Sciences et technologiesLe tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Débats scientifiques généraux. Présentations de nouvelles technologies (hors directement liées aux énergies renouvelables ou biocarburants ou autres thématiques développées dans les autres sous forums).
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4016
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 375

Message non lupar moinsdewatt » 17/01/16, 19:57

L’Hibernatus tardigrade qui se réveilla après 30 ans de congélation à -20°C

16 janvier 2016

Les Tardigrades, ces microscopiques et indestructibles créatures capables de résister au froid extrême, à la déshydratation totale, au rayonnement et même au vide de l’espace peuvent apparemment être ravivés après avoir passé 30 années congelés. C’est ce que révèle une récente expérience menée par des scientifiques japonais.

Image

Les tardigrades, encore surnommés “oursons d’eau”, sont de minuscules extrêmophiles vivant dans l’eau qui sont capables de résister à certaines des pires conditions environnementales. Récemment, nous apprenions que le secret de leur invincibilité résidait en grande partie dans leur génome dont près de 18% est composé de l’ADN d’autres organismes, comme de plantes, de champignons, bactéries et virus.

Avant la nouvelle étude menée par des cryobiologistes de l’Institut national de recherche polaire (NIPR) à Tokyo, le record du monde pour “relancer” un tardigrade congelé était de neuf ans. Les échantillons ont été initialement collectés à la station de Showa en Antarctique en novembre 1983. Les chercheurs devaient récupérer de la mousse, qui s’est révélé contenir deux tardigrades (Acutuncus antarcticus) et un œuf. Les tardigrades congelés, avec l’échantillon de mousse, ont été ramenés au Japon où ils ont été stockés pendant 30 ans et six mois à une température de -20 °C.

....................


http://www.gurumed.org/2016/01/16/lhibe ... ation-20c/
0 x

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48993
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 729

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar Christophe » 14/04/17, 10:22

Une partie du secret de l'extrême résistance du Tardigrade expliqué par la Science: http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a ... -38361.php

(...)

Jusqu’ici, on pensait qu’en l’absence d’eau, les tardigrades survivaient grâce à un sucre, le tréhalose. Ce dernier est essentiel à de nombreux organismes comme les levures, les artémies (petits crustacés) ou certains nématodes pour résister à la dessiccation. On pense que le tréhalose se vitrifie, empêchant la rupture des organites de la cellule. Mais à l’heure actuelle, la présence de tréhalose chez les tardigrades n’est cependant pas confirmée ; certaines études rendent compte de faibles concentrations de ce sucre dans leur organisme, alors que d’autres n’en détectent pas du tout chez les mêmes espèces. Un autre mécanisme serait donc à l’œuvre pour protéger les tardigrades de la dessiccation.

Thomas Boothby et ses collègues sont partis de l’observation que si on les asséchait trop rapidement, certaines espèces de tardigrades mouraient, alors que dans le cas d’une dessiccation plus lente, elles survivaient. Elles avaient donc besoin de temps, probablement pour produire un facteur de protection. Or, il existe une catégorie de molécules, les protéines intrinsèquement désordonnées (PID), qui ont la particularité, contrairement à la plupart des protéines, de ne pas avoir de structure tridimensionnelle fixe. Chez le tardigrade, elles sont appelées TDP (tardigrade-specific intrinsically disordered proteins). Et lors de la dessiccation, les TDP sont produites en grande quantité chez de nombreuses espèces de tardigrades. Ces protéines étaient-elles ce facteur de protection recherché ? Les biologistes ont montré que c’était bien le cas. Lorsqu’ils ont bloqué l’expression de ces protéines, les tardigrades n’ont pas survécu à la dessiccation. Elles sont donc essentielles à leur survie dans cette situation. Il est toutefois probable que d’autres mécanismes entrent aussi en jeu pour protéger le tardigrade : ralentissement du métabolisme, réparation efficace de l’ADN qui aurait été abîmé…

(...)
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
izentrop
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4324
Inscription : 17/03/14, 23:42
Localisation : picardie
x 313
Contact :

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar izentrop » 10/06/17, 00:41

Une émission de la méthode scientifique de France Culture lui a été consacré https://www.franceculture.fr/emissions/ ... is-costaud
C’est un petit animal à 8 pattes et une trompe. Il peut vivre au sommet de l’Himalaya ou à des dizaines de milliers de mètres de profondeur. Il peut survivre à des températures pire que polaires, proche du zéro absolu ou par 150 degrés celsius. Plongez-le dans une solution hypersaline, il survit. Privez-le d’oxygène, il survit. Exposez-le à des doses massives de radiations, il survit. Et puis tant qu’à faire, jetez-le dans le vide spatial. Même pas mal...
La question des "protéines désordonnées" (quel drôle de nom) est abordée vers la fin de l'émission.
Image
Image
https://www.youtube.com/watch?v=W9WWysGBAlU
0 x
"Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail" Léonard de Vinci
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48993
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 729

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar Christophe » 01/08/17, 21:06

L’ADN révèle les secrets du tardigrade, résistant suprême

Des généticiens sont parvenus à comprendre ce qui fait la résistance de cet animal microscopique et quasi indestructible.


http://www.lemonde.fr/sciences/article/ ... 50684.html
1 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48993
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 729

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar Christophe » 01/08/18, 17:03

Un autre organisme pourrait faire preuve de cryptobiose: http://www.levif.be/actualite/sciences/ ... 73025.html

L'article cite également le Tardigrade...

Des vers réveillés après avoir passé 41.700 ans dans la glace

Ces nématodes étaient congelés depuis plusieurs dizaines de milliers d'années. Des scientifiques russes seraient parvenus à les faire revenir à la vie.

Ces vers microscopiques ont survécu des dizaines de milliers d'années endormis dans une couche de glace, ou plutôt au coeur du permafrost sibérien, un sol gelé en permanence. Il s'agit de deux espèces différentes puisqu'il s'agit d'un Plappus et d'un Panagrolaimus. S'ils sont réellement "ressuscités", ils seraient les deux plus vieux animaux vivants au monde, si l'on en croit les travaux des chercheurs russes publiés dans la revue Doklady Biological Sciences. Pendant plusieurs années, ces chercheurs ont récolté pas moins de 300 échantillons à plusieurs endroits et datant de plusieurs époques. Le permafrost agissant comme un congélateur géant, il renferme des tonnes d'organismes cryogénisés précise Science et avenir. Ils ont retrouvé le Panagrolaimus dans un nid d'écureuil datant de 32.000 ans et le Plectus dans un échantillon récolté à 3,5 mètres de profondeur dans les environs de la rivière Alazeya en 2015. Grâce au Carbonne 14, ils sont parvenus à déterminer que ce dernier avait 41 700 ans.

De retour au laboratoire, ils ont réchauffé les deux vers jusqu'à une température de 20 C° dans une boîte pétri avec des nutriments. Après quelques semaines, les chercheurs se sont aperçus que les bestioles s'étaient mises à bouger et se nourrissaient.

Des experts sceptiques

Pour le moment, les experts préfèrent de ne pas s'avancer sur cette découverte, arguant qu'il n'est pas impossible que les échantillons aient été contaminés, soit lors de la récolte ou dans le laboratoire, par des vers plus récents. De l'aveu même de l'équipe, cette possibilité n'est effectivement pas à exclure, mais il la considère néanmoins comme peu probable en raison de l'environnement stérile des laboratoires de recherches. Ils indiquent également qu'aucun autre organisme moderne n'a été retrouvé à la profondeur à laquelle ils ont découvert les animaux. Les couches profondes sont "cimentées par la glace" empêchant la migration des nématodes. "La profondeur du dégel saisonnier dans les régions étudiées atteint 80 cm et ne dépasse jamais 1,5 m, même 9.000 ans auparavant pendant le maximum thermique de l'Holocène. L'âge des organismes vivants dans ces strates correspond donc à l'âge des roches sédimentaires" rajoutent les auteurs cités par Sciences et Avenir.

Si elle s'avère authentique, une telle découverte serait spectaculaire puisqu'aucun autre organisme multicellulaire n'est jamais revenu à la vie après avoir été congelé pendant une si longue période.

Une capacité extraordinaire à résister au gel

Des bactéries ont bien été ramenées à la vie après avoir été congelées depuis des dizaines de millions d'années. Il y a aussi les tardigrades, de minuscules organismes multicellulaires qui ressemblent à des oursons.

Ces derniers peuvent survivre dans des environnements très hostiles comme des températures de -272 à +150 °C ou encore le vide spatial. Ils ont aussi pu être réveillés après 30 ans de congélation, mais ces derniers ne survivaient pas longtemps.

On savait déjà que les nématodes qui ont colonisé toutes les surfaces de la Terre pouvaient très bien résister au gel grâce à un état de cryptobiose, un état de vie très ralenti, et à une organisation astucieuse des cristaux de glaces et à la sécrétion d'un liquide sucré. Ces deux dernières adaptations permettent de protéger leurs cellules. Car ce qui "tue" souvent les êtres vivants congelés, c'est la destruction des tissus suite au gel de l'eau contenu dans ces derniers.

Selon les chercheurs russes, ces "vers ronds" possèdent un certain nombre de mécanismes adaptatifs qui peuvent fournir de nouvelles perspectives scientifiques. Ils rêvent de percées en médecine ou en astrobiologie, la branche de la science qui étudie l'origine de la vie dans l'univers.

Pourtant, il n'y a pas là de quoi aller décongeler toutes les personnes cryogénisées. Car les êtres humains n'ont que peu à voir avec ces vers. Si un jour on peut ramener à la vie ces personnes, ce qui n'est pas exclu, on ne le devra probablement pas à cette découverte. En effet, s'il y a des similitudes au niveau cellulaire et génétique, on est aussi beaucoup plus complexes. Par exemple, les vers n'ont pas de cerveau. Geler et ramener à la vie un organe pareil est une tout autre paire de manches.
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48993
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 729

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar Christophe » 11/06/19, 11:24

Un pauvre petit tardigrade collé (par le dos) à une bulle et condamné à tourner en rond... :cheesy:



Heureusement qu'il peut "mourir" le temps que la bulle s'évapore! :mrgreen:
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités
moinsdewatt
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 4016
Inscription : 28/09/09, 17:35
Localisation : Isére
x 375

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar moinsdewatt » 11/06/19, 19:30

A propos de tensions superficielle :

Un robot amphibie saute comme une araignée d’eau
562 vues

La science fait souvent appel au biomimétisme pour trouver des solutions, comme dans le cas de ce petit robot inspiré de l’araignée d’eau. Très léger, il est capable de se déplacer sur un liquide sans couler, comme on peut le voir durant cette vidéo.


voir
1 x
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 48993
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 729

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar Christophe » 07/08/19, 21:20

Des milliers de tardigrades sont probablement bloqués sur la Lune après le crash d’une sonde spatiale

Les tardigrades (Tardigrada) sont des incroyables créatures extrêmophiles pouvant résister à des conditions extrêmes, même au vide spatial. En février 2019, une sonde spatiale israélienne contenant une population de tardigrades a été envoyée à destination de la Lune, mais son alunissage ne s’est pas déroulé comme prévu. Cependant, les créatures, surnommées aussi “oursons d’eau”, ont probablement survécu au crash ainsi qu’aux conditions lunaires extrêmes.

Oui, il est donc très probable que des tardigrades soient en train de se promener tranquillement sur le sol lunaire à l’heure qu’il est. Cela fait de ces animaux les premiers êtres vivants terrestres ayant colonisé la Lune !

Le 11 avril 2019, le vaisseau spatial israélien Beresheet s’est écrasé sur la Lune lors d’une tentative d’atterrissage infructueuse. Ce faisant, il a peut-être semé des milliers de tardigrades déshydratés sur la surface lunaire, rapporte Wired.

Beresheet était un atterrisseur robotisé développé par une équipe d’ingénieurs et techniciens israéliens, collaborant au sein de la société israélienne SpaceIL, qui fut fondée pour tenter de remporter le Google Lunar X Prize. Bien qu’il n’ait pas transporté d’astronautes, il contenait des échantillons d’ADN humain ainsi que les tardigrades susmentionnés.

(...)


https://trustmyscience.com/des-milliers ... -spatiale/
0 x
Ce forum vous a aidé? Aider le site aussi et partagez les meilleures pages sur vos réseaux sociaux. Un Tip pour l'éconologie - Des articles, des analyses et des téléchargements - Publiez un article sur Google Actualités
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 263
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 15

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar GuyGadebois » 08/08/19, 18:19

moinsdewatt a écrit :Un robot amphibie saute comme une araignée d’eau

Le gerris n'est pas une araignée. C'est un hyménoptère (un insecte) de la famille des Gerridés, sous-ordre punaises. De plus, elle vole.
Par contre, ça c'est une araignée d'eau:
Image
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)
Avatar de l’utilisateur
GuyGadebois
Bon éconologue!
Bon éconologue!
Messages : 263
Inscription : 24/07/19, 17:58
Localisation : 04
x 15

Re: Le tardigrade, résistance extrême et cryptobiose

Message non lupar GuyGadebois » 11/08/19, 19:51

Image
0 x
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.” (J.Rouxel)


Revenir vers « Sciences et technologies »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité