Société et philosophieFrançois Roddier, thermodynamique et société

Débats philosophiques et de sociétés.
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5865
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 291

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 08/12/18, 20:44

Ahmed a écrit :F. Roddier écrit:
...plus une société est interconnectée, plus elle devient fragile...

Réciproquement, une société fragilisée du fait qu'elle ne parvient plus bien à satisfaire ce sur quoi elle est fondée ( le travail, l'argent, la marchandise...) tend à exploiter des micro niches grâce aux outils de l'interconnectivité pour échapper temporairement à ses contradictions. C'est ainsi que se développent l'uberisation ou de nouvelles formes de commercialisation (professionnelles ou privées) sur internet.


Oui c'est une sorte de "sur-saturation".
L'économisme après avoir colonisé géographiquement ,tends à s'immiscer dans des espaces conceptuelles en générant de nouveaux besoins via de modes ou des transformation sociétales.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.

Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7280
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 538

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Ahmed » 08/12/18, 22:01

J'aurais dit des espaces "interstitiels", ce qui ne s'oppose pas au fait que ce sont aussi de nouveaux concepts: interstitiel évoque bien le phénomène de sursaturation... Je parlerais moins de nouveaux besoins que de nouvelles façons de satisfaire d'anciens...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
Exnihiloest
Grand Econologue
Grand Econologue
Messages : 1201
Inscription : 21/04/15, 17:57
x 57

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Exnihiloest » 09/12/18, 19:11

Ahmed a écrit :F. Roddier écrit:
...plus une société est interconnectée, plus elle devient fragile...

Réciproquement, une société fragilisée du fait qu'elle ne parvient plus bien à satisfaire ce sur quoi elle est fondée ( le travail, l'argent, la marchandise...) tend à exploiter des micro niches grâce aux outils de l'interconnectivité pour échapper temporairement à ses contradictions. C'est ainsi que se développent l'uberisation ou de nouvelles formes de commercialisation (professionnelles ou privées) sur internet.

Il n'est pas question de "micro niches" dans le texte de F Roddier, et je ne vois aucune relation de cause à effet entre "contradictions" supposées et "outils de l'interconnectivité". L'évolution des modes de vie grâce aux progrès techniques n'est nullement le résultat d'une volonté. Les progrès techniques sont motivés certes par le profit, mais pas seulement, et justement pas au départ pour les entreprises aux impacts les plus importants comme celles signalées, Google et Facebook. Leurs pionniers se sont lancés pour combler un vide qu'il ressentait dans un domaine qui les intéressaient, c'est toujours ainsi que ça commence, même pour la roue probablement, l'imprimerie, ou la radio.
Et il n'y a aucun mystère : si ça prend, c'est que les gens apprécient ce qu'on leur fournit, n'en déplaise aux rabat-joies. Pour qui subit le monopole des taxis (dont l'Etat est à l'origine) et ses prix exhorbitants, l'ubérisation est une solution légitime, de même le co-voiturage possible uniquement parce qu'il y a des sites comme blablacar. Cela transforme la société, rien de plus normal.

Par contre le danger, réel, que souligne F Roddier, c'est l'uniformisation du monde. Le fait qu'ils se fasse essentiellement sur le modèle américain est secondaire, je pense que le modèle serait le même quelque soit le pays dès lors qu'il est capable de présenter des innovations séduisantes. Celles-ci seront techniques et scientifiques, car si les innovations philosophiques, politiques ou religieuses pouvaient les pallier, ce serait déjà fait depuis longtemps. On s'aligne sur le pays le plus avancé technologiquement, et il n'est pas sûr que cette avance puisse en pratique prendre des formes bien différentes de ce qu'on lui connait (même pour la bouffe, malheureusement !).
Reste l'uniformisation du monde. La perte de diversité est bien un danger puisque l'humanité se retrouve à "mettre tous ses oeufs dans le même panier" et qu'on ne peut plus faire de sélection parmi des solutions multiples qui seraient essayées.
Je ne vois pas aujourd'hui comment on pourrait faire autrement que s'uniformiser dans un monde qui communique de partout et n'est plus qu'un "grand village". Il faut seulement avoir conscience du danger, se garder d'un gouvernement mondial, et patienter jusqu'à ce que le progrès technique nous permettent de quitter la terre (ce qui devrait être un objectif des humains, et il est un peu plus exhaltant que gérer la pénurie sur terre).
0 x
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5865
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 291

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 09/12/18, 21:16

Exnihiloest a écrit :Par contre le danger, réel, que souligne F Roddier, c'est l'uniformisation du monde. Le fait qu'ils se fasse essentiellement sur le modèle américain est secondaire, je pense que le modèle serait le même quelque soit le pays dès lors qu'il est capable de présenter des innovations séduisantes.


Oui c'est secondaire,mais les Etats unis réunissent plusieurs facteurs garantissant leurs hégémonies:
1)Une économie forte(pour ne pas dire violente,pléonasme!) fondé sur une puissance industrielle et militaire.
2)Une liberté d'entreprendre via une économie libérale, notamment par le biais d'importants moyens mis à disposition dans le maintient des éléments du premier point.
3)Un mélange ethnique favorisant l'acceptation culturelle à travers les différents groupes communautaire dans le monde(chose beaucoup plus dure pour la Chine).
4)Une industrie du cinéma favorisant "l'épandage mémétique".

En tant que modèle le plus dissipatif en énergie,les USA s'imposent malgré leurs jeunesses (au regard de l'ancien monde j'entends)comme un puissant attracteurs.
Une fois la machine lancé les autres nations n'ont d'autres possibilités que de suivre ou de rester sur le bas coté...il faut alors courir de plus en plus vite pour rester en place(effet de la reine rouge).


L'uniformisation culturelle est déterminé par l'augmentation des flux d'énergies qui travers les sociétés, favorisant le phénomène de coalescence.
Dans le cas contraire c'est la fragmentation,celle ci favorise le retour à une culture nationale.
La situation mondiale actuelle semble nous indiquer que nous nous orientons vers le retour aux états nations,cela est confirmer par le "Brexit",l'euroscepticisme montant,la montée des populismes incarné par les élections de Donald Trump de Victor Orban ou de Jair Bolsonaro.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7280
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 538

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Ahmed » 09/12/18, 22:26

Exnihiloest, tu écris:
Il n'est pas question de "micro niches" dans le texte de F Roddier, et je ne vois aucune relation de cause à effet entre "contradictions" supposées et "outils de l'interconnectivité".

Je ne me sens nullement contraint par le vocabulaire de F. Roddier dans mes commentaires...
Quant aux contradictions, elles ne sont nullement "supposées": la principale étant le travail (les autres en découlant), cette forme spécifique d'activité propre à l'économisme/capitalisme qui est, du fait même de la logique systémique, toujours plus détruite alors qu'elle constitue la condition de l'existence du producteur/consommateur (donc du marché...).
De ce fait, c'est dans ce que je nomme des micro niches que se réfugient respectivement ceux qui ne trouvent pas à vendre décemment leur force de travail et ceux qui sont contraints de consommer plus chichement (pour les mêmes raisons).

Que la technique transforme la société est une évidence...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."

Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5865
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 291

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 10/12/18, 20:59

A noter la sortie du nouveau livre de François Roddier:De la thermodynamique à l’économie

De la thermodynamique à l’économie – Le tourbillon de la vie
10 décembre 2018GénéralFrançois Roddier

C’est le titre de mon nouveau livre qui parait ce mois-ci aux éditions « Parole ». Vous pouvez le commander dès maintenant sur le site web de l’éditeur à l’adresse internet suivante:

https://www.editions-parole.net/produit ... leconomie/

Ce livre est divisé en trois parties.

La première partie, intitulée « La thermodynamique classique », présente un exposé historique des lois de la thermodynamique, dite à l’équilibre, telles qu’elles ont été établies au 19ème siècle par le physicien Sadi Carnot et ses successeurs.

La seconde partie, intitulée « La thermodynamique hors-équilibre » présente les concepts développés au 20ème siècle par le physico-chimiste Ilya Prigogine et décrit leur application aux réseaux neuronaux. Elle montre que l’évolution de ceux-ci est nécessairement cyclique.

Enfin la troisième partie intitulée « Thermodynamique et économie » propose une application de ces concepts aux sociétés humaines et à leur développement économique. Elle montre que les êtres vivants évolués ont tous développé des moyens de réguler leur dissipation d’énergie et propose de s’inspirer de leurs mécanismes dits ago-antagonistes pour réguler l’économie humaine.

Si ce livre vous a plu, merci de l’offrir à vos amis en cadeau de fin d’année.

http://www.francois-roddier.fr/
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7280
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 538

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Ahmed » 17/12/18, 19:49

Rubrique "spécial copinage".

Pour noël faites deux heureux, le récipiendaire et l'auteur: Bertrand Méheust se voit boudé par les médias et son ouvrage "La conversion de Guillaume Portail" ne décolle donc pas dans les ventes.... :(
J'ai déjà expliqué ici tout le bien que je pense de ce bouquin essentiel et plein de subtilités (plusieurs niveaux de lecture garantis!) et je ne vais pas vous bassiner encore avec ça, mais c'est le moment de l'offrir et de se l'offrir... 8)

Ne serait-ce que parce qu'il serait alors possible d'envisager un nouvel ouvrage concernant les idées qui sont débattues dans ce forum, sur la mémétique et sur le passage de l'écomomisme exponentiel à la techno-sphère: j'en ai longuement débattu avec lui récemment et il s'est montré vraiment très intéressé.
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5865
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 291

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 08/01/19, 19:30

132 – Comment les sociétés s’effondrent.

On voit aujourd’hui paraître un nombre croissant de publications sur l’effondrement des sociétés humaines. L’idée que nos sociétés dites « avancées » pourraient s’effondrer prend de plus en plus corps, mais les opinions sur la façon dont cela pourrait arriver diffèrent.

Un premier sujet de préoccupation est la diminution de nos réserves connues de pétrole. La majorité des travailleurs ne peuvent pas se rendre à leur travail sans prendre leur voiture personnelle et l’essence leur coûte de plus en plus cher. Une solution serait de développer les transports en commun. Certains, peu nombreux, osent parler de décroissance économique, mais nos gouvernements ne parlent que de compétition libre et non faussée. Autrement dit, le premier qui ralentit se fait doubler par les autres.

Un deuxième sujet de préoccupation est le réchauffement climatique. Chaque année des spécialistes internationaux se réunissent sous forme d’une COP (Conférence des parties) pour discuter des mesures à prendre. Mais celles-ci sont rarement suivies d’effet. Il est clair aussi que tous les pays ne seront pas également affectés. Diminuer notre usage du pétrole serait la première mesure à prendre, mais nous venons de voir ce qu’il en est.

De façon générale, l’homme prend de plus en plus conscience de la nécessité de préserver son environnement. Celui-ci comprend l’ensemble des espèces animales et végétales qu’on désigne sous le terme de biodiversité. Parmi ces espèces, certaines ont permis à l’homme de survivre, grâce à l’élevage. Celui-ci s’étend aujourd’hui aux espèces marines. Pendant ce temps, la population du globe continue à croître allègrement. Jusqu’à quand arriverons-nous à nourrir (presque) tout le monde?

Une façon d’appréhender l’effondrement d’une société est de considérer cette dernière comme une espèce culturelle et de comparer son mécanisme d’effondrement à celui d’une espèce génétique. Un exemple qui vient immédiatement à l’esprit est celui des dinosaures. Il y a environ 65 millions d’années, ceux-ci représentaient un ensemble d’espèces génétiques capables de dissiper beaucoup d’énergie. On sait aujourd’hui que la chute d’un météore a profondément modifié le climat, plongeant pendant un an la terre dans une nuit sombre. Efficientes mais peu résilientes, les espèces de dinosaures ont en majorité disparu, laissant la place aux petits mammifères.

Comme les sociétés humaines d’aujourd’hui, les dinosaures ont été affectés par un changement brutal de climat et de sources de nourriture (énergie et biodiversité). Ils ont disparu parce que leurs gènes n’étaient pas adaptés à un tel changement. On en conclut que, très dissipatives d’énergie comme l’étaient les dinosaures, les sociétés avancées d’aujourd’hui sont vouées à disparaître parce leur culture n’est pas adaptée à un tel changement. Autrement dit, l’effondrement des civilisations n’est pas un phénomène physique mais un phénomène culturel. Nos sociétés actuelles sont incapables d’appréhender la situation d’aujourd’hui parce que leur culture ne leur permet pas.

S’en sortiront ceux qui ont la chance d’avoir un emploi près de chez eux, mais aussi adoptent un comportement approprié: ceux qui évitent les grandes surfaces pour aller chez les petits commerçants locaux (lorsque ceux-ci existent encore), ceux qui achètent leur nourriture aux paysans de l’endroit (éventuellement cotisent à une AMAP) ou fréquentent les marchés paysans. S’en sortiront aussi ceux qui commandent leurs livres à l’éditeur plutôt qu’en amazonie… En favorisant l’économie locale, ils diminuent le rôle des transports, préservent le pétrole, ralentissent le réchauffement climatique et gagnent un temps précieux permettant à tous de s’adapter aux situations nouvelles. Certains commencent à le réaliser. Un phénomène nouveau apparaît: la création de monnaies locales: elles favorisent le développement des économies locales.

Il existe aussi un intermédiaire entre une économie mondialisée et une économie locale: une économie nationale. Les économies locales se développent lorsque les économies nationales dépérissent face aux multinationales, comme la végétation basse se développe en l’absence de plantes de taille moyenne. On sait que tôt ou tard, ces dernières reprennent de la vigueur. Il en est de même des phénomènes culturels. On le voit aujourd’hui avec l’apparition de mouvements d’ampleur nationale. On peut donc espérer voir un jour le retour d’une économie nationale.

http://www.francois-roddier.fr/
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7280
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 538

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar Ahmed » 10/01/19, 18:13

Lorsqu'il affirme:
Autrement dit, l’effondrement des civilisations n’est pas un phénomène physique mais un phénomène culturel. Nos sociétés actuelles sont incapables d’appréhender la situation d’aujourd’hui parce que leur culture ne leur permet pas.

...il va bien plus loin que nos distingués "collapsologues" qui ne comprennent pas cette dimension qui relève d'ailleurs plus de l'économisme que du culturel, étant donné que ce dernier fait est largement dominé par le premier (tout en demeurant intriqués).
Cela rejoint également l'opinion de Bertrand Méheust.

Je serais plus réservé sur la fin de son analyse où les comportements proposés semblent assez illusoires au regard de la situation envisagée, en particulier la monnaie locale et le repli national...
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
Avatar de l’utilisateur
sen-no-sen
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5865
Inscription : 11/06/09, 13:08
Localisation : Haut Beaujolais.
x 291

Re: François Roddier, thermodynamique et société

Message non lupar sen-no-sen » 10/01/19, 20:44

Ahmed a écrit :Je serais plus réservé sur la fin de son analyse où les comportements proposés semblent assez illusoires au regard de la situation envisagée, en particulier la monnaie locale et le repli national...


Le repli national est une conséquence de la contraction économique,on passe d'un bloc à un sous ensemble de blocs(K :arrow: r), ce qui signifie au regard de la situation actuelle la fin de l'Union Européenne ou tout du moins dans un premier temps sont morcellement.
Face à un effondrement systémique il est très difficile de mettre en œuvre des mesures efficaces, dans le sens ou les dirigeants comme les populations sont mentalement programmés par le modèle "croissantiste". Toutes idées d'anticipations d'effondrement viendrait à valider la notion que le système est vicié par nature!
Je vois mal l'actuel locataire de l’Élysée faire un tel aveux! Autant demander au Pape d'affirmer que Dieu n'existe pas! :lol:
L'époque actuelle démontre à quelle point l'humanité n'est pas un tout conscient,et qu'elle n'agit pour le moment que sous le joug des déterminismes du super-organisme anthropotechnique,il est ainsi malheureusement logique que nous soyons balloter par les cycles qui agite celui ci.
0 x
"Le Génie consiste parfois à savoir quand s'arrêter" Charles De Gaulle.


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Société et philosophie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités