour une réalisation simple (forte concentration nécessaire, minimum à calculer, la loi en T^4 donne très grossièrement, un facteur de( (900°C+273)/300 )^4= 256, soit 256 miroirs envoyant leur lumière sur une seule surface identique, trou dans le four, (j'ai pris 273=300 vu que c'est très grossier), juste pour compenser les pertes par rayonnement à 900°C )

Des miroirs plans simples avec chacun trackeur simple, pas cher, assez précis, (plein de plans électroniques sur internet ) pourraient y arriver, à envoyer la lumière solaire dans un trou du four et au moins aider au chauffage.

A mon avis à réaliser progressivement simple petit, pas cher, T faible, sur four petit, pour cerner, les difficultés locales, et passer progressivement à gros, plus chaud et plus complexe.
Se méfier de spécialistes qui ont réalisé du très performant, complexe, et qui risque d'être inadapté localement, avec échec ?

Réalisation réelle fonctionnelle :
le plus proche de votre besoin pour four à poterie :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Four_solaire_de_Mont-Louis
http://www.capcir-pyrenees.com/articles.asp?id=5506
http://www.reseauculturel.fr/articles.a ... FR&id=5011
http://four-solaire.fr/
http://four-solaire.fr/marocains.htm

mais rester méfiant, curiosité touristique, aussi !!

Échange de savoir-faire avec la ville de Safi au Maroc. Le four solaire de Mont-Louis est engagé dans une démarche de transfert de technologies vers les pays du Sud. Son but est d'installer à l'échelle d'un village un four solaire qui permettra de cuire les poteries, les assiettes pour manger, le pain, les matériaux de construction, fondre n'importe quel métal pour en faire des marmites ou des outils pour cultiver4.


et parabolique à prix inconnu :

http://energie.cnrs.fr/2008/DOCS/cogene ... -01-08.pdf
https://www.econologie.com/mini-centrale ... -4063.html

De multiples variantes sont possibles, mais T=900°C demande une concentration minimale élevée à préciser, pas forcément parabolique.

La réalisation ultime :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Four_solaire_d%27Odeillo
0 x
Sourdois
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 9
Inscription : 11/03/12, 20:19
Localisation : Ouagadougou

Message non lupar Sourdois » 26/03/12, 17:22

Merci,
J'ai déjà été en contact avec Développement four solaire. Mais je souhaite élargir mes sources et élargir aussi l'étude à partir de tes observations par exemple. J'attends toujours les données sur la production de chaux et les conditions de cette production.

Plus concrètement, es-tu intéressé par cette mission ?
Au stade actuel je dois préparer des termes de références et les soumettre à la coopération qui acceptera de financer l'étude.
Tout est encore ouvert.

dedeleco a écrit :Il est bon de savoir ce qui marche actuellement, pour les fours utilisés avec du bois, taille, puissance nécessaire (quantité de bois brulé sec, à 4KWh par kilo brulé ), pour appréhender la difficulté d'un système qui n'existe que très peu, voire pas, ailleurs .

Notre souhait est vraiment de trouver les personnes compétentes qui peuvent venir au Burkina Faso en mission pour nous aider à bâtir de façon concrète ce projet.


est très difficile, car ceux, ayant réalisé des fours solaires, ne verront de possible, que leur technique qu'ils connaissent, et qui n'est peut être pas forcément adaptée à votre pays, qui demande des moyens simples, utilisables par ses habitants.
La T élevée est une réelle difficulté pour une réalisation simple (forte concentration nécessaire, minimum à calculer, la loi en T^4 donne très grossièrement, un facteur de( (900°C+273)/300 )^4= 256, soit 256 miroirs envoyant leur lumière sur une seule surface identique, trou dans le four, (j'ai pris 273=300 vu que c'est très grossier), juste pour compenser les pertes par rayonnement à 900°C )

Des miroirs plans simples avec chacun trackeur simple, pas cher, assez précis, (plein de plans électroniques sur internet ) pourraient y arriver, à envoyer la lumière solaire dans un trou du four et au moins aider au chauffage.

A mon avis à réaliser progressivement simple petit, pas cher, T faible, sur four petit, pour cerner, les difficultés locales, et passer progressivement à gros, plus chaud et plus complexe.
Se méfier de spécialistes qui ont réalisé du très performant, complexe, et qui risque d'être inadapté localement, avec échec ?

Réalisation réelle fonctionnelle :
le plus proche de votre besoin pour four à poterie :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Four_solaire_de_Mont-Louis
http://www.capcir-pyrenees.com/articles.asp?id=5506
http://www.reseauculturel.fr/articles.a ... FR&id=5011
http://four-solaire.fr/
http://four-solaire.fr/marocains.htm

mais rester méfiant, curiosité touristique, aussi !!

Échange de savoir-faire avec la ville de Safi au Maroc. Le four solaire de Mont-Louis est engagé dans une démarche de transfert de technologies vers les pays du Sud. Son but est d'installer à l'échelle d'un village un four solaire qui permettra de cuire les poteries, les assiettes pour manger, le pain, les matériaux de construction, fondre n'importe quel métal pour en faire des marmites ou des outils pour cultiver4.


et parabolique à prix inconnu :

http://energie.cnrs.fr/2008/DOCS/cogene ... -01-08.pdf
https://www.econologie.com/mini-centrale ... -4063.html

De multiples variantes sont possibles, mais T=900°C demande une concentration minimale élevée à préciser, pas forcément parabolique.

La réalisation ultime :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Four_solaire_d%27Odeillo
0 x
Sourdois
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 9
Inscription : 11/03/12, 20:19
Localisation : Ouagadougou

Message non lupar Sourdois » 26/03/12, 17:34

Un point à préciser :

Nous avons un partenariat avec DW
www.dwf.org/
Il travaille sur des petits fours pour céramiques qui font économiser jusqu'à 80% de bois.
Mais la problématique de la production de chaux est différente vue les quantités à produire.

Je viens de mettre une photo d'un four actuellement utilisé.
https://www.econologie.info/share/partag ... ypu2Gh.jpg

dedeleco a écrit :Il est bon de savoir ce qui marche actuellement, pour les fours utilisés avec du bois, taille, puissance nécessaire (quantité de bois brulé sec, à 4KWh par kilo brulé ), pour appréhender la difficulté d'un système qui n'existe que très peu, voire pas, ailleurs .

Notre souhait est vraiment de trouver les personnes compétentes qui peuvent venir au Burkina Faso en mission pour nous aider à bâtir de façon concrète ce projet.


est très difficile, car ceux, ayant réalisé des fours solaires, ne verront de possible, que leur technique qu'ils connaissent, et qui n'est peut être pas forcément adaptée à votre pays, qui demande des moyens simples, utilisables par ses habitants.
La T élevée est une réelle difficulté pour une réalisation simple (forte concentration nécessaire, minimum à calculer, la loi en T^4 donne très grossièrement, un facteur de( (900°C+273)/300 )^4= 256, soit 256 miroirs envoyant leur lumière sur une seule surface identique, trou dans le four, (j'ai pris 273=300 vu que c'est très grossier), juste pour compenser les pertes par rayonnement à 900°C )

Des miroirs plans simples avec chacun trackeur simple, pas cher, assez précis, (plein de plans électroniques sur internet ) pourraient y arriver, à envoyer la lumière solaire dans un trou du four et au moins aider au chauffage.

A mon avis à réaliser progressivement simple petit, pas cher, T faible, sur four petit, pour cerner, les difficultés locales, et passer progressivement à gros, plus chaud et plus complexe.
Se méfier de spécialistes qui ont réalisé du très performant, complexe, et qui risque d'être inadapté localement, avec échec ?

Réalisation réelle fonctionnelle :
le plus proche de votre besoin pour four à poterie :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Four_solaire_de_Mont-Louis
http://www.capcir-pyrenees.com/articles.asp?id=5506
http://www.reseauculturel.fr/articles.a ... FR&id=5011
http://four-solaire.fr/
http://four-solaire.fr/marocains.htm

mais rester méfiant, curiosité touristique, aussi !!

Échange de savoir-faire avec la ville de Safi au Maroc. Le four solaire de Mont-Louis est engagé dans une démarche de transfert de technologies vers les pays du Sud. Son but est d'installer à l'échelle d'un village un four solaire qui permettra de cuire les poteries, les assiettes pour manger, le pain, les matériaux de construction, fondre n'importe quel métal pour en faire des marmites ou des outils pour cultiver4.


et parabolique à prix inconnu :

http://energie.cnrs.fr/2008/DOCS/cogene ... -01-08.pdf
https://www.econologie.com/mini-centrale ... -4063.html

De multiples variantes sont possibles, mais T=900°C demande une concentration minimale élevée à préciser, pas forcément parabolique.

La réalisation ultime :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Four_solaire_d%27Odeillo
0 x

dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 26/03/12, 17:49

Je me limite d'abord à des remarques de physicien basiques et parfois oubliées.

Les détails des besoins, puissance et taille des fours actuels sont essentiels. (combien de bois brulé en poids à chaque fournée de combien de jours et combien de puissance en KW, 10, 100, 1000 KW ???? )
J'imagine que c'est gros et donc difficile, pour 900°C .
D'abord faire préliminaire simple, petit, bien moins chaud, puis chaud et petit, même pour juste transformer en chaux un simple petit caillou !!.

C'est un gros projet, très utile, mais facilement complexe, qui demande une forte étude en récoltant tous les divers avis variés, surtout ceux ayant réalisé un système similaire, T=900°C, rare, et de comparer la complexité pour des pays, avec peu de moyens et peu de connaissances.

Il faut alors peser les avantages et inconvénients des différentes réalisations.
0 x
Sourdois
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 9
Inscription : 11/03/12, 20:19
Localisation : Ouagadougou

Message non lupar Sourdois » 02/04/12, 11:02

Bonjour,

J'ai pris un peu de temps à répondre, mais avec la situation au Mali, j'ai été occupé et j'ai aussi quitter le pays pour rejoindre le Burkina par la route.

Voici les éléments sur les fours et la production actuelle :
- Fours construits en briques cuites
- Capacité: 20 tonnes de chaux vive en moyenne
- Consommation moyenne de bois: 100 stères
- Temps de cuisson: 1 semaine sans interruption
- Qualité des pierres: CaO de 56,4% en moyenne; taille moyenne des blocs 30x50cm
- Production de chaux en 2010 : 25 tonnes

L'objectif est d'augmenter la production. J'ai mis en ligne une photo d'un four.

Remerciements,


dedeleco a écrit :Je me limite d'abord à des remarques de physicien basiques et parfois oubliées.

Les détails des besoins, puissance et taille des fours actuels sont essentiels. (combien de bois brulé en poids à chaque fournée de combien de jours et combien de puissance en KW, 10, 100, 1000 KW ???? )
J'imagine que c'est gros et donc difficile, pour 900°C .
D'abord faire préliminaire simple, petit, bien moins chaud, puis chaud et petit, même pour juste transformer en chaux un simple petit caillou !!.

C'est un gros projet, très utile, mais facilement complexe, qui demande une forte étude en récoltant tous les divers avis variés, surtout ceux ayant réalisé un système similaire, T=900°C, rare, et de comparer la complexité pour des pays, avec peu de moyens et peu de connaissances.

Il faut alors peser les avantages et inconvénients des différentes réalisations.
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 02/04/12, 17:19

J'indique quelques réflexions sur l"ampleur du projet :
Capacité: 20 tonnes de chaux vive en moyenne
- Consommation moyenne de bois: 100 stères
- Temps de cuisson: 1 semaine sans interruption

indique le rendement actuel :
20 tonnes de calcium

donne une idée du rendement actuel
50 tonnes de bois donne 200000KWh consommés, (4KWh/Kilos)
sur 7 jours à 168h donne 1190KW de puissance.
Le mégaWatt, comme Odeillo :
http://michel.hubin.pagesperso-orange.f ... olaire.htm

Ensuite avec les enthalpies de différence entre Ca0 et CaCO3 sur
http://en.wikipedia.org/wiki/Calcium_carbonate
http://en.wikipedia.org/wiki/Calcium_hydroxide

cela donne par gramme de CaO 2,97KJ/gCa0 (pas identique pas g de caCO3 rapport 74/100 )

ce qui donne environ 3millions/3600=826KWh/tonne CaO
soit à 4KWh/kilo de bois, il faut mini 206Kilos de bois par tonne soit pour 20 tonnes , 4 tonnes de bois mini pour déshydrater en CaO, et donc pour chauffer à 900°C, récupérable si échangeur, je compte le double 8 tonnes bois/20 tonnes de CaO.

Le rendement avec 50 tonnes de bois n'est pas très mauvais, environ 8/50=16%, mais pourrait être amélioré, perte thermiques et dans les fumées de combustion, avec beaucoup de technologie.
C'est une évaluation simpliste, utile, pour fixer les idées, au départ.

La puissance nécessaire est par tonne minimum en prenant le double des 826KWh/tonne pour déshydrater (un rendement de 50% serait formidable avec miroirs) 1600KWh/tonne CaO donne sur une semaine 604800s une puissance de 1600x3600/604800=9,52KW, ceci jour et nuit, soit soleil seul 8h 3 fois plus, soit arrondi 30KW solaire par tonne nécessaire, mini.

30 KW nécessitent 30m2 de miroirs mini par tonne traitée (j'aurais tendance à doubler vu les pertes probables oubliées de toutes natures) !!
Ces 30 à 60m2 par tonne de CaO obtenu sont à concentrer par un facteur 200 environ à 900°C suivant article simplifié, pour une machine thermique, mais à lire avec soin en enlevant le (1-T0/TH ) :

http://en.wikipedia.org/wiki/Concentrated_solar_power
(voir efficiency )

Donc il faut concentrer les 30 à 60m2 de miroirs 200 fois sur 0,15m2 à 0,3m2 d'entrée piégeant la lumière dans le four du genre à Odeillo
http://michel.hubin.pagesperso-orange.f ... olaire.htm
qui marche 3200°C,
ou du genre analysé dans le forum avec brevet :
https://www.econologie.com/forums/piege-hype ... t4917.html
http://sycomoreen.free.fr/syco_francais ... PHRSD.html

Voir cette thèse sur bien plus simple, comme base d'idées :
http://esc.fsu.edu/documents/DascombJThesis.pdf

Ce n'est pas un projet simple, ni facile.

Il faut tester sur petit et pas trop complexe avec de faibles quantités, un miroir de 1m2 et quelques grammes de CaCO3, avant.
Ensuite plus grand mais pour 10 à 100kilos par fournées.

20 tonnes nécessite de se rapprocher d'Odeillo, 600m2 à 1200m2 de miroirs, mini sur une semaine avec conservation la nuit de la chaleur, ce que ne fait pas Odeillo, du tout !!

Sinon voir des produits commerciaux allemands avec Stirling qui marchent mais chers, du prix de leur efficacité, qui ne pourront traiter avec piège à lumière que par petite quantité avec 10KW.
Dernière édition par dedeleco le 03/04/12, 01:05, édité 1 fois.
0 x
Avatar de l’utilisateur
chatelot16
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6960
Inscription : 11/11/07, 17:33
Localisation : angouleme
x 237

Message non lupar chatelot16 » 02/04/12, 23:23

100 stere de bois pour 20 tone de chaux : grosse catastrophe

avec les four a chaux en continu ou l'on melange calcaire et coke , ca consomme 100kg de coke par tonne de chaux

le coke est de la houille pyrolysé , exactement la meme chose que le charbon de bois ... d'ou mon idée de commencer par fabriquer du charbon de bois

avec un bon moyen de production de charbon de bois une faible partie du bois actuellement consomé suffira a faire la meme quantité de chaux

ca n'enleve rien a l'interet d'un four a chaux solaire ... mais le calcaire est tres mauvais conducteur de la chaleur , d'ou le temps de cuisson tres long avec du calcaire en gros morceau : pour un four solaire rapide il faudra casser le calcaire en petit morceau ... ca demande du materiel en plus

un four a chaux solaire qui cuit en quelques heures du calcaire broyé en petit morceau de 1cm ne servira a rien si il n'y a pas un bon broyeur

j'ai aussi en projet un syteme pour faire le charbon de bois par pyrolyse solaire : au lieux de consomer une partie de l'energie du bois pour le chauffer , toute l'energie du bois est transformé en combustible , charbon , liquide , et gaz ... le bois a pyrolyser n'est chauffé que par le soleil

le gaz peut servir a faire tourner des groupe electrogene

le liquide peut servir de carburant pour vehicule

le charbon de bois peut servir a un bon four a chaux ... ou a tous les autre usage habituel en afrique

il y en a qui critiquent le charbon de bois , presque synonyme de gaspillage ecologique ... ce n'est que la mauvaise fabrication qui est criticable : comme combustible c'est le plus simple et le plus efficace avec le materiel minimum
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 6

Message non lupar dedeleco » 03/04/12, 03:56

Sourdois a écrit :Un point à préciser :
Nous avons un partenariat avec DW
www.dwf.org/
Il travaille sur des petits fours pour céramiques qui font économiser jusqu'à 80% de bois.
Mais la problématique de la production de chaux est différente vue les quantités à produire.

Je viens de mettre une photo d'un four actuellement utilisé.
https://www.econologie.info/share/partag ... ypu2Gh.jpg


La démarche de DW me parait, écologique essentielle, avec des technologies simples, accessibles aux habitants locaux et pas une technologie de très haut niveau, peu réalisable localement (fours allemands ou comme Odeillo, à priori indispensable pour les 20 tonnes de chaux, de plus amélioré avec stockage la nuit !! ).

Les fours de DW sur leur site ne sont pas solaires, mais à voute astucieuse en briques de boue qui économise 80% du bois, en ne perdant plus l'essentiel de la chaleur en plein air, si j'ai bien compris :


Once enough pots are dry, they are placed in a shallow open pit, where thirty or more pots and other objects will be fired together. Dried cow dung, some wood, bark and branches – anything that will burn - is simply piled round and over the pots and set alight. Most of the heat generated escapes to the open air and a gust of wind suddenly changing the temperature in the pit makes the pottery crack or causes unsightly discolouring.
Its main focus has been on training many hundreds of village builders to use earth vaults and domes so that they no longer need to cut down scarce trees for roofs. Noticing the very uneven quality of the clay gutters used to channel water away from these “woodless” roofs, DW suggested that village builders should try building simple mud brick vaulted kilns for the women potters. The results exceeded all expectations on a number of levels.

Ten years after the first kiln went up, over 850 women in 35 villages have seen for themselves dramatic improvements in output, in quality – and above all in their income.

Using a closed kiln, a load of 148 pots weighing 670 kgs needs only half a cartload of fuel and the breakage rate is less than 3%. That’s a 93% saving in fuel for a 70% increase in saleable output. Why? Because the kiln is completely sealed once the products have been put into the chamber, so there is very little heat loss and no risk of wind causing sudden temperature fluctuations. In addition, after the firing the women can recuperate about 7.5 kgs of charcoal, which they either sell or use for their own cooking needs representing a local market value of more than €6.

To provide a group of ten women with a kiln, several potter’s wheels, two terracotta tile making kits and gutter moulds, and to ensure they are properly trained in how to use them most efficiently costs €2,000 – or just €200 per woman.

A small investment compared with providing them with a regular income for life and with skills they can pass on to their children.


Aussi, comme le conseille Chatelot16, il vaut mieux, faire par petites quantités, de calcaire broyé, en morceaux de quelques cm (diffusion thermique rapide quelques minutes ( 100s pour 1cm, et 10000s pour 10cm, de demi épaisseur du morceau environ, http://fr.wikipedia.org/wiki/Diffusivit%C3%A9_thermique)
en utilisant des petits fours solaires déjà performants pour obtenir 900°C, car il faut concentrer à 150 à 200 fois, efficace, avec une circulation assez rapide du calcaire, dans le four collecteur de lumière, en essayant de chauffer le calcaire qui entre par le refroidissement de la chaux qui sort, dans un système de petite taille, mais efficace, à concevoir et à mettre au point.
L'avantage est que il ne fonctionnerait qu'avec le soleil, chauffant en environ en 10 à 15 minutes, une faible quantité.

Le broyage pourrait être fait par moteur stirling solaire, actionnant les broyeurs ou marteaux casseurs. .

La difficulté est que cette technologie n'est pas fonctionnelle en Europe, au mieux certains éléments, existent commerciaux, parabole, moteur Stirling, le four beaucoup moins, surtout pour la chaux en continu.

Il faudrait essayer sur de faibles quantités de calcaire dans un four solaire simple, même de 1m, mais précis de forme parabolique pour concentrer par 100 au moins :
http://en.wikipedia.org/wiki/Concentrated_solar_power
(voir efficiency )

Une parabole sphérique sur cadre métallique prècis, formée de 200 morceaux de miroirs plans de 7cmx7cm bien orientés, avec soin, vers le capteur d'ouverture identique peut convenir.
Un m2 donne 1KW venant du soleil, est réduit dans le four autour de 100W à 250W suivant la qualité de la concentration, vu les pertes par rayonnement du four solaire à son entrée, en sigmaT^4 .
Ainsi cela formera 100 à 300grammes de chaux par heure, si pas trop de pertes, avec 1 m2 de miroirs relativement simple.

La géométrie Odeillo, avec miroirs plans mobiles vers un parabolique fixe concentrateur semble la meilleure.

Courbes du rendement max de capteur thermique solaire, avec Moteur de Carnot parfait suivant la température de source chaude TH et facteur de concentration. Un Stirling sera à 1/4 à 0,3 de cela.

Image
0 x


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Solaire thermique: capteurs solaires CESI, chauffage, ECS, fours et cuiseurs solaires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités