Retour Faire défiler Stop Mode automatique

Sciences et technologiesL'évolution des espèces biologiques et...le hasard

Débats scientifiques généraux. Présentations de nouvelles technologies (hors directement liées aux énergies renouvelables ou biocarburants ou autres thématiques développées dans les autres sous forums).
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5712
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: L'évolution des espèces biologiques et...le hasard

Message non lupar janic » 05/05/18, 07:52

Qu' est ce que c'est que cette tentative d'analogie complétement crétine ?
en clair, dans cette histoire il n'y a que toi pour ne pas être crétin! Bravo la modestie!

Janic vous étes vraiment un cas.
merci, encore une fois, mais mieux vaut être un cas, qu'un c..n .......Crétin bien entendu!!!! :cheesy: :cheesy: :cheesy:
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest

janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5712
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: L'évolution des espèces biologiques et...le hasard

Message non lupar janic » 30/05/18, 08:37

je n'ai pas pu résister à mettre ce compte rendu sur ce sujet, tant la similitude est étonnante entre les deux:
12’EK : je pense que ce qui distingue les cosmogonies des cosmologies, c’est le fait que dans les cosmogonies l’origine du monde fait partie du monde, c'est-à-dire qu’il y a un déjà là, un commencement du monde, ça peut être un œuf primordial, un œuf primitif, ça peut être un chaos, la matière informe, ça peut être beaucoup de chose selon les cultures auxquelles on s’intéresse, mais l’idée c’est que l’origine du monde est déjà dans le monde, elle est immanente pour prendre un terme philosophique . Il y a une histoire qui fait passer de cette origine immanence au monde que l’on connait. Alors que dans les cosmologies ou même dans les récits religieux, dans la genèse des trois monothéismes l’origine du monde ne fait pas partie du monde, elle est transcendante par rapport au monde, ce qui rend le monde contingent d’ailleurs, c'est-à-dire qu’il est arbitraire.
Si dieu dans la genèse chrétienne ou musulmane, par exemple, n’avait pas décidé de créer le monde, il n’y aurait pas de monde, donc le monde n’était pas nécessaire alors que dans les cosmogonies il est nécessaire au sens que les conditions initiales déterminent le reste de l’histoire, d’une certaine façon.
TB : Et d’un point de vue scientifique cosmologique, il est contingent ?
EK :en cosmologie contemporaine il y a un problème, qui à mon avis est un problème métaphysique qui ne sera jamais résolu, c'est-à-dire que lorsque vous parlez de l’origine de l’univers, en tant que physicien, vous le faites toujours en invoquant des lois physiques ou une théorie physique : quel est donc le statut de la physique par rapport à l’univers ? est-ce qu’elle est transcendante ou immanente ? Est-ce que les lois physiques font partie de l’univers ou est-ce que l’arsenal législatif de l’univers à préexisté à son apparition ? si vous pensez que l’univers à vraiment eut une origine absolue, cela veut dire qu’il a été précédé par rien puisque si vous mettez quelque chose en amont de l’univers ce quelque chose par son statut même contredis l’idée que l’univers à une origine; autrement dit, à chaque fois que vous nommez l’origine de l’univers précisément, vous contredisez le fait qu’il a une origine. Si je dis, par exemple, l’origine de l’univers c’est pas un trou noir, le vide quantique, une collision entre je ne sais quoi avec je ne sais quoi, une brane par exemple, vous nommez l’origine de l’univers, vous produisez un récit qui va être logiquement incohérent parce que soit cette chose que vous mettez en amont de toutes les autres à toujours là, auquel cas il n’y a pas d’origine puisqu’il y a toujours eut quelque chose, ou bien cette chose n’a pas toujours été là , ce qui veut dire qu’elle est elle-même l’effet d’une cause qui l’a précédé et c’est pas l’origine et donc, par exemple, quand vous êtes physiciens , vous devez -mais on ne le fait jamais évidemment, parce qu’on ne veut pas être embarrassés-préciser le statut que vous accordez aux lois de la physique. Par exemple Hawkins qui est éminemment respectable comme théoricien et comme vulgarisateur, il a écrit des livres enfin d’autres l’on écrit pour lui, qui sont un peu ambigus là-dessus, par exemple dans le dernier il dit : « on n’a pas besoin pour créer l’univers, les lois de la gravitation ont suffit » mais où est-ce qu’elles étaient les lois ? Est-ce qu’elles étaient transcendantes? et comment des lois transcendantes peuvent –elles engendrer un univers empirique qui leurs obéissent ? Il faudrait nous le dire ! et donc la questions du statut des lois, des lois physiques, à mon avis, est une question qui fait que la question plus générale de l’origine de l’univers est une question, en partie, métaphysique.

(…)je sais que la transmission des connaissances, vous le savez mieux que moi, c’est quelque chose que l’on n’arrive pas à faire bien, on voit tous les jours que ça ne percole pas, que c’est déformé, que c’est mal compris, que c’est peut être pas intéressant d’ailleurs ! en tous cas le bilan que l’on peut tirer de la vulgarisation scientifique n’est pas extraordinaire, les efforts pour en faire sont bien plus grands aujourd‘hui qu’ils ont été dans le passé, mais les effets produits sont bizarres, très très bizarres. Est-ce qu’on peut expliquer ça ? j’en sais rien, peut être qu’on doit inventer des nouveaux modes pour transmettre, peut être qu’on doit se donner plus de temps pour transmettre parce que quand on transmet brièvement, on utilise, QU’ON LE VEUILLE OU NON DES ARGUMENTS D’AUTORITE qui peuvent-être contestés par un esprit critique acéré au nom de l’esprit critique parce qu’on n’a pas eut le temps de donner les arguments qui permettent de convaincre de tel ou tel résultat. Maintenant sur l’origine, ce qu’il faut voir, c’est que, au 20° siècle notamment, mais en fait ça a commencé un peu avant, les physiciens, les scientifiques, en général, je mets dedans les biologistes évidemment, ils ont compris l’origine de beaucoup de choses. On a compris avec une précision incroyable l’origine des éléments chimiques, comment les atomes se sont formés dans l’histoire de l’univers, les plus légers dans l’univers primordial, les plus longs jusqu’au fer dans les étoiles et puis plus lourds dans des explosions d’étoiles qu’on appelle les supernovas (17’58 ‘’ …..)

mais quand on dit que l’on a compris l’origine des éléments chimiques, en fait ce qu’on dit c’est que l’on est capable de raconter toutes les histoires précédant l’apparition des éléments chimiques dont les éléments chimiques sont l’aboutissement. Autrement dit, pour un scientifique, C’EST LA TOUTE L’AMBIGUITE DE LA CHOSE, le mot origine ne veut pas dire commencement mais achèvement, origine est synonyme de conclusion. Raconter l’origine d’une chose, c’est raconter l’histoire précédant cette chose dont cette chose est la conclusion(…) mais vous voyez bien que cette façon de raconter l’histoire par ses généalogies bute sur l’origine de l’univers qui est considérée comme une origine absolue et qui échappe donc au statut ordinaire de l’origine puisque si raconter une chose, c’est raconter l’histoire de ce qui a précédé cette chose et dont cette chose est la fin ; et quant c’est de l’univers que vous parlez, c'est-à-dire que raconter l’origine de l’univers c’est raconter l’histoire qui a précédé l’univers dont l’univers est la fin. Mais comment une histoire a-t-elle pu précéder l’univers ? Et donc la façon habituelle de raconter l’origine échoue, quand il s’agit non pas de quelque chose qui est dans l’univers, mais de l’univers lui-même.
TB: Est-ce que le big bang est l’origine de quelque chose ?
EK : pas du tout, (….)

51’ : on peut décrire les interactions entre quarks dans la soupe primordiale comme on dit, le plasma de quarks et de gluons et montrer comment dans ce plasma sont formés les protons et neutrons , après : d’où viennent les quarks ? et les quarks les particules élémentaires et là on ne peut pas décrire leur origine donc celles des particules qui sont nées sous X , on pourrait dire, et donc là, le canal historique se bouche. A un moment l’origine tombe sur la question de l’origine absolue qui elle n’est pas pensable, c’est la transition entre le non être et l’être (…)(54’58’’) : origine a pour anagramme religion !
(…1h05’) TB :est-ce qu’on a des pseudo sciences ? On a plein de gens avec des théories fumeuses : est-ce qu’on a des pseudosciences, entre guillemets, installées et qu’on peut appeler pseudo sciences sur la question des origines en physique , en chimie, sur le fonctionnement de la matière ou de l’univers ?
EK :Bon, je sais que c’est votre spécialité, mais quant un scientifique parle, c’est lui qui parle. Imaginez ce que la SCIENCE dirait si elle pouvait parler, c’est un truc dont personne n’est vraiment capable et donc à chaque fois que vous commentez la SCIENCE, vous dites surement autre chose que si la SCIENCE pouvait parler. Donc on pourrait dire que tout discours scientifique est déjà une forme de pseudo SCIENCE. C’est juste pour vous dire que ce n’est pas simple sur ce que l’on peut dire lorsque l’on parle de SCIENCE. (…) je cite souvent Wittgenstein , c’est celui qui a alerté en philosophe sur les jeux de langage et le fait que quand nous parlons nous disons des choses auxquelles nous ne pensons pas vraiment et que vous charriez avec elle des a priori clandestins que nous ne maitrisons pas et du coup, quand même vous parlez et du coup, même quand vous parlez du temps : est-ce que votre façon de parler du temps physique n’est pas contaminée par tous les discours que l’on entend qui viennent des langues telles qu’on les parle quotidiennement. C'est-à-dire est-ce que vous êtes bien certain que vous n’injectez pas dans votre discours sur LA SCIENCE des choses qui viennent du langage et non pas de LA SCIENCE ? Voila, à mon avis, une question délicate et comme la science s’est créée en rupture par rapport au langage. Dans ses paroles Newton le temps physique est un temps qui n’a aucune des propriétés que le langage attribue au temps : il est indépendant de ce qui se passe dans le temps, il ne change pas au cours du temps, sa façon d’être le temps, on ne peut même pas lui mettre de qualificatif, parce qu’il est le même pour tous les phénomènes, etc… (1h08’10’’)
etc...
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest
janic
Econologue expert
Econologue expert
Messages : 5712
Inscription : 29/10/10, 13:27
Localisation : bourgogne
x 59

Re: L'évolution des espèces biologiques et...le hasard

Message non lupar janic » 12/06/18, 16:14

samedi 9 est repassé sur France 5 un documentaire; "la vérité sur le T Rex"
Intéressant, bien sûr, sans pour autant être une vérité, mais le titre accroche mieux l'attention.
On dit que la foi est importante dans toutes croyances et là, elle est bien présente (heureusement pour eux d'ailleurs, mais cela n'y suffit pas.)
certes certains points ont besoin d'être révisés, au fil des techniques qui se développent constamment, mais d'autres restent bien accrochés à la théorie considérée comme une sorte de révélation "divine" et certains propos relèvent effectivement de celle-ci. mais à chacun sa foi évidemment! 8)
0 x
« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré
« Absence de preuve n'est pas preuve d'absence » Exnihiloest


 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Sciences et technologies »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités

Recherches populaires