Société et philosophieLos Indignados (Les Indignés) vont-ils changer le monde?

Débats philosophiques et de sociétés.
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 50116
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 899

Los Indignados (Les Indignés) vont-ils changer le monde?

Message non lupar Christophe » 16/10/11, 10:43

Hier, 15 octobre 2011, c'était la grande journée mondiale des "Indignados"...les indignés en français...

Ces indignés, sont comme bon nombres d'entre nous ici contre les abus du système de la dette publique (à l'origine de tous les maux) puisque nous sommes bien, via la dette, dans un système féodal bancaire ("esclavagisme modéré" moderne si vous préférez)...

Cela fait un moment qu'ici on s'intéresse au problème de l'escroquerie de la dette publique...Voir sujets sur la dette, et sur le PBS, initiés en 2008, avant que les mass médias s'inquiètent du sujet...et que le problème de la dette fasse la une des journaux...Encore une fois, ce forum et l'econologie étaient donc en avance ! Et toc ! :cheesy: :cheesy:

https://www.econologie.com/forums/adherez-au ... t6158.html
https://www.econologie.com/forums/article-10 ... t6156.html

Il y a bien d'autres sujets, discussions, vidéos contre le système mafieux bancaire étatique, faites une petite recherche en tapant "dette publique" https://www.econologie.com/forums/search.php

Comme par exemple, le gros sujet sur le cas grec et ses conséquences (actuelles qu'on avait aussi anticipés dès 2010): https://www.econologie.com/forums/dette-publ ... t9654.html

J'ai mis ce sujet dans Société et philosophie et non économie car la résolution du problème tient plus du problème moral et sociétal qu'économique (on voit ce qu'ils font depuis des décennies...).

Voilà, le débat est lancé: faut-il s'indigner (bien sûr), faut-il faire grandir le mouvement (certainement), faut-il cramer sa banque (à voir selon leur comportement à venir) ?

Les mass medias vont certainement soutenir l'establishment bancaire...

Sélection de quelques dossier ou articles:

A) Dossier complet dans Courrier International :

http://www.courrierinternational.com/do ... s-les-pays

Ce 15 octobre, des centaines de milliers d'indignés manifesteront pacifiquement un peu partout dans le monde à l'appel des "indignados" espagnols, à l'origine du mouvement. Il devrait "se passer quelque chose" dans plus de 860 villes de 78 pays, sous le mot d'ordre "tous ensemble pour un changement global".

Après l'Europe où une manifestation dénonçant la dicature des marchés, en Espagne, a donné naissance à un mouvement atypique, horizontal, irrécupérable par les formations politiques, les Etats-Unis, avec "Occupy Wall Street" se sont joints à cette vague de révolte populaire contre la toute petite minorité qui confisque les richesses produites, au détriment de 99% de la population.


B) Article dans le Monde: http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... _3232.html

En espagnol, ça tombe bien, indigné se dit "indignado". "Los indignados", ça sonne à l'oreille comme un film culte de cinémathèque, quelque chose comme du Buñuel revu par Almodovar, avec Che Guevara dans le rôle principal. Et justement, c'est de Madrid qu'est parti le mouvement, le 15 mai, lorsque quelques centaines de jeunes se sont rassemblés dans la capitale espagnole, Puerta del Sol, pour crier leur frustration face à un système en panne.

Baptisé "15-M", à l'espagnole, le mouvement s'est propagé à d'autres villes de la péninsule, puis à d'autres pays européens, la Grèce, le Portugal. Avec les mêmes caractéristiques : ni leaders ni revendications précises. Et les mêmes cibles : la classe politique qui ne fait pas son travail, l'élite de la finance qui s'est enrichie pendant que la crise ruinait les classes moyennes.

Samedi 15 octobre, le "15-M" se réinvente sous la forme d'une indignation mondialisée. Les "indignés" sont attendus, nous promet-on, dans pas moins de 860 villes.

Entre-temps, consécration suprême, la vague a atteint les rivages de New York. A vrai dire, les Américains pensent qu'ils ont découvert l'indignation, même s'ils ont mis un peu de temps à s'en apercevoir. L'indignation est donc née le 17 septembre au sud de Manhattan, à Liberty Street, exactement. Un groupe de manifestants, jeunes pour la plupart, s'est dirigé vers Wall Street, le temple de la finance, avec l'intention d'occuper la rue.

Empêchés d'y accéder par la police qui protégeait la Bourse, ils se sont rabattus sur un petit square voisin, le parc Zuccotti. Depuis, ils y campent, organisés en mini-société civile comme l'ont fait les Espagnols avant eux, chacun sachant ce qu'il a à faire : cuisine, finances, infirmerie, communication. Avec ce génie du marketing propre à l'Amérique, le mouvement s'est donné un nom, Occupy Wall Street, un sigle (OWS), un narratif : "Nous sommes les 99 %", un site de retransmission télévisée en direct sur Internet (Global Revolution Live Stream) et un blog collectif http://wearethe99percent.tumblr.com

Les 99 % sont une référence au fait que 1 % d'Américains totalisent à eux seuls 23,5 % des revenus du pays ; cette proportion a plus que doublé par rapport à la fin des années 1970, lorsque 1 % d'Américains totalisaient 10 % des revenus du pays. Les 99 %, ce sont les autres. Non plus seulement le sous-prolétariat noir ou hispanique dont les médias vous ont toujours parlé, mais des Américains moyens, blancs, citadins, membres de ces glorieuses classes moyennes qui font la force des Etats-Unis, où l'on sait que la vie est meilleure que celle de ses parents et moins bonne que celle que mèneront ses enfants. Cela s'appelle le progrès.

Si vous n'êtes pas voisin du parc Zuccotti, allez sur le blog des 99 %. Lisez les histoires qu'ils racontent et vous aurez l'impression que ce progrès-là s'est arrêté, car il n'y est question que de jeunes diplômés sous-employés et incapables de rembourser les prêts contractés pour payer leurs études, ou de malades qui se privent de médicaments pour payer leurs factures.

"Indigné" ne se traduit pas aussi bien qu'indignado en anglais, mais Stéphane Hessel n'a eu aucun mal à expliquer aux Américains le sens de son appel. Star globale, notre résistant de 94 ans, ayant vendu quelque 3,5 millions d'exemplaires d'Indignez-vous ! dans toutes les langues, a été invité, fin septembre, à prêcher "the outrage" à l'université Columbia, à New York, où il a fallu trouver un auditorium plus grand que prévu pour l'accueillir. Les étudiants lui ont fait une ovation debout et, inévitablement, un représentant d'OWS lui a demandé conseil sur la suite à donner au mouvement. "Trouvez des méthodes assez fortes pour affecter ceux contre lesquels vous protestez", a répondu M. Hessel.

Ces méthodes, les "indignés" américains et leurs cousins européens semblent les avoir trouvées. Gilda Zweman, professeur de sociologie à l'université d'Etat de New York et spécialiste des mouvements de contestation, est allée les voir. "Au début, j'étais très sceptique, dit-elle. Maintenant, je suis convaincue que nous sommes en présence d'une nouvelle forme de protestation." Aux Etats-Unis, la référence en matière de modèle de protestation est la lutte pour les droits civiques des années 1960 : un mouvement organisé, avec des objectifs clairement définis, une stratégie structurée et des leaders visibles. OWS ne répond à aucun de ces critères, raison pour laquelle, sans doute, experts et médias ont largement ignoré son existence pendant les deux premières semaines. Pour Gilda Zweman, la force de ce mouvement réside dans son ouverture. "99 %, cela veut dire qu'idéologiquement vous couvrez tout le spectre, explique-t-elle. Dès que vous formulez des revendications spécifiques, vous perdez des gens. Le message est clairement anticapitaliste, mais il est très ouvert. La tactique mobilisatrice est de ne pas diviser, ce qui va permettre au mouvement de s'étendre, et donc d'augmenter la pression sur les élites."

Contrairement aux "indignés" espagnols, qui reprochent à leurs élus de ne pas "les représenter" et réclament "une vraie démocratie", les Américains ne se placent pas sur le plan politique. Eux parlent finance, dette, corruption, sauvetage des banques sur le dos des contribuables. Leur cible, pour l'instant, est New York, pas Washington. Certains font remonter à la mobilisation altermondialiste de Seattle, en 1999, l'origine du mouvement d'aujourd'hui. D'autres préfèrent le voir inspiré par le "printemps arabe", avec quelques échappées vers Israël et la contestation étudiante qui dure depuis cinq mois au Chili. L'indignation n'est pas non plus étrangère aux Chinois, qui protestent beaucoup plus qu'on ne le croit.

Polymorphe, cette indignation sans frontières peut varier dans ses objectifs, mais ses acteurs ont le même profil - jeunes, de 20 à 30 ans, généralement diplômés, en principe les mieux armés dans le monde nouveau -, ils utilisent les mêmes technologies et partagent les mêmes frustrations. Ils ne rejettent pas la mondialisation, dont ils entrevoient les bénéfices, mais refusent de payer pour la dislocation économique et sociale qu'elle engendre, et pour l'incapacité de nos systèmes politiques à la gérer.


C) L'Express : http://www.express.be/business/fr/econo ... 154022.htm

Occupy Wall Street et les Indignados : que veulent-ils?

Le mouvement Occupy Wall Street s'est désormais étendu à une douzaine de villes américaines. L'Iran a déjà évoqué un « Printemps américain », tandis que le président vénézuélien Hugo Chavez a dénoncé l’ «horrible répression » des Etats-Unis. «Je ne sais pas combien de manifestants ont été détenus en prison », a déclaré M. Chavez à la télévision publique vénézuélienne. Bien qu'un certain nombre de personnalités influentes, politiques et autres, ont affirmé leur sympathie pour ces mouvements, telles que George Soros, ils commencent à susciter la critique. Pour le candidat républicain Herman Cain, par exemple, « Les manifestants sont des Américains jaloux qui jouent la carte de la victimisation et veulent prendre la Cadillac des autres ». A Bruxelles, des centaines d’Indignados (indignés) arrivés de plusieurs pays ont campé dans les locaux de la HUB (Hogeschool-Universiteit Brussel).

Les revendications de ces mouvements dénoncent les inégalités, les coupes budgétaires et le chômage, mais ils englobent beaucoup d’autres thèmes. Aux Etats Unis, le message des manifestants, c’est que les 99% ne pourront plus tolérer l’avidité et la corruption des 1%. Les slogans sont directs et percutants, mais le Financial Times observe qu’ils n’appellent pas non plus de solution bien précise. Comment l’Amérique peut-elle redéfinir la valeur du travail, par exemple ?

Les manifestants ne sont pas les seuls à s’en tenir à des généralités et à se montrer incapables de relever des exemples précis de ce qu’il faudrait faire. Les politiciens aussi restent vagues sur les grandes questions. Mais c’est parce que les problèmes sont très graves que leurs solutions sont indicibles. Que faire par exemple des 11 millions de propriétaires américains dont la valeur de leur maison est inférieure à celle de leur endettement ? Et des autres millions qui ne peuvent plus emprunter ?

Pour le Financial Times, si les manifestants qui occupent Zuccotti Park veulent être pris au sérieux, et aboutir à quelque chose, ils doivent agir, c'est-à-dire :

- Mener des combats qui en valent la peine, comme la réforme du code des impôts américains.

- Ils doivent comprendre aussi que le blâme ne doit pas s’arrêter à Wall Street, mais qu’il doit aussi être étendu à ceux qui ont avidement voulu se hisser dans le groupe des 1%, en vivant au dessus de leurs moyens


Visitez le blog communautaire http://wearethe99percent.tumblr.com
il y a des centaines de cas pratiques...

ps: j'ai un peu hésité à appelé ce sujet "Les indignés contres les enculés" mais me suis abstenu...pour la crédibilité de la discussion et de ce forum en général :cheesy:
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi et/ou partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. - Achetez le livre du Potager Du Paresseux de Did67 - Un Tip pour l'éconologie - Publiez un article sur Google Actualités

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 50116
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 899

Message non lupar Christophe » 16/10/11, 11:17

Une vidéo à propos des indignés new yorkais: http://www.dailymotion.com/video/xlo4fy ... ution_news

Une plus militante à propos des indignés français: http://www.dailymotion.com/video/xlobbz ... rance_news

Et une autre plus générale sur...le sens du travail: http://www.dailymotion.com/video/xln9sk ... ation_news
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi et/ou partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. - Achetez le livre du Potager Du Paresseux de Did67 - Un Tip pour l'éconologie - Publiez un article sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Cuicui
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 3547
Inscription : 26/04/05, 10:14
x 2

Message non lupar Cuicui » 16/10/11, 11:41

Peut-être serait-il de salubrité publique de promener dans les rues, au bout d'une pique, la tête des financiers qui pillent les richesses mondiales depuis trop longtemps, çà calmera peut-être ceux qui ont envie de les imiter.
Moi, agressif ? Mais non, je suis plutôt gentil, mais ceux qui exploitent la population depuis des générations doivent arrêter leur cirque, çà commence à bien faire.
0 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 50116
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 899

Message non lupar Christophe » 16/10/11, 12:00

Hihihihi cuicui (lol ca rime).

L'exploitation d'humains par d'autres humains existe...depuis, je crois, qu'on a inventé l'argent...donc bref, c'est pas nouveau...

La nouveauté c'est que les différences et les niveaux d'exploitation n'ont jamais été aussi hauts (si on néglige bien évidement le cas particulier des esclaves...) et qu'on jamais été aussi nombreux à être du "mauvais coté"...

Tiens tu vas aimer celle ci alors:

Christophe a écrit :Et une autre plus générale sur...le sens du travail: http://www.dailymotion.com/video/xln9sk ... ation_news


Je cite:

"Le rejet du consumérisme matérialiste est vu très négativement en société, car il représente un déni de la société toute entière"

Voilà le point faible de nos sociétés: le travail !

On veut changer la société pourrie actuelle? Facile: faut que tout le monde arrête de travailler !! Plus facile à dire qu'à faire...n'est ce pas...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi et/ou partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. - Achetez le livre du Potager Du Paresseux de Did67 - Un Tip pour l'éconologie - Publiez un article sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Flytox
Modérateur
Modérateur
Messages : 13811
Inscription : 13/02/07, 22:38
Localisation : Bayonne
x 533

Message non lupar Flytox » 16/10/11, 12:13

Si les lois étaient faites pour les 99% au lieu des 1% nous n'en serions pas là. Au lieu de mettre des têtes au bout de piques, on pourrait agrandir les prisons pour y loger cette racaille, la vraie. Enfin il faudrait d'abord leur confisquer tous les biens et les mettre sur la paille. Seule façon de les empêcher de corrompre et faire perdurer le système actuel....on y est pas encore.... :frown: :mrgreen:
0 x
La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.
[Eugène Ionesco]
http://www.editions-harmattan.fr/index. ... te&no=4132

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 50116
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 899

Message non lupar Christophe » 16/10/11, 12:26

Bonne remarque Fly, j'ai oublié dans le 1er message cette image hautement symbolique de notre société de CONS...sommateurs...

Image

Trouvé par Bernardd ici: https://www.econologie.com/forums/humour-t1191-4420.html

Bon c'est pas tout, mais quand faut y aller...

Bon c'est qui qui fournit les pics? :cheesy:
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi et/ou partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. - Achetez le livre du Potager Du Paresseux de Did67 - Un Tip pour l'éconologie - Publiez un article sur Google Actualités
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4265
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 428

Message non lupar moinsdewatt » 16/10/11, 12:45

Cuicui a écrit :Peut-être serait-il de salubrité publique de promener dans les rues, au bout d'une pique, la tête des financiers qui pillent les richesses mondiales depuis trop longtemps, çà calmera peut-être ceux qui ont envie de les imiter.
Moi, agressif ? Mais non, je suis plutôt gentil, mais ceux qui exploitent la population depuis des générations doivent arrêter leur cirque, çà commence à bien faire.


Nouvel Obs de cette semaine :

L' ancien pdg de Dexia, Pierre Richard, coule une retraite heureuse avec une retraite de 600 000 € annuel. :evil:
0 x
dedeleco
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9211
Inscription : 16/01/10, 01:19
x 5

Message non lupar dedeleco » 16/10/11, 13:21

Qui, un peu âgé, avec un peu d'argent, n'a pas pris une assurance vie ou placement à x% le plus élevé possible ???

Commencez par cesser d'alimenter les banquiers avec ce type de placement !!

Les banques ne font que réaliser nos demandes et désirs de rendement maxi !!!

Soyez inquiets, car au dessus de 2,5%, il s'agit de placements sur les dettes de la Grèce, du Portugal, etc...

Personnellement depuis des années, je n'ai plus confiance en ces placements surs d'obligations à pourriture bien cachées !!

On est aussi partiellement responsables du comportement des banques !!

Ce taux de responsabilité est dans la proportion des sommes placées multipliées par le taux d'intérêt obtenu et multipliées par le nombre de gens concernés se comportant comme des moutons !!
0 x
Petrus
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 305
Inscription : 15/09/05, 02:20
x 52

Message non lupar Petrus » 16/10/11, 15:18

Christophe a écrit :Hihihihi cuicui (lol ca rime).

Je cite:

"Le rejet du consumérisme matérialiste est vu très négativement en société, car il représente un déni de la société toute entière"

Voilà le point faible de nos sociétés: le travail !

On veut changer la société pourrie actuelle? Facile: faut que tout le monde arrête de travailler !! Plus facile à dire qu'à faire...n'est ce pas...


Vu que le revenu du commun des mortels viens de leur travail, oui c'est pas facile, mais il y a plus simple : arrêter de consommer !
Mais ça, c'est mal barrée : http://belgium-iphone.lesoir.be/2011/10 ... e-forment/
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6358
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 439

Message non lupar sen-no-sen » 16/10/11, 15:28

Christophe a écrit :Je cite:


Voilà le point faible de nos sociétés: le travail !

On veut changer la société pourrie actuelle? Facile: faut que tout le monde arrête de travailler !! Plus facile à dire qu'à faire...n'est ce pas...


Comme souvent, les manifestations n'auront qu'un impact limité sur le système, car ses dernières ne sont en faite qu'une catharsis populaire.
Une fois exprimé, la rage diminue et tout le monde retourne à sa chaumières comme un ados retourne chez ses parents après une fugue.
Le système n'est pas à conquérir mais à détruire!
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Société et philosophie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité