Société et philosophieFrançois Roddier, thermodynamique et société

Débats philosophiques et de sociétés.
Avatar de l’utilisateur
Obamot
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 12055
Inscription : 22/08/09, 22:38
Localisation : regio genevesis
x 358

Message non lupar Obamot » 03/01/15, 09:25

sen-no-sen a écrit :Effectivement,le tourismes et les congés payés ont, entre autres que de doper la croissance et faire dépenser l'argent des salariés,le but de renforcer le réflexe Pavlovien:bien bosser=bonnes récompenses.
L'ennui c'est que le concept du village Potemkine ne marche pas très longtemps,lorsque que l'effondrement économique survient, le peuple mettra de coté sa ration de soma ...

C'est très bien amené et on ne peut mieux dire:
http://www.bfmtv.com/societe/bible-mala ... 19548.html
http://www.rts.ch/decouverte/sante-et-m ... atrie.html

L'honteux DSM-5 qui cartographie ça sous l'aulne de l'hypocrisie assumée de l'observation du système, tout en "normalisant" ses propres dérives sans nullement remettre en question le modèle théorique actuel en tant que tel, ni bien sûr comme composante fortement iatrogène lorsque les quidams vont consulter et qu'on les renvoies face-à-face avec leur prétendue pathologie en brandissant ce torchon... C'est-y-pas-beau-ça?

Dans la création — parfois de toutes pièces — de "nouvelles pathologies" voilà un mécanisme "sur-unitaire" qui fonctionne "à merveille"! (Il existe de nombreux exemples)
0 x
« L'important n'est point le chemin vers le bonheur, l'important c'est le chemin »Lao Tseu

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9310
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 954

Message non lupar Ahmed » 03/01/15, 19:22

Si des individus se trouvent incommodés par une société si bienveillante à leur égard, c'est forcément qu'ils doivent souffrir d'une pathologie inadaptative, et il n'est rien que quelques molécules concoctées avec profit ne saurait "normaliser"!

L'aulne (sic) de l'hypocrisie voisine ainsi avec le douglas de la rentabilité! :P
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9310
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 954

Message non lupar Ahmed » 14/01/15, 18:04

Le blog de F. Roddier vient d'être alimenté d'une nouvelle livraison (qui est la suite de la précédente).
Il continue de brosser un tableau explicatif des cycles économiques sous l'angle de la plus ou moins grande disponibilité de l'énergie.
À une première partie assez convaincante, succède une analyse qui peine à rendre compte dans le détail de l'évolution, car, à mon sens, ce seul facteur est insuffisant.
Par exemple, l'explication de la crise de 1929, aussi bien que la stagnation actuelle n'est pas vraiment satisfaisante.
L'idée de différence entre deux sources, respectivement chaude et froide, et de son nivellement progressif, est très intéressante et pourrait se traduire en terme de rapport de pouvoir riche/pauvre.
Il n'en reste pas moins que ce point de vue demeure assez grossier si l'on se limite à ces aspects.
Comment, par exemple, expliquer l'impossibilité d'une valorisation de l'énorme masse de capital accumulé sans rentrer dans des mécanismes plus fins?
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6478
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 498

Message non lupar sen-no-sen » 14/01/15, 18:20

Ahmed a écrit:

Comment, par exemple, expliquer l'impossibilité d'une valorisation de l'énorme masse de capital accumulé sans rentrer dans des mécanismes plus fins?


A l'instar de la "thermodynamique des pieds bandés en Chine" (voir plus haut),il apparait qu'une analyse strictement mécaniste trouve vite ses limites.
Du processus de maximisation,il faut passer à la maximisation conceptuelle qui demande quelques subtilités...c'est avant tout une affaire de "géométrie"à mentaliser.

La valorisation du capital me parait rentrer dans ce cadre là,car avec celle ci il est nécessaire d'entrer dans le domaine de la mémétique,l'argent étant avant tout une affaire de croyance.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9310
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 954

Message non lupar Ahmed » 14/01/15, 18:35

Bien sûr, l'argent repose sur la croyance, toute les grilles explicatives en tiennent compte, mais il me semble intéressant de croiser différentes grilles, toutes insuffisantes, afin qu'elles se complètent l'une l'autre.
La grille thermodynamique explique plus correctement l'après du changement de phase en cours, alors que la grille de la Valeur* rend mieux compte du blocage de la valorisation, condition préalable à cette évolution.

*Je mets une majuscule pour souligner le sens particulier que ce mot revêt dans la théorie de la critique de la valeur.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6478
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 498

Message non lupar sen-no-sen » 14/01/15, 18:58

Ahmed a écrit :(...) l'impossibilité d'une valorisation de l'énorme masse de capital accumulé sans rentrer dans des mécanismes plus fins?


Qu'appel tu précisément "impossibilité de la valorisation du capital"?
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9310
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 954

Message non lupar Ahmed » 14/01/15, 19:28

Une formulation plus exacte serait l'impossibilité de la poursuite d'une accumulation toujours plus grande.

L'idée est que, dès lors que la masse d'argent destinée à être réinjectée dans le flux du marché pour se transformer en une masse supérieure dépasse par son volume les possibilités d'investissements qui se tarissent progressivement, l'opération devient très difficile.

Ceci, d'une part, parce que la terre est ronde et que cela implique une limite à la mondialisation, d'autre part parce que la troisième révolution industrielle diminue le travail humain qui est la source de la production de Valeur (les marchandises produites avec une productivité accrue ne reflètent que la moindre portion de travail contenue et, donc, se dévalorisent), or, il n'y a plus de nouveau secteur porteur d'emploi, donc de valorisation.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6478
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 498

Message non lupar sen-no-sen » 14/01/15, 20:13

D'accord,d’où la nécessité d'une "mutation"...en cours de réalisation.

Petite anecdote concernant les événements:les soldes en magasins sont en diminution suite aux attentats*,ce qui a logiquement profité a la vente par internet,preuve encore une fois que le technologisme se nourrit directement ou indirectement des drames qu'il produit.


*En raison également du bilan économique désastreux du gouvernement Valls,on ne peut en effet imputé une baisse de fréquentation de magasin du aux attentats que de quelques pour-cents au maximum.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 9310
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 954

Message non lupar Ahmed » 14/01/15, 21:52

La grille de lecture de la critique de la Valeur n'est valable qu'à l'intérieur d'une société structurée par les rapports marchands, en établissant la faillite du système et en l'explicitant, elle ne se prononce pas sur ce qui peut fonder un éventuel système substitutif.
Plus précis que la grille de Roddier, mais plus limitée donc, car moins englobante.
Cependant, les deux lectures ont un point commun, c'est qu'elles sont toutes deux une invitation à dépasser le déterminisme qui les fonde.
Bien sûr, Roddier tente de faire illusion par une pirouette (dissiper moins, pour dissiper plus longtemps), mais ça reste moyennement convaincant...

Que la suite réponde aux vœux communs des uns et des autres ou débouche sur une nouvelle hiérarchie fondée sur d'autres critères, aussi absurdes que ceux qui ont précédés ou bien encore, comme il n'est pas invraisemblable, que l'effondrement engloutisse avec lui les ressources nécessaires pour une nouvelle restructuration, reste indéterminé...
Pour des raisons précédemment évoquées, je souhaite évidemment la réalisation de la première hypothèse, mais je trouve la dernière plus réaliste car si la "mutation" est certaine et si j'imagine aisément son contenu (qui se dessine actuellement) je voie fort mal la possibilité pratique de son accomplissement.
Plus précisément, si des cheminements parallèles sont visible et vont dans ce sens, le point de basculement reste difficilement concevable.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 6478
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 498

Message non lupar sen-no-sen » 15/01/15, 09:26

Ahmed a écrit :Bien sûr, Roddier tente de faire illusion par une pirouette (dissiper moins, pour dissiper plus longtemps), mais ça reste moyennement convaincant...


C'est pourtant la seul solution,si l'humanité veut survivre il est nécessaire qu'elle retourne à l'équilibre écologique,et pour ce faire nous devons opérer un profond changement dans le développement de notre société,plutôt que de dissiper plus nous devons dissiper mieux jusqu’à atteindre un point oméga d'optimisation.
Cela sera synonyme d'une décroissance très forte dans les pays industrialisés qui ne pourra s'opérer,--compte tenu des mentalités actuelles-- qu'après un violent crash.

Le gros problème actuelle réside dans l'absence totale de projet d'avenir,pour le moment la seul directive nous est dicté par le système:il faut préserver un minimum la biosphère pour continuer dans le pire...
Les questions existentielles sont éludés et noyer dans le quotidien.
F.Roddier appel de ses vœux à une évacuation de l'entropie,ce qui, poussé à l’extrême reviendrait à "détruire l'Univers",bizarrement cela rejoint l'idée de certain maitres de sagesse(Ramana Maharshi pour ne pas le citer).
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Société et philosophie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités