Cerveau: syndrome de Cotard. Graham, un vrai mort vivant?

Débats scientifiques généraux. Présentations de nouvelles technologies (hors directement liées aux énergies renouvelables ou biocarburants ou autres thématiques développées dans les autres sous forums).
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
Messages : 63726
Inscription : 10/02/03, 14:06
Localisation : Planète Serre
x 3963

Cerveau: syndrome de Cotard. Graham, un vrai mort vivant?




par Christophe » 30/05/13, 16:01

Dans la série mystères du cerveau et de la neurologie et apparemment c'est pas une blague: un anglais a depuis des années un cerveau qui se comporte au ralenti comme si il était dans le COMA (observé à Liège par un neurologue Belge en imagerie médicale) mais pourtant il est conscient et debout!

Ceci suite à une tentative de suicide et un gros choc émotionnel, quelque chose s'est "bloqué" dans son cerveau!

Cela s'appelle le syndrome de Cotard: http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Cotard mais en version "extrême"...Rarissime mais vrai!

2 articles:

Première interview d'un homme mort (vivant)

23 mai 2013

Nom: Graham
État : Syndrome de Cotard


"Quand j'étais à l'hôpital je n'arrêtais pas de leur dire que les comprimés ne me feraient aucun effet, parce que mon cerveau était mort. J'avais perdu l'odorat et le goût. Je n'avais pas besoin de manger ou de parler ou de faire quoi que ce soit. J'ai fini par passer mon temps dans une tombe parce que c'était l'endroit le plus proche de la mort que j'avais pu trouver".

Il y a neuf ans, Graham se réveilla et découvrit qu'il était mort.



Il était sous l'emprise du syndrome de Cotard (voir note en fin d'article). Les gens dans cette situation rare pensent qu'eux-même, ou des parties de leur corps, n'existe plus.



Pour Graham, c'était son cerveau qui était mort et il pensait qu'il l'avait tué. Souffrant de grave dépression, il avait tenté de se suicider en mettant un appareil électrique dans l'eau de son bain.



Huit mois plus tard, il disait à son médecin que son cerveau était mort ou, au mieux, était absent. "C'est vraiment difficile à expliquer", dit-il. "J'avais l'impression que mon cerveau n'existait plus. Je n'arrêtais pas de dire aux médecins que les comprimés ne me feraient rien parce que je n'avais plus de cerveau. Je l'avais grillé pendant le bain".



Les médecins découvrirent que toute tentative de rationalisation était impossible avec Graham. Même assis là à parler, respirer – vivre – il ne pouvait accepter que son cerveau soit en vie. "J'étais contrarié. Je ne savais pas comment je pouvais parler ou faire quelque chose sans cerveau, mais autant que je le sache je n'en possédais pas".

Déconcertés, ils lui firent finalement rencontrer les neurologues Adam Zeman de l'université d'Exeter, Grande-Bretagne et Steven Laureys de l'université belge de Liège.


"C'est la seule et unique fois où ma secrétaire m'a dit : c'est vraiment important pour vous d'aller parler à ce patient, parce qu'il me dit qu'il est mort", dit Laureys.

Dans les limbes

"C'était un patient vraiment inhabituel", dit Zeman. La croyance de Graham "était une métaphore sur la manière de sentir le monde – ses expériences ne l'émouvaient plus. Il sentait qu'il était dans les limbes entre la vie et la mort".

Personne ne sait combien de gens sont affligés couramment du syndrome de Cotard. Une étude publiée en 1995 sur 349 patients psychiatriques âgés de Hong Kong a fait découvrir deux personnes avec des symptômes ressemblant à ce syndrome. Mais avec de bons et rapides traitements des troubles mentaux comme la dépression – état dont semble relever le plus souvent le Cotard – qu'on a facilement à disposition, les chercheurs soupçonnent le syndrome d'être exceptionnellement rare aujourd'hui. La majorité du travail académique sur le syndrome est limité à des études sur un seul cas, celui de Graham.Certaines personnes avec le Cotard seraient mort d'inanition, pensant qu'ils n'avaient plus besoin de manger. D'autres ont tenté de se débarrasser de leur corps avec de l'acide, qu'ils voyaient être le seul moyen de pouvoir se libérer de leur état de "mort vivant".

Le frère de Graham et ses auxiliaires de vie s'assurent qu'il a mangé et le surveillent. Mais c'était une existence sans joie. "Je ne voulais pas me trouver face aux gens. Cela ne servait à rien", dit-il. "Je n'avais de plaisir en rien. J'avais l'habitude de chouchouter ma voiture, mais je ne m'en approche plus. Tout ce qui m'intéressait n'existe plus".

Même les cigarettes qu'il avait plaisir à fumer n'ont plus de succès. "J'ai perdu le sens de l'odorat et du goût. Ça ne servait à rien de manger parce que j'étais mort. Parler était une perte de temps car je n'avais jamais rien à dire. Je n'avais même pas vraiment de pensées. Rien n'avait de signification".

Un métabolisme faible

Un coup d’œil dans le cerveau de Graham donna quelques explications à Zeman et Laureys. Ils firent une tomographie par émission de positron pour enregistrer le métabolisme de son cerveau. C'était le tout premier examen de ce genre réalisé avec une personne atteinte de Cotard. Ce qu'ils trouvèrent fut choquant : l'activité du métabolisme dans de larges zones du cerveau frontal et pariétal était si faible qu'elle semblait être celle d'une personne en état végétatif.

Certaines de ces zones forment la partie connue comme le "réseau de mode par défaut" – un système d'activité complexe qu'on pense vital à la conscience de soi et correspondant à notre théorie du mental. Ce réseau est responsable de notre capacité à nous souvenir du passé, à penser à nous, à créer le sens du soi et nous permettre de réaliser que nous sommes l'agent responsable de nos actes.

"J'ai analysé des scans de tomographies pendant 15 ans et je n'ai jamais vu quelqu'un debout, qui avait des interactions avec des gens, avec un résultat de scan aussi anormal", dit Laureys. "Le fonctionnement du cerveau de Graham ressemble à celui de quelqu'un pendant une anesthésie ou en train de dormir. Voir ce modèle chez quelqu'un d'éveillé est tout à fait unique à ma connaissance".

Les scans de Graham ont pu être affectés par les antidépresseurs qu'il prenait et, comme Zeman le souligne, il n'est pas raisonnable de tirer trop de conclusions à partir de scans sur une seule personne. Mais, dit Zeman, "il semble plausible qu'un métabolisme réduit lui ait donné cette vision altérée du monde, et a affecté sa capacité à raisonner à ce sujet".



"Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas sur la manière de définir la conscience", dit Laureys. Des cas inhabituels comme celui de Graham ajoutent tout au moins à notre compréhension sur la façon qu'a le cerveau de créer une perception de soi et comment il peut se détériorer.



Pour Graham, les scans cérébraux n'ont pas voulu dire grand-chose. "Je me sentais fichtrement faible", dit-il. À l'époque, ses dents avaient noirci parce qu'il ne prenait plus la peine de les brosser, renforçant sa croyance d'être mort.



Graham dit qu'il n'avait vraiment aucune idée de son avenir. "Je n'avais pas d'autre option que d'accepter le fait que je n'avais aucun moyen pour réellement mourir. C'était un cauchemar".



Hanté par la tombe

Ce sentiment l'a poussé à l'occasion à visiter le cimetière local. "J'ai senti que j'aurais aussi bien pu rester là. C'était l'endroit le plus rapproché de la mort que j'ai pu trouver. Mais la police viendrait malgré tout me chercher et me ramènerait à la maison".



Il y a eu des conséquences inexpliquées de sa maladie. Graham dit qu'il avait "de belles jambes poilues". Mais après le Cotard, tous ses poils sont tombés. "Je ressemblais à un poulet déplumé ! J'économise du rasage, je suppose..."



C'est agréable de l'entendre plaisanter. Avec le temps, beaucoup de psychothérapie et un traitement médicamenteux, Graham s'est amélioré graduellement et il n'est plus aux prises avec la maladie. Il est maintenant capable de vivre tout seul. "Son Cotard a régressé et sa capacité à profiter de la vie est revenue", dit Zeman.



"Je ne pourrais pas dire que je suis vraiment revenu à la normale, mais je me sens bien mieux maintenant et je sors et m'active autour de la maison", dit Graham. "Je ne ressens plus ce cerveau mort. Les choses me paraissent juste un peu bizarres parfois". Et l'expérience a-t-elle changé son sentiment sur la mort ? "Je n'ai pas peur de la mort", dit-il. "Mais ce n'était pas la chose à faire avec ce qui s'est passé – nous allons tous mourir un jour ou l'autre. J'ai juste de la chance d'être aujourd'hui en vie".


Sources: http://bistrobarblog.blogspot.fr/2013/0 ... -mort.html et ttp://www.newscientist.com/article/dn23 ... ?full=true


Le Pr Steven Laureys, de l’Université de Liège, a étudié, pour la première fois au monde, le cerveau d’un individu persuadé d’être un mort-vivant. Le patient, un Anglais de 49 ans, souffre réellement d’un trouble neurologique, révèlent les clichés réalisés par le neurologue liégeois.

« Docteur, je suis venu vous prouver que je suis mort. Mon cerveau est mort, dans un corps vivant. Je suis un mort-vivant. » C’est en ces termes que Graham, un Anglais aujourd’hui âgé de 49 ans, s’est présenté chez son médecin de famille, il y a neuf ans.

Huit mois auparavant, le patient anglais avait voulu « jouer à Claude François » pour se suicider: Graham, alors âgé de 40 ans, super déprimé après que sa femme venait de le quitter, s’est plongé dans sa baignoire en tenant un appareil électrique. Mais les plombs ont sauté et le résultat escompté n’a pas été au rendez-vous. Enfin si, mais à moitié : Graham, lui, s’est réellement cru mort après cet accident, même s’il ne l’était pas en réalité. « Je sentais que mon cerveau n’existait plus. Je l’avais perdu dans la baignoire », explique-t-il.

De psychiatres (qui lui font des électrochocs) en neurologues (qui lui prescrivent des antidépresseurs et du lithium), Graham finit par atterrir l’an dernier en Belgique, au CHU de Liège, où le Pr Steven Laureys, spécialiste mondial du coma et des états de conscience modifiée, l’examine. Enfin, on arrête de le prendre pour un fou ! Les examens réalisés par imagerie médicale révèlent une anomalie qui peut, effectivement, altérer sa perception de la réalité. Car son cerveau fonctionne au diapason de… celui d’un comateux ! Le métabolisme du glucose dans plusieurs régions de son cerveau s’affiche au ralenti, fait complètement surréaliste alors que le patient se tient debout devant le médecin... « Je n’avais jamais eu de consultation où un patient me dit : « Je me sens mort ». Je lui ai répondu : « Mais votre cœur bat, pourtant… Et vous respirez… » Mais lui ne le percevait pas comme ça », explique Steven Laureys.

Le zombie a, depuis son diagnostic en Belgique, repris un peu des couleurs : il ose enfin sortir de chez lui alors qu’il passait auparavant ses journées au cimetière local, et, même si la réalité lui semble encore parfois « bizarre », il arrive à vivre et même à blaguer.

http://www.sudinfo.be/733794/article/re ... r-et-en-os
0 x

nath_maison
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 5
Inscription : 29/08/16, 17:36
x 2

Re: Cerveau: syndrome de Cotard. Graham, un vrai mort vivant?




par nath_maison » 31/08/16, 16:21

Waouh un super article très intéressant! :-)
0 x
Avatar de l’utilisateur
delnoram
Modérateur
Modérateur
Messages : 1322
Inscription : 27/08/05, 22:14
Localisation : Mâcon-Tournus
x 2

Re: Cerveau: syndrome de Cotard. Graham, un vrai mort vivant?




par delnoram » 31/08/16, 18:06

Bon ok, mais alors , du coup c'est lui ou non l'inventeur du cerveau lent ?
0 x
"Réfléchir ne devrait-il pas être enseigné à l'école plutôt que d'y faire apprendre par cœur des faits qui ne sont pas tous avérés ?"
"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison !" (Coluche)
nath_maison
Je découvre l'éconologie
Je découvre l'éconologie
Messages : 5
Inscription : 29/08/16, 17:36
x 2

Re: Cerveau: syndrome de Cotard. Graham, un vrai mort vivant?




par nath_maison » 29/09/16, 15:42

Comme je le disais la dernière fois intéressant cet article mais ...

Intrigant quand même! Ne plus ressentir aucune envie, aucun désir c'est déjà que l'ont est pas en bonne santé!
Le cerveau peut "hiberner", désactiver certaines zones cérébrales, pour imaginer qu'il est comme-ci ou comme-ça! Dans tout les cas le cerveau est assez complexe même expliqué par certains sites comme :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cerveau
http://www.spcf.fr/documentation/corps_ ... rveau.html

Dans le cas de ce patient, le cerveau à reçu un "choc" qui à fait qu'il s'est désactivé de la réalité. Il s'est cru mort! Mais celui qui est mort ne peu rien faire car c'est le cerveau qui dirige le reste du corps!
0 x


Revenir vers « Sciences et technologies »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 16 invités