Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Sciences et technologiesNegationnisme scientifique: du dogmatisme?

Débats scientifiques généraux. Présentations de nouvelles technologies (hors directement liées aux énergies renouvelables ou biocarburants ou autres thématiques développées dans les autres sous forums).
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5501
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 55

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar janic » 24/03/17, 08:57

Pas d’erreur, juste un nouveau jugement qui ne fait que confirmer les faibles risques de contamination largement exagérés par les proVIH de big pharma.

Tu es mal informé car la justice n'a pas pour rôle de faire ce type d'évaluation.
en France peut être, mais l'Amérique n'est pas la France et cela a donc été fait dans le jugement!
Et elle dépend de différents paramètres

Ce site est intéressant, mais certains chiffres sont contradictoires : ainsi :
Pour 1000 actes sexuels sans préservatif lorsque le partenaire séropositif ne suit pas de traitement, entre 1 et 1,8 transmissions surviennent
Le partenaire séropositif ne suit pas de traitement, le risque de transmission du VIH par acte sexuel est de 0,0014, c’est à dire qu’1 infection surviendrait tous les 714 actes. En considérant la marge d’erreur de ce résultat, il apparait qu’une transmission arriverait entre 555 actes (borne inferieure du risque) et 1000 actes sexuels (borne supérieure du risque).
.
Ce qui pour les 19290 actes sexuels analysés avec 1 à 1.8 transmissions pour 1000, cela devait donner entre 19 cas mini et 107 maxi et non 182.
De même 1/714 devait donner 27 cas et non 182.
De plus sur le premier tableau pour 60190 non protégés cela aurait dû donner :
60190 :714= 84 cas et non 182
Trouvez où ça cloche ! N’y aurait-il pas tendance à l’exagération ou faire des mélanges. (de 27 à 182!) :?:
De plus par quels moyens ces séropositifs ont ils été déterminés étant donné que les tests Elisa et Western Blot ne sont pas suffisamment fiables (selon la FDA) avec leurs faux positifs fréquents.
L’autre aspect qui n’apparait pas dans ces études c’est le nombre de partenaires différents et l’état de santé de chaque individu concerné. (on peut supposer que 182 contaminations ont eut lieu avec au moins 182 partenaires différents et donc à risque de transmission de MST diverses jouant sur le système immunitaire.)
De fait, les antiviraux donnés (dont les effets secondaires sont « oubliés ») peuvent avoir un effet sur d’autres pathologies et diminuer la charge virale indépendamment d’un VIH réel ou supposé. Car , en effet, ce sont les anticorps qui sont mesurés, pas la présence d’un virus particulier, ainsi que la baisse du taux de CD4 qui ne sont pas spécifiques au VIH mais à une immunité défaillante.[*]
Il faudrait relire toute la littérature qui analyse le sujet et surtout celle qui conteste les versions officielles de big pharma et donnée juste avant!
VIH signifie : virus d’immunodéficience humaine

Il est en revanche possible de fixer un seuil à partir duquel l’on considère que ce risque est tellement infime qu’il n’existe plus réellement. Si l’on décide que le risque n’existe plus lorsque la borne supérieure est de l’ordre de 1 pour 100.000 actes sexuels, il devient nécessaire d’analyser 250.000 actes sexuels dans les conditions décrites, ce qui semble difficilement réalisable au regard de la durée de suivi à mettre en place autour des personnes et des couts engendrés par une telle étude.
et l'on rejoint les statistiques estimées par l'OMS.

[*]Généralités
L'immunité cellulaire associe les lymphocytes, et les macrophages (variété de globules blancs capables d'absorber puis de détruire les particules directement après les avoir digérés).

Elle fait intervenir d'autres globules blancs, et plus particulièrement des lymphocytes T qui agissent en faisant sécréter des substances de nature protéique, les cytokines capables d'exercer des propriétés cytotoxiques (détruisant les cellules).

Ce type d'immunité comprend les réactions de rejet et de greffe, les réactions greffon contre hôte, et celles d'hypersensibilité retardée. Habituellement le rapport entre le nombre de lymphocytes T. 4 + et le nombre de lymphocytes T. 8 + est de 1,6 ± 0,5. Ce rapport est diminué dans certaines pathologies, s'accompagnant d'une dépression de l'immunité. C'est le cas entre autres, du sida ou quand un individu subit un traitement par la cyclosporine (médicament immunosuppresseur).

http://www.vulgaris-medical.com/encyclo ... cyte-t-cd4
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest

Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2574
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 136
Contact :

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar izentrop » 24/03/17, 23:33

Tu cherches quoi ? discréditer la gravité du sida ? sidaction te pose problème ? https://don.sidaction.org/
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5501
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 55

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar janic » 25/03/17, 09:05

Tu cherches quoi ?

La vérité !
discréditer la gravité du sida ?

Les sida en réalité !
Montagnier, l’inventeur du VIH (qu’il faut distinguer du SIDA , ce que peu de personne font) explique que ce « virus », comme n’importe quel autre, peut être éliminé par une hygiène de vie adaptée. Mais autant il a été monté aux nues pour cette découverte, autant il a été discrédité pour avoir fait cette réflexion pleine de bon sens pourtant et vérifiée sur le terrain pour tous les virus.
https://www.youtube.com/results?search_ ... %A9+montag
sidaction te pose problème ?
Ce qui me pose problème, et il devrait en être de même pour chacun, c'est le mensonge destiné à rassurer les populations apeurées, certes, mais qui est bien éloigné de la réalité indépendante du business qui s’est développé sur cette peur.
Pour rappel dont certains ont eut des trous de mémoire, la peur d’être contaminé par ce SIDA(mal connu d’ailleurs) faisait que les gens n’osaient même plus se toucher, s’embrasser, avoir des enfants, etc…en 1994 Clémentine Célarié « ose » embrasser à pleine bouche un « sidéen » pour mettre fin à ce mythe de la transmission par la salive, puis le scandale du sang contaminé
Or ces initiatives genre sidaction sont pleines de générosité, comme d’autres, et ses participants espèrent contribuer à diminuer et voire aider à éradiqué ce type de problème et leur générosité ne peut être mise en doute.
Mais entre cet acte de foi et la réalité qui se cache derrière ce battage autour d’un simple virus, plutôt un rétrovirus, qui profite essentiellement aux labos pharmaceutiques et qui fait fi de l’histoire qui a fait de cette pathologie une sorte de peste moyen âgeuse, en partant d’une simple supposition d’existence entre un virus trouvé et une pathologie sans rapport avec celui-ci.
Mais si on regarde bien, 110 000 personnes bénéficiant d’un traitement coutant entre 1000 et 1500 euros/mois, cela donne quand même un jackpot de 110 000 000 à 165 000 000 d’euros/mois rien que pour les laboratoires pharmaceutiques, sans qu’on sache réellement combien coute ce traitement à la production et donc quel est le bénéfice réel des laboratoires, et que pour la France! Sur une année nous avons un gain de 1 milliard 320 millions à 1 milliard 980 millions d’euros! Ce à quoi il faut ajouter le coût du suivi chez un médecin et des analyses sanguines régulières. Heureusement pour les patients, en France, ces soins sont intégralement remboursés par la Sécurité sociale, au titre d’une ALD (Affection longue durée).
En savoir plus sur http://lesmoutonsenrages.fr/2013/04/15/ ... H9o3AXf.99

En supposant que les diverses associations (Sidaction, aides, act-up, crips, solidarité sida,etc…[*]) récoltent pour 10.000.000 de fonds cela ne représente que 5 à 7 pour 1000 du chiffre d’affaire des labos et ceux-ci n’auraient pas les moyens de consacrer une aussi petite somme pour la recherche sur le SIDA sans avoir besoin de ces associations ?Alors que les bénéfices vont être largement distribués aux actionnaires (comme l’Oréal ou Total qui savent où faire un maximum de profit) : de qui se moque-t-on ? Où y a-t-il scandale ? Pourquoi personne ne réagit à cette situation ?

[*]http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2002/sem02/mag1129/dossier/sa_6152_sida_femmes_contacts_associations.htm

PS: petite rectification sur la contamination précédemment vue:
Ce qui pour les 19290 actes sexuels analysés avec 1 à 1.8 transmissions pour 1000, cela devait donner entre 19 cas mini et 107 maxi et non 182.
il va de soi qu'il ne s'agit pas de 107 cas maximum mais de 35 cas, très éloignés des 182 indiqués: mais où vont-ils chercher tout ça? :?:
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5501
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 55

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar janic » 25/03/17, 09:55

un petit plus:
https://www.youtube.com/watch?v=SCLZmFgTRyE
le Dr Peter Gotzsche dénonce l'industrie pharmaceutique! :evil:
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2574
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 136
Contact :

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar izentrop » 26/03/17, 10:06

janic a écrit :Les sida en réalité !
Montagnier, l’inventeur du VIH (qu’il faut distinguer du SIDA , ce que peu de personne font) explique que ce « virus », comme n’importe quel autre, peut être éliminé par une hygiène de vie adaptée. Mais autant il a été monté aux nues pour cette découverte, autant il a été discrédité pour avoir fait cette réflexion pleine de bon sens pourtant et vérifiée sur le terrain pour tous les virus.
Le VIH n'est pas une invention, mais une découverte faite par Jean-Claude Chermann et son équipe. Luc Montagnier en a récupéré les honneurs par manipulation comme il sait faire.

On est pas dupe sur ses dernières recherches destinée à légitimer l'homéopathie qui t'est chère. http://www.charlatans.info/news/L-etude ... nier-sur-l
http://seroposition.canalblog.com/archi ... 88218.html

Du pur négationnisme scientifique. :evil:
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5501
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 55

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar janic » 26/03/17, 13:40

Le VIH n'est pas une invention, mais une découverte faite par Jean-Claude Chermann et son équipe. Luc Montagnier en a récupéré les honneurs par manipulation comme il sait faire.[*]

pour qu'un découvreur puisse protéger celle ci, il lui faut la protéger par un brevet et cette découverte, pour être brevetée, est qualifiée d'invention.
On est pas dupe sur ses dernières recherches destinée à légitimer l'homéopathie qui t'est chère. http://www.charlatans.info/news/L-etude ... nier-sur-l

(Des charlatans (c'est ainsi qu'ils se définissent eux mêmes par ce site!) qui portent des jugements de valeurs sur leurs « semblables », ça ne pèse pas lourd dans la balance !) quant aux critiques faites (toutes ne sont pas dénuées de bon sens) elles sont biaisées par leur forme comme pour le fond et qui ont déjà été examinés.

ce qui m'est cher ce sont les méthodes de soins non agressives à utiliser en priorité et l'homéopathie n'en est qu'une petite partie.
Ensuite lorsque Montagnier affirme que ce "virus" n'échappe pas aux grandes règles de la physiologie et donc du système immunitaire, il ne se réfère pas (et il n'est pas le seul dans ce cas puisque cela date au moins d'Hippocrate en passant par Claude Bernard plus récemment) à l'homéopathie, ni en général, ni en particulier, mais aux travaux nombreux sur la HLA.
Du pur négationnisme scientifique
Où est le négationnisme en ce cas là ?
Tu devrais changer de disque, celui-ci doit être usé et rayé tant il manque de nouveauté.

[*]Ce n'est pas nouveau! Pasteur s'est attribué la découverte du vaccin contre la rage, alors qu'il n'en est pas le découvreur (c'est au médecin qui collaborait avec lui qu'en revient le mérite) mais on en a retenu que le nom de Pasteur, c'est le jeu des influences humaines. De même lorsqu'un industriel pose un brevet en son nom (celui de sa firme) il n'y est pour rien et le mérite en revient toujours aux ingénieurs, techniciens de bureau d'étude et autres chercheurs, mais seul son nom est retenu. Ainsi va la vie!

NB: par contre je vois que tu ne réagis pas (comme d'habitude!) aux chiffres fantaisistes du site que tu as indiqué, ni ton avis sur le scandale qu'il faille faire appel à la générosité du public pour pallier au manque de compassion de Big pharma qui préfère verser de gros dividendes à des actionnaires fortunés.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2574
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 136
Contact :

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar izentrop » 27/03/17, 10:12

janic a écrit :
On est pas dupe sur ses dernières recherches destinée à légitimer l'homéopathie qui t'est chère. http://www.charlatans.info/news/L-etude ... nier-sur-l
(Des charlatans (c'est ainsi qu'ils se définissent eux mêmes par ce site!) qui portent des jugements de valeurs sur leurs « semblables », ça ne pèse pas lourd dans la balance !) quant aux critiques faites (toutes ne sont pas dénuées de bon sens) elles sont biaisées par leur forme comme pour le fond et qui ont déjà été examinés.
Non non, c'est de la zététique, sources à l'appui.
Tout est vérifiable par soi-même, à condition de mettre ses idées reçues et ses croyances de côté, comme https://www.psiram.com/fr/ et https://www.facebook.com/groups/zetetiq ... VIH%20Sida
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5501
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 55

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar janic » 27/03/17, 13:45

(Des charlatans (c'est ainsi qu'ils se définissent eux mêmes par ce site!) qui portent des jugements de valeurs sur leurs « semblables », ça ne pèse pas lourd dans la balance !) quant aux critiques faites (toutes ne sont pas dénuées de bon sens) elles sont biaisées par leur forme comme pour le fond et qui ont déjà été examinés.

Non non, c'est de la zététique, sources à l'appui. [*]
Tout est vérifiable par soi-même, à condition de mettre ses idées reçues et ses croyances de côté, comme https://www.psiram.com/fr/ et https://www.facebook.com/groups/zetetiq ... VIH%20Sida

tu devrais commencer par là toi même à mettre tes idées reçues et croyances à la poubelle directement! :cry:
Tes zigotos sont comme les fans en politique qui ne voient que des qualités dans leurs points de vue et des défauts dans ceux de leurs opposants.
La zététique que tu idolâtres aimerait kidnapper "la science" à son seul profit en se prétendant la référence absolue en ce domaine, comme l'église catholique le fit en son temps (on ne fait pas des chats avec des chiens) avec son hors de l'église point de salut, remplacé par" hors de la zététique point de salut" aussi.

« Puisque les savants sont censés produire de la vérité sur le monde [… il leur faut] restituer les acquis de la science dans les domaines où ces acquis pourraient contribuer de manière positive à résoudre des problèmes qui ont accédé à la conscience publique. Mais la fonction la plus utile, en plus d'un cas, serait de dissoudre les faux problèmes ou les problèmes mal posés. [… À la télévision,] les faux philosophes [… prennent ] au sérieux les faux problèmes [scientifiques proposés dans l'émission]. [… ⇒] il faudrait des commandos d'intervention philosophique rapide pour détruire les faux problèmes [scientifiques], pour faire du Wittgenstein dans la vie de tous les jours et spécialement dans les médias »
— Pierre Bourdieu, Les Usages sociaux de la science8, p. 71

« Face à la TV, il faudrait une sorte de mouvement de résistance civique […] contre l'imposition généralisée de problématiques [aller voir directement les qualificatifs évoqués !] »
— Pierre Bourdieu, op. cit.8, p. 76

Même chose que précédemment, ils veulent se faire critères des bonnes problématiques qu'ils définiront selon leurs seuls critères, évidemment.
Les médias ont bien des défauts, que je critique moi même pour leur précipitation à faire de l'info qui fait vendre. Pour autant, seuls les régimes totalitaires veulent imposer des critères indiscutables, selon leur point de vue, et de fait censurer tout le reste.

https://spoirier.lautre.net/secte-zetetique
les dérives sectaires de la zététique
NB: Je te rappelle que tu as 16+5 questions en attente de réponses ou bien préfères-tu préserver ces mensonges, ce qui laisse présager de tout ce que tu écris ou cite! :?:

Maintenant en vrac:
http://www.catie.ca/fr/feuillets-info/d ... e-vih#naat
les technologies de dépistage du VIH

https://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/00001431.htm
western blot
Les normes d'interprétation qui exigent l'identification des bandes de chacun des trois groupes de produits géniques ont tendance à avoir des résultats indéterminés pour certains sida et autres patients symptomatiques en raison de l'absence d'anticorps contre p24 (n = 5) ou p31 (n = 14) Ou l'absence des deux types d'anticorps (n = 2). Étant donné que ces patients sont clairement infectés par le VIH, l'approche à trois gènes de l'interprétation du Western blot n'est pas suffisamment sensible pour la santé publique ou la pratique clinique.

http://www.inserm.fr/thematiques/immunologie-inflammation-infectiologie-et-microbiologie/dossiers-d-information/vih-et-sida
La recherche clinique et thérapeutique
Pour guérir les patients, les chercheurs veulent parvenir à induire une immunité permettant d’éliminer le virus, ou au moins de contrôler l’infection sans qu’il soit nécessaire de prendre un traitement à vie. Pour cela ils s’intéressent de près à des populations de patients qui résistent à l’infection, spontanément ou après interruption d’un traitement.
• Les interruptions de traitement
Un petit nombre de personnes traitées précocement, pendant 4 à 7 ans, et qui ont interrompu leur traitement sont devenues ‘résistantes’ au virus : elles ne rechutent pas dans les années qui suivent l’interruption du traitement antirétroviraux et leur charge virale reste indétectable pendant au moins une dizaine d’année, après seulement trois ans de traitement. Les chercheurs s’intéressent à ces cas pour tenter d’identifier les facteurs permettant de garantir l’absence de rechute en cas d’interruption de traitement (étude VISCONTI à l’ANRS). Ils estiment qu’environ 10 % des patients pourraient être concernés. Les premières données suggèrent que ces personnes présentent spontanément peu de réservoirs viraux dans leurs cellules, grâce à une immunité innée particulière.
• Les VIH contrôleurs
Moins de 1 % des personnes contrôlent naturellement l’infection par le VIH, sans intervention thérapeutique. Ils conservent une charge virale indétectable ou très modérée pendant plus de dix ans et leur taux de lymphocytes T CD4 reste élevé. Les chercheurs tentent d’identifier les mécanismes qui permettent à ces personnes de résister au virus. Ils ont déjà montré qu’elles possèdent des lymphocytes T CD8 particulièrement efficaces, qui reconnaissent les cellules infectées par le VIH et les suppriment. Une résistance des cellules cibles, limitant leur infection par le VIH, a également été mise en évidence. Ces propriétés exceptionnelles seraient d’origine génétique.

http://www.inserm.fr/thematiques/physio ... x-medicaux
De façon paradoxale, nos sociétés sont également confrontées au problème de la malnutrition. On estime que les carences nutritionnelles provoquent encore la mort annuelle de 3 millions d’enfants chaque année, essentiellement dans les pays en développement. Mais la dénutrition concerne aussi 40 % des patients souffrant de maladies chroniques, 30 à 50 % des patients hospitalisés (toutes pathologies confondues), aggravant la morbidité comme la mortalité des sujets. Le vieillissement normal s’accompagne aussi d’un dérèglement fréquent de la prise alimentaire menant à diverses carences.
Les pathologies des os et des articulations sont également un objet de préoccupation des Français, en raison notamment du vieillissement de la population. Elles représentent à elles seules la moitié des pathologies chroniques après 65 ans et sont une cause importante d’invalidité (l’arthrose est le deuxième facteur de handicap chez l’homme, le quatrième chez la femme). Chez les plus de 50 ans, une femme sur quatre et un homme sur huit seront concernés par l’ostéoporose au cours de leur existence.
Les maladies cutanées comprennent une part d’affections allergiques (dermatite atopique, eczéma de contact, dermatoses professionnelles, photo-allergies, urticaires et accidents cutanés dus à l’administration par voie générale d’un médicament (toxidermies)) et une part d’affections inflammatoires chroniques (psoriasis, dermatite atopique, pelade…). Parmi ces dernières, le psoriasis, touche entre deux et trois millions de personnes en France et est associé à une altération importante de la qualité de vie, entraînant souvent un handicap social grave. Le retentissement de cette dermatose sur la qualité de vie est aussi important que celui provoqué par l'asthme, par le diabète ou les maladies ischémiques cardiaques chroniques. Le coût social du psoriasis est ainsi considérable. Le vieillissement de la population s’accompagne d’une fréquence accrue des plaies chroniques d’origine vasculaire des membres inférieurs. Leur prise en charge est complexe et doit être multidisciplinaire, idéalement dans le cadre de réseaux de soins animés par des dermatologues spécialisés dans le domaine de la cicatrisation.


[*]la majorité des dissidents sont des scientifiques de haut niveau aussi, c'est donc une comparaison entre des points de vue différents qui ont lieu et non de quelconques superstitions . le Pr Duesberg (découvreur des rétrovirus et reconnu unanimement par sa profession) a été parmi les premiers à contester la relation VIH/SIDA, sur le seul plan scientifique, faute de documents pouvant attester, scientifiquement, la présence de VIH dans les cas de SIDA observés.(même s'il a modifié un peu sa position de l'époque!) Une prime de 100.000 dollars a été promise à qui en apporterait la preuve et cette prime, preuves à l'appui, n'a été réclamée par personne. le Pr de Harven, microbiologiste n'a jamais trouver sous un microscope un véritable retro virus en question et même après avoir demandé à examiner la souche utilisée par l'équipe Montagnier qui avait disparue comme par hasard, etc...
Alors tes rigolos en zététique, tes sceptiques, tes pseudo sciences, ne font pas le poids sur le plan scientifique.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5501
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 55

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar janic » 11/04/18, 16:47

https://www.msf.fr/communiques-presse/v ... rs-de-prix
VIH : le prix des antirétroviraux est en baisse, mais les traitements ‘de rattrapage’ restent hors de prix
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

21 JUILLET 2016 - MIS À JOUR LE 26 MARS 2018



VIH/Sida, continuer la lutte contre une épidémie mortelle
OPÉRATION LIÉE

Afrique du Sud : prise en charge des personnes affectées par le VIH/Sida et la tuberculose
Les médicaments ‘de troisième ligne’ coûtent 18 fois plus cher que ceux utilisés en première intention. La concurrence des producteurs de génériques a permis de réduire le prix des antirétroviraux de 90% en quinze ans. Mais les accords commerciaux et la pression sur l’Inde, ‘pharmacie des pays en développement’, risquent de compromettre ces avancées.

MSF présente aujourd’hui, à la conférence internationale sur le VIH/Sida en cours à Durban, en Afrique du Sud, la 18ème édition de son rapport sur les prix des traitements contre le VIH, « Untangling the web of antiretroviral price reductions ». Ce rapport documente la baisse des prix des anciens traitements, tandis que les nouveaux traitements demeurent hors de prix.

Le prix le plus bas pour une combinaison en dose fixe de première intention[1], est de 100 dollars (environ 90 euros) par personne et par an. Ceci représente une diminution de 26% depuis 2014. Un traitement de deuxième intention[2] coûte quant à lui, au minimum, 286 dollars (258 euros) par personne et par an – 11% de moins par rapport à il y a deux ans.

Ces prix continuent de diminuer grâce à la concurrence des producteurs de médicaments génériques dans certains pays-clé, comme l’Inde. Mais le prix des médicaments les plus récents – nécessaires pour les patients qui n’ont plus d’autres options thérapeutiques – demeure très élevé, notamment à cause du monopole exercé par les compagnies pharmaceutiques.

Le prix le plus bas pour un traitement dit ‘de rattrapage’[3] est de 1 859 dollars (1 681 euros) par personne et par an, soit 18 fois plus cher qu’un traitement de première intention, et plus de six fois plus cher que les traitements de deuxième intention. Le prix d’un traitement ‘de rattrapage’ a diminué de seulement 7% depuis 2014. Ces prix représentent les prix les plus bas disponibles à l’échelle mondiale, mais de nombreux pays, et notamment ceux dits ‘à revenus intermédiaires’, achètent ces médicaments à des prix bien plus élevés, les brevets pharmaceutiques ne leur permettant pas d’avoir accès aux médicaments génériques.

« Nous devons pouvoir accéder aux nouvelles combinaisons thérapeutiques dont les patients vont avoir besoin à l’avenir, explique le Dr. Vivian Cox, médecin référent du projet MSF à Eshowe, en Afrique du Sud. Nous devons faire pression maintenant pour être sûrs qu’à l’avenir nous ne vivrons pas une autre crise d’accès aux antirétroviraux comme celle des années 90 et 2000 ».

Dans les pays en développement, le nombre de personnes ayant besoin d’un traitement ‘de rattrapage’ est aujourd’hui relativement faible. Mais l’utilisation croissante de la mesure de la charge virale pour le suivi du traitement permet d’identifier davantage de patients en situation d’échec thérapeutique, des patients qui doivent donc recevoir une autre combinaison de médicaments. Ainsi, dans les projets VIH de MSF, le nombre de patients recevant un traitement ‘de deuxième ligne’ a presque doublé depuis 2013.

L’Inde, premier producteur au monde de médicaments génériques contre le VIH, représente ‘la pharmacie des pays en développement’ ; plus de 97% des traitements antirétroviraux utilisés par MSF dans ses programmes sont des médicaments génériques indiens. La politique indienne en matière de brevets pharmaceutiques est très stricte, ce qui a permis la concurrence entre producteurs de génériques et a entraîné à son tour la diminution de 99% du prix des traitements de première ligne – de 10 000 dollars (environ 9 000 euros) par personne et par an en 2000, à environ 100 dollars (environ 90 euros) aujourd’hui.[*]

Aujourd’hui les Etats-Unis, soutenus par leur lobby pharmaceutique, font pression sur l’Inde pour qu’elle revoie sa politique actuelle en matière de brevets. D’autres pays, comme l’Union Européenne, le Japon et la Corée du Sud, sont en train de négocier des accords commerciaux qui restreindraient la production de médicaments abordables.

« L’Inde fait face à des demandes pressantes de ‘fermer le robinet’ des médicaments abordables,explique Leena Menghaney, responsable de la Campagne d’Accès aux Médicaments Essentiels (CAME) de MSF en Asie du Sud. Mais le gouvernement indien doit résister aux pressions des Etats et des compagnies pharmaceutiques et ne pas changer ses lois et politiques en matière de brevets. Les génériques indiens sont vitaux pour des millions de personnes en Inde, mais aussi dans tous les pays en développement ».

[*] pour comparaison le prix du traitement du "sida" en France est de 1.000 à 1.500 euros PAR MOIS plus les visites au médecin et les analyses de sang.
Quel scandale! :evil:
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 2574
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 136
Contact :

Re: Negationnisme scientifique: du dogmatisme?

Message non lupar izentrop » 12/04/18, 19:34

Rien à voir avec le sujet, c'est juste une affaire de gros sous. :mrgreen:
0 x
Avoir des raisons de croire ne signifie pas que l’on a raison de croire.


Revenir vers « Sciences et technologies »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

Recherches populaires