Sciences et technologiesLes négationnistes de la réalité, une longue tradition

Débats scientifiques généraux. Présentations de nouvelles technologies (hors directement liées aux énergies renouvelables ou biocarburants ou autres thématiques développées dans les autres sous forums).
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7536
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 132

Re: Les négationnistes de la réalité, une longue tradition

Message non lupar janic » 04/05/18, 13:12

L'histoire aurait tout aussi bien retenir le nom de Michel Servet, qui a été réellement brulé vif, plutôt que Galilée
Michel Servet (en espagnol Miguel Serveto y Conesa ou Miguel Servet ou Serveto), né le 29 septembre 1511 à Villanueva de Sigena dans le Royaume d'Aragon et mort le 27 octobre 1553 à Genève, est un théologien et médecin français, d'origine espagnole.
L'un des hommes les plus savants de son temps, il s'intéresse à toutes les branches du savoir, de la géographie aux mathématiques, de l'alchimie à l'astrologie, de la médecine à la théologie.
Le médecin découvre la circulation pulmonaire. Le penseur développe une théologie radicale qui refuse le dogme de la Trinité, et remet en question la nature divine du Christ, ce qui lui vaut une double condamnation à mort par les catholiques et les protestants.
Arrêté, évadé et jugé par contumace, il est brûlé en effigie par l'Inquisition à Vienne, en Dauphiné (Isère). De nouveau arrêté à Genève, il est jugé et condamné pour hérésie par le Conseil des Deux-Cents de Genève, à l'instigation de Jean Calvin qu'il avait attaqué. Brûlé vif le 27 octobre 1553, il compte au nombre des martyrs de la pensée.

Mais Galilée est plus tourné vers les sciences que vers la théologie et ne remet pas fondamentalement en cause le discours biblique qui ne prétend aucunement que la terre soit le centre physique de l'univers. Par contre Servet remet en cause un dogme fondamental du catholicisme comme du protestantisme, à savoir le rejet de la trinité comme cela avait été le cas du prêtre Arius (ce qui donnera l'arianisme) et qui sera traité de la même façon: la mort!
Rien de nouveau sous le soleil!

https://ticatho.fr/2017/08/24/pourquoi- ... d-moderne/
sous la responsabilité de son auteur, mais qui peut remettre des pendules à l'heure!
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
"je pense aussi que les lobbies ont crus que comme chez nous, ils pouvaient imposer leurs lois, mais quand on pousse des hommes dans leurs retranchements, ils ne vont plus respecter les règles établies qu'elles le soient par un gouvernement, ou des groupes industriels" Moindreffort

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7536
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 132

Re: Les négationnistes de la réalité, une longue tradition

Message non lupar janic » 04/05/18, 20:05

Sida le doute: ou comment passer de l'ignorance ou de la crédulité au requestionnement.

12’05’’

Le pr kary Mullis prix nobel de chimie, inventeur de la PCR, un procédé qui permet d’isoler et amplifier un micro organisme ; une découverte qui a révolutionné le travail des chercheurs dans tous les laboratoires du monde. Aujourd’hui la PCR est devenu un instrument important dans la recherche sur le SIDA et donc il s’est intéressé de très près à la question. C’est à ce moment là que sont apparus ses premiers doutes :
Mullis : » je me suis trouvé impliqué dans cette histoire, lorsque j’ai commencé à chercher dans les publications scientifiques, les références démontrant l’hypothèse qu’un virus, le VIH, provoque quelque chose que l’on nomme le SIDA. Je rédigeais un rapport dans lequel je reprenais cette affirmation et pour l’étayer il fallait que je cite les références pour pouvoir dire cela a été établi par telle et telle publication. Or je n’ai pas pu les trouver ! Cela est d’autant plus étrange que chaque fois que j’ai cherché la source d’un fait scientifique, je l’ai toujours trouvé. C’est facile, vous cherchez dans ce qui a été publié et vous trouvez très vite qui est l’auteur de cette affirmation, qui l’a démontré et là, en l’occurrence il n’y avait rien de cela ! J’ai interrogé les chercheurs spécialisés sur le SIDA, les uns après les autres : comment avaient-ils été convaincus que le VIH était la cause probable du SIDA ? Quels articles avaient-ils lu ? Ils m’ont dit il y en a des tas ! J’ai dit bon très bien : est ce que vous pouvez me faire parvenir les références de ces articles ? Parce moi aussi, je ne demandais qu’à être convaincu pour cesser cette recherche ridicule, j’avais juste besoin de cette référence pour l’article que j’étais en train d’écrire, pour pouvoir obtenir le renouvellement d’une subvention destinée au laboratoire où je travaille, il me fallait citer cette référence qui prouve que le VIH est la cause probable du SIDA pour mon article. Or je ne l’ai pas trouvé ! Alors j’ai continué à demander et personne ne m’a répondu. Tout le monde me disait : « j’ai ça dans mon bureau » et moi je disais okay, envoyez moi ça quant vous rentrerez à votre bureau et personne ne l’a jamais fait ! »

Cette difficulté à fournir la preuve, c’est, pour Mullis, la démonstration même que tout a été fait en dépit des règles élémentaires qui doivent accompagner la recherche. Tout, pour lui, a été précipité dans l’affaire du SIDA. La méthode, l’annonce sur le mode publicitaire, pas de débat contradictoire entre chercheurs, et pour finir, une chape de plomb posée sur une vérité approximative.

Mullis : « Ce n’est pas comme ça que la science fonctionne. En général lorsque vous voulez faire une annonce scientifique, vous commencez par faire une expérience, vous obtenez des résultats, vous les analysez soigneusement, et vous vous demandez : est-ce que je ne suis pas trompé quelque part ? Est-ce que c’est vrai ? Et vous faites, éventuellement, une autre expérience pour vérifier. Là seulement, vous convoquez une conférence de presse. C’est comme ça que l’on établit un fait scientifique. Or là, ils ont fait une conférence de presse et ont annoncé que c’est le VIH qui est la cause du SIDA ! Du coup le centre de contrôle des maladies d’Atlanta a décrété que le VIH est un virus dangereux, si vous trouvez des personnes infectées par ce virus développant un certain type de symptômes : prévenez-nous, c’est obligatoire ! Mais ils n’ont pas dit : « nous savons pourquoi ! » Ils n’ont point expliqué pourquoi ils le savaient ; mais ils ont dit : « nous le savons » et c’est devenu un fait, entre guillemets, mais ce n’est pas réellement un fait. On ne peut pas parler de fait scientifique « (…)Ou se trouve la référence scientifique indispensable pour transformer l’hypothèse en certitude ?

MONTAGNIER : « il n’y a pas de référence scientifique, il y a un faisceau d’arguments, pour que…par analogie quelqu’un est coupable, vous ne l’avez pas vu tuer quelqu’un, pas pris sur le fait, mais vous avez un faisceau de preuves. Vous avez les taches de sang… on ne va pas refaire le procès de Mr Simpson.. en général les choses tournent autour de preuves patentes, indirectes, qui sont telles que l’évidence existe. »

Etc…
heureusement qu'il n'a pas fait sa carrière dans le juridique, sinon cela aurait été une catastrophe!
Pour rappel, et cela est fondamental, Gallo a construit son discours sur un seul échantillon procuré par l'équipe de Montagnier et donc à partir d'un seul individu et cela rappelle étrangement Pasteur avec son seul cas, douteux, du petit Meister.
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
"je pense aussi que les lobbies ont crus que comme chez nous, ils pouvaient imposer leurs lois, mais quand on pousse des hommes dans leurs retranchements, ils ne vont plus respecter les règles établies qu'elles le soient par un gouvernement, ou des groupes industriels" Moindreffort
Ahmed
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7737
Inscription : 25/02/08, 18:54
Localisation : Bourgogne
x 630

Re: Les négationnistes de la réalité, une longue tradition

Message non lupar Ahmed » 04/05/18, 21:10

Janic, tu écris:
L'histoire aurait tout aussi bien retenir le nom de Michel Servet, qui a été réellement brulé vif, plutôt que Galilée

Sans doute, mais l'instrumentalisation à laquelle je faisais allusion tirait son efficacité de l'opposition (comme tu l'as bien noté) de la science contre la religion et l'anticléricalisme des rad-socs se serait mal accomodé d'un hérétique! :wink:
0 x
"Ne croyez surtout pas ce que je vous dis."
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 7536
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 132

Re: Les négationnistes de la réalité, une longue tradition

Message non lupar janic » 05/05/18, 08:19

l'anticléricalisme des rad-socs se serait mal accomodé d'un hérétique!
Un anticléricalisme qui perdure et se manifeste surtout dans l'athéisme bon ton. Pourtant Galilée était un hérétique au sens étymologique du terme qui signifie "séparé de," dans quelque domaine que ce soit et donc dans celui de la connaissance, en général. Et comme il est toujours risqué de marcher hors des clous de la bien pensance, on risque de se retrouver au ban de la société, voire même brulé vif sur....internet par exemple! :(
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
"je pense aussi que les lobbies ont crus que comme chez nous, ils pouvaient imposer leurs lois, mais quand on pousse des hommes dans leurs retranchements, ils ne vont plus respecter les règles établies qu'elles le soient par un gouvernement, ou des groupes industriels" Moindreffort


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Sciences et technologies »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité