L’après Coronavirus

Débats philosophiques et de sociétés.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9613
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 1057

Re: L’après Coronavirus




par Ahmed » 19/02/21, 08:45

La seule "couleur" susceptible d'agréer au gouvernement serait l'invisibilité... ainsi pourrait-il continuer à être aveugle à ces questions.
1 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Avatar de l’utilisateur
grelinette
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1933
Inscription : 27/08/08, 15:42
Localisation : Provence
x 217

Re: L’après Coronavirus




par grelinette » 19/02/21, 09:16

Christophe a écrit :Plus de 7000 millions € de pertes pour Air France KLM en 2020...
...
Le chiffre d’affaires s’est effondré de 59 % par rapport à 2019, pour tomber à 11,1 milliards d’euros ...

Finalement ces 7,1 Md€ sont le résultat d'une bête équation : CA2019 * (100-59)/100 = 11,1
D'où CA2019 = 11,1/0,41 soit 27,07 Md€ ... et donc la perte en 2020 est de 27,07-11,1 = 15,97 Md€

Bin mince, le trou est encore plus important qu'annoncé ! :shock:

Va falloir que l'état mette la main à la poche pour renflouer les poches des actionnaires les comptes de l'entreprise ! :evil:
0 x
Projet de l'hippomobile-hybride - Le projet sur éconologie
"La recherche du progrès n’exclut pas l’amour de la tradition"
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 57686
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2083

Re: L’après Coronavirus




par Christophe » 19/02/21, 09:34

Cpofo greli !

Du coup on sait pas exactement à quoi correspondent ces 7 milliards... :cheesy:

Je pense pas que cela soit une perte comptable...

Bon Renault souffre aussi : https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html

C’est une perte jamais vue dans l’histoire du constructeur automobile français. Renault a perdu 8 milliards d’euros au cours d’une année 2020 marquée par la crise liée au coronavirus, selon des résultats publiés vendredi 19 février.
Cette chute historique s’explique principalement par la contribution du partenaire japonais Nissan, détenu à 43 % par Renault : il a pénalisé le groupe au losange à hauteur de 4,9 milliards d’euros. Renault a vu, de son côté, ses ventes plonger de 21,3 % sur l’année, avec moins de trois millions de véhicules vendus sur un marché automobile en chute libre.



On disait quoi à l’époque ? Quand Renault tousse, la France s’enrhume...
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Pour de bon échanges entre les membres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
grelinette
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1933
Inscription : 27/08/08, 15:42
Localisation : Provence
x 217

Re: L’après Coronavirus




par grelinette » 19/02/21, 09:38

Christophe a écrit :On disait quoi à l’époque ? Quand Renault tousse, la France s’enrhume...

Quand Air-France bat de l'aile, la France perd de l'altitude ... (ou "y laisse des plumes" :cheesy: )
0 x
Projet de l'hippomobile-hybride - Le projet sur éconologie
"La recherche du progrès n’exclut pas l’amour de la tradition"
Avatar de l’utilisateur
Adrien (ex-nico239)
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8893
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 1679

Re: L’après Coronavirus




par Adrien (ex-nico239) » 19/02/21, 11:16

Adrien (ex-nico239) a écrit :Je les ai toujours trouvé bons mais alors là ils m'en bouchent un coin les braves gens même si c'est en droite ligne de ce qu'ils écrivaient déjà au printemps dernier....

Les écoutera-t-on cette fois-ci?


Les avantages collectifs de l'immunité collective sont devenus similaires à un mantra dans les stratégies de vaccination de masse, répété par les gouvernements et les chercheurs.

Cependant, l'importance de l'immunité collective présentée comme une solution à la pandémie pourrait être sur le point de changer avec l'émergence de l'évasion immunitaire, un changeur de jeu virologique qui est aussi important que l'arrivée des variantes du SRAS-CoV-2.

Faire face à l'évasion immunitaire exigera une réévaluation des stratégies de santé publique et la création d'un nouveau contrat social fondé sur des preuves.

Des études suggèrent que l'émergence et la propagation des variants du SRAS-CoV-2 sont corrélées à l'absence de protection immunitaire robuste après une première exposition à des virus (de type sauvage) antérieurs, voire à un vaccin.

Cette évolution, associée à la l'émergence de mutants d'échappement immunitaires a été observée non seulement avec le SRAS-CoV-2, mais aussi avec d'autres virus.

Cette évolution pourrait être favorisée par le déclin de la réponse immunitaire et notamment de la réponse anticorps.

L'arrivée rapide des variantes du SRAS-CoV-2 telles que les variantes identifiées pour la première fois en Afrique du Sud et au Brésil suggère une soi-disant évasion immunitaire naturelle.

De plus, la dynamique de l'immunité collective naturelle ou vaccinale dans les régions où ces variantes sont apparues pourrait avoir exercé une pression substantielle sur l'écosystème viral, facilitant l'émergence d'un variant avec une transmissibilité améliorée.


Si une évasion immunitaire importante se produit, les vaccins actuels offriront probablement encore un certain bénéfice aux individus.

Au niveau de la population, cependant, ils pourraient induire une sélection virale et une fuite, rendant de plus en plus éloignée la perspective d'obtenir une immunité collective.

Ce changeur de jeu virologique a de nombreuses conséquences, non seulement pour les vaccins et les traitements, mais aussi pour les stratégies de prévention et de contrôle.

La fin tant attendue de cette crise sanitaire mondiale pourrait être continuellement reportée, à mesure que de nouvelles variantes émergent et que l'évasion immunitaire réduit l'efficacité de la vaccination à court et moyen terme.

Par conséquent, il est temps d'abandonner les approches fondées sur la peur, fondées sur un confinement généralisé apparemment aléatoire et stop-start comme principale réponse à la pandémie; des approches qui attendent des citoyens qu'ils attendent patiemment jusqu'à ce que les unités de soins intensifs soient renforcées, que la vaccination complète soit réalisée et que l'immunité du troupeau soit atteinte.

Les populations ont jusqu'à présent été relativement satisfaites, mais leurs doutes et leur méfiance sont visibles dans les mouvements de protestation dans plusieurs pays.

L'impact de l'enfermement général sur des économies entières a été dévastateur, et le pire reste à venir en termes de taux de chômage et de dette nationale.

Les conséquences sociales et sanitaires (y compris la santé mentale) sont également colossales, en particulier pour les jeunes générations, malgré elles étant à faible risque en termes de morbidité et de mortalité par infection par le SRAS-CoV-2.


Pour assurer au mieux le succès de la vaccination de masse - quel que soit son impact espéré sur la transmission - et pour ralentir l'émergence de nouvelles variantes, tout en évitant le confinement général, les gouvernements doivent intégrer et appliquer les mesures disponibles d'une manière beaucoup plus ciblée sur les différents groupes générationnels.

Différents groupes d'âge ne sont pas affectés de la même manière par le virus; de mars à juin 2020, 96% des décès supplémentaires liés au COVID-19 en Europe sont survenus chez des patients âgés de plus de 70 ans.6, 7


Fondamentalement, la nouvelle approche devrait être basée sur un contrat social clair et transparent, ancré dans les données disponibles et appliqué avec précision à son éventail d'objectifs générationnels.

Dans le cadre de ce contrat social, les jeunes générations pourraient accepter la contrainte des mesures de prévention (ex: masques, distanciation physique) à condition que les groupes plus âgés et les plus vulnérables adoptent non seulement ces mesures, mais aussi des mesures plus spécifiques (ex: auto-isolement volontaire selon des critères de vulnérabilité) pour réduire leur risque d’infection.

Les mesures visant à encourager l'adhésion des groupes vulnérables à des mesures spécifiques doivent être encouragées de manière cohérente et appliquées équitablement.

La mise en œuvre d'une telle approche doit se faire de manière sensible et en conjonction avec le déploiement de la vaccination dans les différentes populations cibles, y compris toutes les générations de la société.

Il n'est plus possible d'utiliser le confinement général stop-start comme principale réponse à la pandémie de COVID-19.

Bien qu'attirant pour de nombreux scientifiques et une mesure par défaut pour les dirigeants politiques craignant une responsabilité juridique pour des réponses nationales lentes ou indécises, son utilisation doit être réexaminée, uniquement
pour être utilisée en dernier recours.

Nous, scientifiques qui travaillons contre le COVID-19, devons avoir le courage de s'adresser à ceux qui sont au pouvoir, qui portent la responsabilité ultime des politiques choisies et de leurs conséquences.

Si cette responsabilité est esquivée ou retardée, le jour inévitable du calcul pourrait être terrible.



Ce texte n'est autre que la traduction de l'article rédigé par certains membres du Conseil Scientifique, dont leur président, dans The Lancet


En ligne avec certains de leurs rapports du printemps 2020 et que j'avais déjà relevé à l'époque et qui n'ont, bien entendu pas été suivis par l'exécutif

Ce qui fait dire à Alain Tranchant que Le Conseil scientifique entre en ...complotisme ! l'avis Tranchant d'Alain et s'étouffer de rage certains nofaketruc
0 x

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 57686
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 2083

Re: L’après Coronavirus




par Christophe » 19/02/21, 12:27

grelinette a écrit :
Christophe a écrit :On disait quoi à l’époque ? Quand Renault tousse, la France s’enrhume...

Quand Air-France bat de l'aile, la France perd de l'altitude ... (ou "y laisse des plumes" :cheesy: )


T'es trop gentil là :)

"Quand Air France plonge, la France se crash"...me semble plus adapté !
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le aussi pour qu’il puisse continuer à aider les autres - Pour de bon échanges entre les membres - Publiez un article sur Econologie et sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Adrien (ex-nico239)
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8893
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 1679

Re: L’après Coronavirus




par Adrien (ex-nico239) » 22/02/21, 22:45

L'ONU a mangé le même repas que le Conseil Scientifique (voire que l'OMS) ou quoi... faut qu'ils nous donnent leur recette

En janvier c'était tout d'abord l'OMS qui préconisait de mettre le hola sur les interprétations folkloriques des tests PCR....
Résultat le nombre de positifs a dégringolé depuis ce jour historique aux USA
Dommage qu'ils ne soient pas allés jusqu'à imposer un nombre de CT à tous les labos du monde

Maintenant l'ONU dénonce La pandémie est un "prétexte" utilisé par certains Etats pour réprimer et abolir les libertés, déplore l'ONU

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a déploré lundi que l'épidémie de Covid-19 soit utilisée par certains pays, qu'il n'a pas cités, pour faire taire les "voix dissonantes" et les médias.


Eh ben mazette
2 x
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 14844
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 928

Re: L’après Coronavirus




par Obamot » 23/02/21, 02:19

Conclusion: Aprės tant d’autres “Antonio Guterres est un comploriste” :!:
0 x
Avatar de l’utilisateur
Adrien (ex-nico239)
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 8893
Inscription : 31/05/17, 15:43
Localisation : 04
x 1679

Re: L’après Coronavirus




par Adrien (ex-nico239) » 23/02/21, 12:44

2 x
GuyGadeboisLeRetour
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 1531
Inscription : 10/12/20, 20:52
Localisation : 04
x 521

Re: L’après Coronavirus




par GuyGadeboisLeRetour » 23/02/21, 12:59

Il était temps... :roll:
0 x
"Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que de mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. La plus grave maladie du cerveau, c'est de réfléchir". (J.Rouxel)
"Non ?" ©


Revenir vers « Société et philosophie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 22 invités